Angélica est libre.

31 07 2007

Une grande joie traverse ma pensée qui va tout droit à Angélica, 11 ans, et à sa maman. Toutes deux sont libres :  » Le tribunal de première instance de Bruxelles a ordonné ce lundi après-midi qu’Angelica et Ana Cajamarca, qui devaient être expulsées ce soir vers l’Equateur, soient libérées immédiatement sous peine d’astreintes « .

La justice belge a estimé que la détention d’Angelica en centre fermé avait violé la Convention européenne des Droits de l’Homme. Evoquant des « plaies » et des « douleurs », l’avocate d’Angelica, Selma Ben Khalifa, assure que des violences ont été exercées durant cette détention sur Angelica et sa mère.

Toutefois, cette demande de libération immédiate ne signifie pas qu’Angelica et Ana Cajamarca pourront demeurer en Belgique. En effet, l’Office belge des étrangers compte faire appel de la décision du tribunal, car rappelle-t-il, « l’ordonnance ne change rien à la situation irrégulière » d’Ana et Angelica.

Pendant que nous sommes parmi les hommes, pratiquons l’humanité.

(Sénèque)

__________________________________________

 

 

Publicités

Actions

Information

8 responses

31 07 2007
Posuto

Bonjour Pierre,
Kiki me dit avoir entendu que les choses pourraient encore évoluer car rien n’est décidé définitivement par la justice belge.
Mais je suis comme vous, je préfère toujours pécher (éventuellement) par excès de générosité que par excès de sévérité !!
RV

31 07 2007
pierrechantelois

Bonjour RV

Les dernières informations selon Le Soir, Le Monde et RTL :

Le tribunal de première instance de Bruxelles a ordonné lundi la libération d’Ana Cajamarca et de sa fille Angelica (11 ans), les deux Equatoriennes qui devaient être expulsées lundi soir vers l’Equateur. Elles étaient détenues depuis le 30 juin au centre 127bis de Steenokkerzeel en vue d’une expulsion après avoir été interpellées sans titre de séjour à Dilbeek alors qu’elles vivaient depuis quatre ans en Belgique. L’Office des étrangers s’est plié à cette injonction du tribunal saisi lundi matin par la défense des deux Equatoriennes. Il fera néanmoins tierce opposition, une procédure qui n’est en rien suspensive mais qui lui permettra d’exposer son point de vue devant un tribunal. Cette libération était réclamée par plusieurs associations, comme la Ligue des droits de l’homme, des collectifs de défense des sans-papiers et des parlementaires venus lundi après-midi à Brussels Airport. L’épouse du président Equatorien, Anne Malherbe, avait également réclamé leur libération. Elle avait dit sa honte d’être Belge à l’issue d’une visite qu’elle leur avait rendu dimanche matin au 127bis.Des parlementaires avaient rencontré le médecin qui a examiné Ana et Angelica. Il leur a confirmé son diagnostic : il est apparu qu’Ana Cajamarca a subi des mauvais traitements lors de son transfert entre le centre 127bis et le centre INAD de l’aéroport de Bruxelles. Me Selma Benkhelifa, un médecin et le consul d’Equateur ont vu Ana Cajamarca et sa fille Angelica au centre INAD lundi en début après-midi.« Il faut des explications. On ne peut accepter que le processus d’expulsion se passe dans la violence. Il faut arrêter l’expulsion. Je veux des éclaircissements », a alors déclaré Anne Delvaux (cdH). « La ministre de la Justice doit se saisir du dossier. Il faut qu’elle mène son enquête. Tant qu’il n’y a pas de clarté, on ne peut pas expulser », a renchéri M. Nollet (Ecolo).

1 08 2007
Bub

Voici une version plus actuelle du rapatriement sabordé:

« La maman a tenté de s’évader.

Une plainte pour « coups et blessures » déposée jeudi. Un agent a été mordu par la maman d’Angelica.

L a réalité des coups reçus par Angelica et sa maman Ana Elisabeth est sévèrement remise en doute par les rapports dressés par l’Office des étrangers et les dénégations scandalisées de la Police fédérale.

Ainsi que nous le laissions entrevoir dans nos éditions d’hier, aucune preuve n’établit, comme les avocats des deux Equatoriennes et leur comité de soutien le laissaient sous-entendre à l’annonce de leur libération, qu’Ana et Angelica avaient été « frappées » par leur escorte.

(…)
A l’arrivée du minibus devant le centre INAD, l’un des agents de l’Office a ouvert la porte latérale du véhicule. Cet agent, avec l’un de ses collègues, a laissé descendre librement Ana et sa maman, qui se sont retrouvées libres sur le tarmac. A leurs côtés se trouvait une psychologue, attachée à la direction de l’Office des étrangers. Alors que les deux agents de l’Office sortaient les bagages par le hayon arrière du véhicule, Ana Cajamarca a dit à sa fille : « on y va », ainsi que nous l’a confirmé la fillette.
La psychologue, qui se trouvait à côté d’Angelica, l’a retenue par le bras et l’a fait remonter dans le minibus. Dans le même temps, les deux agents de l’Office ont lâché les bagages des deux expulsées et se sont lancés à la poursuite d’Ana. Alors qu’ils la rejoignaient, elle se serait, selon le rapport, « laissé tomber à terre », ce qui expliquerait ses écorchures aux genoux. Les deux agents ont alors tenté de lui appliquer une paire de menottes. Ils auraient reçu des coups de poing et de pied d’Ana qui se débattait au sol. Ils ne sont pas parvenus à fermer la première paire de menottes. Ils ont eu recours à une deuxième paire de menottes. Pendant cette confrontation, Ana a mordu l’un des deux agents au mollet, ainsi qu’elle nous l’a confirmé via son compagnon. La matérialité de cette morsure a été constatée par un médecin, qui établit dans son certificat que des traces de dents sont bien visibles dans la chair du mollet.

Ana et Angelica ont ensuite été remises entre les mains de la police fédérale, maître de la sécurité au sein du centre INAD. Le commissaire divisionnaire Bruno Franckx, patron de la police aéroportuaire, se dit « scandalisé » par les accusations portées par les avocats des deux Equatoriennes. Il assure qu’elle sont demeurées sans entraves tout au long de leur séjour au centre INAD. « Nous avons facilité la venue de leurs avocats, du consul et de l’ambassadeur d’Equateur. A aucun moment nous ne les avons touchées. Nous avons mis tout en œuvre pour que tout se passe le plus humainement possible. » Selon nos informations, les quatre policiers fédéraux affectés au transfert vers Schiphol des deux expulsées avaient été sélectionnés en raison de leurs « excellents états de service ».
Cette équipe était composée d’une inspectrice, de deux agents (dont l’un hispanophone) et d’un officier psychologue. Ils étaient placés sous une surveillance renforcée : deux agents de l’Inspection générale de la police fédérale et deux membres du Comité P, la police des polices. »

Délit de fuite (sans sa fille!), coups et blessures sur un fonctionnaire d’état, fausses accusations (si ce que dit le journal est vrai)…je doute que Mme Cajamarca reste encore longtemps ici.

1 08 2007
pierrechantelois

Bub

Je ne crois pas qu’il y a de quoi pavoiser. Nous parlons ici d’êtres humains et non d’une victoire de l’administration sur les droits de l’enfant. Désolé. Votre propos ne m’édifie guère. Laissons la justice suivre son cours.

Pierre R. Chantelois

1 08 2007
pierrechantelois

Bub

J’avais le choix d’éliminer mon précédent commentaire. J’ai préféré par honnêteté le laisser intégral. Il est brutal et je m’en excuse. Plus rationnellement, pourrions-nous conclure que Angélica et sa mère, après trente jours d’internement physique, aient pu céder à la panique ? Il faut savoir ce qu’est la panique pour la comprendre. Je ne m’imagine pas qu’Angélica et sa mère aient pu accueillir avec un sourire les officiers qui ne faisaient que leur devoir. Je ne cherche pas à atténuer les gestes posés par la mère d’Angélica. Laissons maintenant le soin à la justice de trouver l’issue pour protéger les droits de l’enfant et pour régulariser la situation de la famille, si tant est qu’il est encore possible pour cette dernière d’habiter la Belgique.

Pierre R. Chantelois

1 08 2007
pierrechantelois

Voici une version écourtée des événements. Fait à noter : tous les incidents tournent autour de l’Office des étrangers.

La porte-parole de l’Office des Etrangers, Dominique Ernould, a précisé mardi sur les antennes de la RTBF, qu’il y avait bel et bien eu une confrontation physique lundi à l’aéroport de Bruxelles entre des agents de l’Office des Etrangers et la mère d’Angelica, Ana Cajamarca à la suite d’une tentative d’évasion de celle-ci.
Selon l’Office des Etrangers, une fois le convoi arrivé à l’aéroport, la mère a tenté de prendre la fuite sur le tarmac au moment où les agents de l’Office cherchaient à amener les deux Equatoriennes au centre INAD.Lorsque les agents l’ont rattrapée, elle s’est débattue ce qui a entraîné une réaction physique des agents, l’un deux ayant notamment été mordu par la mère. Les agents ont alors décidé de la menotter.La porte-parole a précisé que l’expulsion restait toujours valable. « Ou alors elles restent indéfiniment dans l’illégalité », a-t-elle commenté. (Le Vif)

Pierre R. Chantelois

1 08 2007
Bub

Bonjour,

pas besoin de vous excuser, je crois avoir été bien plus brutal dans certains de mes commentaires!

C’est une histoire bien malheureuse, mais demandez-vous
– qui a entrainé Angelica dans l’illégalité pendant quatre années, sans prendre la peine de faire une demande de régularisation?
– qui semble se servir de cette enfant comme « bouclier humain », pour apitoyer les gens?

Quant à la tentative d’évasion et l’agression des policiers qui s’en est suivie, elle est compréhensible, mais il est impardonnable d’avoir tenté de faire croire qu’elle a été maltraitée durant le transfert alors que tout indique le contraire.

Oui, Angelica est une victime. Victime du « système », et victime du comportement de ses parents.

JB

4 08 2007

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :