Attention, homme en colère – « Le Canada n’approuve pas la torture mais … »

12 01 2008

Amnesty international n’hésite pas à épingler les pays qu’elle considère en faute lorsqu’il s’agit de défendre les droits humains. Dénoncer les États-Unis est un plaisir, pour d’aucuns. Dénoncer le Canada est une colère, pour d’autres.

… Et moi je sens en moi
Dans le tréfonds de moi
Pour la première fois
Malgré moi, malgré moi
Entre la chair et l’os
S’installer la colère

(Félix Leclerc)

Le Taser

Je ne sais pas si vous avez vu cette information incroyable sur cette arme qui a fait, à plus d’un titre, les manchettes internationales : le Taser. Le Taser, capable de paralyser pendant quelques secondes une personne grâce à une décharge électrique pouvant atteindre 50.000 volts, est d’abord utilisé par les forces de l’ordre, dans 43 pays aujourd’hui. Cette arme est maintenant commercialisée pour être vendue dans le grand public. Vous avez bien lu. La société a aussi développé un modèle destiné au grand public, le C2 « personal protector », que Dana Shafman, de Phoenix, Arizona, vend dans des réunions à domicile.

Tout en ayant la même puissance, l’appareil est plus petit que le volumineux modèle original, et son extérieur profilé lui donne davantage l’apparence d’un rasoir électrique que d’une arme. Selon Mme Shafman, sa clientèle féminine apprécie notamment le fait que le C2 soit assez petit pour se loger dans un sac à main, et qu’il soit disponible en différentes couleurs, y compris le rose. Mme Shafman a vendu une trentaine de ces armes par mois, au coût de 349,99 $ US pièce, depuis sa première soirée Taser, le 15 octobre dernier. Elle n’est pas une employée de Taser International, dont le siège social se trouve à Scottsdale, en Arizona. Elle est « à son compte » et ne touche pas de commission. Elle obtient plutôt le rabais que Taser réserve aux commerçants, et empoche la différence (Cyberpresse). Mona Cadena, d’Amnistie internationale, affirme qu’on enregistre déjà des cas de violence conjugale à l’aide du Taser et d’autres armes électriques.

Des images insupportables ont circulé dans le monde entier lorsque Robert Dziekanski, un immigrant polonais, est décédé après avoir reçu deux décharges à l’aéroport de Vancouver, au Canada. L’arrivée de plus de 4000 Tasers en France – voir Paris Match sur cette question – avait aussi créé ses dérives, à l’image de l’histoire révélée par la télévision M6 d’une jeune Lyonnaise électrocutée par quatre policiers lors d’un défilé techno. Selon des représentants de l’organisation de défense des droits de la personne, Amnistie internationale, les policiers font fréquemment une utilisation abusive de ces armes, et le public en général fera vraisemblablement de même. L’organisme a tout lieu de s’inquiéter de ces tentatives de multiplier le recours au pistolet électrique.

Récemment, le Comité de l’ONU contre la torture (CAT) a estimé que cette arme est un instrument de torture. Au Canada, la Ligue des droits et libertés du Québec (LDL) réaffirme la nécessité d’imposer, dans la province, un moratoire quant à l’utilisation du taser par les forces policières. « Ni le ministre et ni le rapport ne donnent de restrictions satisfaisantes quant à l’usage du taser », déplore M. Dominique Peschard, président de la LDL. Le 7 décembre dernier, une coalition demandait au gouvernement du Québec de décréter un moratoire immédiat de l’utilisation du pistolet à impulsions électriques.

La torture

Sur un autre plan, Abdullah Almalki, d’Ahmad Abou-Elmaati et de Muayyed Nureddin soutiennent avoir été arrêtés et torturés en Syrie, entre 2001 et 2004, à la suite d’informations fournies par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) les soupçonnant d’activités terroristes. Aucune accusation n’a cependant jamais été déposée contre eux, par le Canada. Une commission d’enquête, confiée au du juge Iacobucci et mise sur pied dans la foulée du Rapport sur les événements concernant Maher Arar du 18 septembre 2006, doit déterminer si la détention des trois Canadiens et les sévices exercés à leur endroit résultaient d’actions faites par des responsables canadiens. L’ancien commissaire de la GRC, Giuliano Zaccardelli, avait été contraint de quitter son poste à la suite de témoignages contradictoires au Parlement relativement à l’affaire Maher Arar, torturé en Syrie en raison de fausses allégations alimentées par la police fédérale.

Lors de son témoignage devant la commission d’enquête, l’avocat fédéral, maître Michael Peirce, a indiqué que le Canada, même s’il pourfend la torture, collabore avec des pays qui sont peu respectueux des droits de la personne dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. « Malheureusement, nous savons que le terrorisme est souvent issu de pays avec de piètres bulletins au chapitre des droits humains », a commenté l’avocat. Le Canada déteste peut-être la torture, mais lorsque vient le temps de s’impliquer dans la guerre mondiale contre le terrorisme, son gouvernement doit souvent collaborer avec des régimes qui ne sont pas aussi respectueux des droits humains que lui, reconnaît l’avocat du gouvernement fédéral.

Il a précisé que « le Canada ne peut pas s’isoler de ces sources importantes d’informations ». Tout en soutenant que « le Canada n’approuve pas de torture », Me Peirce a soutenu que la Convention de l’ONU contre la torture, signée par Ottawa, n’était pas la seule autorité légale en la matière. Il a expliqué que la convention, large et générale, ne contient pas « d’obligation légale » à l’égard des fonctionnaires fédéraux impliqués dans des cas spécifiques. « Avec une telle position, le gouvernement admet pratiquement qu’il doit sacrifier les libertés civiles au nom de la lutte contre le terrorisme », a estimé Me Jasminka Kalajdzic, une avocate pour M. Almalki.

Amnesty internationale a réagi vivement. « C’est une affirmation dangereuse et troublante », a déclaré Alex Neve, d’Amnistie, devant cette même commission fédérale d’enquête. « Cela implique qu’il est correct de courir le risque que des suspects soient torturés à l’étranger, à condition que rien de semblable ne se produise en sol canadien », a riposté Alex Neve. « Rien n’est plus éloigné de la vérité », a-t-il déclaré.

Abdullah Almalki, Ahmad El Maati et Muayyed Nureddin ont toujours nié avoir quelque lien que ce soit avec le terrorisme, et tiennent la Gendarmerie royale du Canada et le Service canadien du renseignement de sécurité responsables de leurs épreuves. Pour Ottawa, le fait qu’un pays porte atteinte aux droits de la personne ne suffit pas nécessairement à empêcher le Canada de partager de l’information avec des services de sécurité étrangers. Et cela au mépris de la sécurité et de l’intégrité des personnes que ce pays déporte vers des tiers pays qui n’hésitent pas torturer pour obtenir des aveux. Le gouvernement canadien admet carrément que, malgré tous ses efforts, son ministère des Affaires étrangères n’est pas toujours capable d’assurer la protection de ses citoyens détenteurs d’une double nationalité.

« Le fait qu’un pays donné puisse avoir de piètres antécédents en matière de respect des droits de la personne ne suffit pas, en l’absence d’autres arguments impérieux, à faire obstacle au partage d’information », peut-on lire dans un document que le gouvernement canadien a fait parvenir à la Commission d’enquête.

Le Canada aux Nations Unies

Pendant ce temps-là, faut-il le voir pour le croire, l’assemblée générale des Nations unies a, en décembre dernier, adopté une ébauche de résolution, présentée par le Canada, qui exprime « de graves préoccupations » concernant de présumés abus systématiques des droits de la personne en Iran, notamment des actes de torture, de flagellation, d’amputation, de lapidation et d’exécutions publiques. La résolution, pour légitime qu’elle soit, demande au gouvernement iranien « d’éliminer, juridiquement et pratiquement toutes les formes de discrimination ou d’abus des droits des minorités ». La résolution a été présentée par le Canada avec l’appui des États-Unis et d’autres pays occidentaux. Plusieurs pays, dont la fiche en matière des droits de la personne est moins que reluisante – comme Cuba, la Corée du Nord, le Soudan, la Syrie et le Zimbabwe -, s’y sont opposés.

Le Canada en Afghanistan

Selon Amnesty International, la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan, placée sous commandement de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), et plus particulièrement celles de la Belgique, du Canada, de la Norvège, des Pays-Bas et du Royaume-Uni, ont remis des détenus à la Direction nationale de la sécurité (DNS), le service de renseignement afghan, malgré des informations persistantes selon lesquelles les agents de cet organisme ont recours à la torture et aux mauvais traitements.

Au cours de l’année 2007, des organisations de défense des droits de la personne avaient réclamé l’arrêt du transfert de prisonniers afghans capturés par les militaires canadiens à d’autres autorités. Amnistie internationale et la British Columbia Civil Liberties Association considèrent que le Canada ne fait rien pour assurer que les prisonniers afghans ne sont pas torturés, une fois qu’ils sont sous la responsabilité des autorités afghanes. Au printemps dernier, plusieurs informations publiées dans des médias canadiens affirmaient que des soldats afghans capturés par les militaires canadiens subissaient des tortures une fois transférés aux autorités afghanes. Ces allégations avaient déclenché une intense controverse au pays.

Un adolescent – ressortissant canadien – de 15 ans emprisonné à Guantanamo

Il y a aussi Omar Khadr, aujourd’hui âgé de 21 ans, détenu pendant cinq ans à la prison de Guantanamo, à Cuba, sans qu’aucune accusation ne soit portée contre lui. Au printemps dernier, le gouvernement américain l’a formellement inculpé de meurtre, de tentative de meurtre, de complot, d’espionnage et de soutien au terrorisme. Il aurait tué un soldat américain à l’aide d’une grenade en Afghanistan en 2002. « Omar Khadr n’est pas détenu dans un État de droit, c’est un ressortissant canadien emprisonné, alors qu’il avait 15 ans, sans jugement, par l’US Army, à Guantanamo. Le gouvernement canadien de M. Harper a renoncé à exiger sa libération, tandis que le Parti libéral de Stéphane Dion fait campagne pour qu’Omar Khadr soit rapatrié au Canada » (Voltaire).

Le Canada et ses ambassades

En terminant, j’invite le lecteur à lire – impérativement – cet article d’un chroniqueur du quotidien La Presse, Pierre Foglia, qui raconte, mine de rien, le grand respect que témoignent, dans les ambassades du Canada à l’étranger, les fonctionnaires qui ont la responsabilité de délivrer des visas de séjour. Édifiant. Quand Fonctionnaire est plus important que Citoyen… vous avez la mesure que le Canada donne au respect des citoyens.

Dire que c’était un Canadien, le professeur John Humphrey, qui a, au milieu de la discorde politique et des disputes diplomatiques, rédigé la première esquisse de « La déclaration universelle des droits de l’homme ».

____________________________

 

Publicités

Actions

Information

11 responses

12 01 2008
Françoise

Dernier slogan à la mode : Le taser c’est pas cher ! À chacun son taser !

Nous sommes dans un monde de fous, dirigé par des fous.
Et les fous donnent des leçons de morale…

La colère… chaque jour à chaque nouvelle, ici, chez vous, là-bas.

Arrivera-t-il un moment où les gens de bon sens réagiront ? Sont-ils plus nombreux que les fous ? On ne sait plus…

12 01 2008
LE PANDA

Françoise bonjour,

ho combien je partage votre sentiment et vos écrits-commentaires.

Nous sommes dans un monde où il semble qu’il y a plus de fous qui veulent donner des leçons de morale, que d’éducation qui circule les Droits de l’homme vont-ils finir par rejoindre le taser?

Merci et bonne journée.

Patrick Juan alias Le Panda.

12 01 2008
LE PANDA

Pierre bonjour,

un papier qui dit bien ce que tu sais si correctement écrire.

La colére va t-elle prendre le pas sur toute la Diplomatie?

Bush est allé de son émotion bidon à laquelle je ne crois une seconde lors de sa visite au moyen-orient.

Quel est ton sentiment sur la manipulation du désordre que causent les politiques, qui gagnent la planéte et les gens ne réagissent pas sommes nous les derniers Bastions ?

Pierre, je te fais parvenir un mot en privé pardon pour tous les autres, mais Pierre vous en parlera s’il le souhaite.

Le Panda pas content.

12 01 2008
posuto

Brrr.

j’ai lu en entier l’article de Pierre Foglia.

Brrr.

Y’a pas une association qui s’appellerait « groupe international des gens qui ont honte d’une partie des agissements de leur pays mais qui gardent quand même espoir que le monde évolue mieux  » ??? Moi j’y adhérerais avec vous, Françoise, plein d’autres …

Re Brrrr.

RV

12 01 2008
LE PANDA

R.V.

Bonjour je suis allé visiter votre site-blog, vous soulevez le sens de cette association. Merci de m’indiquer si vous connaissez leurs coordonnées totales.

Le temps des mots est quelque chose de magnifique, l’action bien plus belle.

Je vous invite si vous le souhaitez avant toute chose à parcourir même rapidement le forum citoyen des Voix du Panda si vous le souhaitez.

Vous pourrez constater et comprendre pourquoi Pierre.R et bien d’autres des 5 continents en font partie….

Bien à vous,

A vous lire…Pierre je te laisse le soin si tu le souhaites d’expliquer ou de dire simplement pourquoi nous sommes ensemble…….

Le Panda.

12 01 2008
guy

J’ai drolement froid au coeur ce matin en vous lisant.

Tout le monde sait bien que le Canada comme d’autres nations prétenduement civilisées sont largement imparfaites.

J’ajoute Pierre si vous le voulez bien la triste carte « Taser-Related Deaths in Canada » que les lecteurs se rendent compte de la réalité de cette sinistre affaire, qu’il faudra bien enrayer d’une façon ou d’une autre.

Je souhaite que le Québec ne figure « jamais » sur cette fichue carte comme c’est le cas.

Maigre consolation mais je dois dire que rien ne vas plus lorsque je lis qu’un passager désirant etre prévenu en Français fut refoulé par AIR Canada.

« S’installer la colère disait Félix » … oui la colère Pierre bien d’accord avec vous.

Bonne fin de semaine .

12 01 2008
Pierre Chantelois

Françoise

Ah! le décalage horaire. La France est toujours en avance sur le Québec ! Je vois le jour où les États-Unis vendront, dans les supermarchés, le Taser entre une boîte de Kellog et des cannettes nouvellement écologiques. Car voyez-vous, faut être écologique dans ce bas monde. Taser, disiez-vous ? Quel nouveau produit est-ce cela ?

Vous voyez, Françoise, nos colères s’expriment par nos mots.

Patrick

Merci de votre visite et de vos bons commentaires. En effet. Pour les États-Unis, posséder une arme est un droit en démocratie. Et c’est cette démocratie qu’ils veulent exporter sans le droit de posséder une arme. Y aurait-il erreur de programmation ? Je transmettrai aux amis l’invitation de visiter ce nouveau forum citoyen : La Voix du Panda, dont ils trouveront l’adresse dans les liens amis.

Hervé

Nous pourrions nous atteler, vous et moi, et mettre sur pied cette association. Voilà où mènent parfois la turpitude et la conquête pour des intérêts personnels.

Pierre R. Chantelois

12 01 2008
Pierre Chantelois

Guy

Vous êtes bien documenté. Merci pour les deux liens que j’invite les lecteurs à consulter. S’agissant d’Air Canada, je ne connaissais pas l’incident. Regrettable. Profondément regrettable. Air Canada – qui plus est – maintient que sa position était appropriée d’interdire de vol ce client qui exerçait un simple droit que lui confère cette nouvelle constitution canadienne. Sur le taser, le tableau animé de la CBC est intéressant.

Bon week-end également.

Pierre R. Chantelois

12 01 2008
guy

Pierre

C’est uniquement gràce à vous que je me documente, ce sont vos carnets qui sont le moteur de mes petites recherches et le fait aussi que je trainne sans arret sur r-c. … et que vous dormez un peu pendant que je lis…

Salut

12 01 2008
Pierre Chantelois

Guy

Dormir un peu. En insomniaque que je suis, malheureusement, le sommeil est une denrée rare chez moi. Merci de vos bons mots et c’est toujours un vif plaisir de vous lire.

Pierre R. Chantelois

13 01 2008
Top Posts « WordPress.com

[…] Attention, homme en colère – « Le Canada n’approuve pas la torture mais … » Amnesty international n’hésite pas à épingler les pays qu’elle considère en faute lorsqu’il s’agit de […] […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :