Quand le travail donne les bleus au cœur ! (bis)

6 04 2007

Pour les uns, ce jour est chrétien. C’est le vendredi-saint. Pour d’autres, ce sera une occasion de réflexion et de méditation.

Mort et souffranceQuand le travail donne les bleus au cœur ! Je ne peux m’empêcher d’emprunter ce titre à une québécoise, Jacinthe Legros, pour raconter l’histoire d’Isabelle Béal. En réalité, c’est plutôt Libération qui va raconter l’histoire d’Isabelle Béal. Isabelle a 41 ans, un mari et deux enfants. Elle occupe les fonctions de chef de groupe dans le restaurant d’entreprise Sodexho de l’usine Renault Trucks à Saint-Priest (Rhône), dans la banlieue lyonnaise. Ses collègues disent d’Isabelle Béal qu’elle est «compétente et intelligente», qu’elle subit une pression importante de la direction de son restaurant. Depuis six mois, il n’y a plus qu’un seul gérant (au lieu de deux auparavant) et les relations entre Isabelle et lui sont tendues. « On lui demande de se faire respecter et obéir. Ce n’est pas évident pour ce petit bout de femme ». « Depuis quelque temps, elle pleurait tout le temps ».

Le 27 février dernier, comme chaque mardi soir, Isabelle Béal a déposé son fils de 10 ans chez une de ses amies, pour qu’il y passe la nuit. Elle lui a dit : « A demain ». Et n’est jamais rentrée chez elle.

Quelques mots griffonnés maladroitement sur une feuille. « Je ne suis plus assez forte. Trop de pression travail ». Puis des paroles d’adieu et d’amour à son mari et à ses deux enfants. Le corps d’Isabelle Béal a été repêché le 8 mars dernier dans un bras mort de l’Ain, à l’est de Lyon. La lettre a été retrouvée dans sa voiture, abandonnée un peu plus loin.

Un rassemblement a été organisé à l’appel de la CGT devant le restaurant de l’entreprise. «En souvenir d’Isabelle et contre la violence au travail ».

Que dire de plus : en France, une personne par jour se suicide au travail. Au Québec, cinq ou six travailleurs se suicident chaque semaine en raison de leur travail.

Séparateur

 

De retour le mardi 10 avril 2007

 

 

Publicités

Actions

Information

4 responses

6 04 2007
Cowboy

C’est drôle cette réaction qu’on a parfois à la lecture d’un simple compte rendu de fait… divers. On serre les poings et on a envie de cogner dans les murs.
On se dit que c’est pas possible, que c’est encore la fois de trop et on sait pourtant que demain… sans vergogne, les mêmes discours de campagne résonneront sur les ondes : « il faut restaurer la valeur travail ».

9 04 2007
Posuto

Et, après avoir entendu les grands titres des infos à la radio, je suis, comme d’habitude, stupéfaite. Ici, en France, il y a eu forcément dans la journée un suicidé au travail et une femme morte sous les coups de son mari. Mais les résultats sportifs passent avant tout. Football, Tennis, Formule 1. Ceux qui « sélectionnent » les dépêches pour rendre compte de l’actualité ne sont pas attirés par les sujets « sensibles » ?

10 04 2007
Yves

Je vous indique des études qui rejoingnent votre propos

La victimisation criminelle en milieu de travail Sylvain Léséleuc Stat-can février 2007

Le stress et la dépression au sein de la population occupée, Stat Can

11 04 2007
pierrechantelois

Merci. Cette histoire est d’une infinie tristesse. Comme toutes celles qui touchent la violence sur les lieux de travail. Comme toutes celles qui touchent la violence dans la vie.

Pierre R. Chantelois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :