États-Unis – Il faut attaquer l’Iran parce qu’ils tuent les « boys » en Irak

3 10 2007

Selon les États-Unis, dans leur nouvelle stratégie, il faut attaquer les pasdarans parce qu’ils tuent les « boys » en Irak. La bombe atomique ? Plus tard. Pleins feux sur la nouvelle stratégie de Georges W. Bush, version Seymour M. Hersh.

Seymour M. Hersh n’est pas un journaliste ordinaire. Journaliste américain, Seymour Hersh, auteur de plusieurs articles sur la stratégie militaire de la Maison Blanche en Iran, récidive. Cette fois, Hersh, dans le New Yorker du lundi 1er octobre, soutient rien de moins que Washington abandonnerait l’idée d’un bombardement de grande envergure pour se concentrer plutôt sur des frappes « ciblées » contre les infrastructures des Gardiens de la Révolution.

En août dernier, Georges W. Bush, lors d’un de ses nombreux discours, dénonçait le lien entre les extrémistes chiites et Téhéran. Le président américain s’évertuait à lancer par ci et par là des signaux à Téhéran autant sur le nucléaire que sur la situation qui prévaut en Irak. Il intimait l’Iran de mettre fin à ces actions (The Iranian regime must halt these actions). Bush n’a eu de cesse de confirmer que, jusqu’à ce qu’ils le fassent : « nous prendrons les mesures nécessaires pour mettre nos troupes en sécurité » (And, until it does, I will take actions necessary to protect our troops). Le président américain, pour montrer que sa démarche devait être prise en compte, a pris la mesure, très concrète, d’adopter, le 26 septembre dernier, un texte qui pourrait désigner les Gardiens de la révolution comme « groupe terroriste ». Depuis plusieurs mois, les États-Unis accusent les Gardiens de la révolution, ou Pasdarans, d’apporter notamment leur soutien aux insurgés en Irak.

Comme l’indique Seymour Hersh, et relayée par Le Monde, « La position du président, et son corollaire – si beaucoup des problèmes américains en Irak peuvent être imputés à Téhéran, alors la solution est d’affronter les Iraniens – se sont solidement imposés au sein de l’administration ». Ce qui signifie en d’autres mots que, pour l’administration de Georges W. Bush, la justification du conflit contre l’Iran, à cause de son programme nucléaire, fait maintenant place à de nouvelles accusations de déstabilisations en Irak. Seymour Hersh constate qu’au cours des derniers mois, Georges W. Bush et son équipe se sont bien rendu compte que leurs arguments ne convainquaient personne. « L’Iran va avoir la bombe rapidement, nous devons agir ». Cela ne marche pas. L’opinion américaine ne se préoccupe pas d’une menace nucléaire iranienne comme elle le faisait pour l’Irak. Il y a du scepticisme, poursuit Seymour Hersh.

Toutefois, comme l’avance le journaliste Seymour Hersh, si les Britanniques appuient la nouvelle stratégie américaine, il n’en est pas de même pour les militaires et les politiciens israéliens, selon Seymour Hersh. Le journaliste soutient que ceux-ci ont été « alarmés » en apprenant que les Américains renonceraient à frapper les installations nucléaires iraniennes. L’administration Bush aurait tenté de les rassurer en précisant que les Gardes de la révolution jouent un rôle direct dans le développement du programme nucléaire iranien. Le Sénat avait adopté la semaine dernière une résolution appelant à désigner les Pasdarans comme groupe terroriste (Cyberpresse).

Le National Intelligence plancherait sur un rapport exhaustif, destiné à paraître dans les semaines à venir, et prévoyant que la bombe iranienne ne sera pas au point avant l’an 2010 ou même 2015. Le retard dans les travaux serait dû d’abord à des difficultés techniques apparues au fil des mois écoulés, ensuite à un dérèglement dans les livraisons, en provenance notamment de la Corée du Nord, et cela pour des raisons évidentes (le soudain rapprochement, entre autres, entre Washington et Pyongyang) (L’Orient Le Jour).

Scepticisme qui a mené la Maison Blanche à finalement admettre l’idée, partagée par à peu près tout le monde aux USA, que les iraniens sont éloignés de l’arme nucléaire d’au moins cinq ans, sinon plus. Seymour Hirsh avance l’hypothèse que, vendre, non seulement aux américains mais aussi à nos alliés, l’idée d’un bombardement massif contre les infrastructures pourrait être vouée à l’échec. Georges W. Bush et son équipe semblent pour l’instant abandonner cette idée pour se tourner davantage vers des frappes ciblées en représailles pour les attaques dont les troupes en poste en Irak ont été l’objet. Le plan envisagerait notamment la destruction des camps d’entraînement les plus importants des Gardiens de la Révolution, ainsi que de leurs dépôts de munitions et leurs installations de commandement et de contrôle.

Seymour Hersh écrit, dans cet article du New Yorker, Shifting Targets : « Pendant une video-conférence sur un circuit de communication sécurisé qui a eu lieu cet été, le président a dit à Ryan Crocker, ambassadeur US en Irak, qu’il réfléchissait à une frappe transfrontalière contre des cibles iraniennes et que les britanniques étaient approuvaient. Bush a transmis à Crocker des instructions pour dire aux iraniens de cesser d’intervenir en Irak, à défaut de quoi ils devront faire face à des représailles américaines ». C’est là tout le fondement de l’article du journaliste américain.

Le changement de ton est donné : les Iraniens ne sont plus répréhensibles pour leur idée de posséder la bombe atomique mais ils le sont parce qu’ils tuent les « boys ». Ce qu’il faut retenir de ce changement de ton est que la communauté du renseignement s’interroge sérieusement à savoir si le président Mahmound Ahmadinejad n’exagère pas un tant soit peu et s’il fait autant qu’il le dit. La question reste posée : l’Iran intervient-il réellement en Irak ?

Hersh explique : « Publiquement nous fustigeons la Garde Républicaine. Le ton se durcit. Il y a eu une accélération significative dans le tempo de planification de l’attaque. Le Conseil National de Sécurité à la Maison Blanche se concentre davantage sur l’attaque de l’Iran qu’il ne l’était avant. Il y a eu une accélération significative dans le tempo de planification de l’attaque. Mais voilà. À ce jour, le président n’aurait toujours pas promulgué « l’ordre exécutif »requis pour une telle opération en sol iranien, et cet ordre pourrait peut-être ne jamais être émis ».

Sur la question nucléaire, Georges W. Bush se tourne maintenant beaucoup plus vers la solution diplomatique. Il n’avait pas beaucoup le choix : les britanniques seraient particulièrement hostiles à l’idée d’un millier de cibles, de bombes, et d’une intervention de toute une force aérienne qui bombarderait les installations nucléaires dont de nombreuses sont enterrées. Toutefois, selon le quotidien britannique « The Independent », le Premier ministre britannique Gordon Brown apporterait son soutien au plan de l’administration Bush qui consiste à lancer des frappes chirurgicales contre des positions de la garde révolutionnaire iranienne.

Le général David Petraeus apporte des éléments montrant la présence grandissante de Téhéran sur le sol irakien, confortant par la même occasion l’administration dans son nouveau choix. « Personne ne s’était rendu compte du degré de participation de l’Iran », affirmait-il dans son rapport présenté en septembre. Selon lui, Téhéran mène « une guerre par procuration contre l’État irakien et les forces de la coalition ». Cet appui du général a tout, évidemment, pour conforter dans son « obsession iranienne » le président américain. Seymour Hersh n’hésite pas à citer Zbignew Brzezinski qui prédisait « une guerre régionale de vingt ans » : « Cette fois, contrairement à l’Irak, nous allons jouer le rôle de victime. Le but du jeu semble d’essayer à forcer les Iraniens à jouer plus gros que leur mise » (Shifting Targets, page 2).

Seymour Hersh affirme, dans son article, que les dirigeants israéliens étaient consternés par la décision de Washington de ne pas frapper les installations nucléaires iraniennes et que des responsables français avaient exprimé des doutes sur les possibles raids aériens ciblés (Many in the French government have concluded that the Bush Administration has exaggerated the extent of Iranian meddling inside Iraq; they believe, according to a European diplomat, that “the American problems in Iraq are due to their own mistakes, and now the Americans are trying to show some teeth. An American bombing will show only that the Bush Administration has its own agenda toward Iran) (page 5).

Seymour Hersh soutient que les Français croient vraiment que les iraniens sont près d’obtenir la bombe, et ils voient cela comme un problème. En référence aux déclarations du président Nicolas Sarkozy, Seymour Hirsh déclarait dans une entrevue que : « les Français sont ceux qui parlent le plus fort à l’extérieur. Ils sont très durs. Ils font beaucoup de bruit pour que nous fassions quelque chose politiquement. Ils mettent une forte pression sur les iraniens. Je pense que les français aimeraient vraiment que les iraniens prennent ça au sérieux » (CNN – Late Edition, 30 Septembre 2007).

Selon Seymour Hersh, la Maison Blanche a tiré ses conclusions à l’effet que l’Iran est perçu dans le monde comme le gagnant de l’échec colossal de l’Amérique en Irak. Le ratage en Irak a placé l’Iran en position de pouvoir car les chiites du sud sont très proches de leurs stratégies régionales. Les États-Unis pourraient, comme à leur habitude, rencontrer des résistances, cette fois des Irakiens : lors d’une visite à Damas, le vice-président irakien, Adel Abdoul-Mahdi, a assuré que l’Irak ne servirait pas de base à des attaques américaines en direction de l’Iran ou de la Syrie. C’est certainement la raison qui justifierait, selon Hersh, le fait que l’opération serait, en grande partie, confiée à des missiles de croisière lancés depuis des porte-avions.

____________________________

 

 

Publicités

Actions

Information

7 responses

3 10 2007
Françoise

Bonsoir Pierre,

« Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage ».

Le gouvernement américain a réussi, avec la guerre d’Irak, l’exploit de rendre l’influence de l’Iran « incontournable » dans la région. Comme le gouvernement américain ne peut admettre qu’une influence, la sienne…

Nombre de scénarios sont exposés par différents journalistes. Mais la finalité est toujours la même, garder la main-mise sur le Moyen-Orient et son pétrole. Pour cela, tous les moyens seront bons, et il ne faut pas s’attendre à un changement de politique après les prochaines élections. Les candidats démocrates ou républicains, sont aussi belliqueux que Mr Bush et Cie.

Quant à la position de la France…

3 10 2007
pierrechantelois

Bonjour Françoise

Il est indéniable que les États-Unis souhaitent protéger une formidable influence régionale – 600 milliards plus loin – et s’assurer la gestion des bénéfices financiers des réserves de pétrole. Le pire est de convaincre d’abord la population des États-Unis elle-même, puis quelques pays alliés. Il en reste très peu. Gordon Brown devrait montrer une certaine prudence dans son soutien aux États-Unis, surtout à l’égard d’un gouvernement en fin de course.

Pierre R. Chantelois

5 10 2007
Gilles

[Ici, je ferai un commentaire tout à fait subjectif.]
 
Il est indéniable que les États-Unis souhaitent protéger une formidable influence régionale […]
 
Well… Ils font tout pour la perdre, cette influence. Autrement dit, quand le plus gros (je veux dire fort) petit garçon de la cour d’école veut toutes les billes, qu’est-ce qui se produit ? Il s’en empare, mais il n’a plus personne avec qui jouer !
 
Bien. On peut rêver : les États-Unis pourraient — je veux dire qu’ils ont la puissance financière, industrielle, scientifique, même artistique — être les protecteurs de tous les petits pays émergents de la planète. Ils pourraient aussi « vivre et laisser vivre » les autres pays riches. Mais non, il faut toujours que le côté sombre de leur mind set prenne le pas sur le côté ouvert, naïf, généreux.
 
Donc je sens que la Russie, la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée bientôt ré-unifiée et dans une certaine mesure l’Europe prennent des mesures (encore timides mais le mouvement est lancé) pour s’unifier et ainsi contre-balancer efficacement les États-Unis. Reste à savoir quelles valeurs morales émergeront de tout ceci. Personnellement, je suis trop âgé, je ne le saurai jamais.

5 10 2007
pierrechantelois

Gilles

Excellent commentaire avec lequel je suis en parfait accord. Est-ce que la paix viendra un jour par les pays émergents qui feront contrepoids aux États-Unis ? Comme vous, j’en rêve. Comme vous, je ne verrai probablement jamais la réalisation de ce rêve.

Pierre R. Chantelois

12 10 2007
giuseppe

je pense que vous vous tromper l amerique a toujour ete la pour instaurer ou essayer d instaurer la democratie ou il y en avait besion maintanen vous dite que il sont toujour apres le petrole ces normale car irez vous defendre quelqun gratuitemen surtout quand les depense ce chifre en milliard reflechiser sil etai vraimen commen on le dit si bien il pourai semparer de toute les richesse quil voudrait car noublion pas quil sont ci puissant quil pourait envahir l europe en 2 jours car des base militaire il y en a plein en europe vous ne comprener rien ou qoi
il on decider detre la premiere puissance au monde car des mechan il y en a beaucoup pourqoi ne parler vous pas des chinoi ou russe ou iran ou turc ou la on tue pour avoir dit une parole de traver ou vole un pain ou travailler come exclave voila ce que les americain veule eradiquer et des foi il faut en venir a la guerre meme si les civile doive i passer ses domage mes ses comme ca que ferion nous sans eu alors oui je di prener tous leur petrole acheter des arme payer vos soldat car la prochaine puissance dictatoriale sera elle meme avec la bombe atomique cette foi ci o de toute facon vous vous en fouter vous ete en securiter vous pouver mal comme les israelien sa sappele de l egoisme et grande gueulle en tous cas partou ou il sont aller sa va mieux 10 apres car il faut le temps mais les resulta sont la

12 10 2007
giuseppe

est gille tu dis nimporte quoi commence deja a remercier tous les soldat americain mort pour notre liberter en europe la tu au moin ??????????????????????????????????????????
adresse email w2363930451039642@wii.com

12 10 2007
giuseppe

noublier pas echelon quand il dise que certain vente des arme ou en fabrique il ecoute tous ce quil veule peu etre il y mete de l exageration mes vous l aver suremen fait aussi pour une reson ou une autre car des foi il le faut mais croiez moi ce nes pas l argent ou le petrole quil veule arreter de dire nimporte quoi alor ci ses comme ca tous les ancien president americain en on volut au petrole ouaaaaa
vous navez pas autre conerie a dire
ce quil y a ces que il ont choisi detre la^police du monde et ca les jalous il n aime pas saver vous quil sont dans une dizaine de pay pour la securiter des civile car meme si les guerre quil ont gagne sont finie instaurer la paix en est une autre
certin que le petrole y est pour cela aussi mais ses un peut normale puisque il depense leur propre argent pour les coup de la guerre faut bien les recuperer non et meme plus pour ameliorer les arme et entrener leur soldat et pour autre meme ces normale il faut bien quil y gagne il vont pas i perdre quand meme ces ca que vous vouler quil ne touche pas au petrole et quil ce ruine en allen aidez les autre
alai reflechisser un peut et arreter de voirs tous le temps du mal en eu rappeler
vous quand cetait nous dans les conflit avec les almand on etai contemp que les heros etai la et bien au autre aussi il resante la meme chose que no parent on ressanti quand il sont venez nous delivrer deja a ce moment la il aurait peut nous prendre tous ce quon avait il lon pas fais il ont liberer l europe t puis il on remis tous les dirigent en place donc vous voier des volleur vous moi nom je vois des heroe
et les irakien la plus par font ce quil veule mainten commen en afganistan les cytoien sont heureux que les americain on fait partire les taliban en 60 ans les depense en guerre de liberation ce chiffre en billard de dollar alors ces normale que il veule des puis de petrole car noublier pas que plus la technologie en arme avance et plus forte seron les arme des terroriste et dictateur imaginer vous a la prochaine ellection en allemagne un autre hitler fait sont apparition que ferion nouys encore vus quil so,nt plus puissant que nous et que il attaquerai en traitre comme les fou comme hitler aimai bien de faire
voila a quoi ce prepare les americain vous verz avec le temps des dictateur ding il y en aura encore……il ne faut pas les atendre car il attaque en traitre le mieux ces de les attaquer avant voila vrai politique americaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :