Pour la ministre Christine Boutin, exclusion ou inclusion, c’est selon les circonstances.

29 10 2007

Madame Christine Boutin, ministre, peut-elle invoquer un droit à l’exclusion dans un débat public ?

Selon Chrétienté Info, Carole Bouquet, soutenant les « mal logés » du DAL, a critiqué le fait que Christine Boutin, ministre du Logement et de la Ville, ne se soit pas rendu rue de la Banque. En réponse, la ministre répond, par voie de communiqué : « Je ne pense pas que l’instrumentalisation de la pauvreté soit la bonne méthode pour résoudre le problème du logement en France ».

Par contre, madame la ministre du Logement et de la Ville accepte volontiers l’invitation de Paul Amar de venir débattre de la question à son émission, Revu et Corrigé, dont l’objectif consiste à décrypter l’activité des médias. Elle ne semble pas y voir là une « instrumentalisation de la pauvreté ». Florence Aubenas, journaliste au Nouvel Observateur, est également présente. En cours d’émission, elle révèle que la ministre du logement, Christine Boutin ne souhaite pas la présence de Jean-Baptiste Heyraud, porte-parole du DAL (Droit au Logement). Le directeur du cabinet, par qui cette décision arrive, informe le rédacteur-en-chef de l’émission que la ministre du logement et de la ville n’entend pas discuter avec Jean-Baptiste Heyraud de la question des mal-logés de la rue de la Banque (IIe).

Prise au dépourvu, la ministre laisse échapper le mot : « traquenard ». « Quand quelqu’un ne veut pas débattre, on en tient compte », explique Paul Amar pour expliquer l’absence du porte-parole du DAL. « Effectivement, on avait pensé à un débat mais on a fait comprendre à notre rédacteur en chef Pascal Petit que vous ne souhaitiez pas débattre avec Heyraud », a ajouté l’animateur en s’adressant à la ministre. Selon imédias : « ce n’est pas la première fois qu’un programme de télévision est accusé de satisfaire aux demandes de certains politiques en ce qui concerne le choix des intervenants ».

La journaliste du Nouvel Observateur, Florence Aubenas, explique son intervention à l’émission de Paul Amar sur le site internet de l’hebdomadaire : « L’émission de Paul Amar est une émission qui explique le fonctionnement des médias. Il faut donc expliquer aux gens comment les gens sont invités et dans le cas présent pourquoi ils ne sont pas sur le plateau. Le débat ne doit pas avoir lieu dans les coulisses. En France, les débats sont publics et démocratiques. Le public devait savoir pourquoi Jean-Baptiste Eyraud était absent du débat. Il n’est pas normal que l’entourage d’un ministre, ou que le ministre lui-même, interdisent à quelqu’un le droit de venir dire ce qu’il a à dire. Ce n’est pas normal, on ne peut pas laisser faire ça ».

Madame Boutin a son propre blogue. L’information n’y est pas prioritaire. La dernière mise-à-jour relève du 25 août 2007. Deux commentaires ont été ajoutés le 28 août 2007. Pourtant, madame Boutin fonde son blogue sur ce leitmotiv fort honorable : « l’être humain, priorité absolue ». Pour connaître l’horaire de madame Boutin, ce n’est pas non plus le lieu approprié. La dernière inscription relève du 30 août 2007. En haut de page, l’inscription est sans équivoque : L’Agenda du Ministre! Depuis, rien.

Sur la fiche de la ministre, à l’Assemblée nationale, aucune inscription n’a été enregistrée sous la rubrique « Travaux parlementaires ». Aux sous-rubriques Questions, Propositions de loi et de résolution, Rapports, Interventions en séance, Interventions en réunions de commission, c’est le néant. C’est à se demander à quoi peut bien servir une telle rubrique et si la ministre consulte cette page qui la concerne.

Pour connaître le dernier document officiel émis par la ministre et son ministère, il faut se rendre sur le site du gouvernement qui a mis en ligne Le Plan grand froid 2007-2008 ou le dernier discours de madame Boutin diffusé dans la circulaire hivernale du 19 octobre 2007. Au cours de ce discours, madame Boutin soulignait en ces termes le rôle et l’objectif qu’elle se donne : « L’abbé Pierre disait joliment qu’il voulait être la « puce asticotteuse » qui empêcherait que les consciences ne s’endorment. C’est modestement le rôle que j’entends jouer au sein du gouvernement. Le président de la République connaît mon combat et je le remercie pour le soutien qu’il a bien voulu m’apporter avant hier au Conseil économique et social ». La ministre parle de partenariat : « J’ai décidé de mettre tout le monde autour de la table : des élus, des associations de lutte contre les exclusions, des représentants de riverains et enfin – car c’était primordial à mes yeux – des personnes accueillies dans les centres d’hébergement ». Bon, inclusion ou exclusion, c’est selon.

En cours d’émission, madame la ministre a défendu sa position en indiquant qu’elle avait rencontré, la veille, donc le vendredi 26 octobre 2007, au ministère, monsieur Jean-Baptiste Heyraud, porte-parole du DAL (Droit au Logement). Sur le site du ministère du Logement et de la Ville, sous la rubrique Agenda de la ministre, rien ne confirme une telle rencontre. Probablement une erreur de fonctionnaire.

Pour revoir l’épisode de Revue et corrigé, rendez-vous sur imédias.

____________________________

 


 

Publicités

Actions

Information

7 responses

29 10 2007
Françoise

« En France, les débats sont publics et démocratiques. »

Ah… Ce fut peut-être vrai…
Bonjour Pierre,

Mme Boutin mérite bien que vous lui fassiez un billet. Elle ne dépare pas dans le tableau de nos femmes ministres « remarquables ». Elle ne manque pas d’ idées « iconoclastes » pour régler les problèmes de logements :

« Je propose d’étudier une idée tout à fait iconoclaste: pourquoi ne pas autoriser pendant une durée limitée, avec toutes les précautions nécessaires, les propriétaires qui le souhaitent à construire un étage supplémentaire sur leur habitation. C’est une idée séduisante, car nous n’avons pas assez de foncier disponible pour construire des logements. C’est une idée qui doit être creusée, il faut l’affiner. Construire un étage supplémentaire, ça peut se faire très rapidement, ce n’est pas consommateur d’espace, et cela peut resserrer les liens inter-générationnels, si les parents peuvent loger leurs enfants, par exemple. »
(La Tribune, Septembre 2007)

Elle ne manque pas de bonne volonté, mais vous comprenez, ce n’est pas facile tout ça :

« Christine Boutin a reconnu que l’application du droit au logement opposable (Dalo) au 1er décembre 2008 pourrait connaître un « petit bug » du fait de l’ampleur des constructions à entreprendre […] « il y aura peut-être un petit bug parce qu’effectivement en 14 mois, moi, je ne peux pas construire 500.000 logements. Je suis convaincue que nous allons y arriver et en 2012, là je pense que ça ira très bien. Nous avons 14 mois pour être créatifs et inventifs ». »
(Le Monde, Octobre 2007)

Au passage, je remarque que 2012 sera la prochaine année des présidentielles…

Il est à noter aussi que Mme Boutin s’intéresse de fort longue date aux problèmes de logement : Elle avait déposé à l’Assemblée une proposition de loi pour le « droit au logement opposable » (DLO) dès 2005.

Qu’elle n’ait pas voulu de Mr Eyrault à « son » émission, cela est explicable : Il aurait pu poser les petites questions qui gênent. Entre autres lui demander pourquoi — elle dont la devise est, comme vous l’avez rappelé, ‘L’être humain, priorité absolue », elle qui anime le forum  » des républicains sociaux », sous titre : « La droite humaine » (on trouve le site sur Internet) et où elle proclame fièrement : « Depuis ma candidature à l’élection présidentielle en 2002, je n’ai de cesse d’alerter l’opinion et le gouvernement sur la nécessité de remettre l’Homme au coeur de la politique » — elle n’empêche pas (en tant que ministre ce devrait être possible) ce genre de choses :

« Jean-Baptiste Eyrault, le président du DAL (Droit au logement) et trois autres militants de l’association ont été violemment interpellés par les CRS, cet après-midi, lors d’une nouvell tentative d’évacuation des familles sans logis installées sur le trottoirs de la rue de la banque à Paris. « Jean-Baptiste et le autres ont été plaqués au sol, ventre à terre et menottés dans le dos, relate un militant. Ils leur ont fait des clés sur la gorge. Des prises violentes. Plusieurs personnes, dont une femme enceinte choquée, ont été conduits à l’hopital ». Dès 17 heures, les CRS ont encerclé les familles sur le trottoir, qu’ils ont expulsé une à une, pour finir par s’en prendre aux militants du DAL. « On a essayé de se mettre autour, protéger les enfants, explique Ludovic. Dans une ambiance tendue, les cordons de CRS ont repoussé les manifestants arrivés en soutien rue de la Bourse ».
(Libération, le 11 octobre 2007)

29 10 2007
pierrechantelois

Françoise

J’ai deux inquiétudes. Quoique je ne vive pas en France, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la présence invariable des CRS dès qu’il y a manifestation de citoyens dans les rues pour protester contre une politique gouvernementale. Et les dérives qui s’ensuivent, comme vous l’avez si bien illustré. Deuxième inquiétude, cette volonté – progressivement insidieuse – de vouloir interférer à tout prix dans les médias. Que ce soit pour soustraire un article indésirable, pour éliminer un invité déplaisant, pour nommer des favoris aux postes de commandes, etc.

Est-ce qu’il y a directive en haut lieu de vouloir tout contrôler, même le baromètre du mécontentement de la population ? Vu d’ici, Françoise, je dirais, sans en mesurer la réelle dérive, qu’il y a, il me semble, danger de basculer dans un arbitraire là où les événements ne servent pas assez la République. Est-ce une simple appréhension de ma part ? Comme je l’ai déjà écrit, je m’inquiète et la France me tourmente un peu, par les temps qui courent.

Amicalement

Pierre R. Chantelois

29 10 2007
Françoise

Bonjour Pierre,

« […] la présence invariable des CRS dès qu’il y a manifestation de citoyens dans les rues […] »

Ce n’est pas un monopole de la droite. Cela, malheureusement, a été le cas sous presque tous le gouvernements que j’ai connus. Le « pouvoir » a peur des citoyens, et la peur fait mettre les CRS dans la rue, et les CRS dans la rue aggravent plus les choses qu’ils ne les apaisent, bien trop souvent.

« […] je dirais, sans en mesurer la réelle dérive, qu’il y a, il me semble, danger de basculer dans un arbitraire. […] »

Je dirais qu’il y a une réelle dérive, et qu’elle s’aggrave. L’arbitraire, si cela n’est pas encore le cas, nous n’en sommes pas loin puisque la « volonté d’en haut » s’impose partout, là où les événements ne servent pas assez la République.

« […] là où les événements ne servent pas assez la République« . […]

Je ne formulerais pas ainsi, si vous permettez. Je dirais « là où les événements ne servent pas assez le président, le gouvernement, les élus de la majorité« .

Vous vous inquiétez et vous vous tourmentez un peu, et c’est à juste titre, et je vous remercie de porter attention à ce qui se passe ici. En France, n’en doutez pas, nous sommes nombreux à nous inquiéter et à nous tourmenter énormément. D’autant plus qu’il n’y a plus aucune opposition parlementaire digne de ce nom.

29 10 2007
Posuto

Bonjour Pierre, et Hello Françoise,
Oui, je crois que les dérives sont possibles. Sarkozy, avec de rudes discours qui flattent les extrêmes et une sorte d’auto-suffisance, (« Sarko l’américain » est le surnom qu’il s’est lui-même donné !!! A partir de maintenant, qu’on m’appelle Mantra l’Omnipotente, à ce propos, et non plus Kiki) et cette image de « meneur » qu’il a construit… A défaut d’avoir tous les pouvoirs (« je veux 5% de croissance ! ») il fait mine de les posséder. Et tout autour ? Les suivants, les larbins, les brosses à reluire, ceux qui veulent être bien placé, bien rémunérés, dans la ligne, du côté de l’homme fort, vont décider de façon presque autonome de ce qui est à faire ou pas (auto-censure journalistique, maire qui interdit à des enfants de sans papier l’accès à une cantine, préfet qui met en garde à vue un nourrisson de 3 semaines….) C’est comme l’ouverture d’une gigantesque boîte de Pandore. On peut se permettre ouvertement de piétiner les loosers (sdf, clandestins, mal logés…), car dans cette vision du monde de l’Homme Fort du moment, celui qui perd est fautif, il n’avait qu’à faire preuve de plus d’énergie ou de bonne volonté. Même les suicides en entreprise prennent une nouvelle couleur, il s’agirait maintenant de déceler et d’écarter plus vite celui qui ne serait pas « à la hauteur » psychologiquement. Un monde de requins assumés. Et les « mentalités » n’ont aujourd’hui pas de pitié, elles doivent penser que la misère ou la malchance est contagieuse.
Bouh. Mon constat est bien triste. J’espère être complètement à côté de la plaque !
(bon, maintenant je vais aller regarder un épisode des Bisounours)
Mantra l’Omnipotente

29 10 2007
pierrechantelois

Bonjour Françoise
Bonjour Kiki

Nicolas Sarkozy aime bien montrer qu’il est en possession de ses moyens. Je ne sais si vous avez pris connaissance de cette dépêche mais – autant aux États Unis qu’en France – on en parle sur les blogs. Il aurait quitté brutalement une entrevue de CBS par suite des questions indiscrètes de la journaliste sur sa vie privée. Je vous recommande deux liens pour vous informer : sur CBS d’abord, dans le cadre de l’émission 60 minutes, et sur Yahoo (article publié sur Agoravox). Pour voir la video, ce lien vers Dailymotion. En entrevue, la journaliste  Lesley Stahl s’explique.

Pierre R. Chantelois

29 10 2007
Françoise

Pierre,

Cela a été repris sur de nombreux blogs. Un regret : la vidéo ne permet pas de savoir quelles ont été les questions qui ont agacé Mr Sarkozy.

Je pense que son attitude ne plaira pas vraiment aux journalistes d’outre-atlantique. Si Mr Sarkozy ne voulait pas de questions sur sa vie privée, il ne fallait pas qu’il l’utilise comme outil de promotion…

29 10 2007
pierrechantelois

Je viens d’écouter une entrevue exceptionnelle avec le philosophe Alain Badiou (que je ne connaissais pas, à ma grande gêne) qu’il accordait à l’émission : Ce soir ou jamais. Il vient de publier un livre : « De quoi Sarkozy est-il le nom ? » (Ed. Éditions lignes). Une entrevue à écouter, à voir, et à revoir.

Pierre R. Chantelois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :