Evo Morales – L’Indien qui gère par référendums pour survivre !

26 01 2009

C’est fait. « La Bolivie (10 millions d’habitants) est un État unitaire social de droit plurinational communautaire, libre, indépendant, souverain, démocratique, interculturel, décentralisé et avec des autonomies ». Plus de 3,8 millions d’électeurs Boliviens étaient appelés aux urnes pour se prononcer sur la nouvelle Constitution. Le « oui » l’emporterait avec 56,8% des voix contre 43,2% pour le « non », d’après deux sondages réalisés à la sortie des urnes. Les 2.700 bureaux de vote étaient surveillés par 200 observateurs de l’OEA (Organisation des États américains), de l’Unasur (Union des nations sud-américaines) et de l’Union Européenne.

L'indien qui tient tête

L'indien qui tient tête

Après le Venezuela, l’Equateur, la Colombie, Evo Morales entend changer la Constitution de son pays, trop liée, à ses yeux, au capitalisme et au passé colonial. Morales, un indien Aymara au pouvoir depuis trois ans, est le premier président bolivien issu de la communauté indigène à gouverner la Bolivie depuis sa fondation, il y a 183 ans. Il avait facilement remporté, en août dernier, un referendum sur son maintien au pouvoir avec 67% des voix. Evo Morales a fait de ce scrutin sur la nouvelle constitution un autre plébiscite. En cas d’adoption du projet, Evo Morales, élu en 2005, pourra se représenter pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête d’une nouvelle Bolivie. La majorité de la population bolivienne est d’origine indienne mais la vie politique et économique a longtemps été dominée par une petite élite sociale d’origine européenne.

Comme le rappelle l’Université Laval de Québec : « La Bolivie est un pays multilingue avec une bonne quarantaine de langues, presque toutes amérindiennes. Quelque 43 % des Boliviens parlent l’espagnol comme langue maternelle. La Bolivie ne compte que quatre langues importantes, si l’on prend comme critère celles parlées par 10 000 locuteurs ou plus : le quechua (36,4 %), l’aymara (22,5 %), le guarani (0,2 %) et le chiquito (0,2 %). Quelques autres langues sont parlées par quelques milliers de locuteurs, mais l’immense majorité des langues autochtones de la Bolivie est en voie d’extinction. Il n’est pas rare de dénombrer quelques dizaines de locuteurs pour plusieurs petites langues ».

C’est tout de même une constitution largement édulcorée qui a été présentée au vote des Boliviens. Plus de 150 articles sur 400 ont été modifiés pour que le Sénat, dominé par la droite, accepte de convoquer le référendum. Ses détracteurs disent qu’elle est confuse et parfois contradictoire. La nouvelle constitution entend donner une meilleure représentation aux Indiens au Congrès et leur octroie plus d’autonomie dans leurs régions. Elle vise à redonner leur place aux langues et aux traditions culturelles du monde indien. « Nous avons souffert pendant 500 ans, alors nous voterons oui pour ne pas souffrir 500 ans de plus », déclarait à Reuters Simon Cussi, 51 ans, chef d’un groupe de paysans indigènes.

La Bolivie sera un pays laïc. La constitution consacre la séparation de l’État et de l’Église catholique. Elle reconnaîtra plutôt le culte de la Pachamama, la Terre-mère, divinité omniprésente dans les religions andines. Les Églises catholique et protestante ont élevé la voix pour critiquer cette constitution, se disant convaincues qu’elle ouvrait la voie à une légalisation de l’avortement et au mariage homosexuel. L’État se verra confier un plus grand contrôle sur la vie économique et sur la gestion des ressources naturelles en particulier, après une première vague de nationalisations dans les secteurs énergétique ou des télécoms.

Au désespoir des grands propriétaires et entreprises, la nouvelle constitution donne des droits et des statuts particuliers à 36 nations indigènes laissées pour compte depuis des siècles. La redistribution des terres et la limitation de la taille des propriétés ont déclenché les foudres des grands propriétaires terriens, éleveurs ou cultivateurs de soja à un point tel que le pays est venu au bord de l’implosion : les électeurs sont appelés à se prononcer entre deux superficies maximales (5.000 ou 10.000 hectares). La constitution imposera de fait une taille maximale aux propriétés agricoles, loi qui ne sera pas rétroactive, toutefois, et combattra les inégalités sociales les plus criantes. En cas d’un « oui » victorieux à l’échelle du pays, les préfets autonomistes ont déclaré qu’ils rejetteront quand même la constitution si le « non » gagne chez eux. À l’heure de la rédaction de cette analyse, quatre des neuf provinces auraient rejeté le texte, selon les sondages sortis des urnes.

Evo Morales n’est pas au bout de ses peines pour autant.

La Bolivie est au cœur de plusieurs convoitises, notamment dans le secteur énergétique. La Bolivie dispose des deuxièmes réserves de gaz naturel (710 Gm3 en 2007) d’Amérique du sud, après celles du Venezuela. À deux jours d’un référendum populaire sur la nouvelle Constitution du pays, Evo Morales a nationalisé la pétrolière Chaco, gérée par la société Panamerican Energy (PAE), à capitaux argentins et britanniques. « Petit à petit nous récupérons nos entreprises », a déclaré le président bolivien. PAE n’apprécie pas : « elle défendra devant toutes les instances ses intérêts légitimes ». La compagnie publique des hydrocarbures YPFB prendra le contrôle de 99% des actions de Chaco.

Conséquence de ces nationalisations : les compagnies pétrolières étrangères opérant en Bolivie ont reporté leurs investissements dans l’exploration et l’exploitation de gisements de gaz.

Le lithium est un enjeu important dans la fabrication des batteries. Notamment, celles des automobiles non performantes. Son prix est passé d’environ 350 dollars la tonne, en 2003, à près de 3 000 dollars en 2008. On l’extrait surtout en Argentine, au Chili et au Tibet. Les réserves mondiales du métal devraient s’épuiser totalement d’ici 2200, d’après les experts. Mais voilà. La Bolivie posséderait 40 à 50% des réserves mondiales de lithium. Il se trouve sous le lac salé fossile du Salar d’Uyuni, vestige d’un lac d’eau de mer asséché et plus vaste désert de sel au monde. La Bolivie veut créer une filière industrielle du lithium, incluant une usine de fabrication de batteries. Pour cela, elle aura besoin de main-d’œuvre spécialisée. Ses récentes nationalisations ne sont pas de nature à communiquer un vent d’optimisme aux investisseurs. Le magazine Time a qualifié la Bolivie de petite « Arabie saoudite du lithium », comme le rapporte Énergie 2007. Pour sa part, Forbes penche plutôt du côté du Chili : « Chile is the Saudi Arabia of lithium ».

Mitsubishi estime que la demande de lithium dépassera l’offre dans les 10 ans et pronostique une pénurie en 2015. Le spécialiste des batteries A123, le vice-président Ric Fulop, a un avis différent. Il se dit assuré qu’il y a assez de lithium sur la terre pour « plusieurs milliards » de voitures électriques ». Les enjeux mondiaux sur le lithium feront de la Bolivie un point de mire sous haute pression.

Le groupe Bolloré, rapporte le quotidien Le Monde, cherche à acquérir une mine d’exploitation de lithium, en Bolivie notamment. Selon M. Bolloré, la technologie choisie pour les batteries, « le lithium-métal-polymère », est supérieure à tout ce qui est envisagé par les concurrents actuellement, tant en matière de sécurité qu’en matière d’autonomie. Le groupe Boloré n’est pas seul évidemment à rechercher le lithium bolivien. Les grands constructeurs automobiles des États-Unis sont sur la piste : « la plupart des réserves de lithium nécessaires à la production de batteries pour ces véhicules se trouvent en Bolivie, dont le Président très à gauche, n’est pas très proche des États-Unis », écrit le magazine Time. Evo Morales ne veut ni exploitation massive et destructrice, ni compagnies étrangères, et vient de signer un décret pour installer un site d’exploitation national mais très limité.

moton3072

About these ads

Actions

Information

14 réponses

26 01 2009
Françoise

Pierre,

Il ne me semble que juste que les Indiens d’Amérique du sud (car malheureusement en Amérique du Nord ils sont bien peu à avoir survécu…) aient droit à la parole dans leurs pays, il ne me semble que juste qu’ils aient droit de regard sur les richesses de leur sol. Mr Morales a le courage de s’opposer au "sacro-saint Marché", la lutte sera dure sans doute possible.

26 01 2009
Pierre Chantelois

Françoise

Tout à fait d’accord. Ce qui est toujours troublant dans les situations où des indiens tentent de retrouver leurs droits ancestraux est la forte résistance des communautés conquérantes en place à rétrocéder la gestion des ressources naturelles et l’usufruit de leur exploitation aux autochtones du pays ainsi conquis. Evo Morales a beaucoup à faire pour affronter la communauté européenne de l’Est du pays qui résiste à tout changement qui mènerait à la perte de leurs privilèges. Et pour appliquer la nouvelle Constitution, il devra se faire élire. Rien n’est encore gagné.

Pierre R.

26 01 2009
clusiau

Viva Morales….

Morales est une bouffée de fraîcheur, comme si Robin Hood gagnait enfin la bataille pour les déshérités. Mais comme tu dis Pierre, il devra engager la bataille avec les riches qui ne céderont rien sans y être forcés. Troubles à l’horizon. Evo doit déjà être conseillé par Chavez sur "comment rester en vie" comme Président détesté.

Je pars pour le Mexique dans 2 semaines et je me suis procuré le livre 1491 de Charles C Mann, que j’essaie de ne pas commencer avant mon départ ! L’Amérique avant Colomb et le mythe du "Wilderness".

Bonne journée, j’admire le soleil qui se lève sur un monde blanc glacial.

26 01 2009
Pierre Chantelois

Clusiau

Quoiqu’on en dise, Morales mène sa barque lentement et il finira bien par arriver à bon port. J’indiquais en réplique à un commentaire sur Agoravox que Morales a su nationaliser les profits pour les redistribuer à la population bolivienne alors que des pays, dont la France et les États-Unis, nationalisent les pertes des banques qui n’ont pas démontré une meilleure compétence que le gouvernement bolivien pour les redistribuer à leur population.

Bonne lecture et bon voyage. Tenez-nous au courant. Entre temps, profitons effectivement de cette embellie dans une froidure toute nordique.

Pierre R.

26 01 2009
clusiau

Pierre si vous et les autres avez envie de regarder des photos de Life Magazine de la Palestine de 1948 :

http://images.google.com/images?q=Palestine&q=source%3Alife

26 01 2009
Pierre Chantelois

Clusiau

Merci pour le lien que je viens de consulter. Une photo a attiré mon attention : Albert Einstein. Je me suis interrogé sur le lien qu’il y avait avec Albert Einstein. J’ai retrouvé une lettre co-signée par Einstein, adressée au New-York Times, en 1948. Les signataires dénoncent le parti de Menahem Begin : Parti de la Liberté : « Il est inconcevable que ceux qui s’opposent au fascisme dans le monde entier, si correctement informés quant au passé et aux perspectives politiques de M. Begin, puissent ajouter leurs noms et soutenir le mouvement qu’il représente ». De plus, les signataires dénoncent ce qui s’est produit dans un petit village Arabe, Deir Yassine. À lire.

Pierre R.

26 01 2009
clusiau

Merci Pierre. Je suis allé lire la lettre.
Deir Yassine je savais. N’est-ce pas semblable à Gaza mais, en plus gros ?

Alors si Einstein, avec sa réputation n’a rien pu faire, même pas faire la première page du New-York Times pendant cette dernière agression sauvage des sionistes déjà condamnés il y a 60 ans, alors, faut s’rendre à l’évidence, y a rien à faire.

Ils sont trop forts les sionistes et "who knows where this leads us and when will it end ?"

Avez-vous regardé Pierre cette vidéo ou Jo Biden déclare fièrement devant la caméra: "I am a zionist. You don’t have to be a jew to be a zionist." S’il fallait que pour une raison ou une autre il devait prendre les rennes comme Président, ce ne serait pas trop drôle pour ce qui reste de la démocratie !

26 01 2009
Pierre Chantelois

Clusiau

À propos de Deir Yassine, j’ai eu le même sentiment que vous. C’est pourquoi je voulais vous souligner sa lecture. On dirait bien que les événements du passé sont condamnés à se répéter inlassablement dans l’avenir. Non je n’ai pas vu la vidéo de Biden. Mais rien ne me surprend. Vous ne trouverez jamais un président ou un vice-président des États-Unis qui ne va pas se déclarer un ami d’Israël. Et le Canada de Stephen Harper manque également d’un sérieux recul face aux événements de Gaza.

Souhaitons à tout le moins qu’Evo Morales puisse poursuivre ses réformes et mener à terme sa révolution de velours.

Pierre R.

26 01 2009
posuto

Dommage qu’en Europe on mélange si facilement Morales et Chavez, j’avoue moi-même les avoir mis sur le même plan. Votre article, comme toujours, ouvre l’esprit avec finesse !

26 01 2009
Pièce détachée

Quant à la Palestine : on trouve des milliers de photos, classées par villages, de ce pays avant et après 1948, sur http://www.palestineremembered.com

Quant à la Bolivie : je souhaite à Evo Morales et aux Boliviens de ne pas se faire bouffer, d’une façon ou d’autre, par les multinationales.

27 01 2009
JP

L’article portant sur les réserves de lithium de la Bolivie est paru dans le magazine américain Time, et non pas dans le quotidien britannique Times, comme vous le mentionnez.

27 01 2009
gaetanpelletier

Pour ceux que ça intéresse, je regardais un reportage sur ce sujet.
62,2 % des boliviens sont des «natifs»…
Au Canada, les amérindiens se sont fait fait soûler pour signer des traités…
Richard Desjardins, «Le peuple invisible».
Je n’en connais pas le pourcentage de la population, mais disons qu’au fil des années, des siècles, ils se sont fait tasser dans des ghettos de forêts et clôturer.
La culture des gens qui n’ont pas de Ipod est riche.
C’est nous qui sommes devenus pauvres de nos regards sur les autres.

27 01 2009
Pierre Chantelois

Hervé

Les deux mènent un même combat mais différemment.

Pièce

Merci pour le lien que je vais consulter aujourd’hui mardi.

JP

Merci pour avoir souligné la coquille. Time américain, Times Londonien sont deux périodiques distincts, effectivement.

Gaëtan

Merci pour ces précisions.

Pierre R.

28 01 2009
Antoine

Pierre,

Dès qu’un peu de temps m’es accordé, je me dis et si j’allais voir un peu outre-atlantique ? Bref je viens chez vous avec plaisir. Car je sais que je vais apprendre. Et par ailleurs que j’aurai un éclairage sur une actualité que je n’ai pas toujours en France. En effet quel homme courageux cet Evo Morales. J’avais entendu parlé de lui, mais pas de manière aussi précise. Sa politique est bien extraordinaire, tellement loin de ce que je connais de ce coté-ci de l’Europe. Je lui souhaite bien du succès et de la patience avec son sac de nœuds. Parti comme il est parti il n’aura pas de quoi s’ennuyer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: