Pour un hâvre de paix… la solitude.

18 08 2007

Seule la démesure de nos souffrances peut nous réconcilier avec l’infinitude du monde.

Alain Monnier

 

__________________________________________

 

Vous ne devez pas vous laisser tromper, dans votre solitude, par le fait qu’il y a quelque chose en vous qui voudrait la quitter. C’est précisément ce souhait, si vous en usez calmement, de manière réfléchie, comme d’un instrument, qui vous aidera à étendre votre solitude sur une vaste contrée. Les gens ont l’habitude grâce aux conventions de chercher à tout des solutions faciles en choisissant, dans la facilité, ce qui coûte le moins de peine ; or il est clair que nous devons nous en tenir à ce qui est difficile. Tout ce qui vit s’y tient, tout ce qui est dans la nature se développe, se protège, selon son espèce, par ses propres moyens, cherche à l’être à tout prix et contre tout obstacle. Nous savons peu de chose, mais que nous devions nous en tenir à ce qui est difficile c’est une certitude qui ne nous quittera pas. Il est bon d’être seul quelquefois, car la solitude est difficile, et le fait que quelque chose soit difficile doit nous être une raison supplémentaire de le faire.

Aimer est aussi une bonne chose, car l’amour est difficile. Que deux êtres s’aiment, c’est sans doute la chose la plus difficile qui nous incombe, c’est une limite, l’épreuve ultime, la tâche en vue de laquelle toutes les autres ne sont que préparation.

De tout leur être, de toutes leurs forces concentrées dans leur cœur solitaire, inquiet, dont les battements résonnent, il faut qu’ils apprennent à aimer ; et à ce difficile apprentissage des vies humaines suffisent à peine.

Lettres à un jeune poète,

Rainer Maria Rilke

__________________________________________

 

Ce moment de réflexion pour le week-end

 

[swf width= »425 and 364″ height= »425 and 364″]http://www.dailymotion.com/swf/QrCKjSFLWalcW5keW[/swf]

 

__________________________________________

 

 

Publicités

Actions

Information

8 responses

18 08 2007
chantal Serriere

Coïncidence?
Rilke regardé hier soir sur Arte: Un très beau documentaire fiction imaginant la rencontre entre Rilke et Rodin. Amour et création, puissance de l’un, admiraton éperdue du jeune poète…

18 08 2007
Françoise

« Ils sont cent
Cent mille
Des millions
À crever comme des bêtes
Dans la boue les ordures
Tripes à l’air ou sans tête
Volatilisés ou pourritures
Sans nom.

Pas un pied posé
Qui ne soit souillé
Du sang versé déversé
Lavé délavé lessivé de larmes
Regards d’yeux crevés de pleurs
Troués d’horreurs.

Morceaux de fer
Comme des dents
Qui crochent la chair
Et font se verser les entrailles
Pourritures et sanies.

Par toute la Terre
Sans Merci
Sans Fin
La Guerre

La nuit tombée hier
Tombe aujourd’hui
Tombe demain
      
— Françoise »
 

L’Espoir, garder envers et contre tout, l’Espoir. C’est difficile .
 

À côté de l’horreur il y a aussi tant de beauté. Je veux ne me rappeler que de la beauté du chant, aujourd’hui.
 

Merci Pierre.

18 08 2007
sogliano

Bonjour
Finalement votre visite sur mon blog m’a fait plaisir et visiter le vôtre également.
Je ne fais pas qu’écrire à Euphrosine, bien entendu, et je regarde le monde avec cette indignation qui nous rapproche souvent au delà de l’océan.
J’essaye aussi d’agir parce que je ne suis pas hors ce monde et que je porte donc ma part de responsabilité à chaque fois qu’y meurt un enfant…
Euphrosine existe vraiment et Amba a eu raison de parler de lumière… Elle est la fenêtre qui, pour moi, ouvre sur l’infini…
Amicalement
Sogliano

18 08 2007
pierrechantelois

Chantal

Avez-vous déjà entendu les Lettres à un jeune poète récitées par Barbara ? Je crois avoir ce CD depuis plus de dix ans ? J’avais fait un montage ajoutant quelques plages musicales en travers de ce magnifique récit. Je ne saurais vous dire le nombre de fois que j’ai écouté Barbara réciter ces Lettres. A vous tirer les larmes aux yeux.

Françoise

Poésie qui dit tout, qui traverse les continents pour rejoindre les esprits et ajouter un baume aux âmes blessées. Merci.

sogliano

J’ai beaucoup aimé ces lettres simples. Racontées quotidiennement. Mon erreur a été d’adresser mon mot à Amba, que j’aime bien. Je venais de visiter son site et je découvre le vôtre. Merci.

Pierre R. Chantelois

19 08 2007
Romain de Pescara

@Pierre R.

Je commence à peine à parcourir votre blog et j’ai l’immense plaisir de tomber sur ce texte de Rainer Maria Rilke qui est pour moi un de plus beaux textes que j’ai lu. Ce texte a profondément marqué ma vie, je le place sans conteste auprès d’autres textes comme le prophête de Khalil Gibran qui ont ce pouvoir immense de vous placer sur la voie de l’élévation personnelle et fraternelle.

Peu sont à ce jour les textes qui m’ont marqué à ce point (mais il y en a tout de même). Merci de m’en rappeler le souvenir.

Je continue ma visite de votre blog qui ne pouvait mieux commencer.

Bien à vous

Romain

20 08 2007
pierrechantelois

Bonjour Romain

Comme on se retrouve. Heureux de voir que nous avons les mêmes passions littéraires.

Salutations amicales et bonne visite.

Pierre R. Chantelois

20 08 2007
chantal Serriere

Merci infiniment. Je vais chercher et trouver cette lecture de Barbara et m’en réjouis d’avance.

7 03 2010
bruno

salut romain

cherche dans ta memoire

bisous
bruno

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :