Nos professionnels sous haute surveillance ! À quel prix ?

25 01 2007

Introduction

 

DoctissimoDoctissimo : Aux États-Unis, certains sites vont jusqu’à vendre des rapports d’évaluation des praticiens basés sur les témoignages de patients. Peut-on envisager une telle démarche en France ?

Dr Jean Doubovetzky : On est là dans une ambiance très américaine qui combine une notion de consommation de soins de santé mais également une qualité de soins parfois très variables. Notre situation en France est réellement différente et le lien médecin-patient supplante encore une logique consommateur-vendeur. Cependant, disposer de certains critères de base, comme l’accessibilité, pourraient apparaître utile dans des annuaires en libre consultation [i].

 

Universités

Les établissements d’enseignement supérieur et universitaire

Depuis 1999, un site américain donne aux étudiants la possibilité d’évaluer sur Internet leur professeur ! Ce site clame tout haut : RateMyProfessors.com has better, more accurate ratings! Il se permet même une liste – top50 – des meilleurs professeurs américains élus en vertu d’une vox populi. Il est également possible de classer chaque établissement scolaire ou universitaire cité en faisant un décompte des professeurs les plus populaires. La professeure Dacia Charlesworth, de l’Université Robert Morris a fait l’objet de 238 votes qui l’ont hissé à la première place du top50 des professeurs. Cette université regroupe 385 professeurs.

RateMyProfessors.com accueille les commentaires et les évaluations de milliers d’étudiants (ou autres personnes intéressées) des États-Unis, du Canada, de l’Écosse et d’Angleterre. Même s’ils n’ont fait l’objet d’aucune évaluation, les noms des professeurs de chaque établissement sont déjà répertoriés par institutions, en attente d’un commentaire ou d’un vote. Cela peut paraître irréaliste : le site américain RateMyProfessors.com aurait ainsi élaboré une liste d’un million de professeurs dans plus de 6000 établissements.

Médecine

 

L’évaluation de son médecin

Un autre site, américain également et créé en 2004, vise cette fois l’évaluation des médecins. RateMDs.com rassemble les noms de près de 59 000 médecins dont plus de 7000 médecins canadiens. Les promoteurs du site affirment n’appartenir à aucun corps médical ou organisation de la santé. Ce qui, à leurs yeux, leur évite tout conflit d’intérêt ! En raison de nombreuses déceptions par suite d’une consultation médicale ou de traitements inappropriés recommandés par leur médecin, ils ont décidé de mettre en place un site qui permettrait à divers autres patients de faire connaître également leurs frustrations ou leurs déceptions.

Le fonctionnement est simple : toute personne peut proposer le nom de son médecin et l’évaluer en ajoutant détails et commentaires. Pour aller plus loin dans l’évaluation du médecin, il suffit de s’inscrire gratuitement et d’obtenir un identifiant et un mot de passe. Ainsi, il est possible de modifier ou de commenter, selon les cas, une note positive ou négative sur un médecin de son choix. Tout cela dans un parfait anonymat. Les critères – au nombre de trois – fondés sur une échelle de un à cinq points nous renseignent sur les connaissances du médecin, son amabilité et sa ponctualité. Une moyenne générale est par la suite établie pour devenir une note finale.

Pour Julius Grey, spécialisé en droits de la personne et cité par le quotidien La Presse : « Le principe de liberté d’expression permet l’existence de ces sites. Tant qu’ils ne contiennent pas de propos diffamatoires, c’est correct. Cette tendance de notre société à tout évaluer et à tout comparer est regrettable, dit-il. C’est la mode présentement de tout classer. On a annuellement droit à un palmarès des écoles. Je suis sûre que vous pourrez trouver des sites d’évaluation des avocats », lance-t-il à la blague.

 

Hopitaux

L’évaluation des établissements de santé

Dans son édition du 17 janvier 2007, l’Express publiait le classement 2007 des hôpitaux les plus sûrs en ajoutant le commentaire suivant : « En 2005, 14% des établissements avaient refusé de répondre au questionnaire envoyé par les autorités de tutelle et ne pouvaient donc être intégrés dans le premier classement officiel. Cette année, ils sont à peine 3% et le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, espère bien obtenir 100% de réponses en 2007. « Pour la première fois, les réticences commencent à s’estomper, note Pierre Parneix. Des médecins, des hôpitaux acceptent de se comparer les uns aux autres. C’est déjà un bouleversement culturel majeur. Allez donc demander cela à des enseignants ou à des juges… »

Les démarches personnelles

Comscore (mesure d’audience sur internet) constatait, dans une étude publiée en décembre 2006, que les consommateurs consultent de plus en plus Internet pour acquérir des connaissances sur des traitements que leur médecin leur a prescrit. Ainsi, 33 millions d’internautes américains ont visité un site d’information médicale au troisième trimestre 2006, ce qui représente 13% de hausse par rapport au troisième trimestre 2005. De plus, 66% des personnes interrogées ont déclaré rechercher des informations sur les effets secondaires de médicaments qu’elles doivent prendre. Les pathologies les plus recherchées sont dans l’ordre, la dépression, les troubles de la personnalité, l’insomnie, et le cholestérol.

Conclusions

Beaucoup s’interroge sur cette nouvelle démocratisation des évaluations professionnelles. Un médecin, un avocat, un enseignant, un professionnel, aucun n’échappe au jugement populaire. Seules les règles d’attribution des notes pourraient basculer, en raison de leur anonymat permis, dans une vindicte qui s’effectuerait au mépris de la vérité.

Pourquoi serait-il nécessaire d’évaluer publiquement son psychiatre, son médecin ou son avocat après avoir reçu un service, si ce n’est que pour exprimer une satisfaction ou une vive protestation ? Un patient est insatisfait de son médecin, un élève n’approuve pas les notes que lui attibue son professeur, un client dénonce la facture qu’il considère trop élevée, hop! une petite dénonciation sur les sites d’évaluation de l’Internet. Existera-t-il des freins aux abus ? J’en doute.

 


[i] Comment choisir son médecin ? » de Jean Doubovetzky – éditions Balland – Prix : environ 22 €

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :