Davos – Le rendez-vous raté des altermondialistes

22 01 2008

Environ 2.500 hauts responsables mondiaux sont attendus à partir de mercredi à Davos. Le « World Economic Forum » se tiendra du 23 au 27 janvier. L’un des sujets à l’ordre du jour sera bien évidemment les conséquences de la crise financière américaine. Le Forum économique mondial de Davos (Suisse) compte sur la présence d’une dizaine de dirigeants de « fonds souverains », ces entités publiques souvent originaires d’Asie ou du Moyen-Orient qui ont volé au secours ces derniers mois de grandes banques comme Citigroup, UBS, Morgan Stanley et Merrill Lynch, mais font l’objet de critiques pour leur opacité. Comme en écho à l’incertitude ambiante, l’humanité semble plus pessimiste quant à l’avenir de l’économie mondiale : selon un sondage auprès de 61.600 habitants de la planète, seuls 33% des sondés s’attendent à ce que les générations futures jouissent d’un monde plus prospère, alors qu’ils étaient encore 40% il y a un an.

La France est de retour sur le devant de la scène économique internationale, annonce le Figaro. « C’est le message que veut faire passer Christine Lagarde, ministre de l’Économie et des Finances à Davos cette année. Pour la 38e édition du Forum économique mondial, le gouvernement français va donc cesser de bouder ce grand rassemblement économico-politique. La France y sera représentée par son premier ministre, François Fillon, qui viendra défendre jeudi la vague de réformes impulsée par le président de la République. Le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, sera aussi présent. Christine Lagarde, elle, arrivera samedi, dès son retour de voyage en Inde, où elle accompagne Nicolas Sarkozy. Habitué de Davos, Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée, a aussi confirmé sa présence. Il doit rencontrer David Cameron, chef de l’opposition britannique. Pour la première fois, la France organise le grand gala de clôture samedi soir ».

La mobilisation des altermondialistes paraît s’essoufler, le Forum social mondial ayant renoncé cette année à organiser son « Anti-Davos ». Une centaine de manifestants d’extrême gauche ont été interpellés samedi dans la capitale suisse, Berne, après une manifestation interdite contre le forum. Voici une vidéo qui rend compte des événements et qui lance un appel à une mobilisation générale. (Source AFP)

Video – Davos, c’est plus d’un point de vue. Voici celui de Fabrice Seiman qui fait partie de la communauté des Young Global Leaders qui dépend du Forum économique mondial.

 

____________________________

 

Vidéo – Voici l’autre point de vue.

____________________________

 

Quel est votre point de vue sur la question ?

____________________________

 

Publicités

Actions

Information

10 responses

22 01 2008
Gilles

D’un côté le parrainage de jeunes qui ont faim (sic) par les puissants en vue de perpétuer les réseaux d’influence, et de l’autre une organisation un peu anarchique de jeunes (et moins jeunes) qui vraisemblablement auront faim si les peuples tolèrent encore longtemps l’accaparement de la richesse collective par quelques-uns. Bien… Tous ceux qui lisent l’actualité connaissent cette situation ; les gouvernants sont au service des puissances d’argent et craignent par-dessus tout l’expression du moindre désaccord et donc, ils utilisent deux moyens infaillibles : la police, et le « spectacle électoral ».
 
Quel est mon point de vue ? Toujours le même : sortir du cercle, élire des représentants qui n’ont aucun lien avec ceux qui nous oppriment. Ce n’est pas facile, car les partis politiques — même ceux qui se disent de gauche — sont devenus les gardiens du statu quo. Je pourrais donner l’exemple d’un parti aux idées solidaires…

22 01 2008
Françoise

Mon point de vue : le système s’écroule. L’ultra-capitalisme sans règles et sans freins est entrain de ruiner la planète. Il finira par ruiner les plus riches aussi, quand tous les autres n’auront plus assez pour manger.

« La France est de retour sur le devant de la scène économique internationale »

C’est comique. Alors que « la France » n’est même pas capable de se gérer elle-même. Les seules propositions, toujours les mêmes : travailler plus pour produire plus pour le profit des plus riches. Mais produire plus si personne ne peut acheter ?

Je n’attends rien de « Davos », les acteurs étant toujours les mêmes et incapables de renoncer à leurs privilèges et de changer cette politique désastreuse. Les mouvements alter-mondialistes s’essoufflent ? Les Peuples pourraient bien trouver un nouveau souffle.

Ventre affamé…

22 01 2008
guy

Bonjour Pierre

Qu’ajouter à ce qui est écrit ? »sortir du cercle, élire des représentants qui n’ont aucun lien avec ceux qui nous oppriment. Ce n’est pas facile, car les partis politiques — même ceux qui se disent de gauche »… Gilles!

Oui … ce n’est pas facile ce n’est peut ètre mème plus possible! Les modèles politiques ne sont ils pas tous « épuisés »…?

Les peuples, écrit Françoise, pourraient bien trouver un nouveau souffle… oui mais dans « quoi » ? vers « ou » ?… qui n’ai déja été éssayé et abandonné depuis.

A l’échelle du monde nous sommes bien trop nombreux pour qu’un système, un seul, permette au peuples de vivre en paix. Des milliards d’individus qui cherchent leur petite place.

Ne faudrait t’il pas non plus rester modeste … par le monde certains pays n’ont pas, la richesse de l’eau, des terres à cultiver pour vivre, un climat paisible, des épidémies… de plus parfois… souvent il y a la guerre.

Nous avons encore un peu de marge, la question est pour combien de temps.

22 01 2008
serriere

La marge du temps…j’aime bien ces derniers mots et me prends à rêver.
Mon rêve apparaîtra-t-il en sa formulation écrite aujourd’hui? Je n’ai pas encore réussi à percer le mur du dialogue sur ce nouveau serveur. Persévérons. Amitiés.

22 01 2008
Pierre Chantelois

Gilles

En effet, élire des partis politiques détachés des liens d’argent ou d’intérêts particuliers reste un rêve. Ce qui est intéressant également de noter est le comportement des grands partis de gauche – qui dénoncent la mainmise des intérêts financiers sur des économies locales – lorsqu’ils finissent par détenir le pouvoir. L’exemple le plus intéressant, à mon point de vue, est celui du Brésil. Sur un autre registre, je trouve joliment tournée cette petite phrase de votre commentaire : « Je pourrais donner l’exemple d’un parti aux idées solidaires… »

Françoise

«  … le système s’écroule ». Vous n’avez pas tort. Les analystes financiers parlent de plus en plus d’une récession mondiale qui se pointe le nez. Les « subprimes » auront fait mal à beaucoup d’économies déjà fragilisées. Les craintes d’une sévère récession aux États-Unis ont semé un vent de panique hier sur les marchés boursiers mondiaux. Dans une note envoyée à ses clients, la firme Merrill Lynch a utilisé le titre « Marché baissier: passer de l’affût à l’avertissement ». L’Amérique frémit, le monde frisonne. Le pouvoir d’achat en France n’est pas prêt, en pareille conjoncture, de s’améliorer. Hélas! Il restera toutefois un petit budget pour les mondanités du samedi soir.

Guy

Oui il faut rester modeste. Mais dans un pays comme la France, ou le Canada, où la pauvreté ne cesse de croître, ne faut-il pas des actions énergiques ? N’est-ce pas la Commission Attali qui proposait trois priorités : « capter les bénéfices de la croissance mondiale ; promouvoir des acteurs mobiles et sécurisés ; mettre la gouvernance au service de la croissance ». Avec comme premier objectif d’améliorer la situation des « actuels perdants du statu quo » : les jeunes, les pauvres, les exclus du marché du travail « et plus généralement les classes moyen- nes » ?

Pierre R. Chantelois

22 01 2008
guy

« capter les bénéfices de la croissance mondiale ; promouvoir des acteurs mobiles et sécurisés ; mettre la gouvernance au service de la croissance »

Oui !

Qui n’est pas d’accord ?…. regardez la tète des « actionnaires »; qui lisent ces lignes… les buveurs de sueur… s’en moquent bien des pauvres et des perdants…

Remarquez, la magnifique loi de causalité n’a pas dit son dernier mot…crack boursier en vue !

Salut Pierre

22 01 2008
Pierre Chantelois

Guy

Une chose que m’a apprise la vie, il y a eu, il y a et il y aura toujours un hiatus entre le discours de la gouvernance et les gouvernés. Que ce soit en affaires ou en politique, le peuple, dont je me réclame, ne s’associera que difficilement à ce discours qu’il met au compte des enrichissements personnels au détriment de l’enrichissement collectif. Le discours de : travaillez plus pour gagner plus s’inscrit parfaitement dans cette lignée lorsque le gouvernement est impuissant à gouverner.

Pierre R. Chantelois

22 01 2008
Pierre Chantelois

Guy

Une chose que m’a apprise la vie, il y a eu, il y a et il y aura toujours un hiatus entre le discours de la gouvernance et les gouvernés. Que ce soit en affaires ou en politique, le peuple, dont je me réclame, ne s’associera que difficilement à ce discours qu’il met au compte des enrichissements personnels au détriment de l’enrichissement collectif. Le discours de : « travaillez plus pour gagner plus » s’inscrit parfaitement dans cette lignée lorsque le gouvernement est impuissant à gouverner ou trop aveugle pour regarder vers le bas, soit vers les petits salariés qui peinent à combler leurs fins de mois.

Pierre R. Chantelois

23 01 2008
guy

Pierre

Pas d’accord avec vous sur le « travail ».

Connu l’époque avec 49H30 par semaine ; je ne suis pas mort…

Connu 4 semaines de congés payés puis 5 semaines … on disait à l’époque c’est pour aller à la Neige l’hiver… pour qui ???

Connu enfin (et négocié au CE dans une sté) les 35 H, mesure inspirée par la gauche pour « partager » le travail ce qui ne s’est pas produit…

Si on me dit désormais il y a du job au dessus des 35H pour certains secteurs, le batiment par éxemple… et je vous paye à 125% voir 150% non imposable ???

Là je ne constate pas l’impuissance d’un gouvernement pas du tout.

Je ne vois là que des secteurs d’activités ou il y a du JOB, pour les salariés non cadre bien sur.

Il n’y a pas d’actionnaires dans toutes les sté.

23 01 2008
Pierre Chantelois

Guy

Désolé pour le retard à vous répondre. Mes excuses. Je réalise que mon système d’alerte ne fonctionne pas. Je suis parfaitement d’accord sur un point : nous avons tous les deux connu de longues de travail – à une certaine époque – sans que cela ne nous ait fait mourir. Je vois que notre désaccord repose surtout sur le fait que j’ai qualifié d’impuissant un gouvernement qui demande à ses travailleurs de travailler plus. Mon propos a été mal saisi. Lorsque le gouvernement demande à sa population de travailler plus pour compenser un pouvoir d’achat qui diminue considérablement, il n’y a pas à mes yeux un grand sens des responsabilités. Un exemple. Notre secteur forestier et manufacturier est en crise. Plus de 15.000 travailleurs au chômage. Les gouvernements du Canada et du Québec doivent se concerter pour venir en aide à ces deux secteurs névralgiques pour l’économie canadienne et québécoise. Le premier ministre fédéral veut bien consentir une aide financière mais il met une condition : les partis d’oppostion devront se délester de leurs responsabilités et adopter inconditionnellement le budget du gouvernement minoritaire. Voilà un exemple d’une fuite en avant et d’une absence crasse de gouvernance. Gouverner, c’est décider, c’est agir et c’est assumer.

Pierre R. Chantelois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :