Nicolas Sarkozy au Tchad : « C’est son tempérament » (Bernard Kouchner)

5 11 2007

« Sarkozy es el mejor politico que ha tenido Europa y sera el primer presidente », écrit un lecteur sur le site de Libération, à l’issue du voyage du président de la France au Tchad.

____________________________

 

Trois journalistes français et quatre hôtesses de l’air espagnoles sont montés à bord de l’avion – un A-319 militaire siglé « République française » – qui a, dans un voyage-éclair, mené le président Nicolas Sarkozy à N’Djamena, au Tchad. Retour à Madrid et à Paris. Il faut préciser que, même libérées, ces personnes sont toujours sous le coup d’inculpations. Elles n’ont pas été innocentées par le tribunal tchadien. Dix autres Européens – les six membres français de l’ONG, les trois stewards espagnols et le pilote belge de l’avion restent inculpés et écroués pour « enlèvement ou complicité ».

Nouvelle sortie spectaculaire pour le président Nicolas Sarkozy. Cette fois-ci au Tchad. Ce Tchad qui n’est plus l’Afrique à papa, comme le disait si bien la ministre Yade. Il semble que le président Idriss Déby Itno ait, comme l’écrit Khaled Elraz d’Afrik.com, souhaité cette visite de son homologue français afin de clarifier la situation des 17 Européens pour l’heure impliqués dans l’Affaire « Arche de Zoé ». Le Président français n’aurait de son côté accepté ce déplacement-éclair qu’à la condition de pouvoir le conclure de manière concrète en ramenant avec lui les inculpés mis hors de cause par un juge tchadien. Alwihda-Rfi avance même que le président sénégalais, Me Abdoulaye Wade, aurait appelé son homologue Tchadien pour lui demander, à son tour, de libérer les Français. Idriss Déby a rejeté l’existence de pressions en faveur de la libération des sept Européens (les trois journalistes et les quatre hôtesses) le jour de la visite de son homologue français. « Les magistrats ont procédé dans le respect de leur indépendance jusqu’à parvenir à la libération des hôtesses de l’air qui ne sont pour rien dans cette affaire », a-t-il dit.

« Au prix de laisser penser que là où la France n’en faisait pas assez, elle en fait dorénavant trop », commente Liu Mah Voi du site catholique Radin Rue. « L’arrivée de Sarkozy au Tchad, semble ridiculement discutable, la France ferait-elle sa propre justice en Afrique, lavant son linge sale sur la scène internationale ? » Le président Nicolas Sarkozy déclare que les membres de l’ONG « ont le droit au respect de la présomption d’innocence », dans cette affaire qu’il qualifie par ailleurs « d’équipée assez lamentable ».

Les deux présidents déclarent, d’un commun accord, qu’il faut éviter de tomber dans les amalgames. « Évitons l’amalgame entre l’action remarquable des ONG en général et ce qui s’est passé avec cette association (française) qui a si mal agi au Tchad. Cette « équipée assez lamentable » n’a rien à voir avec le déploiement de la force européenne au Tchad à la frontière avec le Soudan (….), opération qui se fait avec le soutien total de l’État tchadien et qui montre la confiance réciproque de nos deux gouvernements ». […] Idriss Déby Itno renchérit : « Ici, c’est un problème uniquement juridique. Évitons de faire l’amalgame avec le déploiement prévu de la force européenne ». M. Déby assure, par ailleurs, n’avoir « pas eu un seul contact » avec un magistrat tchadien. Nicolas Sarkozy poursuit : « C’est à la justice de nos deux pays d’en décider. Il faut donc les laisser discuter et surtout ne pas en faire une affaire de politique et une affaire de susceptibilité », martèle-t-il (Alwihda – AP).

La justice est-elle est bien servie ?

A la faculté des sciences juridiques et politiques de Moursal, à Ndjaména, au Tchad, Alwihda info a joint, en début de matinée, un professeur de droit, juriste, internationaliste écœuré par l’immixtion et l’arrivée de Sarkozy. Il laisse entendre son amertume : « Je me pose la question de la souveraineté tchadienne dans cette affaire. J’ai l’impression que la France a un mot sur la souveraineté au Tchad ».

Sans vouloir s’ingérer dans les affaires judiciaires du Tchad, s’en est-il bien défendu, Nicolas Sarkozy manifeste quand même sa préférence pour que les auteurs de cette « équipée lamentable » soient jugés en France. Il s’en explique : « Les accords de 1976, entre les deux pays, permettraient que les six humanitaires toujours détenus soient jugés en France. C’est à la justice de nos deux pays d’en décider ». Aucun commentaire n’a été fait sur ce dernier point par la Présidence tchadienne. Monsieur Sarkozy poursuit : « Il est assez normal que le président français que je suis (…) souhaite que des ressortissants français puissent être jugés dans leur pays. Ça, c’est le choix que j’ai fait mais le président Déby, il a aussi ses contraintes et je dois en tenir compte et donc nous continuons à parler. Il va falloir voir comment trouver le plus rapidement possible, en termes de semaines, une issue qui respecte la justice tchadienne et qui donne toutes les garanties à l’ensemble des acteurs dans cette affaire ».

Ce déploiement médiatique n’est pas au goût de tout le monde. Les opposants tchadiens en exil l’ont fait savoir. Selon Makaila Nguebla, de Alwihda info : « Les opposants Tchadiens en exil, hostiles au régime d’Idriss Deby, sont plus que jamais interpellés par le déplacement, à N’Djamena, de Nicolas Sarkozy qui vient, à point nommer, aggraver les sentiments de douleurs des populations tchadiennes du fond de nos villages, humiliées par la dépossession de leurs enfants pour cause de complicités et d’indifférence de leurs gouvernants sur les questions de bonne gouvernance politique et des droits socio-économiques et culturels ».

Comment le Quai d’Orsay voit-il cette initiative présidentielle ? Invité de l’émission « Le grand rendez-vous » Europe 1-TV5-Le Parisien/Aujourd’hui en France, le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a dénoncé l’opération menée au Tchad par l’Arche de Zoé, qui a « dévoyé » l’action humanitaire : « Lorsqu’un délit, et c’est un mot faible, est commis sur le territoire d’un pays souverain ce n’est pas à la justice française d’intervenir. Elle peut participer, elle peut ensuite de façon la plus souple, de façon la plus légale possible, s’en occuper également si le pays en question le permet », a-t-il souligné.

« Dans cette affaire, apparaît la contradiction occidentale de l’humanisme et du néo-colonialisme », écrit Mustapha Hammouche de Liberté-Algérie. « Apparaît aussi l’autre contradiction, celle du tiers-monde africain : une souveraineté sert de théâtre à des drames populaires à huis clos, d’un côté, et à la mise en scène du dictateur local, de l’autre. Le monde n’est pas encore assez humanitaire. Car, dans cette zone, comme ailleurs, piégés entre la solidarité des régimes africains et le rapport mitigé des démocraties aux autoritarismes, des enfants sont encore affamés, abandonnés, enrôlés, vendus ».

Bernard Kouchner est-il en accord avec le président de la République ? Interrogé sur le fait que Nicolas Sarkozy s’était lui-même rendu, dimanche, au Tchad pour aller chercher trois journalistes français et quatre hôtesses de l’air espagnoles, M. Kouchner a répondu : « C’est son tempérament ». « Il faut s’habituer à cette dynamique », a-t-il ajouté. « C’est un homme qui aime prendre des risques, j’aime bien ça ».

____________________________

 

 

Publicités

Actions

Information

5 responses

5 11 2007
LE PANDA

Pierre bonjour,

le Président Nicolas Sarkozy tente encore un coup de « jarnac » puis pas dans les fossés de Quélus. Cette affaire sans conteste possible est avant tout la mise en avant de SA politique avec une ingérence notoire dans les pautres pays à décider par eux-mêmes. Il rappelle adroitement les accord de 1976 et vlan passe moi l’éponge.

Il pase par Madrid, pour affiner son parcours de « sauveur » pour terminer à 23h30 à Paris avec les 3 journalistes à mon modeste avis d’observateur « manipulés » pour ne faire aucune déclaration à « chaud » mais de qui se moque-t-on?
La liberté de l’information actuellement il faut plus la pêcher que l’avoir comme la Loi le prévoit.

Le coup en lui même est bien joué, c’est la Lybie en bis et plus court, les intêrets économiques ne sont pas identiques.
La commission chargée d’entendre le cas échéant l’ex 1ere dame de France trouvera t-elle un secret défense?
Aurons nous droit à une conférence de presse des otages des deux affaires?
Saurons-nous reellement comment se sont passées les tractations et à quel coût?
Lorsque l’on constate les propos de Libération, la ligne politique de ce média a bien variée depuis certaines nominations cherchons à qui cela peut profiter?

Nous sommes dans le flou artistique, comme si Henri Salvador aux heures de sa plus grande gloire faisait renaître de ses cendres l’ami de tous les enfants car défenseur des opprimés et qui arrivait toujours avant le malheur sûpréme, quel était déjà son nom?
Il le traçait à la pointe de son épée d’un « Z » qui ne voulait pas dire comme dans le célébre film de Gavras « il est toujours vivant » mais Zorro et son serviteur muet.
Attention silence on tourne, les vedettes sont en avancent mais merci pour les otages libérés et leur famille soulagée.

Le Panda

Patrick Juan.

5 11 2007
Françoise

Une question se pose, me semble-t-il : Que cache-t-on dans cette affaire ?

« Il en va, en fait, du seul succès tangible de la diplomatie sarko-kouchnérienne: le déploiement au Tchad surtout, et en République centrafricaine dans une moindre mesure, d’une force européenne, à forte composante française, pour sécuriser les camps de réfugiés soudanais installés dans ces deux pays et menacés par les débordements de la guerre du Darfour, au Soudan. L’Eufor Tchad-RCA, qui comptera 3 000 hommes, dont une moitié de Français, est censée entamer son déploiement début décembre. […] Le président Déby n’a jamais été favorable – tout comme le colonel Kadhafi – à un tel déploiement sur son sol. En début d’année, il avait déjà fait échouer l’arrivée de Casques bleus de l’ONU malgré sa promesse à Dominique de Villepin, alors Premier ministre. Avec l’affaire de l’Arche de Zoé, Déby tenait un prétexte en or pour affaiblir l’Eufor, avant même son arrivée. De plus, l’opération a suscité le scepticisme de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne, qui trouvent son coût élevé (300 millions d’euros par an) et ses objectifs flous, d’autant que Paris, qui n’a jamais ménagé son soutien à l’autocrate Déby, l’avait littéralement sauvé en avril 2006 face à une rébellion armée. Que fera l’Eufor si cela se reproduit ? La France a bataillé pour convaincre un à un des «petits» pays européens (Irlande, Grèce, Suède, Belgique…) d’envoyer des contingents de moins de 350 soldats. A la faveur de cette crise, Idriss Déby aborde donc en position de force le déploiement de l’Eufor dans l’Est, théâtre d’une sale guerre dans laquelle il a largement sa part. » […]

« Dès le matin tout N’Djamena connaissait la nouvelle de l’arrivée du chef de l’Etat français. Au palais de justice, certains grognent : «Que voulez-vous qu’on vous dise ? Evidemment, c’est une atteinte à l’indépendance de la justice. Depuis quand les magistrats travaillent le dimanche ?» se plaint l’un d’entre eux. «Hier un membre du parquet a même claqué la porte, il ne voulait pas signer les ordonnances de libération», lâche un autre juge. »
(Libération, le 5 Novembre 2007).

« On nous a demandé dès samedi d’accélérer la procédure pour les libérer dimanche », raconte à l’AFP un magistrat tchadien sous couvert de l’anonymat. « Nous avons expliqué que cela n’était techniquement pas faisable, et que pour rendre cette libération éventuelle conforme à la procédure, tant sur le fond que dans la forme, nous avions besoin d’au moins jusqu’à mercredi », a-t-il ajouté, lâchant: « les pressions politiques ont été trop fortes ».De source judiciaire, on précise que les ordres sont arrivés « du sommet de l’Etat » tchadien. »C’est une atteinte à l’indépendance de la justice », s’indigne un autre juge, rappelant que le palais de justice est normalement fermé le dimanche. »
(20minutes, 5 Novembre 2007).

« L’organisation fait aussi valoir qu’elle a été reçue trois fois par des représentants du ministère des Affaires étrangères français relativement à son projet. «Ils étaient au courant. On sent bien qu’il y a une volonté de sauver la face», déplore Mme Sanchez, qui fustige «l’acharnement» médiatique dont serait victime l’Arche de Zoé. […] Le gouvernement français affirme avoir été trompé sur le terrain par l’ONG, qui a adopté un nom anglophone, Children Rescue, pour opérer au Tchad. L’armée française, présente de longue date dans le pays, a transporté plusieurs de ses membres. »
(Cyberpresse, 3 Novembre 2007).

« Bernard Kouchner a également estimé qu’il fallait « féliciter l’armée à laquelle on reproche d’avoir transporté ces gens. » « Mais c’est leur honneur d’avoir transporté 75 organisations sur demande du gouvernement tchadien », a-t-il estimé. »
(Le Monde, 4 Novembre 2007).

5 11 2007
pierrechantelois

Patrick

J’aime bien l’expression: c’est la Libye en bis. Le calcul politique est fort : ce sont les journalistes et quatre hôtesses qui ont été pointés pour être ramenés à Madrid et à Paris. La question est sans conteste : pourra-t-il maintenir un tel rythme ? Le président n’est tout de même pas pour jouer au Samaritain volant partout dans le monde ? Je regardais sur BFM-TV sa rencontre avec Zapatero. Quelle nervosité. Il donne l’image d’un président sur une montée foudroyante d’adrénaline. Il y a indubitablement rupture de ton. Il faut le reconnaître.

Françoise

J’ai écouté jusque tard cette nuit quelques stations françaises, en zappant de ci par là. On donne gagnant le président Déby qui, sans être un grand génie de la stratégie, a su récupérer la situation et comprendre toute la pression qui s’exerçait sur le président français. Et ce n’est que le début. Déby peut en tout temps modifier le parcours des événements en soufflant le chaud et le froid. IL profitera volontiers de cette posture pour asseoir davantage son pouvoir au Tchad.

Pierre R. Chantelois

5 11 2007
Françoise

« Déby peut en tout temps modifier le parcours des événements en soufflant le chaud et le froid »

Pauvre Mr Sarkozy  ! Il n’a pas fini d’en faire des allés et retours…

6 11 2007
Alexandre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :