Harper veut se rapprocher du Québec en éliminant ses joyaux!

1 07 2012

Le Premier ministre du Canada, Stephen Harper, n’avait que des bonnes nouvelles dans le cadre de ce premier juillet, Fête nationale du Canada

 

Le gouvernement Harper refuse de fournir au directeur parlementaire du budget (DPB) les détails des compressions de 5,2 milliards de dollars sur trois ans annoncées dans le dernier budget fédéral, en plus de supprimer 20 000 postes dans la fonction publique. Les partis de l’opposition ont vivement dénoncé la position du gouvernement.

 

« Kyoto est essentiellement un complot socialiste qui vise à soutirer des fonds aux pays les plus riches » (Stephen Harper – Toronto Star, 30 janvier 2007)

 

Depuis l’annonce des compressions budgétaires et des quelque 19 000 pertes d’emplois qui les accompagnent, le gouvernement fédéral a refusé de donner des détails, prétextant les limites imposées par les conventions collectives. Il faut toutefois savoir que depuis la veille de la fête du Canada, les visites en soirée de l’édifice du Centre sont abolies. Il s’agit du complexe qui abrite certaines des principales activités du gouvernement du Canada. Lors de l’achalandage touristique estival, les visites guidées de l’édifice du Centre prendront donc fin trois heures plus tôt; elles débuteront à 9 h et se termineront à 16 h 30. Une porte-parole de la Bibliothèque du Parlement confirme que l’accès en soirée sera retiré de l’horaire en raison des compressions budgétaires décrétées par le gouvernement. Le gouvernement a néanmoins lancé un appel d’offres pour l’aménagement du nouveau centre d’accueil. La valeur du contrat s’élève à 48,9 millions de dollars. Cherchez l’erreur.

 

« La question est simple : est-ce que les Québécoises et Québécois forment une nation au sein d’un Canada uni ? La réponse est oui. Est-ce que les Québécoises et Québécois forment une nation indépendante du Canada ? La réponse est non, et elle sera toujours non » (Stephen Harper)

 

D’après le sondage de l’institut Ipsos Reid, pour le compte des journaux du groupe Postmedia News et de la chaîne Global, 49% des Canadiens vivant hors-Québec estiment que « ce ne serait pas un drame si le Québec se séparait du Canada » et resteraient indifférents en cas de scission du pays. « Je pense que les gens en ont eu assez de ce débat, le pays a pris une autre direction », a commenté le président de l’institut Ipsos Reid, Darrell Bricker, ajoutant que le Québec avait perdu de son ascendant politique et économique au sein de la fédération dans la foulée de la montée en puissance des provinces de l’ouest comme l’Alberta (Source : La Presse

 

Symbole de l’Expo 67, la Biosphère, qui était depuis 1995 un lieu dévoué à l’action et à l’éducation environnementales, passe dans le tordeur de la nouvelle vague de compressions

 

À Pêches et Océans Canada, près de 429 biologistes, chimistes et autres scientifiques ont reçu, mercredi, un avis de poste excédentaire. Certains travaillent pour le Experimental Lakes Area, dans le nord-ouest de l’Ontario, qui doit fermer à la suite des compressions budgétaires. Ce centre est reconnu au niveau international pour ses recherches, notamment sur les pluies acides, les changements climatiques et la pisciculture. Près de 4000 membres de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) ont appris que leur poste est menacé, comme 1200 de leurs collègues affiliés à l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), qui représente une bonne partie des scientifiques employés par le gouvernement fédéral.

 

Il est plus important de fermer la Biosphère du Québec qui a un rôle d’éducation et d’information que de limiter la pollution des sables bitumineux d’Alberta

 

En mars 2012, la revue scientifique internationale Nature demandait au gouvernement de Stephen Harper de permettre à ses scientifiques de parler librement aux médias, dans l’intérêt de la libre circulation de l’information scientifique.

 

Pour les 625 spécialistes des sciences biologiques et environnementales, dans une lettre adressée au Premier ministre du Canada, « la destruction d’habitats représente la première cause du déclin des espèces, ce qui est un fait reconnu par tous les écologistes et scientifiques du monde entier. La Loi sur les pêches a toujours été un outil essentiel à la protection des habitats pour les poissons ainsi que pour l’industrie des pêches qu’ils supportent au Canada. Il ne fait aucun doute que l’affaiblissement de la protection des habitats projetterait une image irresponsable du Canada sur la scène internationale »

Que puis-je faire?
Rien mon ami

 

Selon la revue Nature, dans son éditorial de mars 2012, « depuis que le Parti conservateur du premier ministre Stephen Harper a conquis le pouvoir en 2006, il y a eu un resserrement progressif du protocole médiatique pour les scientifiques fédéraux et les autres employés du gouvernement, lit-on en éditorial. Les chercheurs qui, jadis, se seraient sentis à l’aise de répondre librement et rapidement à des journalistes sont désormais tenus de diriger les demandes d’entrevues à un bureau des relations médiatiques, qui exige des questions écrites à l’avance, et qui pourrait ne pas permettre aux scientifiques de parler »

 

L’éditorial de l’hebdomadaire américain Nature affirme qu’il est temps pour le gouvernement conservateur « libérer les scientifiques ». Il note que le Canada et les États-Unis ont inversé leur rôle depuis 2006, Washington ayant adopté des pratiques plus ouvertes depuis la fin de l’ère George W. Bush alors qu’Ottawa fait le chemin inverse.

 

Pour Kumi Naidoo, directeur général de Greenpeace International, avec l’échec de Rio+20, dont le Canada est un des grands artisans de cet échec, cela revient à dire qu’« on remet en ordre les fauteuils sur le pont du Titanic alors qu’il est en train de sombrer »

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur la Biosphère de Montréal qui se consacre à la biodiversité, voici quelques liens :

Biosphère

Les Beautés de Montréal – juin 2009

Les Beautés de Montréal – septembre 2011

About these ads

Actions

Information

2 responses

1 07 2012
Richard Bourdeau

La meilleure façon de se rapprocher de Stephan Harper et du Canada anglais, c’est de réaliser l’Indépendance du Québec.
Le Québec, libéré de l’emprise fédérale malsaine, pourra enfin échanger, de nation à nation, avec le Canada.
Pour ce qui concerne la crainte de « perdre » les montagnes Rocheuses, ne vous en faites pas…elles ne déménageront pas, parce que le Québec sera, enfin, devenu un pays à part entière. Il sera toujours temps d’aller y passer 2 jours.
En ce 1er juillet, fête de la fédération canadienne, j’ai le plaisir de clamer, haut et fort : « Vive le Québec libre » !

2 07 2012
Pierre Chantelois

Je retrouve bien là le vieil ami indécrottablement indépendantiste. Nous sommes d’une autre génération, mon ami.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :