Nicolas Sarkozy serait « mécontentement » de la Bulgarie, et l’aurait fait savoir !

29 07 2007

La Libye n’est pas heureuse du geste du président de la Bulgarie de gracier, après huit ans d’internement, les cinq infirmières et le médecin. Cela, nous le savions : « Les détenus devaient être remis dès leur arrivée à un établissement pénitencier et non pas libérés de manière illégale », a déclaré le chef de la diplomatie libyenne, Abdelrahman Chalgham, lors d’une conférence de presse à Tripoli. La libération des six praticiens constitue aux yeux de la Libye une « violation » de l’accord d’extradition liant cette dernière à la Bulgarie qui, selon elle, ne prévoit pas une telle mesure. Pour Sofia, qui rejette ces protestations, il n’existe « aucun obstacle » juridique à la clémence du président.

Idriss Lagha, porte-parole des familles des enfants contaminés, également présent à la conférence de presse, invite le gouvernement libyen à saisir Interpol pour que les six praticiens soient de nouveau arrêtés et à rompre ses relations diplomatiques avec la Bulgarie en raison de ce qu’il qualifie de « mépris du président bulgare à l’égard du droit international et du sang des enfants ».

Cette libération ne cesse de créer des remous. Nicolas Sarkozy, confronté aux questions de la presse, avait affirmé que « ni l’Europe ni la France » n’avaient « versé la moindre contribution financière à la Libye » en échange de la libération des Bulgares. Ses amis libyens le soutiennent à souhait : « le Premier ministre de la Libye répond que les compensations ont été payées par des pays européens, dont la Bulgarie, la Slovaquie et la République tchèque, ainsi que par le Qatar dont la « médiation » avait été saluée par la Libye, la France et la Commission européenne. Paris a promis d’équiper l’hôpital de Benghazi et de fournir du personnel qualifié pendant cinq ans. La France formera une cinquantaine de médecins libyens ». Bref, pour la Libye, c’est bien l’Union européenne et la France qui ont couvert les sommes versées aux familles par le Fonds Benghazi.

Le Monde précise que : « le Fonds international Benghazi a accordé un million de dollars aux familles de chacun des enfants contaminés dans le cadre d’un accord aux termes duquel elles ont accepté que la peine de mort à laquelle cinq infirmières et un médecin bulgares avaient été condamnés soit commuée en détention à perpétuité. L’argent a été dégagé grâce à un prêt libyen de 460 millions de dollars, remboursable lorsque les fonds des donateurs seront disponibles. Le fonds financera aussi le traitement médical des enfants et des améliorations du système de santé libyen ».

Alexandre Buccianti, de Radio-France Internationale, rappelle que : « cette conférence de presse, destinée à dénoncer la Bulgarie, est aussi une manière, pour la Libye, de répondre au Front national du salut libyen qui, de son exil, accuse le régime de Tripoli d’avoir manipulé et menti aux familles des victimes en prétendant avoir reçu des dédommagements ». Voilà pourquoi le Premier ministre insiste tellement sur le fait que « Tripoli n’avait pas déboursé un dinar dans le dédommagement des familles des enfants victimes du virus du sida ».

La question nucléaire a également refait surface et provoqué beaucoup de remous.

La Libye est-elle un partenaire réconcilié, comme le laisse entendre le président de la France ?

Là où se corse davantage cette saga de la libération des praticiens bulgares, c’est lorsque le Premier ministre libyen affirme, le plus sérieusement du monde, que : « le président français Nicolas Sarkozy, qui s’est beaucoup impliqué avec son épouse Cécilia dans le dénouement de cette affaire, a lui aussi exprimé son « mécontentement » face à la méthode avec laquelle ont été libérés les six praticiens ».

Il faudra bien que le président de la France confirme ou infirme cette révélation très embarrassante de la Libye. Si cela est avéré, toute la démarche entreprise par la France pour libérer les soignants bulgares et tous les élans de sincérité qu’a bien voulu laissé entendre le président Sarkozy, ne seraient que pure manœuvre tactique pour ouvrir un territoire de négociations commerciales et devancer ainsi les autres pays d’Europe, avides du pétrole de la Libye. Où iront les intérêts de la France dans ce litige ? Vers la Bulgarie ou vers la Libye ?

Cette révélation supposerait également que madame Cecilia Sarkozy s’est prêtée à des opérations diplomatiques qui n’avaient d’humanitaires que ce que voulait bien en dire le président de la République. Interrogé sur le rôle concret joué par son épouse Cécilia et l’éventuelle mise en œuvre d’une nouvelle forme de diplomatie, le président avait répondu que, peu importait les personnes impliquées, « ces infirmières, elles étaient Françaises (…) il fallait les faire sortir, on les a fait sortir ».

De Sofia, Arnaud De La Grange, du Figaro, précisait que : « Au début de l’affaire, les autorités bulgares ont été critiquées pour leur mollesse et leur inefficacité. Il y a deux jours encore, la fille de l’infirmière Valia Tcherveniachka demandait que les dirigeants bulgares répondent devant la justice de leur « inaction ». En comparaison, l’activisme de la France faisait en Bulgarie l’unanimité. « On avait été aussi étonnés qu’heureux d’apprendre que Nicolas Sarkozy avait parlé des infirmières dès le soir de son élection, confie une commerçante, Jana Kotcheva. On est bluffés de voir aujourd’hui que ce n’était pas seulement des mots. » Nicolas et Cécilia Sarkozy, ainsi que Benita Ferrero-Waldner ont été faits citoyens d’honneur de Sofia ».

La question est donc d’actualité :

  • le président Sarkozy partage-t-il l’avis du président Gueorgui Parvanov qui déclarait, selon Le Figaro : « Les tribunaux libyens n’ont pas tenu compte des preuves indiscutables, scientifiques et juridiques, de l’innocence des praticiens » ?
  • le président Sarkozy a-t-il notifié à Sofia son « mécontentement » pour la décision du président bulgare Gueorgui Parvanov de gracier, dès leur arrivée en sol bulgare, les praticiens détenus en Libye ?
  • le président Sarkozy considère-t-il que les praticiens bulgares doivent encore faire l’objet, après tant d’années de souffrance, d’un mandat d’arrêt international déposé auprès d’Interpol ?

 

Comme l’indiquait Arnaud De La Grange, du Figaro : « C’est dommage que nous n’ayons pas entendu Cécilia Sarkozy, mais on nous a expliqué que le protocole autorisait seul le secrétaire général de l’Élysée à parler », commentait un journaliste bulgare. Le secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, qui a fait les deux voyages de Tripoli avec Cécilia Sarkozy, a résumé l’aventure libyenne par un « mission accomplie ».

Mission qui suscite encore certaines interrogations. Beaucoup de déclarations ont été faites à Tripoli, engageant directement la responsabilité de la France. Mais qui parlera au nom de la France pour rétablir les faits ?

____________________________

À lire impérativement, l’analyse de Gilles Paris, dans le quotidien Le Monde

____________________________

 

Publicités

Actions

Information

4 responses

29 07 2007
Françoise

« Mais qui parlera au nom de la France pour rétablir les faits ? »

Personne je le crains.

29 07 2007
pierrechantelois

Françoise

Il sera intéressant de suivre cette saga. Je crois que la France va finir par s’irriter des déclarations tonitruantes de la Libye. Lorsque monsieur Sarkozy va réaliser, au-delà des gains commerciaux, qu’il peut y avoir des pertes politiques, il est possible que le président se détache du dossier et qu’il envoie son émissaire Kouchner qui a déjà beaucoup de mal à intervenir au Liban et à réunir les factions ennemies.

Pierre R. Chantelois

29 07 2007
Françoise

Que la France s’irrite ou pas, il est en place et fait à sa volonté.

Je ne sais pas si ces problèmes de politique étrangère touchent beaucoup les Français, surtout pendant les vacances.

2 08 2007
tonvoisin

Le ministère autonome de la valeur travail, dement à son tour, le ministre en charge tonvoisin debureau, le celebre conologue, interrogé par la presse aurait même dit
 » c’est ou la lybie ? » 🙂

Tonvoisin Debureau
ministère autonome de la valeur travail
travailler moins gagner plus de façon indecente
http://www.travailleravecdescons.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :