Le Canada, une Défense bien mal en point

31 01 2007

Le 29 juin dernier, le ministre de la Défense du Canada, Gordon O’Connor, annonçait l’achat de quatre avions de transport stratégique C-17 de la compagnie américaine Boeing. Un contrat de 3,4 milliards, y compris l’entretien, pour l’achat de ce super avion, le plus gros du monde. Le ministre n’a pas lancé d’appel d’offres, soutenant que le C-17 était le seul avion qui pouvait respecter les critères du ministère. L’avionneur américain s’est donc qualifié automatiquement. Selon Le Devoir, le gouvernement fédéral a volontairement favorisé le géant américain Boeing et son avion C-17 en élaborant des critères d’achat qui disqualifient les autres appareils qui auraient pu lui faire concurrence, ce qui a permis à Boeing d’emporter le contrat sans appel d’offres. Plusieurs spécialistes de la défense ont critiqué ouvertement le gouvernement pour avoir accordé autant de contrats militaires sans appel d’offres. Outre les avions de transport stratégique C-17, les contrats pour les avions tactiques (C-130J) et les hélicoptères Chinook ont aussi été accordés sans appel d’offres, pour une valeur totale de 13 milliards. Les informations obtenues par Le Devoir ne manqueront pas d’alimenter la réflexion des députés du Comité permanent de la défense, qui vont se pencher – au cours de la prochaine semaine – sur les contrats militaires de 17 milliards de dollars accordés par le gouvernement Harper.

________________________________________________________________

 

L’Afghanistan est l’hôte de deux missions internationales: la Force internationale d’assistance à la sécurité de l’OTAN (FIAS) d’environ 8300 militaires et la mission Enduring Freedom des États-Unis (comprenant 15 000 Américains). Le Canada contribue aux deux, à raison d’une vingtaine de militaires sous la première, et de 2200 sous la seconde. Des discussions sont en cours pour fusionner les deux missions (et permettre le retrait des Américains).

La participation du Canada en Afghanistan passe très mal la rampe. Les Canadiens sont divisés sur le rôle de la mission. Les sondages démontrent que plus de la moitié d’entre eux ne croient pas qu’une victoire soit possible. Les opposants à cette guerre déplorent aussi le déséquilibre entre les opérations de combat et celles de reconstruction. Environ 2200 soldats canadiens assurent la sécurité dans la province de Kandahar, au cœur de l’insurrection talibane. Le Canada ne constitue qu’une petite partie de la mission de l’OTAN en Afghanistan, laquelle compte plus de 30 000 hommes. Pour le Bloc québécois, « le gouvernement doit expliquer à la population que si nous sommes en Afghanistan, ce n’est pas pour servir les intérêts américains ou pour faire la guerre. L’Afghanistan n’est pas l’Irak, l’Afghanistan ne doit pas devenir un autre Irak ». Huit parlementaires canadiens sont actuellement en Afghanistan. Membres d’un comité des Communes en visite d’étude pour évaluer le rôle du Canada dans ce pays instable, appauvri par des années de conflits et toujours en proie à une guérilla, leur visite du pays pourrait bien se limiter à quelques salles de réunion. D’après le brigadier-général Tim Grant, qui dirige les troupes canadiennes en Afghanistan, la décision de limiter les déplacements des députés émane du ministre de la Défense, Gordon O’Connor. Selon lui, la sécurité des élus est l’un des motifs de cette décision. Mais l’officier a reconnu que des visiteurs d’autres pays avaient obtenu la permission de sortir de la base. Le vote précipité pour prolonger la mission en Afghanistan jusqu’en 2009 et la position pro-Israël du Premier ministre Harper – lors du conflit au Liban – (montrant un rapprochement envers la politique du gouvernement américain) n’est pas de nature à améliorer l’image du gouvernement minoritaire aux yeux des électeurs canadiens. Malgré le fait que le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a évoqué la possibilité d’envoyer plus de soldats américains en Afghanistan en prévision d’une offensive des talibans au printemps et que les Britanniques envisageraient également d’augmenter leur présence dans la province voisine de Helmand, le commandant du Corps expéditionnaire canadien, basé à Ottawa, le Canada est presque à la limite de ce qu’il peut fournir.

Alors que le président George W. Bush a présenté le 10 janvier une nouvelle stratégie pour l’Irak, Mme Rice annonce un nouveau plan pour l’Afghanistan lors d’une réunion de l’OTAN. Les États-Unis prévoient d’augmenter leur aide à l’Afghanistan de 10,6 milliards au cours des deux prochaines années. L’essentiel de cette somme ira à la formation et à l’équipement des forces de sécurité afghanes, dont les effectifs doivent augmenter, le reste allant à la reconstruction (routes, réseau électrique, lutte contre le trafic de drogue). Le total des aides américaines à l’Afghanistan depuis 2001 a représenté jusqu’à maintenant 14,2 milliards.

________________________________________________________________

 





Après la France, retour difficile au Québec !

31 01 2007

Des temps difficiles pour André Boisclair, chef du Parti québécois ! De retour de France pour des rencontres politiques, monsieur Boisclair , l’homme par qui le scandale de Ségolène Royal est arrivé, se voit confronté aux sondages locaux. Une descente aux enfers ! Depuis son arrivée, le Parti québécois a perdu 16 points de pourcentage dans les intentions de vote. Pire. Son leadership et sa capacité de gouverner sont mis à mal : André Boisclair ne fait pas mieux que son rival, Mario Dumont, chef de l’Action démocratique du Québec, avec seulement 22 pour cent de la population qui croit qu’ils sont aptes à gouverner ! Le Parti libéral du Québec, du premier ministre Jean Charest, récolterait 36 pour cent des voix contre 35 pour cent pour le Parti québécois. Si un référendum sur la souveraineté du Québec avait eu lieu cette semaine, le non aurait remporté 54 pour cent des voix, contre 46 pour cent pour le oui. Sonné par les sondages Léger Marketing et CROP qui confirment la baisse de popularité du Parti québécois et de son chef, au profit de l’Action démocratique, et, surtout, des libéraux de Jean Charest, l’ancien député et ami de René Lévesque, monsieur Yves Michaud, souverainiste depuis toujours, croit que, pour éviter une défaite certaine lors du prochain scrutin, les militants du PQ devraient changer de chef dès maintenant, même si M. Boisclair n’est aux commandes que depuis novembre 2005. Dans une lettre ouverte au quotidien Le Devoir, l’écrivain Victor-Lévy Beaulieu est, pour sa part, impitoyable : « Ce politicien-là souffre d’une grande carence : il n’a pas d’être identitaire, il n’a même pas l’air de savoir qu’il est Québécois et que de l’être signifie d’abord un devoir de solidarité sociale et culturelle. » Pour sa part, le chef de l’Action démocratique du Québec, Mario Dumont, ne pouvait que se réjouir des résultats du sondage Léger Marketing-Le Devoir qui montrait que son parti avait gagné quatre points de pourcentage, à 24 %. Selon le chef adéquiste, « le gigantesque problème d’André Boisclair, c’est d’avoir tenu le haut du pavé pendant un an sans que l’électorat sache aujourd’hui quelles sont ses idées. »


 

 





Faut-il installer Vista et à quel prix ?

31 01 2007

Vista

Introduction

6 milliards de dollars, 2.000 développeurs, 50 millions de lignes de code, sans compter les quelques milliers de bêta-testeurs, une interface graphique revue, de nombreux logiciels intégrés, le nouvel OS de Microsoft, Windows Vista, demande une puissance accrue des machines. Microsoft recommande, pour une utilisation optimale de Vista, un processeur 32 ou 64 bits cadencé à 1GHz, 1 gigaoctet de mémoire vive, une carte graphique DirectX 9 accompagnée de 128Mo de mémoire, un disque rigide d’au moins 40 giga-octets avec 15 giga-octets d’espace disponible, un lecteur DVD, une carte son et, bien entendu, un accès Internet.

Face à cette danse des milliards auxquels je ferai référence ci-bas, je m’interroge et je m’inquiète des nouvelles tendances que semblent vouloir imposer, à l’ensemble des consommateurs, Microsoft et l’industrie informatique dans son ensemble. Afin d’éviter toute ambigüité, je travaille sous Windows XP et je viens d’acquérir un ordinateur double cœur avec un gigaoctet de mémoire vive. Bref, je serais prêt à migrer vers Windows Vista. Mon scepticisme fait fuir cette tentation de migrer vers Vista. Trop d’inconnus me font douter de la pertinence d’un tel choix. Au cours de la prochaine analyse, voyons ce qui milite en faveur de cette migration et ce qui pourrait limiter considérablement ce choix.

__________________________

Les ventes en 2007

Au cours de la prochaine année 2007, les analystes prévoient des ventes d’environ 100 millions de PC fonctionnant sous Vista, ce qui représenterait quelque 10 pour cent des ordinateurs dans le monde. Le nouveau système d’opération WINDOWS VISTA devait

  • rapporter 4 milliards de dollars supplémentaires à Microsoft
  • générer 70 milliards de dollars pour le secteur informatique mondial
  • créer des dizaines de milliers d’emplois.

La vente de logiciels représente pour Microsoft environ 30 pour cent de son chiffre d’affaires et deux-tiers de son bénéfice d’exploitation. A n’en pas douter, Windows Vista constitue un enjeu de taille puisque Microsoft espère qu’au moins 60 pour cent des acheteurs se tourneront vers la version Premium de l’OS. Réaliste toutefois, Microsoft doit se rappeler du fait que si 85 pour cent des particuliers ont opté pour Windows XP, ce système d’exploitation n’est présent – cinq à six ans après sa sortie – que dans 60 pour cent des PME/PMI.

Ted Schadler, analyste chez Forrester et auteur du rapport «Prévisions du taux d’adoption de Windows Vista chez les consommateurs», estime pour sa part que le pactole ne sera pas au rendez-vous : douze millions de foyers adopteront Vista en 2007 et que ce nombre s’élèvera à 73 millions qu’en… 2011. L’analyste considère donc que Microsoft doit faire davantage d’efforts pour pousser de l’avant les ventes de son nouveau système d’exploitation. « Ce n’est pas parce que la compagnie a été en retard dans ses échéanciers que c’est au consommateur de payer la facture », écrit-il.

Question : quelle était l’urgence de proposer aux consommateurs un nouveau système d’exploitation qui oblige ces derniers à modifier substantiellement leur PC ? Qui y gagne ? Le consommateur ou l’industrie ?

__________________________

Migration de XP vers VISTA

Si vous possédez actuellement une licence Familiale de Windows XP et que vous comptez par exemple acheter une version mise à jour Familiale Premium de Vista, l’installation ne pourra se faire que si l’ancien système est installé. Il sera impossible donc d’utiliser le DVD d’installation de Vista mise à jour pour installer un système neuf. En cas réinstallation complète, il est obligatoire de disposer de l’ancien système, de l’installer au préalable avant même de penser à faire la mise à jour Vista. Les versions complètes ne possèdent aucune de ces limitations qui risquent fort d’agacer les utilisateurs. Pour ceux ou celles qui préfèrent poursuivre avec Windows XP, le support technique de Windows XP, éditions Familiale et Media Center, prévu à l’origine se terminer en avril 2009, va être étendu jusqu’en 2014.

Question : Microsoft se sert-il de sa position dominante pour dicter des règles le favorisant au détriment des droits des consommateurs ? Cette limitation n’a-t-elle pour seul objectif qu’enrichir Microsoft et appauvrir le consommateur qui n’a d’autre droit que d’opter pour une version complète ?

__________________________

Les commentaires des initiés

Bruno Guglielminetti, du quotidien Le Devoir, ne fait pas dans la dentelle : « Après avoir eu droit à l’équivalent de deux heures de cours intensif pour apprivoiser la bête, gracieuseté des divers services de Microsoft, je n’y vois encore qu’une mise à jour de Windows XP. On a changé l’interface, on a ajouté un module de gestion de l’information très robuste, beaucoup mieux qu’auparavant et on a ajouté quelques couches supplémentaires de sécurité. Trois fonctions importantes certes, mais, quand même, rien à voir avec la révolution qu’ont amenée Windows 95 ou XP dans nos vies. […] En partant, le nouveau Vista demande trop d’une machine; à moins d’avoir déjà fait l’acquisition d’un de ces nouveaux PC qui carburent aux doubles processeurs, vous risquez de vous retrouver avec une trottinette alors que vous aviez une motocyclette. […] Et si vous vous demandez encore pourquoi Microsoft mettra sur le marché demain sa nouvelle version du système d’exploitation alors que votre Windows XP fonctionne encore très bien. Dites-vous que c’est une question d’argent. Microsoft a besoin de faire entrer des centaines de millions de dollars dans ses coffres pour financer ses opérations ailleurs dans l’industrie, notamment dans le développement de toute l’offre gratuite sur Internet, pour ne pas perdre devant le géant Google. »

Clubic a procédé à une excellente analyse en profondeur de Windows Vista. L’équipe de rédaction conclut que : « Windows Vista est un bouleversement majeur de nos habitudes informatiques quotidiennes, oui, Windows Vista n’est pas parfait, oui, Windows Vista est plus gourmand que ses prédécesseurs, mais non, il ne s’agit certainement pas d’un simple « skin » de Windows XP. En définitive, les qualités de Vista nous semblent suffisamment nombreuses et convaincantes pour que le système s’impose. Il faudra cependant du temps et rien ne presse encore pour les utilisateurs de Windows XP d’autant qu’en bons arbitres nous décernons à Microsoft un carton rouge pour les prix artificiellement élevés de Vista en Europe et un carton jaune pour le choix de Microsoft d’interdire les installations « propres » avec les éditions mises à jour de son nouveau système d’exploitation. »

La rédaction de 01net, qui a consacré également une excellente analyse de Windows Vista, commente ainsi cette nouvelle mouture : « Chez Microsoft, les versions se suivent et se ressemblent bien plus qu’il n’ose l’avouer. Pour ne plus être qualifié de « passoire », le Service Pack 2 de Windows XP a emprunté à Vista une partie de ses fondations. Celles-ci sont donc d’ores et déjà disponibles pour les utilisateurs de XP. C’est aussi le cas de plusieurs composants, accessibles gratuitement en téléchargement : le navigateur Internet (Internet Explorer 7), l’antispyware (Windows Defender), le gestionnaire multimédia (Windows Media Player) le moteur de recherche (Windows Desktop Search) et autres. »

Faut-il s’en surprendre, Linus Torvald, le père de Linux, se montre sceptique face au Windows Vista qui, selon lui, n’apporte aucune avancée révolutionnaire. « Je ne pense pas que quelque chose comme Vista puisse changer la façon de travailler des gens. Je pense qu’à un certain degré, il a été présenté comme quelque chose de complètement nouveau mais je ne pense pas que ce soit une réalité », a-t-il déclaré au site Computerworld. « L’interface de Vista apparaît certes différente mais ne change pas fondamentalement le système d’exploitation », a-t-il précisé. « Une des choses que nous devons noter concerne la configuration matérielle très puissante requise pour faire tourner Vista, et cela pourrait finalement aider Linux parce que les gens vont remarquer que Linux peut être installé et très bien tourner sur leurs machines même si ces mêmes machines ne peuvent accueillir Vista ».

David Barth, vice-président de Mandriva (éditeur français éponyme d’une distribution Linux) n’y allait pas par quatre chemins : « L’aspect 3D est en retard par rapport à Linux ou Mac OS, […], Internet Explorer copie Firefox, le produit est « lourd », avec des prérequis matériel vertigineux. L’OS de Microsoft ressemble à un dinosaure aux couleurs un peu passées. »

Question : Quelle part faut-il accorder à l’objectivité de ces commentaires ? Vaut-il mieux ainsi attendre avant d’installer la version Windows Vista ? Quelle valeur ajoutée cette version offre-t-elle au simple utilisateur d’un ordinateur ? Les contraintes sont-elles un frein suffisamment sérieux à l’adoption de cette nouvelle version ?

__________________________

Des fonctions cachées

À la demande d’Hollywood, Microsoft a ajouté, dans Vista, une fonction de protection contre les copies numériques des films haute-définition. Pour lire un film en qualité haute-définition avec un PC sous Windows Vista, il faut avoir un écran compatible HDCP, sinon la qualité est dégradée. Pour gérer cette « fonctionnalité », Microsoft doit payer une licence qui est au final supportée par le consommateur. Double peine. Windows effectue chaque seconde 30 vérifications pour s’assurer que le contenu haute-définition ne subit pas d’attaque. Ce sont des millions d’utilisateurs pénalisés pour éviter à quelques hackers de réaliser des copies des films. Ce sont aussi des milliers d’heures de recherche et de développement dépensées dans cette folie paranoïaque de la surprotection des données et des œuvres.

En quelques semaines, le château de cartes s’écroule. Le HD DVD d’abord, puis rapidement le Blu-Ray, ont été compromis par un seul homme, muslix64. Il est parvenu à réaliser des copies des films haute-définition sans même casser la protection AACS, mais simplement en simulant un logiciel de lecture. Et l’on apprend aujourd’hui que les DRM si coûteux de Windows Vista sont à leur tour craqués.

Joe Wilcox, analyste chez Jupiter Research, explique que Microsoft tente de servir deux maîtres : Hollywood qui veut que son contenu soit protégé coût que coût, et le consommateur qui veut accéder facilement et naturellement à tout son contenu. Microsoft n’est pour autant pas directement responsable de cet état de fait. L’industrie décide, l’industrie choisit et l’industrie implante de nouvelles technologies, et si la firme de Redmond ne souhaitait pas intégrer ces technologies, son système serait irrémédiablement mis au ban des « grands » de ce monde.

Peter Guttman, un ingénieur de l’Université de Auckland en Nouvelle Zélande, publiait sur Internet un essai appelé « Une analyse des Coûts de la Protection des Contenus de Windows Vista« . A consulter rapidement la version française de cette analyse.

La Fondation pour le Logiciel Libre (Free Software Foundation, FSF), « Defective by Design » exhorte tout les techniciens à s’engager dès le début de la campagne. « Les techniciens sont très conscients des dangers que posent les DRM », a déclaré Peter Brown, directeur général de la FSF. « Nous considérons ceci comme le bout de l’iceberg et il est de notre devoir d’agir à ce sujet ». Selon Brown, la communauté technologique est particulièrement qualifiée pour mener cet effort. « Nous sommes au courant de la connivence des grands médias, des fabricants de matériel et des éditeurs de logiciels propriétaires pour nous enfermer », poursuit-il. « Ils veulent infiltrer leurs DRM dans tous nos ordinateurs et dans toutes nos maisons. »

Questions : Encore une fois, Microsoft tente de servir le roi tout en ménageant les sujets. Faudra-t-il un jour que les gouvernements révisent la notion même de droit de propriété et le droit à une utilisation complète d’un logiciel après rémunération ? Microsoft peut-il, de sa position dominante, favoriser l’industrie et imposer en catimini des restrictions et des barrières aux utilisateurs de Windows Vista ?

__________________________

La concurrence

Le Comité Européen pour les Systèmes interopérables (ECIS) dénonce à nouveau les dérives du nouveau système d’exploitation de Microsoft. Windows Vista enfreindrait la réglementation européenne sur la concurrence et constituerait donc un frein à la libre concurrence. Est cette fois mis en cause le XAML qui serait programmé pour remplacer le HTML, tout en étant dépendant de la plateforme Windows. L’Europe commence à se pencher sérieusement sur le cas Vista après que le Comité Européen pour les systèmes interopérables eût dénoncé les pratiques de Microsoft appliquées dans Vista. « Les même pratiques qui ont été jugées illégales par la Commission Européenne il y a trois ans sont à présent mises en œuvre dans Vista », explique le comité. Microsoft ne crie pas trop fort que le lancement de Windows Vista coïncidera jour pour jour avec celui d’Office, sa suite bureautique, et Windows Live OneCare, son antivirus grand public.

Il semblerait qu’une « Edition N » de Windows Vista, comparable à Windows XP N, soit déjà sortie des presses de Microsoft et pourrait être disponible à la vente en même temps que les autres versions. Cette édition N, qui propose une version de Windows dépourvue de certains outils comme Windows Media Player, sera vendue au même prix que les versions « Edition Non N ». Qui voudra acheter une version moindre à un prix égal ?

Question : Au-delà des vœux pieux, s’agit-il ici de gros sous ? Le Comité européen doit-il se donner une obligation de vigilance à l’égard des pratiques illégales de Microsoft dénoncées par la concurrence ? Le même comité risque-t-il sa crédibilité en faisant droit aux dénonciations de la concurrence ? Le Comité européen va-t-il réagir face à l’intention de Microsoft d’offrir une version N au même prix qu’une version intégrale, sachant en cela que Microsoft se joue bien des efforts de l’Union pour satisfaire tout un chacun de l’industrie ? Qui est le dindon de la farce ?

__________________________

Open Source ou Closed Source ?

Le Parlement de la Communauté française et le Parlement francophone bruxellois viennent de lancer ensemble un marché public portant sur la réalisation d’un ensemble d’outils de gestion du travail parlementaire. Le projet Tabellio doit être développé sous licence libre. Né de cette volonté de partager les coûts et éventuellement de rendre le fruit de ce travail disponible à d’autres institutions, belges ou étrangères, le cahier des charges prévoit donc que, lors de la phase d’analyse, le soumissionnaire choisi devra prendre contact, pour chaque module à développer en open source des projets ou pour rechercher des projets ayant déjà été développés dans une solution similaire.

L’United Nations University de Maastricht a effectué, pour le compte de la Commission européenne, une étude sur l’impact des logiciels « open source » relativement à l’innovation et à la concurrence dans le secteur ICT européen. Les résultats abondent nettement dans le sens de l’open source. L’open source s’avère dans quasiment tous les cas substantiellement meilleur marché que le « closed source » et rapporte aussi davantage à l’économie. Potentiellement, ces logiciels permettraient d’économiser, au cours des vingt prochaines années, 36 pour cent des dépenses R&D. Les enquêteurs ont également calculé que la part de l’open source dans l’ensemble des investissements en logiciels passera des 20 pour cent actuels à 40 pour cent, ce qui ferait croître le BIP de l’UE de 0,1 pour cent (sans compter les avantages pour l’industrie ICT même). Cela représenterait annuellement 10 milliards d’euros supplémentaires pour l’économie. La Commission européenne s’accorde un espace critique face à la campagne « Get the Facts » de Microsoft.

Question : Quelles sont les tendances de l’Union européenne face au débat entre open source et closed source ? Quels efforts consent l’Union européenne pour accorder à l’industrie des logiciels libres une aire de développement et d’innovation ? Existe-t-il au sein de l’Union et de ses constituantes un Projet Tabellio ?

__________________________

Mac ou Windows Vista ?

J’invite les utilisateurs à poursuivre leur questionnement en consultant les liens suivants :

Dans l’actualité

Yahoo Questions/réponses

Yahoo Questions/réponses II (avec des liens vidéo instructifs)

Un débat télévisuel sur Youtube

Conclusions

Beaucoup de questions. Un scepticisme croissant. Qui, du consommateur ou de l’industrie, aura raison ?





Quoi de neuf de ce côté-ci de l’Amérique ?

30 01 2007

La petite humanité du Québec rugit : après Hérouxville qui refuse la lapidation des dames, place publique, (voir blog du 28 janvier 2007), voilà qu’un policier bien intentionné se fait le chantre d’une immigration respectueuse du pays d’adoption en des termes on ne peut poétiques : « On peut bien accepter les ethnies, mais pas à n’importe quel prix. Si tu veux te joindre à notre beau pays, tu devras faire certains compromis », « Pis ceux qui sont pas contents, crissez-moi votre camp », « Y’a des limites à s’faire chier dessus Par une minorité de trous de cul » Un policier du Québec a, de façon bien anonyme, composé une chanson d’abord confidentielle (par sa diffusion restreinte) puis largement controversée sur l’immigration (par sa diffusion de masse sur Internet). Le policier aurait lui-même prévenu ses supérieurs que la chanson s’est rapidement propagée dans Internet. Au cours des 86 secondes que dure la mélodie, le chanteur invite les immigrés à « se fondre à la masse » car « vos accommodements raisonnables, on est pu capables ». La chanson s’intitule Ça commence à faire là. Notre policier compositeur poursuit ainsi sa rengaine : « notre culture se fait cracher dessus » et « si t’es pas content de ton sort, il existe un endroit qui est l’aéroport ». Cé-t’y pas beau, ça ? Le policier compositeur, âgé de 37 ans, est à l’emploi du Service de Police de la ville de Montréal depuis une quinzaine d’années. Il a comparu devant un comité de discipline et une enquête a été ouverte. Les réactions maintenant : l’imam controversé de la mosquée Al Qods, Saîd Jaziri, réclame le congédiement du policier. C’est normal, dit-il, on doit donner une leçon à cet agent et à tout le corps policier. Pour sa part, Steven Slimovitch, de l’organisme B’nai B’rith, désapprouve le contenu de la chanson mais n’exige pas le congédiement du policier. Les opinions du public ?

« Je suis français, résidant permanent, donc immigrant au Québec. Le policier a raison. Quand on immigre dans un pays, on doit respecter les lois de ce pays et non essayer de les changer. » Fabrice Planchet – «BRAVO, BRAVO et encore BRAVO ! Non il n’est pas allé trop loin. Finalement les Québécois (peu importe leur origine) se font entendre. » Pierre Legault.

(Pour entendre la chanson incriminée, je connais votre curiosité, cliquez sur ce lien! Avertissement : langage et faits évoqués très locaux)

___________________________________

 

Humanité… humanité conjuguée au féminin : madame Lise Payette a, au début des années 1970, occupé une place importante à la télévision nationale du pays. Elle a été élue en 1976 sous la bannière du Parti Québécois et nommée ministre sous le même gouvernement. Par la suite, elle s’est mise à l’écriture de téléromans avec un certain succès. Elle est aujourd’hui columnist au quotidien Le Journal de Montréal. Voici son analyse sur la candidature des femmes :

Au Rwanda, depuis le génocide, les femmes occupent la moitié des postes du Parlement. C’est le seul pays au monde dans ce cas. Comme les hommes font rarement de cadeaux aux femmes dans ce domaine, on peut penser que le pays était dans un tel état que les hommes n’ont pas eu envie de reprendre totalement le pouvoir.

Ils ont laissé des femmes entrer au Parlement pour régler la tragédie dans laquelle le Rwanda s’est retrouvé. Les femmes tiennent leur bout.

Ici, les membres du Parti québécois ont levé le nez sur une femme hautement qualifiée (n.d.r. Mme Pauline Marois) sous prétexte qu’ils n’aimaient pas la façon dont elle s’habillait ou la façon dont elle parlait. […] Il y en a qui disent que le PQ se retrouve maintenant avec un contenant qui n’a pas de contenu (n.d.r. Monsieur André Boisclair). Ironie du sort.

Le droite française a lancé l’attaque contre Ségolène Royal avec la même hargne que celle qui animait les membres du PQ lors de la course à la direction. Cette femme a une longue expérience politique, ne peut pas ouvrir la bouche sans que quelqu’un, quelque part, l’assassine d’un : Elle dérape, elle ne connaît pas ses dossiers.

[…] Si vous pensez que ça joue sale quand les femmes se risquent au plus haut niveau en politique, attendez de voir ce qui attend Hillary Clinton. Pauline et Ségolène, ça risque d’être de la petite bière comparé à ce qui va se faire aux USA pour stopper Hillary. Good Luck.

___________________________________

 

La petite humanité du porno est sollicitée : 57 milliards de dollars, revenus que génèrerait annuellement l’industrie pornographique à travers le globe constitués en grande partie des ventes/locations issues du marché vidéo ! Les producteurs de cinéma pornographique devaient notamment affirmer leur position dans la bataille entre le Blu-Ray et le HD DVD. Parmi les raisons évoquées figure en première place le coût de fabrication des disques HD DVD, bien moindre que le Blu-Ray qui demande des matériaux et des usines spécifiques (Sony a démenti refuser la pornographie sur ses Blu-Ray). Dans cette industrie des plus rationnelles économiquement, le choix s’est fait tout seul. La Blu-ray Disc Association a confirmé qu’elle souhaitait travailler avec n’importe quel studio pour proposer des contenus qui pourraient encourager la démocratisation du format. Qu’il soit question de contenu pornographique ou non. Une annonce qui confirme donc les propos de Sony tenus il y a quelques jours au sujet des rumeurs. Au Japon des titres pornos sont déjà proposés au format Blu-ray depuis la fin 2006 via le studio « GLAY’z .

___________________________________

Une petite humanité de l’Internet se forme : Internet a tout simplement révolutionné nos façons de rencontrer les autres et d’entretenir des liens : « c’est une extraordinaire matrice qui permet de rencontrer de façon fulgurante une quantité incroyable de gens, constate le sociologue Pascal Lardellier, spécialiste des nouvelles technologies. » Avec une très grande simplicité dans la mise en relation : le tutoiement est de rigueur, les formules de politesse sont balayées et les premières présentations quelquefois sommaires (sexe, âge, ville). « Sur le web, les rencontres sont finalement moins codifiées, remarque Emma, on va droit au but. Et d’une certaine manière, l’échange en devient plus authentique. » Ce que Katia, surfeuse depuis plusieurs années sur les forums de Psychologies.com, résume d’une très jolie formule : « J’y rencontre beaucoup de gens et je vais plus rapidement vers leur profondeur. » Un article passionnant et déroutant sur la naîveté de certains propos. Autre siècle… autres moeurs !

___________________________________

La grosse humanité de consommateurs se fait discriminer, selon le pays où elle habite : Le fabricant Sony augmente les prix de sa console PS3 au Canada. Il estime sans doute que celle-ci, pourtant la plus coûteuse sur le marché, est trop « bon marché ». Selon le site GamersReports, le prix de la PS3 au Canada a augmenté de 40 dollars. Le nouveau prix est 699,99 dollars canadiens (environ 459 euros). Les sites BestBuy et Futureshop ont modifié leurs prix de vente pour ce produit, vendu précédemment à 659,99 dollars canadiens. Sony veut sans doute aligner le prix canadien sur celui pratiqué aux États-Unis. Vive la différence ! Vive Sony !

___________________________________

La petite humanité de l’Internet se laisse influencer par quelles marques de commerce ? Selon BrandChannel, les marques et sites qui ont dominé Internet en 2006 sont, pour les entreprises d’Amérique du Nord (États-Unis et Canada), Apple (1er), YouTube (2e), Google (3e), Starbucks (4e) et Wikipedia (5e). En Europe et en Afrique, les marques et sites les plus influents sur Internet sont Ikea (1er), Skype (2e), Nokia (3e), Zara (4e) et Adidas (5e) composent ainsi le top 5, tandis que H&M (6e), BMW (7e), Audi (8e), Puma (9e) et BBC (10e) complètent le top 10. Pour ce qui concerne l’Asie-Pacifique, la pole position revient à Sony (1er), Samsung (4e) et LG Electronics (7e). Cette enquête a été réalisée auprès de 3625 personnes à travers le monde, dans 99 pays différents.

___________________________________

La petite humanité du monde virtuel est en ébulition : qu’ont en commun IBM, Sears, le Parti socialiste de France, le Front National, Reuter et la Suède ? Tous ont ouvert un bureau dans l’univers virtuel de Second Live le jeu qui fait de plus en plus d’adeptes (et de chiffre d’affaires) dans le monde. Le FN se targue d’être « le premier parti politique français et européen à établir une présence officielle et permanente sur Second Life, et la seule organisation officielle française à y être présente. » Il fallait s’y attendre, après le FN, ce fut au tour du PS d’ouvrir une antenne dans Second Life. Dans quelques jours, la Suède sera le premier pays à franchir le cap en inaugurant une ambassade qui servira de portail d’informations sur le pays. Notons enfin que l’agence d’information Reuters va également ouvrir un bureau virtuel dans le jeu Second Life.

___________________________________

L’humanisme de Microsoft : Selon le cabinet d’études IDC, chaque dollar gagné par Microsoft avec la vente d’un système d’exploitation génère 21 dollars supplémentaires pour l’ensemble de l’industrie de l’informatique dans le monde. Selon HP, depuis la sortie fin novembre de Windows Vista pour les entreprises, les grands comptes ne se sont pas précipités sur le nouveau système, préférant tester au préalable sa robustesse et sa compatibilité avec leurs logiciels. D’après le cabinet Gartner, Windows Vista ne devrait pas dépasser 10% de parts de marché d’ici 2007. Alors que la pénétration de Windows XP chez les particuliers atteint 85%, selon Microsoft elle n’est que de 60% dans les grands comptes, cinq ans après sa sortie.

Adobe, IBM, Linspire, Opera, Oracle, RealNetworks, Red Hat et Sun ont dénoncé une fois de plus Microsoft pour pratiques illégales dans communiqué conjoint du 26 janvier 2007 : « Avec Vista, Microsoft maintient ses pratiques illégales (…) Celles-ci vont freiner la concurrence sur les marchés des PC et des serveurs, et étendre les standards fermés à l’environnement Internet basé sur des standards ouverts. Les mêmes pratiques qui ont été jugées illégales par la Commission il y a trois ans sont à présent mises en oeuvre dans Vista ». L’association demandait à la Commission de mettre un terme aux pratiques « qui préservent les monopoles existants de Microsoft et risquent d’élargir sa domination à d’autres secteurs, l’informatique basée sur le web incluse ». L’alerte de l’ECIS fait suite à une plainte déposée l’an dernier auprès de l’autorité européenne en charge de la concurrence. En effet, déjà condamné en 2004 à près de 500 millions de dollars pour pratiques anti-concurrentielles avec Windows XP, l’éditeur pourrait à nouveau être poursuivi au niveau européen pour des pratiques similaires. Pour sa part, Microsoft affirme avoir modifié son nouveau système d’exploitation à l’issue d’un «dialogue constructif» avec la Commission européenne. « Microsoft a accepté d’apporter un certain nombre de changements à Windows Vista en réponse aux indications que le groupe a reçues de la Commission européenne », explique Brad Smith, principal avocat du numéro un mondial des logiciels. L’éditeur ne donne pas de précisions sur ces changements mais on se doute qu’ils concernent la recherche et la sécurité.

___________________________________





Un regard ou deux sur l’humanité…

29 01 2007

«Au nom du divertissement, les jeux vidéo font la promotion de la violence et de comportements antisociaux, en plus de montrer la sexualité comme un acte trivial», a expliqué Benoît XVI dans son discours en prévision de la 41e Journée internationale des communications le 20 mai prochain. C’est d’autant plus dégoûtant lorsque ces jeux sont destinés à des enfants et des adolescents», a-t-il ajouté. Il m’aurait plu de connaître de la part de Sa Sainteté le nom du dernier jeu auquel il a cédé à la tentation de jouer, son score, et ses raisons critiques et professionnelles de l’aimer ou de l’haïr.

Selon les estimations du cabinet d’études International Data Corporation, 40 pour cent du marché américain de la formation (e-learning) recourra, en 2008, à la simulation. En Europe, le phénomène est plus récent. En France, une vingtaine de sociétés spécialisées dans le jeu vidéo se sont ouvertes à ce marché et ont développé des jeux dans les domaines de la santé, la défense, l’industrie, l’humanitaire ou le management. «Food Force», Food Force est un nouveau jeu vidéo éducatif présenté par le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM). Le projet a été développé pour aider plus particulièrement les enfants à se familiariser avec la lutte contre la faim dans le monde. Le jeu peut être téléchargé gratuitement sur le site www.food-force.fr. C’est le premier jeu vidéo éducatif sur le thème de la faim dans le monde et des efforts mis en œuvre pour nourrir les personnes souffrant de la faim. Il est conçu pour des enfants de 8 à 14 ans. Mission réussie, le jeu a été téléchargé 4,5 millions de fois dans 189 pays depuis son lancement en avril 2005. Dans le même esprit, conçu au sein d’Habitat, le laboratoire des nouveaux médias du Centre canadien du film, «Pax Warrior» est un jeu de stratégie en ligne s’inspirant de faits réels et dans le cadre duquel les joueurs doivent prendre des décisions extrêmement difficiles et complexes et qui ont des conséquences. Ce jeu vise ainsi à inciter les élèves de 14 ans et plus à utiliser la pensée critique pour analyser des événements internationaux.

 

_________________________________

 

Les plus grands noms de la presse politique américaine quittent leurs emplois bien rémunérés de journalistes et chroniqueurs de la presse écrite pour joindre les rangs de The Politico, un site Internet qui sera appuyé d’une contrepartie papier (et non pas l’inverse). A voir le documentaire de Politico sur le discours de l’État de l’Union.

Politico

 

_________________________________

Des milliers d’Israéliens chercheraient refuge au Canada. Selon deux quotidiens israéliens, Yediot Ahronot et Maariv, au moins 3000 Israéliens ont demandé l’asile au Canada depuis 2000. Maariv ajoute que 500 de ces demandes ont été acceptées. Les deux quotidiens se basent sur des données obtenues du ministère israélien des Affaires étrangères. Certains des Israéliens qui ont demandé refuge au pays auraient dit craindre des attentats terroristes palestiniens. D’autres évoquent des risques de violence conjugale.

_________________________________

 

Comme l’indiquait le Monde diplomatique, dans son édition de novembre 2006, aux États-Unis, 6,9 millions de personnes, majoritairement des pauvres, Noirs et Hispaniques, se trouvent en détention (2,2 millions) ou en liberté surveillée, plus de la moitié d’entre elles ayant été condamnées pour des infractions sans violence liées à la drogue et à des délits économiques mineurs. Pourtant, près de 2 % de cette population font l’objet d’une ségrégation administrative, pour employer l’euphémisme consacré. Incarcérés dans des unités de sécurité fortifiées, véritables prisons dans la prison, ces détenus sont placés sous surveillance électronique et enfermés entre vingt-trois et vingt-quatre heures par jour dans des cellules minuscules et sans fenêtre, aux portes en acier, qu’ils quittent périodiquement, accompagnés par des gardes armés, pour les douches et des exercices qu’ils effectuent enchaînés et dans des cages. […] Les droits politiques et civiques du prisonnier ont été sévèrement amputés ces dix dernières années. […] Malgré un discours officiel qui prétend le contraire, la violence est chose courante dans les établissements pénitentiaires américains. Torture, humiliations, traitements dégradants, agressions sexuelles, attaques armées ou avec des chiens, extorsions et sports sanguinaires ont toujours fait partie de la culture du personnel pénitentiaire aux États-Unis. […] Les photographies de la prison d’Abou Ghraib ne révélaient pas les pratiques de quelques « brebis galeuses ». Ces clichés dévoilaient le mode de fonctionnement de la prison légale, actuelle, à la pointe de la modernité. […]».

La projection d’un film – au Sundance Film Festival – sur la prison irakienne d’Abou Ghraib – de Rory Kennedy – remet au devant de la scène le scandale des tortures subies par les prisonniers irakiens. Pour rappel, crée en 1981 par l’acteur Robert Redford, le Sundance Film Festival est devenu le plus important festival de films indépendants au monde. France24 met en ligne une excellente entrevue avec Rory Kennedy, de la dynastie du même nom.

 

_________________________________

 

Deux artistes au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Jean-Pierre Ferland, une sortie… une entrée

 

Le 13 janvier, devant 13 500 personnes, le chanteur québécois Jean-Pierre Ferland, âgé de 72 ans, a présenté ses adieux à Montréal. À peine sa retraite prise, il vient d’être intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens. Au cours de la cérémonie, les artistes Isabelle Boulay, Laurence Jalbert et Mario Pelchat ont tour à tour interprété des chansons de Jean-Pierre Ferland, tandis que Patrick Bruel a transmis un hommage enregistré depuis Paris. Dire que trois mois avant, il avait dû reporter son spectacle d’adieu en raison d’un malaise causé par l’obstruction de sa carotide.

«Joni Mitchell a été un parangon d’excellence»

«Il n’y a pas eu un autre artiste comme Joni Mitchell. Elle était déjà très douée, que ce soit au chapitre de sa voix ou de ses mélodies, mais elle avait une façon d’envelopper tout ça afin de nous révéler sa propre vision des choses, une vision que vous pouviez adopter. Elle vous touchait par sa musique, » écrit Lefsetz, dont l’incisive chronique en ligne Lefsetz Letter dérange régulièrement l’industrie de la musique par son honnêteté crue avec laquelle il en traite. Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens reconnaissent enfin Joni Mitchell comme étant l’un des auteurs-compositeurs les plus importants au Canada, et toute une brochette d’artistes lui ont rendu hommage.

_________________________________

 

Présidentielle : La polémique déclenchée par le couple Hollande-Royal sur leur niveau de patrimoine est révélatrice du sentiment général des Français : est perçu comme riche celui qui gagne ou possède plus que soi. Avec son compagnon, François Hollande, Ségolène Royal paie depuis deux ans l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Le couple serait donc fortuné ou, à tout le moins, riche. Mais la candidate socialiste récuse ce qualificatif. « Je suis aisée », a-t- elle seulement admis sur RTL. Réaction insolite ? […] Quel niveau faut-il atteindre pour être riche ? Les électeurs ont répondu 480 000 euros aux enquêteurs de CSA (évaluation médiane). A leurs yeux, avec un patrimoine approchant ou dépassant le million d’euros, Nicolas Sarkozy comme le couple Hollande-Royal font, à coup sûr, partie des riches. A lire impérativement Challenges pour une excellente analyse de la richesse individuelle.

_________________________________