L’Islam, entre « Le coran, le pétrole et les dollars »

28 11 2007

Le Dr Moustafa Mahmoud est un écrivain égyptien contemporain. « Sa démarche est à la fois celle d’un scientifique (qui relativise la portée philosophique de la science) et d’un mystique (qui ne se veut tributaire d’aucune « école »). Sans doute serait-il plus exact de parler ici d’un humanisme éclairé, dont la portée universaliste n’échappera pas au lecteur », écrit Marc Chartier. Dr Moustafa Mahmoud a publié un livre qui n’est pas passé inaperçu : « Dialogue avec un ami athée ». Il aborde la question du matérialisme et du capitalisme. « Si le capitalisme a reconnu à l’individu la liberté du gain allant jusqu’à l’exploitation d’autrui, alors que le communisme a annihilé entièrement cette liberté, l’Islam a préconisé une solution médiane : « Une part de ce que les hommes auront acquis par leurs œuvres leur reviendra ; une part de ce que les femmes auront acquis par leurs œuvres leur reviendra » (Coran : 4, 32) », écrit Moustafa Mahmoud. Il poursuit en ces termes : « L’individu est libre de rechercher le gain, mais il n’a pas le droit d’accaparer pour lui seul tout le profit qu’il a réalisé. Une part seulement lui revient ; une autre revient au pauvre à titre d’aumône, obligatoire ou volontaire, allant de 2,5 à 90 %. Cette part ne constitue pas une libéralité ou une faveur ; elle est un droit de Dieu sur le gain. En opérant ce partage, l’Islam a merveilleusement contribué à sauvegarder à la fois la liberté de l’individu et le droit du pauvre ».

Driss Boukhissimi, un immigrant musulman, vit au Québec. Ce professeur de mathématiques, de l’Université du Québec, est intervenu devant la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles (communément appelée la Commission Bouchard-Taylor pour y affirmer simplement : « ne rien vouloir savoir des accommodements raisonnables ». « Je suis un musulman et j’arrive très bien à pratiquer ma religion sans déranger qui que ce soit », a plaidé cet homme d’origine marocaine devant la commission Bouchard-Taylor. « En venant ici comme immigrant, je savais qui j’étais et je savais que je m’installais dans un pays occidental avec État laïque. […] C’est à moi de m’adapter à ce qui se passe ici, car c’est moi qui ai choisi de venir ici », a indiqué ce pratiquant hors du commun. « Dans la religion islamique, il y a cinq obligations : professer sa foi, faire la prière cinq fois par jour, faire le Ramadan, donner une dîme pour les pauvres et aller à La Mecque quand c’est possible. Quand on ne fait pas ça, on est punis par Dieu », a-t-il ajouté. « Tout le reste n’est pas obligatoire. On n’est pas obligés de prier dans une mosquée avec un imam ou d’égorger un mouton le jour du sacrifice. Les femmes enceintes ne sont pas obligées de faire le Ramadan. Le problème, c’est que certaines personnes érigent ces pratiques en obligations et ce sont ces gens qui demandent des accommodements ».

Existe-t-il une vision moderne de l’Islam ? Et est-il possible que l’Islam puisse adopter une vision moderne ?

Comme le rapporte Afrik.com, « Amrou Khaled porte la moustache, pas la barbe. Il est pieux et moderne. Il est prédicateur mais s’habille en costume-cravate. Il aime Dieu et le Coran… « Il », c’est Amr Khaled, le nouveau visage de l’Islam dans le monde. […] Né en 1967 à Alexandrie dans une famille modeste mais intellectuelle, Amrou Khaled goûte aux charmes discrets de la bourgeoisie égyptienne grâce à ses bonnes manières plus que par ses connaissances religieuses. A défaut de maîtriser le tafsir (exégèse coranique) et d’être expert en théologie, il a de l’humour et du charisme. Il cible intentionnellement les gens d’influence, ceux « qui peuvent changer les choses » et déculpabilise les riches d’être riches : ils peuvent être pieux tout en maintenant leur prestige et leur pouvoir. Son discours connaît un impact particulièrement important sur la jeunesse dorée. Il est moralisateur mais pas trop et ses méthodes sont tout sauf austères. Les jeunes se reconnaissent dans son message : ils peuvent être musulmans tout en menant une vie normale – étudier, travailler, s’amuser et ressembler à n’importe qui d’autre. Son prêche « Al Shebab wa Al Seif » (la jeunesse et l’été) est devenu un classique : il y prône la tempérance, une sorte de « Sea, Coran and fun ».

Jeudi Investigation vient de consacrer, sur Canal +, un reportage sur le nouveau visage de l’Islam : « Le coran, le pétrole et les dollars ». Reportage qui vaut le détour.

Video I

Video II

Video III

Publicités

Actions

Information

3 responses

28 11 2007
Gilles

« En opérant ce partage, l’Islam a merveilleusement contribué à sauvegarder à la fois la liberté de l’individu et le droit du pauvre »
 
Si c’était vrai, vivre sous l’islam vaudrait mieux que vivre sous le capitalisme. Bien entendu, on ne peut comparer une religion et un modèle d’organisation économique, le capitalisme n’étant pas une religion, quoique… Cependant je me pose la question de la représentativité du Dʳ Mahmoud.

30 11 2007
pierrechantelois

Gilles

Bonne question. Le Docteur Mahmoud est présenté comme un modéré. Ils sont si rares… que je n’ai pas raté l’occasion de le citer. Le documentaire est le premier documentaire que je vois qui explique posément – sans surcharge – l’Islam.

Merci de votre visite et de votre commentaire. Désolé pour mon retard à répondre.

Pierre R. Chantelois

11 02 2012
amr257

http://www.flashreality.wordpress.com
Il s’agit de mon site

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :