Darfour : « Les pauvres souhaitent que la guerre se poursuive pour que l’aide humanitaire se poursuive » (Kadhafi)

12 12 2007

Deux fois plutôt qu’une. Les circonstances et les déclarations l’y obligent.

Mouammar Kadhafi à Paris fait des vagues. Il suffit de parcourir rapidement les médias pour s’en convaincre. La gauche socialiste a refusé de cautionner la présence du guide de la révolution libyenne à l’Assemblée nationale en s’absentant. Comme dans le passé, le colonel Kadhafi aime bien contredire ses « amis ». Nicolas Sarkozy a-t-il évoqué les droits de l’homme en sa présence ? Que non pas : « nous sommes des amis assez proches. Nous coopérons. Nous avons évoqué les questions de coopération entre les deux pays. Nous avons évoqué tous ces contrats dans tous les domaines et dans l’intérêt des deux pays, la coopération euro-africaine, l’union méditerranéenne, idée proposée par le président Sarkozy, la coopération des deux côtés de la Méditerranée ». Toutefois, profitant de l’occasion qui lui en était offerte, Kadhafi n’a pu s’empêcher d’ajouter qu’il n’y a pas un seul prisonnier politique en Libye et qu’aujourd’hui, la question des droits de l’homme ne se pose pas. À cela d’aucuns n’hésitent pas à affirmer que, de toute façon, durant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait déjà exprimé sa volonté de rompre avec la diplomatie française complaisante de la France à l’égard des droits de l’Homme.

« Avant de parler des droits de l’homme, il faut vérifier que les immigrés bénéficient chez vous de ces droits », a déclaré Kadhafi, selon la traduction en français de son discours prononcé en arabe. « Nous sommes dans le pays qui parle des droits de l’Homme. Y-a-t-il certains de vos droits qui ne sont pas appliqués? », a demandé le dirigeant libyen en s’adressant à ses « frères africains immigrés » présents dans le grand amphithéâtre du siège de l’Unesco. « Nous sommes l’objet d’injustices. Notre continent a été colonisé, nous avons été réduits en esclavage, déplacés dans des navires comme du bétail. Aujourd’hui nous travaillons dans le bâtiment, dans la construction de routes (…). Après tout cela, nous sommes envoyés dans les banlieues et nos droits sont violés par les forces de police. Les Africains immigrés sont considérés comme des marginaux, des nécessiteux. Ils expriment leur colère parfois par la violence, allument des incendies. Je réprouve la violence, mais ceux qui expriment leur mécontentement vivent des situations difficiles en Europe, cela mérite qu’on y réfléchisse », a poursuivi Kadhafi.

Lors de son passage à l’Assemblée nationale française, Kadhafi a partagé, avec quelque trente parlementaires qui ont bien daigné le tenir pour fréquentable, sa vision de l’Afrique et du Proche-Orient. Le Darfour ? Le guide de la révolution libyenne a son point de vue sur la question : « Si nous laissons les habitants du Darfour se débrouiller eux-mêmes, la crise du Darfour se terminera d’elle-même ». « Les pauvres souhaitent que la guerre se poursuive pour que l’aide humanitaire se poursuive ». Pure question domestique, selon le guide libyen : 600 000 morts, 4 millions de déplacés, 3 millions de personnes dans des camps de réfugiés qui s’étendent jusqu’au Tchad, depuis la reprise du conflit en 2003. Plus simple de rejeter ainsi toute « internationalisation » du dossier du Darfour que de voir débarquer la force mixte ONU-Union Africaine de 26.000 hommes près de ses frontières. La réplique de l’Élysée n’a pas tardé. « La solution ne peut qu’être internationale. Il faut bien les aider », a commenté Claude Guéant, secrétaire général de la présidence. Tout en ajoutant cependant que : « il n’y a guère qu’en interne qu’on trouvera une solution ».

Pendant que Kadhafi discourait devant un aréopage de l’Assemblée nationale française, le président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering, remettait à l’avocat et député soudanais, Salih Mahmoud Osman, le prix Sakharov. L’Assemblée parlementaire remet chaque année le prix Sakharov à une personne ou une organisation pour son action contre l’oppression, l’injustice et l’intolérance. « Depuis des années, dans mon travail, j’ai représenté des milliers de personnes qui avaient besoin de mon aide devant les tribunaux. J’ai vu des milliers de personnes qui ont été torturées ; j’ai vu des centaines de femmes et de jeunes filles victimes d’abus sexuels ; j’ai vu les quatre millions de personnes déplacées de force de leurs maisons », a déclaré M. Salih Mahmoud Osman lors de la cérémonie. Pour sa part, le président Hanz-Gert Pöttering a, par la même occasion, déclaré, au nom du Parlement européen, que : « si une solution de pacification au Darfour doit passer par l’envoi de troupes européennes, nous le ferons ».

Un état palestinien ? « Il n’est pas possible de créer deux États dans la région. Les Palestiniens et les Israéliens sont intégrés sur le terrain. Ce n’est pas faisable de les séparer. Il n’y a plus de partie du territoire qui soit arabe pur ou israélien pur, si je puis dire. Les deux peuples sont mélangés. Ils vivent dans la même région, ils ont la même culture et les liens qui les unissent sont plus importants que ceux qui les séparent ». Et le Colonel lâche le fin mot de l’histoire : « Les efforts doivent converger pour créer un seul État. Ce qu’on appelle Israël est un pays où il y a des Israéliens et des Palestiniens, où il y a plus d’un million de Palestiniens ».

Dans son discours devant les étudiants de l’université de Mentouri à Constantine, Nicolas Sarkozy, avait affirmé que l’absence d’un État palestinien était « une injustice que la France ne tolèrerait pas ». Sarkozy avaitsuggéré que la création d’un État palestinien permettrait de lutter contre le terrorisme. Du même souffle, Nicolas Sarkozy avait dit que : « la France considérait que le refus de reconnaître qu’Israël avait le droit de vivre en sécurité était une autre injustice ».

Il convient en conclusion de rester réaliste. La France n’est pas le premier pays à recevoir Kadhafi : le guide avait auparavant été reçu à Bruxelles par l’Union européenne. Il se rendra, après Paris, en visite officielle, en Espagne le 17 décembre, où il sera reçu par le chef du gouvernement socialiste José Luis Rodriguez Zapatero. Il rencontrera le roi Juan Carlos. Mais les deux premiers jours de sa visite auront un caractère privé. Il se rendra probablement à Cordoue et Grenade. Ce ne sera pas sa première visite en Espagne puisque Kadhafi avait, en 1984, effectué une visite diplomatique où il avait rencontré, à l’époque, le Premier ministre Felipe Gonzalez.

(Sources : AFP, Presse Canadienne, Reuters)

____________________________

 

Publicités

Actions

Information

4 responses

12 12 2007
guy

J’ai déjà entendu ou lu ce genre de discours et cela fait frémir. Vous savez pourquoi ? Parce qu’il y a sans doute du vrai dans cette déclaration d’outre tombe. Il faut la guerre pour sauver le monde voilà ce que signifie cela. Nos aïeux disaient : « il faudrait une bonne guerre »!!!! Dans quel monde sommes nous donc bon sang. Et comme j’aime souvent le dire… la réalité dépasse la fiction. Incapable de se dresser au niveau du chien parce que l’homme éternel… se meut dans son obscurité fondamentale. Plus loin concernant la Palestine je suis sidéré de lire : « ils ont la même culture et les liens qui les unissent sont plus importants que ceux qui les séparent » mais il s’agit là de paroles de paix ….c’est impossible que ces mots sortent de la bouche d’un homme capable du pire… c’est incroyable aucun médiateur n’a utilisé de telles mots non ??? Fourberie intellectuelle ?

12 12 2007
Pierre Chantelois

Guy

Consternants. Ces propos de Kadhafi sont consternants. Il donne des leçons d droits de l’homme à l’Europe, abaisse à une question accessoire l’aide au Darfour, considère que la Palestine et Israël doivent partager le même pays mais ne souhaite pas qu’Israël se joigne à l’union méditerranéenne de Sarkozy. Bref, c’est un provocateur qui se croit, maintenant qu’il est admis dans les officines feutrées de la diplomatie, permis de tout dire. Il n’est l’égal que de lui-même. Ridicule. Quelqu’un faisait la remarque (Bayrou, je crois) : il est dictateur riche (on le dorlotte). S’il avait été un dictateur pauvre, on le honnirait. C’est bien vrai.

Pierre R. Chantelois

12 12 2007
Gilles

Comme je disais hier, le commerce lave tout. Mais il y a un peu de vrai dans les reproches qu’il adresse à nos démocraties, parmi tout le faux.
 
Quant aux opinions du colonel, je pense qu’il faut le sens de l’humour noir pour les mettre dans leur juste perspective ; souvenez-vous de « The Mouse that Roared » de Jack Arnold (un petit état pauvre déclare la guerre aux États-Unis dans le but de la perdre et de recevoir les retombées de l’occupation). Ce que Kadhafi dit du Darfour n’est pas plus pertinent.

12 12 2007
Pierre Chantelois

Gilles

Intéressante analogie avec le petit duché de Grand-Fenwick. Jean Rostand disait : « On ment dès qu’on élève la voix ». Il me semble que dans le présent cas, Kadhafi, le doigt levé vers le ciel, s’est laissé déborder par sa passion du spectacle.

Pierre R. Chantelois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :