Pakistan : Londres tente d’insulter et de diffamer les musulmans

20 06 2007

Avis au lecteur. Cet article a été publié sur le forum citoyen 100papiers. Il a suscité beaucoup de commentaires qui se sont enflammés sous la passion des uns et l’intolérance des autres. Je crois au droit d’informer et ce droit dépasse celui des frontières, qu’elles soient géographiques ou d’ordre religieux. Sera-t-il possible un jour de regarder l’Islam avec tolérance et l’Islam pourra-t-elle jeter un regard de paix sur le monde qui ne partage pas ses convictions ? Puissions-nous y parvenir, un jour. Pierre R. Chantelois

________________________

Salman Rushdie a passé ces quelques dix-huit dernières années dans la clandestinité. Clandestinité qui risque de se poursuivre de plus bel jusqu’à sa mort, emportant avec lui son nouveau titre de Sir Salman Rushdie.

_________________________

 


Sa Majesté la Reine Élizabeth II célèbre ses 81 ans. Tout n’aurait été qu’un simple anniversaire, malgré ses fastes et ses défilés, s’il n’était pas survenu, entre temps, un événement fâcheux : Salman Rushdie, le blasphémateur, qui a été contraint de vivre dans la clandestinité pendant des années en raison d’une fatwa lancée contre lui, vient d’être fait chevalier à l’occasion de l’anniversaire royal. Anoblissement jugé offensant par le Pakistan. Londres tente d’insulter et de diffamer les musulmans.

Dans la liste des nouveaux Commandeurs de l’Empire britannique figure la journaliste de la chaîne d’information CNN, Christiane Amanpour, qui a la double nationalité iranienne et britannique.

Âgé de 59 ans, la vie de Salman Rushdie a basculé lorsqu’il a été menacé par une fatwa lancée, en 1989, par le fondateur de la République islamique d’Iran, l’ayatollah Rouhollah Khomeiny. Ce dernier a « condamné à mort » Rushdie en raison de son roman « Les versets sataniques » jugé blasphématoire pour l’islam.

Il a passé ces quelques dix-huit dernières années dans la clandestinité. Clandestinité qui va se poursuivre de plus bel.

Le Pakistan vient de manifester son plus vif désaccord au fait de voir ennoblir l’écrivain blasphématoire. Son exigence, formulée auprès de Londres, est de retirer à Salman Rushdie le titre de chevalier qui lui a été décerné par la reine Elizabeth II. Ce titre noble offenserait les musulmans. Le ministre pakistanais aux affaires religieuses a même estimé que cette distinction justifierait des attentats-suicide.

Les députés pakistanais ont approuvé une résolution présentée par le ministre des Affaires parlementaires, Sher Afgan Khan Niazi. « Le titre « Sir » accordé par la Grande-Bretagne à Salman Rushdie le blasphémateur blesse les sentiments des musulmans dans le monde. Chaque religion a droit au respect. Je demande au gouvernement britannique de retirer immédiatement ce titre car il crée une haine religieuse », a déclaré le ministre devant l’Assemblée nationale pour qui l’anoblissement de Salman Rushdie est également : « « une source de souffrance pour les musulmans et cela va encourager les gens à commettre des blasphèmes contre le prophète Mahomet ».

Dans sa logique imperturbable, le ministre des Affaires parlementaires, Sher Afgan Khan Niazi, poursuit : « L’Ouest accuse les musulmans d’extrémisme et de terrorisme mais quelqu’un qui ferait exploser une bombe sur son corps aurait raison de le faire à moins que le gouvernement britannique ne présente des excuses et ne retire (à l’écrivain en exil) son titre de Sir ».

Dans l’est du Pakistan, à Multan, des étudiants islamistes ont brûlé des effigies de la reine Elizabeth II et de Salman Rushdie. Une centaine de manifestants portant des banderoles condamnant l’écrivain ont également scandé « Tuez-le ! Tuez-le ! ».

Un nouveau tsunami se profile à l’horizon.

L’Iran mesure sa position en qualifiant d’acte d’« islamophobie » cet anoblissement : « Donner une médaille ou anoblir quelqu’un qui est l’une des figures les plus haïes de la communauté islamique est un signe très clair d’islamophobie chez les hauts responsables britanniques », a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne, Mohammad Ali Hosseini.

Téhéran a promis en 1998 de ne pas appliquer sa fatwa contre l’écrivain britannique. Par contre, l’Organisation to Commemorate Martyrs of the Muslim World offre une récompense de £75,000 à quiconque mettra à exécution la Fatwa. Le secrétaire de l’Organisation, Forouz Rajaefar, a déclaré dans une entrevue au TimeOnLine, de Londres : « The British and the supporters of the anti-Islam Salman Rushdie could rest assured that the writer’s nightmare will not end until the moment of his death and we will bestow kisses on the hands of whomsoever is able to execute this apostate ». Avec bien sûr une infinie gratitude financière de £75,000. Michael Binyon, du Time, évalue à environ £10 million les coûts de la protection de Salman Rushdie depuis 1989.

En 1989, l’ayatollah Khomeini avait lancé une fatwa condamnant Salman Rushdie à mort suite à la publication des Versets sataniques. Le guide suprême de la Révolution islamique iranienne jugeait le livre blasphématoire envers l’islam. L’écrivain britannique d’origine indienne avait alors dû entrer dans la clandestinité.

Le groupe Iran-Resist propose une théorie qu’il faut traiter avec beaucoup de circonspection. Pour les fins d’un éclairage complet, sur la question de l’écrivain blasphématoire, aux yeux de l’Islam, il convient de la présenter.

« Quand Rushdie publia les « Versets Sataniques » en septembre 1988, personne en Iran n’a réagi. Rushdie n’était pas perçu comme un élément hostile. Le livre avait alors passé inaperçu. La date correspond au moment de la fin de la guerre Iran-Irak quand, comme maintenant, Rafsandjani voulait renouer avec les Américains.

Et comme aujourd’hui, ce rapprochement n’était pas du goût des Russes qui étaient alors des Soviétiques. C’est alors que certains services de KGB ont traduit les bonnes feuilles du livre afin d’inciter les mollahs à réagir en intégristes et ce afin de saboter le rapprochement avec les Américains.

L’inspiration du KGB a été bien fondée, les mollahs ont saisi l’occasion sans probablement saisir la portée négative de leur geste. C’est en février 1989, au moment de la commémoration de la révolution islamique, que les cerveaux du régime ont lancé leur fatwa contre cet écrivain quasi inconnu et son livre franchement indigeste et illisible que le fondateur de ce site avait acheté en 1989 en signe de protestation contre cette fatwa.

Depuis cette date, les menaces contre Rushdie sont renouvelées chaque fois que le régime des mollahs est en baisse de popularité dans l’opinion islamique internationale. D’ailleurs l’autre pays qui a protesté est le Pakistan, un autre État islamique dont le président est en difficulté ».

Chinua Achebe, père de la littérature africaine moderne, vient d’obtenir le prestigieux prix « Booker Prize » (équivalent britannique du Goncourt) d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Des écrivains tels qu’Ian McEwan, Philip Roth et Salman Rushdie étaient également en course pour le prix doté d’une bourse de £60 000.

En conclusion, Londres refuse de revenir sur sa décision, estimant que le titre de Salman Rushdie est amplement mérité. Mais il faut se rappeler ce vœu formulé par Forouz Rajaefar : « we will bestow kisses on the hands of whomsoever is able to execute this apostate ». Salman Rushdie n’aura jamais droit à une retraite dorée.

_____________________

 

 

Publicités

Actions

Information

One response

25 06 2007
Cowboy

Une chose est sûre : Une vigilance de tous les instants et sur tous les dossiers est une priorité absolue. Les grands de ce monde ont trop souvent joué avec les courants islamiques lorsque leurs intérêts y trouvaient leur compte. Or, ils devraient comprendre désormais que la moindre concession, la moindre compromission avec l’intolérance intégriste est annonciatrice d’autres exigences et d’autres renoncements.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :