Toute vérité peut-elle ou doit-elle être dite ?

9 03 2007

L’Église catholique allemande au centre d’une polémique

L’exemple qui va suivre montre à quel point il est difficile d’émettre une opinion sur une situation politique lorsqu’elle est interprétée à travers le prisme d’un certain antagonisme religieux. L’Église allemande est au cœur d’une polémique. Des évêques allemands ont visité Israël et les territoires occupés. Ils sont revenus bouleversés. Ils ont émis des commentaires qui ont déclenché une salve de protestations. Voici les faits.

Les faits

Selon La Croix : « une polémique [vient] d’éclater en Allemagne entre la communauté juive, l’ambassadeur d’Israël à Berlin et des évêques catholiques de retour d’une visite, début mars, en Israël et dans les territoires palestiniens ». À leur retour, deux évêques allemands, Mgr Gregor Maria Hanke, évêque d’Eichstätt et le cardinal Joachim Meisner, archevêque de Cologne ont formulé des commentaires qui ont vraiment déplu à la communauté juive allemande. Selon la presse allemande, Mgr Hanke avait déploré les conditions de vie imposées aux Palestiniens dans les territoires autonomes, à l’issue d’une visite au mémorial de Yad Vashem, dédié aux victimes de l’Holocauste, qui concluait un séjour en Israël d’une semaine de 27 évêques catholiques allemands, conduits par le président de la conférence épiscopale, le cardinal-archevêque de Mayence (ouest), Karl Lehmann.

Archevêché de Berlin Mgr Gregor Maria Hanke a comparé les conditions de vie des Palestiniens de Cisjordanie à celles qui prévalaient lors du ghetto de Varsovie pendant la guerre : « Le matin, nous avons vu des photos du ghetto inhumain de Varsovie, le soir nous avons traversé le ghetto de Ramallah. C’est insupportable », avait-il déclaré. De son côté, le cardinal Joachim Meisner, archevêque de Cologne, avait comparé, selon le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, le « mur de protection » érigé par Israël au mur de Berlin : « Je ne pensais pas revoir quelque chose de ce genre au cours de ma vie. Ce mur tombera comme le Mur de Berlin avant lui ». Mgr Walter Mixa, évêque d’Augsburg, avait aussi dénoncé « une situation de ghetto », fondée sur une situation « de racisme ou presque ».

L’ambassadeur d’Israël en Allemagne, Shimon Stein, a réagi vivement et a critiqué les déclarations des évêques catholiques allemands, se disant « choqué » et « déçu » : « On peut avoir des opinions divergentes sur la politique d’Israël, on peut critiquer ce pays, mais cela dépend du choix des mots, des termes et des comparaisons historiques utilisées ». Pour Shimon Stein, les évêques allemands ont « diabolisé » l’État hébreu. L’ambassadeur a dit regretter que les évêques n’aient pas « contribué à la réconciliation et la paix » ainsi qu’au dialogue serein entre catholiques et juifs.

De son côté, dans un communiqué, le Conseil central des juifs en Allemagne, par la voix de sa présidente, Charlotte Knobloch, s’est déclaré « indigné et déçu » : « la visite des évêques catholiques en Israël avait initialement nettement dépassé les espérances et maintenant elle se termine par de tels dérapages », a déclaré Charlotte Knobloch. Dans une lettre adressée au président de la conférence épiscopale, Avne Shalev, président de Yad Vashem, a souligné que « les actions d’Israël n’avaient rien à voir avec celles des nazis ». S’il est légitime, selon lui, de critiquer les politiques du gouvernement israélien, « ces comparaisons injurieuses et injustifiées conduisent à affaiblir le souvenir de l’Holocauste et à apaiser la conscience de ceux qui voudraient amoindrir la responsabilité de l’Europe dans les crimes nazis ». Le vice-président du Conseil central, Dieter Graumann, dans une déclaration au quotidien Kölner Stadt-Anzeiger, a estimé que « celui qui compare la situation des Palestiniens aux souffrances endurées par les juifs dans les ghettos instaurés par les nazis n’a rien appris de l’histoire. Une telle déclaration a un caractère antisémite ».

La conférence des évêques catholiques a rejeté les accusations de « diabolisation » de l’ambassadeur. Selon Le Monde, le cardinal Karl Lehmann, président de la conférence épiscopale, a tenté d’apaiser les esprits : « On ne saurait comparer, de quelque manière que ce soit, des situations de crise et d’injustice actuelles avec l’assassinat massif de juifs par le national-socialisme ». Il a assuré qu’aucun évêque allemand n’avait eu pour objectif de « blesser les sentiments des survivants de la Shoah ou de la population juive d’Israël ». Il a souligné que tous les évêques soutenaient le droit à l’existence d’Israël et ne remettaient pas en cause la menace que fait peser le terrorisme sur Israël.

Recensement des réactions de la presse allemande

La Deutsche Welle a recensé quelques commentaires de la presse allemande au lendemain de cette polémique. Voici quelques unes de ces réactions qui éclairent sur les réflexions qu’impose cet incident.

La Deutsche Welle commente en ces termes l’incident diplomatique : « Ce voyage des évêques allemands en Israël devait être un pas de plus vers la réconciliation. Malheureusement, face à la misère des territoires autonomes, certains des dignitaires religieux allemands se sont laissé aller à une comparaison malheureuse avec le génocide juif perpétré par les nazis ».

Pour la Tageszeitung : « c’est indiscutable : il s’agit là d’une grave maladresse. Toutefois, l’indignation de l’ambassadeur israélien n’a d’autre ambition que de cacher le fait qu’il aurait préféré une absence totale de critique envers son pays. Mais qu’aurait donc du dire le groupe de visiteurs allemands face à ce mur monstrueux qui enclave la ville de Bethléem ? Les louanges sont faciles lorsque l’on ne voit que la vitrine de l’état hébreu. Il en va tout autrement lorsqu’on regarde l’envers du décor ».

La Frankfurter Allgemeine Zeitung aussi relève le caractère très déplacé des propos des dignitaires catholiques. Seulement, il ne faut pas non plus en surestimer la gravité. Et le quotidien de s’interroger : « Qui, sinon les évêques allemands, ne pourrait dire, avec le Souverain Pontife, que les Israéliens ont le droit de vivre en paix dans leur pays et les Palestiniens, celui de disposer d’une patrie libre et souveraine ».

Les Églises chrétiennes ont eu besoin de plusieurs siècles pour abandonner leurs réserves face aux Juifs, souligne Die Welt : « Le peuple juif ayant été, pour les catholiques comme pour les protestants, responsable de la mort de Jésus. Et bien que de nombreux catholiques aient rejeté les nazis, leur Église, à quelques exceptions près, a pourtant bien peu fait en termes de résistance à la barbarie. Le rapprochement dangereux entre les actes actuels des Israéliens et le génocide des Juifs d’Europe entretient un honteux désir d’auto-absolution, transformant la victime d’hier en bourreau d’aujourd’hui. Les évêques allemands n’ont pas le droit de faire une telle erreur ».

A-t-on le droit de qualifier de ghettos les villes de Nazareth et de Ramallah ? interroge la Süddeutsche Zeitung : « Non, car le mot ghetto est un terme central de l’histoire des souffrances du peuple juif. Les Allemands n’ont-ils alors pas le droit de critiquer les Israéliens ? Bien sûr que si. Mais il n’empêche que le Mur de la Honte découpe les territoires palestiniens en zones incapables de survivre et assure à Israël une absence quasi totale d’attentats-suicides. Pour autant, ce mur tue et il ne pourra jamais apporter de paix durable. Et un évêque allemand a le droit de dire cela, même si cela déplaît au Conseil Central des Juifs d’Allemagne », conclut le quotidien.

La tolérance

Le 16 novembre 1995, date du cinquantième anniversaire de l’Organisation, les États membres de l’UNESCO ont adopté une Déclaration de principes sur la tolérance. Ils y affirment notamment que : « la tolérance n’est ni complaisance ni indifférence. C’est le respect et l’appréciation de la richesse et de la diversité des cultures de notre monde, de nos modes d’expression et de nos manières d’exprimer notre qualité d’êtres humains. La tolérance est la reconnaissance des droits universels de la personne humaine et des libertés fondamentales d’autrui. Les peuples se caractérisent naturellement par leur diversité; seule la tolérance peut assurer la survie de communautés mixtes dans chaque région du globe. Tout comme l’injustice et la violence caractérisées, la discrimination et la marginalisation sont des formes courantes d’intolérance. L’éducation à la tolérance doit viser à contrecarrer les influences qui conduisent à la peur et à l’exclusion de l’autre, et doit aider les jeunes à développer leur capacité d’exercer un jugement autonome, de mener une réflexion critique et de raisonner en termes éthiques. La diversité des nombreuses religions, langues, cultures et caractéristiques ethniques qui existent sur notre planète ne doit pas être un prétexte à conflit; elle est au contraire un trésor qui nous enrichit tous ».

 

Séparateur

 

Questions :

 

  • Comparer le mur israélien, qui encercle le territoire palestinien, à un ghetto, était-ce une erreur ?
  • Quel est le seuil de tolérance qui aurait été acceptable dans les déclarations des évêques allemands ?
  • Que peut-on dire et jusqu’où peut-on critiquer la situation géopolitique dans la région israélo-palestinienne ?

 

Séparateur

 

 

De retour le lundi 12 mars 2007

 

 

 

Publicités

Actions

Information

6 responses

9 03 2007
Cowboy

D’une façon générale, lorsqu’il est question d’énoncer des « vérités », c’est rarement vers l’Eglise que je tends l’oreille.
Sinon, j’ai tendance à penser que « oui », la vérité est toujours préférable au mensonge et que, si elle fait mal sur le coup, elle est salutaire à terme. Il me vient à l’esprit un extrait d’une chanson de Félix Leclerc (dans « variations sur le verbe donner », je crois :
« Un coup de pied donné, et s’il est bien donné, souvent est pardonné après quelques années ».
Maintenant, une dernière précision, je pense aussi que « oui », les actions des Israeliens n’ont RIEN à voir avec celles des nazis. Il doit être possible de déplorer et dénoncer les conditions de vie palestiniennes sans les mettre en perspective avec un génocide.

9 03 2007
pierrechantelois

Commentaire très sage. Que dire de plus ? Finirons-nous par trouver un équilibre l’émetteur et le récepteur ? Une critique fondée sur une constatation humanitaire ne devrait pas, il me semble, être perçue comme une attaque raciste. Les mots deviennent des maux lorsqu’incompris.

Amicalement

Pierre R.

10 03 2007
Posuto

Moi je dis tout pareil que Cowboy. Mais je suis un fayot, ça vaut pas… Non, sérieusement, pas la peine que je redise moins bien ce que le chapeauté camarade exprime avec acuité.

10 03 2007
Lao Bu

Cher Pierre,

Je suis actuellement étudiant en dernière année de Master de Commerce International, et plus particulièrement en train de rédiger mon mémoire qui s’intitule : Prospective des relations commerciales sino-africaines :
Quelles influences économiques ont les exportations chinoises sur les pays d’Afrique sub-saharienne ?
Lors de mes recherches, j’ai été interpelé par votre article « La Chine fait des affaires, pas de l’humanitaire! » que j’ai trouvé très intéressant, de même que certains commentaires que j’aimerai intégrer à mon mémoire. J’ai cherché une adresse mail où vous contacter mais ne l’ai pas trouvé. J’aimerai en effet connaître votre point de vue global concernant les relations sino-africaines, afin de pouvoir l’intégrer avec votre permission à mon mémoire. En effet, voulant établir une prospective, je souhaite confronter des avis différents et avisés de spécialistes, économistes et politiciens.
Je vous remercie par avance du temps que vous voudrez bien consacrer à ma requête, et vous souhaite bonne continuation!
En attendant votre réponse,
Salutations,
Lao Bu

11 03 2007
pierrechantelois

Posuto : Cowboy est un sage. Que dire de plus ?

Lao Bu : vous m’honorez. Je voudrais bien vous aider mais il vous faut me laisser une adresse de courriel. Nous verrons bien alors ce que nous pouvons faire.

Pierre R.

19 03 2007
Lao Bu

Oh ! J’attendais avec impatience votre réponse et en parcourant votre blog je constate que j’ai oublié de vous donner mon adresse mail !

La voici : rbusque@hotmail.fr

Sincères salutations !

Lao Bu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :