« Je sais que je suis un symbole » – Benazir Bhutto

27 12 2007

Benazir Bhutto fut chargée d’assumer le lourd héritage politique de son père, Zulfikar Ali Bhutto, renversé par un coup d’État militaire en 1977 et exécuté. Elle n’avait pas peur d’affronter la mort, disait-elle. La mort n’avait pas peur de cette femme qui l’affrontait ainsi, impunément. Jusqu’à ce jour. Elle est revenue au pays. Elle croyait dans un idéal. Elle l’a défendu. Une première fois, la mort est passée à côté. Cette fois-ci, la mort a gagné. Deux fois Premier ministre de la République Islamique du Pakistan, de 1988 à 1990 et de 1993 à 1996, elle fut aussi par deux fois, démise de ses fonctions pour « corruption » et « mauvais usage » du pouvoir. Âgée de 54 ans, elle est décédée dans un hôpital de Rawalpindi. « Elle est morte en martyre », a déclaré Rehman Malik, un responsable de sa formation.

Beaucoup de choses se diront sur cette femme unique, volontaire, décidée, moderne dans un pays anachronique. Huit années d’exil auront séparé Benazir Bhutto de son pays. Jusqu’à cet été, Benazir Bhutto était accusée par le pouvoir Pakistanais de diverses charges, dont la corruption. Elle revenait avec l’engagement d’un partage du pouvoir. Elle a exigé la démission de ce pouvoir, incarné par Pervez Musharaf. Au moment de son retour, elle fait l’objet d’une première tentative d’assassinat. Elle quitte pour revenir aussitôt. Résolument tournée vers le progrès de son pays et son accession vers la démocratie, Benazir Bhutto se sait en danger. Qu’importe. « Je sais que je suis un symbole de ce que les soi-disant djihadistes, talibans et Al-Qaïda craignent le plus », avait écrit Benazir Bhutto dans son autobiographie : « Je suis une femme, dirigeante politique, qui lutte pour apporter la modernité, la communication, l’éducation et la technologie au Pakistan ».

Il est trop tôt pour jeter les bases d’une analyse conjoncturelle, comme a tenté maladroitement de le faire Bernard-Henri Lévis. Et surtout pour distribuer les blâmes sans discernement.

Réfléchissons sur ces images.

Video

____________________________

 

 

 

About these ads

Actions

Information

7 réponses

27 12 2007
LE PANDA

Pierre,

merci de cet excellent direct et de cette passation, je suis venu voir la vidéo, il y a petit probléme de l’autre côté de l’Atlantique.

Qui en la circonstance peut garantir la source de ce film et les moyens utilisés, cela semble un peu fou, non?

Il me fait souvenir ceratins autres faits du même ordres qui n’ont pas encore trouvés de réponses fiables.

Le Panda.

Patrick Juan.

27 12 2007
Pierre Chantelois

Patrick

Merci de la visite et du commentaire. Amicalement.

Pierre R.

27 12 2007
décembre

Bien sûr, martyre, sainte tout y passe mais, s’est-elle donnée en sacrifice ou a-t-elle été bête à mort ? L’ambition de cette femme dont la beauté ouvrait toutes les portes était quand même assez volumineuse non ?

J’ai beaucoup de difficulté à croire que tous les dirigeants des pays démocratiques du monde, la plupart des politiciens véreux, soient unis autour de la mort de cette femme qui, il faut bien le dire, a trempé avec son mari dans des scandales dignes des ligues majeures, dignes de la démocratie à gogo pour gagas actuelle.

Une aristocrate qui représente le peuple, permettez-moi d’en douter.

Ceci dit, mourir pour une cause ne veut pas dire qu’elle soit bonne.

27 12 2007
Pierre Chantelois

Décembre,

Entre vous et moi, quel est le discours qui vous semblait le plus crédible ? Celui de Benazir Bhutto ou celui de Pervez Musharaf ? Je ne crois pas pour ma part que tous les dirigeants des pays démocratiques du monde, la plupart des politiciens véreux, soient unis autour de la mort de cette femme, comme vous le dites si bien. Le temps viendra bien de faire l’exégèse de l’action de cette femme. Il viendra plus rapidement qu’on ne le pense. Ne croyez-vous pas ? Qu’elle ait été une aristocrate, je n’en disconviens pas. Mais reconnaissons-lui au minimum une certaine dose de courage, se sachant en état de vulnérabilité constante en terre pakistanaise.

Pierre R. Chantelois

28 12 2007
décembre

M. Chantelois Bonne Année 2008.

Non je ne pense pas qu’il s’agisse là de courage, à d’autres s.v.p., j’ai déjà assez donné à la croyance. Il s’agit d’ego, point.

Succession de son père ???
Celle-là elle est totalement inadmissible allons.
Ce n’est pas une ferme centenaire, une fabrique d’artisan mais de politique, votez-vous comme vot’ père vous M" Chantelois ?

Vous a-t-il "légué" le sens de son vote ? S’il avait été en tête d’un parti, seriez-vous son successeur, comme les Duvalier de ce monde ?

Les discours me laissent froid. Les promesses me laissent froid. Je ne suis pas un fan, ni un idolâtre. Pour moi, seules les actions et les résultats comptent.

Pervers Musharaf n’est pas mieux, ni pire qu’elle ou alors, faudrait le prouver. Il est plus laid, rien qu’à voir on voit ben, et déjà ça le rabaisse sans trop qu’on sache pourquoi ! La laideur contre la beauté c’est une bagarre millénaire ça aussi non ?

Les deux mentent, ça on le sait. Et le Pakistan rêve de péter, enfin. On dirait que c’est programmé pour que ça arrive. Pétera pétera pas….

Au plaisir.

28 12 2007
Pierre Chantelois

Décembre

Je comprends fort bien votre scepticisme. Que madame Bhutto se soit vu comme un symbole – je la cite, n’oublions pas – en raison d’un héritage familial au Pakistan, c’était bien là son droit. Maintenant, comme vous le commentez vous-même, était-il un symbole légitimé de par le monde ? L’histoire nous l’apprendra bien assez tôt. À propos du mensonge, convenez avec moi que depuis une décennie, sinon plus, le mensonge est devenu la règle.

Je vous rappellerai cette réflexion d’Albert Camus, dans ses Carnets de 1937 : « Chaque fois que j’entends un discours politique ou que je lis ceux qui nous dirigent, je suis effrayé depuis des années de n’entendre rien qui rende un son humain. Ce sont toujours les mêmes mots qui disent les mêmes mensonges. Et que les hommes s’en accommodent, que la colère du peuple n’ait pas encore brisé les fantoches, j’y vois la preuve que les hommes n’accordent aucune importance à leur gouvernement et qu’ils jouent, vraiment oui, qu’ils jouent avec toute une partie de leur vie et de leurs intérêts soi-disant vitaux ».

Permettez-moi enfin de diverger d’opinion sur une petite phrase que vous avez formulée : « le Pakistan rêve de péter, enfin ». Vous ajoutez, à bon escient : « On dirait que c’est programmé pour que ça arrive ». Je ne souhaite pas que cela arrive.

Pierre R. Chantelois

30 12 2007
décembre

M. Chantelois, v’là-t’y pas que le fils qui se présente comme une suite "logique" au "symbole" maternel.
Son, père, le voleur d’hier, aura un beau rôle si le fils est élu.

Le mensonge est une tare chez l’homme depuis qu’il a été chassé du Paradis Terrestre donc, pas mal plus que 10 ans. Nous vivons dans un monde d’illusions, nous l’oublions trop souvent.

Pour ce qui est du Pakistan, bien sûr je ne souhaite pas des victimes innocentes comme la guerre moderne en fait comme jamais dans l’histoire humaine mais on dirait que ça r’garde de même ! Le sang fascine les hystériques.

"L’idole" décédée pourrait servir d’excuse mais je pense plutôt que les USA et d’autres sont derrière ce pétard peut-être pour les richesses naturelles ou protéger un intérêt occulte, qui sait ? Au revoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: