Mission de paix ou mission de sécurité ?

1 02 2007

J’ai traité ici même, en date du 31 janvier, les réticences qu’éprouvent les Canadiens à la présence des militaires en Afghanistan dans le cadre d’une mission de l’OTAN. Pour le Bloc québécois, « le gouvernement doit expliquer à la population que si nous sommes en Afghanistan, ce n’est pas pour servir les intérêts américains ou pour faire la guerre. L’Afghanistan n’est pas l’Irak, l’Afghanistan ne doit pas devenir un autre Irak ». Cette question vient d’être traitée dans le dernier rapport de l’Institut international pour les études stratégiques (IISS) intitulé « The Military Balance ».

En Afghanistan et en Irak, « les militaires occidentaux doivent davantage s’interroger sur les véritables attentes de la population locale et faire preuve de compréhension psychologique et culturelle pour saper le soutien dont jouissent les mouvements insurrectionnels. Les unités déployées en Irak et en Afghanistan n’ont pas reçu une formation leur permettant d’avoir un véritable impact psychologique positif dans leurs zones d’opérations. […] Les armées occidentales ont fait preuve d’une insuffisante capacité dans leurs efforts pour mettre en œuvre des opérations psychologiques et d’information », estime l’Institut international pour les études stratégiques (IISS) ».

Pour l’IISS, les États-Unis et les pays qui leur apportent un soutien militaire en Afghanistan et en Irak devraient porter plus d’attention à l’aspect psychologique de ces conflits. En Afghanistan, plus précisément, les bilans réguliers des forces de l’Otan annonçant des pertes dans les rangs adverses pourraient se révéler contraires aux effets recherchés car, pour les talibans, « la mort est une forme de victoire ». D’autre part, comme l’indique l’IISS : « The eradication of poppy without establishing proper replacement livelihoods appears to be playing into the hands of the insurgency and further complicating the task of stabilising the South ».

L’Otan, souligne-t-il, fait face dans ce pays à son défi le plus sérieux car la résistance inattendue des talibans met en évidence l’insuffisance de ses troupes sur le terrain et l’inadéquation de l’équipement de certains contingents. L’Alliance atlantique a déployé dans le Sud de l’Afghanistan, principal fief des talibans, des militaires américains, britanniques, canadiens et néerlandais.

__________________________________

 

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :