Georges W. Bush au Moyen-Orient – Homme de paix ou Homme de guerre ?

15 01 2008

« Les agissements de l’Iran menacent la sécurité des nations partout dans le monde. C’est pourquoi les États-Unis sont en train de consolider leurs vieux engagements relatifs à la sécurité pris envers leurs amis du Golfe et de rassembler leurs amis dans le monde pour affronter ce danger avant qu’il ne soit trop tard », a déclaré depuis Abou Dhabi Georges W. Bush. « « L’Iran est aujourd’hui le principal État qui parraine la terreur » a poursuivi le président Georges W. Bush, devant un auditoire peu enclin à le suivre.

Le Koweït, première étape de la tournée entamée samedi par M. Bush dans cinq États arabes, a prévenu qu’il n’autoriserait pas les États-Unis à utiliser son territoire pour attaquer l’Iran. George W. Bush, malgré les assurances de plusieurs services de renseignement américains, persiste dans son idée fixe de la bombe iranienne qui menace la paix internationale. Il se place ainsi dans la posture de celui qui, à force de crier au loup, risque de ne pas être cru.

George W. Bush est-il en train de démontrer que, tout au long de son voyage au Moyen-Orient, la création de l’État palestinien passe au second plan par rapport au péril iranien ? Pour cet homme qui se veut messager de la paix, il déclare, sans nuances, que « les actions de l’Iran menacent la sécurité des nations du monde entier ». Après l’altercation dans le Golfe entre cinq vedettes iraniennes et trois navires américains, et pour mieux isoler l’Iran, le dirigeant américain a tenté de rallier à sa cause les pays arabes, les exhortant à s’unir face au danger représenté selon lui par Téhéran, et ce, « avant qu’il ne soit trop tard ».

Pour sceller encore cette alliance anti-iranienne, il offre à la famille régnante saoudienne un contrat d’armement qui devrait avoisiner les 20 milliards de dollars. Le débat, qui fait rage aux États-Unis, sur la pertinence de financer un régime saoudien dictatorial, le président le laisse à d’autres, et notamment aux démocrates, dont les candidats à l’investiture présidentielle en ont fait un important thème de campagne.

« Nous savons d’expérience que la démocratie est le seul système qui bâtit une stabilité et une paix durables », a-t-il souligné dans son discours aux Émirats arabes unis, dont les dirigeants sont souvent épinglés par les organisations de défense des droits de l’homme, écrit Luis Lema, du quotidien suisse Le Temps. Monsieur Bush s’est bien gardé, toutefois, d’appeler ouvertement le roi Abdallah et les Émirats arabes unis à une reconnaissance d’Israël que seules l’Égypte et la Jordanie ont acceptée. Le président américain a aussi appelé les dirigeants arabes à « aider les citoyens du Liban à sauvegarder leur gouvernement et leur souveraineté face à des pressions extérieures provenant de leurs voisins et à montrer aux Irakiens que vous les soutenez dans leurs efforts pour bâtir une meilleure nation ». La crise politique libanaise est largement perçue comme une extension régionale de la confrontation entre les États-Unis et ses alliés d’un côté, la Syrie et l’Iran de l’autre.

Évoquant l’Irak, la question palestinienne et le terrorisme, le président Bush a assuré que les États-Unis n’avaient « aucun désir territorial ». « Nous pensons que la stabilité ne peut venir que de votre liberté. Nous pensons que la stabilité ne peut venir que via un Moyen-Orient libre et juste où les extrémistes seront marginalisés », a-t-il dit.

Selon le politologue allemand Guido Steinberg, il y a des limites à la confiance que les États-Unis peuvent placer dans les États du Golfe lors de la lutte contre le terrorisme : « Bien sûr, les Saoudiens et aussi les États plus petits du Golfe se sont révélés être des partenaires très fiables dans la lutte pratique contre le terrorisme, au niveau du travail policier et de renseignements. Dans l’ensemble, ils ont d’ailleurs renforcé leurs dispositifs de mesures. Mais cela ne doit pas faire oublier que l’Arabie Saoudite est une espèce de patrie pour Al-Qaïda, qu’au cours des dix dernières années, les Saoudiens ont toujours fourni les principaux contingents de différents groupes terroristes en Asie du sud, en Irak et naturellement aussi lors des attentats du 11 septembre 2001. A mon avis, les causes de ce terrorisme islamiste en Arabie Saoudite ne sont pas suffisamment combattues… »

En terminant, cette nouvelle lue sur L’Orient le jour : « Rues désertes, bureaux et magasins fermés : Dubaï, ville en ébullition qui ne s’arrête jamais, offrait hier le spectacle rarissime d’une cité morte (photo), les autorités ayant décrété un jour férié et demandé aux habitants de rester chez eux à l’occasion de la visite de George W. Bush. En annonçant, la veille, dans un communiqué laconique, cette décision, les autorités de l’émirat-vitrine n’ont fait aucune allusion à la visite du président américain qui se trouvait alors à Abou Dhabi, la capitale fédérale. Le communiqué a expliqué cette décision par le fait que plusieurs ponts, routes et tunnels seraient fermés et ne précisait rien des mesures de sécurité prises à Dubaï pour accueillir le président américain, qui devrait se rendre sur certains sites touristiques de la ville. Le texte exhortait simplement les habitants de l’émirat à se tenir à l’écart des grandes routes pour éviter tout désagrément. Les principales artères de la ville, d’habitude sillonnées en permanence par des dizaines de milliers de véhicules, étaient quasi désertes. Les chantiers du bâtiment, d’ordinaire en pleine activité de jour et souvent de nuit, étaient frappés d’inertie »

____________________________

 

 

Publicités

Actions

Information

5 responses

15 01 2008
serriere

Bien contente de retrouver la lecture de vos billets, Pierre, de l’autre côté de l’Atlantique…
Pour compléter, Heureusement, la tournée de Bush est complétée par notre marchand d’armes et d’illusions à nous…Ne jamais désespérer.

15 01 2008
guy

Bush homme de paix …le bla bla d’un homme en fin de mandat.

hum hum…

Résultat de son passage en Arabie Saoudite la vente par le « marchand de canons Américain » de 900 bombes à guidage satellitaire pour 120 M. de dollars ne laisse à mon avis aucun doute …

Bush est l’homme le plus dangereux que la planète est portée depuis son élection…. ce sera le cas jusqu’à son départ

En compétition macabre avec quelques autres dictateurs ou tyrans.

Alors que son pays crève devant des innégalités immenses ou l’on peut voire par éxemple la population de la nouvelle Orléans qui attend toujours une aide qui ne viendra plus.

Les USA grand et beau pays dont il y a longtemps que je suis revenu au sens propre comme au figuré.

De plus il est à craindre que le peuple Américain n’est la mémoire courte et ne donne aucune chance à une alternative pacifique lors des éléctions
présidentielles.

15 01 2008
Pierre Chantelois

Guy

Je n’ai également aucune affinité avec ce personnage. Il a détruit comme jamais l’image de son pays, et cela, pour des années à venir. D’une main, un rameau d’olivier et, de l’autre, 900 bombes, comme vous dites si bien. Cherchons l’erreur.

Pierre R. Chantelois

15 01 2008
guy

Pierre

Il y a un peu de nouveau sur cette vente d’armes il semble bien que le Congrés et la Chambre des représentants et du Sénat ont 30 jours pour s’y opposer.

Ces messiers et dames oseront-ils contrarier le sieur Bush ?

Interressant non ?

Bonne soirée chez vous

15 01 2008
Pierre Chantelois

Guy

C’est ce qui caractérise si bien l’équilibre des pouvoirs qu’ont tant voulu les fondateurs de la constitution américaine. Cela s’appelle le « checks and balances ». Maintenant, les enjeux de la campagne électorale sont proches. Est-ce que les candidats auront le cran de s’opposer ? Tout cela dépendra de leur vision du Moyen-Orient dont on a peu entendu parler ces temps-ci.

Je rappelle cette pensée de Churchill : « Les Américains trouvent toujours la meilleure option après avoir essayé toutes les autres » (Churchill).

Pierre R. Chantelois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :