Après la France, retour difficile au Québec !

31 01 2007

Des temps difficiles pour André Boisclair, chef du Parti québécois ! De retour de France pour des rencontres politiques, monsieur Boisclair , l’homme par qui le scandale de Ségolène Royal est arrivé, se voit confronté aux sondages locaux. Une descente aux enfers ! Depuis son arrivée, le Parti québécois a perdu 16 points de pourcentage dans les intentions de vote. Pire. Son leadership et sa capacité de gouverner sont mis à mal : André Boisclair ne fait pas mieux que son rival, Mario Dumont, chef de l’Action démocratique du Québec, avec seulement 22 pour cent de la population qui croit qu’ils sont aptes à gouverner ! Le Parti libéral du Québec, du premier ministre Jean Charest, récolterait 36 pour cent des voix contre 35 pour cent pour le Parti québécois. Si un référendum sur la souveraineté du Québec avait eu lieu cette semaine, le non aurait remporté 54 pour cent des voix, contre 46 pour cent pour le oui. Sonné par les sondages Léger Marketing et CROP qui confirment la baisse de popularité du Parti québécois et de son chef, au profit de l’Action démocratique, et, surtout, des libéraux de Jean Charest, l’ancien député et ami de René Lévesque, monsieur Yves Michaud, souverainiste depuis toujours, croit que, pour éviter une défaite certaine lors du prochain scrutin, les militants du PQ devraient changer de chef dès maintenant, même si M. Boisclair n’est aux commandes que depuis novembre 2005. Dans une lettre ouverte au quotidien Le Devoir, l’écrivain Victor-Lévy Beaulieu est, pour sa part, impitoyable : « Ce politicien-là souffre d’une grande carence : il n’a pas d’être identitaire, il n’a même pas l’air de savoir qu’il est Québécois et que de l’être signifie d’abord un devoir de solidarité sociale et culturelle. » Pour sa part, le chef de l’Action démocratique du Québec, Mario Dumont, ne pouvait que se réjouir des résultats du sondage Léger Marketing-Le Devoir qui montrait que son parti avait gagné quatre points de pourcentage, à 24 %. Selon le chef adéquiste, « le gigantesque problème d’André Boisclair, c’est d’avoir tenu le haut du pavé pendant un an sans que l’électorat sache aujourd’hui quelles sont ses idées. »


 

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :