Canada – « Je vais m’occuper de Stephen Harper. J’en fais une affaire personnelle » (Gilles Duceppe)

25 01 2008

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, est prêt. Avec 64 candidats qui seraient actuellement désignés et 2,4 millions $ déjà dans les coffres des organisations de comté, le chef du Bloc entreprendra, en 2008, sa cinquième campagne électorale à la tête de sa formation politique. Les bloquistes croient fermement que 2008 sera une année électorale. « Vous regarderez tous les sondages, encore hier, le Bloc était à 44 %, avant-hier à 43 %, et les conservateurs autour de 20. Ça fait que la vague de sympathie est plutôt atténuée parce que les gens commencent à comprendre qui est Stephen Harper », a lancé le chef souverainiste dans le Bas-Saint-Laurent. En janvier 2006, sept circonscriptions de la région de Québec étaient passées aux mains des conservateurs. Le Bloc en avait conservé une seule.

Gilles Duceppe est en tournée préélectorale. Il galvanise ses troupes et fourbit ses armes. Lors de son passage, plus tard, à Saguenay, les travailleurs de l’industrie forestière ont conspué Stephen Harper pour s’être montré chiche envers leur secteur en crise. Ils ont dénoncé, en compagnie du chef du Bloc québécois, l’insuffisance de l’aide de 1 milliard $ annoncée la semaine dernière par le gouvernement conservateur.

Mais pourquoi pareille hâte ? Le chef du Bloc québécois n’en doute plus : les Canadiens pourraient être appelés aux urnes d’ici un mois. Et la raison en est fort simple : il anticipe un vote à la Chambre des communes, au cours des prochaines semaines, sur le plan annoncé par Stephen Harper destiné à aider les industries forestières et manufacturières. Plan dont l’adoption est conditionnelle à l’adoption du prochain budget conservateur. Mais voilà. Le gouvernement conservateur pourrait ne pas survivre au dépôt de son prochain budget. La formation de Gilles Duceppe n’en décidera pas seule. Monsieur Duceppe devra rechercher impérativement l’appui de libéraux et du NPD pour défaire le gouvernement conservateur minoritaire. La question se pose : ces deux partis d’opposition montreront-ils la même ardeur à défendre les milliers de travailleurs des secteurs forestiers et manufacturiers au chômage ?

L’octroi d’un milliard de dollars, sur trois ans, pour aider ces secteurs, ne sera réellement versé que si le Parlement adopte le prochain budget conservateur. Par les faits mêmes, Stephen Harper se donnerait une année supplémentaire de gouvernement au mépris de la situation catastrophique de l’industrie forestière. « Stephen Harper, plutôt que de se préoccuper de personnes qui ont perdu leur emploi, veut faire de la politique sur le dos de ceux et celles qui ont perdu leur emploi pour protéger sa job. C’est inacceptable », a commenté Gilles Duceppe dans le Bas-Saint- Laurent. « Il y a 922 millions $ en baisses d’impôt pour les pétrolières. On voit où sont les priorités du premier ministre », a lancé monsieur Duceppe.

Même le premier ministre du Québec, Jean Charest, a vu cette aide comme une forme de « chantage politique ». « Non seulement les mesures d’aide aux secteurs forestier et manufacturier arrivent trop tard et sont nettement insuffisantes, mais elles sont inéquitables pour le Québec, puisqu’elles ne tiennent pas compte de l’importance des activités manufacturières et forestières au Québec et des impacts que la crise y a entraînés. Depuis le début de 2007, le Québec a ainsi perdu 50 000 emplois en raison de la crise. C’est la majorité des emplois perdus au Canada », a dénoncé Gilles Duceppe à Saguenay.

Le Bloc québécois exige « un changement de cap majeur » et 15,3 milliards $ de nouvelles dépenses fédérales en échange de son soutien au gouvernement conservateur minoritaire. Ce qu’on lui demande, c’est de passer du militaire à l’humanitaire non seulement à l’étranger, mais aussi au Canada, a insisté le chef, Gilles Duceppe. « En deux jours, le gouvernement fédéral est capable de dépenser 17 milliards $ pour des équipements militaires », a répondu le député de la circonscription Richmond-Arthabaska, André Bellavance, à qui la question a été posée.

La stratégie du chef du Bloc québécois se veut simple et directe : « mettre en lumière le bilan des conservateurs et, certes, en débattre avec eux dans les différentes circonscriptions ». Gilles Duceppe est déterminé à empêcher les conservateurs de former un gouvernement majoritaire, advenant la tenue d’élections au printemps. C’est pourquoi il choisit de ne s’attaquer qu’aux conservateurs. Tirer à boulets rouges sur Stephen Harper et fustiger le bilan de son gouvernement composeront l’essentiel de la stratégie bloquiste. Et monsieur Duceppe en est convaincu : « Force est de constater, à ce moment-ci tout au moins, que la bataille se passe entre les conservateurs et nous ». D’après le député bloquiste et organisateur électoral en chef, Mario Laframboise, les comités électoraux sont composés à 80 %. « Nous avons assez d’argent pour nous battre à armes égales avec les conservateurs… s’ils ne trichent pas! », a déclaré monsieur Laframboise, en allusion au fait que, selon Élections Canada, une soixantaine de candidats du Parti conservateur avaient enfreint de façon concertée les règles de financement lors de la dernière campagne électorale.

Tout en énumérant ce qu’il considère comme des promesses non tenues de l’actuel gouvernement envers la population du Québec, le chef du Bloc québécois en profite pour écorcher les ministres conservateurs du Québec : « Les conservateurs promettaient des ministres du Québec pour défendre nos intérêts. Deux ans plus tard, nous sommes obligés de constater que les ministres du Québec se sont écrasés les uns après les autres ». Il affirme, de plus, que le gouvernement Harper a trahi tant les personnes âgées que les femmes, les jeunes et les travailleurs.

« Le discours du Trône et la mise à jour économique des conservateurs ont ignoré la majorité des priorités identifiées par le Bloc Québécois, à savoir des mesures d’aide aux secteurs forestier et manufacturier qui correspondent aux besoins des travailleurs et des entreprises, la pleine rétroactivité du Supplément de revenu garanti pour les aînés, l’élimination du pouvoir fédéral de dépenser dans les compétences exclusives du Québec, une stratégie de lutte aux changements climatiques qui soit à la fois efficace et respectueuse des efforts investis au Québec, ainsi que le retrait d’Afghanistan d’ici février 2009 », a repris Gilles Duceppe. Le chef bloquiste prend un engagement : « Moi, je vais m’occuper de Stephen Harper. J’en fais une affaire personnelle. Ça va être la bataille la plus importante que nous aurons menée depuis longtemps ».

Dans sa tournée préélectorale, le Bloc québécois entreprend une vaste « consultation prébudgétaire », en vue de cerner les préoccupations des Québécois. « Le Bloc veut entendre les Québécois. Doit-on offrir une aide suffisante aux secteurs forestier et manufacturier présentement en crise ? Aider davantage les personnes âgées, les chômeurs et les travailleurs à traverser les situations précaires ? Poursuivre la lutte à l’élimination du déséquilibre fiscal, notamment par l’élimination du pouvoir fédéral de dépenser ? Faut-il que le gouvernement fédéral s’engage vraiment à lutter contre les changements climatiques ? Voilà des questions qui méritent réflexion et qui seront l’objet de discussions », a repris, dans Lanaudière, Gilles Duceppe.

Lors de son passage à Montréal, Gilles Duceppe a annoncé qu’il fera connaître ses demandes – en prévision du budget – à la fin du mois. « On se prépare, il faut être responsable. C’est possible qu’une campagne électorale soit déclenchée à la mi-février. Nous serons prêts », a-t-il réitéré. Dès la rentrée parlementaire, le Bloc va exiger un vote des communes sur les mesures fédérales, dans l’espoir de forcer Ottawa à revoir sa mise à la hausse. La formation souverainiste exige qu’Ottawa quadruple son enveloppe d’aide, la faisant passer de 1 milliard $ à 4,5 milliards $ pour l’ensemble du Canada (1,265 milliard $ pour le Québec).

Catherine Handfield, de La Presse, rappelle qu’un sondage, publié à la fin de décembre, montrait un recul pour les conservateurs dans les intentions de vote des Québécois. Le parti de Stephen Harper récoltait 17% des votes, une baisse de 11 points. Le Bloc québécois obtenait 40% de la faveur populaire, selon le sondage de Décima-Harris-La Presse Canadienne. La marge d’erreur était toutefois élevée en raison de la taille réduite de l’échantillon. Un autre sondage, tout récent, montre que 58 pour cent des 1000 Canadiens sondés seraient prêts pour des élections en 2009, tandis que seulement 22 pour cent en voudraient dès cette année, soit en 2008. La plupart des Canadiens semble manquer de passion à l’égard des partis. Par conséquent, il semble logique qu’ils ne souhaitent pas aller aux urnes dans un avenir rapproché. Ce sondage a été réalisé par Harris-Décima pour le compte de la Presse canadienne.

 

(Sources : Cyberpresse, Presse canadienne, presses régionales)

____________________________

 

Publicités

Actions

Information

10 responses

25 01 2008
guy

Pierre

Monsieur Duceppe a besoin de pas mal d’argent pour son programme, 15 milliards de Dollars pour son programme mais n’est il pas un peu démagogique ?…

Faire couler l’argent à flot, est-ce la solution à tous les mots ? Lorsque des secteurs manufacturiers sont en pleine crise comme « le bois » ne faut il pas y regarder à deux fois pour trouver des idées avec les industriels ?

Votre ministre des finances Jim Flaherty, accusait ce matin les provinces de ne pas avoir réalisé les baisses d’impots sur les sté forestières, ce gros malin renvoie la balle dans l’autre camp…

A suivre …avec -15 à Montréal… Brreee

25 01 2008
Pierre Chantelois

Guy

Ben oui, Montréal est glacial, mais les coeurs sont chauds 🙂

S’agissant de monsieur Duceppe, pour justifier une défaîte au Parlement, ou pour viser un vote de défiance contre le gouvernement, il faut un prétexte. Les demandes de monsieur Gilles, pour légitimes qu’elles puissent paraître, apparaîtront irréalistes au gouvernement. Impossible donc de combler les desideratas du Bloc québécois. Que se passera-t-il dès lors ? Une tentative de renverser le gouvernement. Prétextes : mauvaise utilisation des surplus budgétaires et rappel que les coffres du fédéral sont pleins. Simple, non ?

Pierre R. Chantelois

25 01 2008
guy

Et oui.C’est d’une simplicité biblique comme ont dit. En regardant au loin on constate que des pans traditionnels de l’économie Canadienne comme le « forestier » sont menacés.

Quelle est votre analyse : baisse de la demande ? pourtant en province on construit toujours des chalets ou des maisons en bois ; et la construction marche bien non ?

Le bois de chauffe je ne crois pas tout le monde se débrouille et le courant électrique est « donné » par chez vous. C’est l’éxport qui baisse ?

25 01 2008
clusiau

C’est facile pour un Duceppe de venir nous dire qu’il ferait ceci ou cela mais il est condamné à perdre. Il ne gagnera jamais les élections et ces voeux ne seront toujours que des rêves qu’il brandit devant les québécois comme un épouvantail à moineaux.

Le Bloc est inutile et son chef encore plus.

25 01 2008
Pierre Chantelois

Bonjour Guy

En cinq ans, le dollar canadien a vu sa valeur croître de 50 % et au cours de cette même période, 275 000 emplois sont disparus dans le secteur manufacturier. Or, il pourrait en disparaître presque autant au cours des deux prochaines années seulement si les prédictions de certains économistes s’avèrent justes, concluait avec justesse Le Soleil.

Sur la question du secteur forestier, Les Affaires constatent que : « Rien ne va plus dans le secteur forestier. À l’exception de la pâte à papier, tous les prix pointent vers le bas : celui du papier journal, du bois d’œuvre et des panneaux. Et ces prix sont libellés en dollars américains, devise qui plonge un peu plus dans l’anémie. La demande physique pour certains produits s’est aussi affaiblie. Le bois d’œuvre et les panneaux souffrent de la paralysie du secteur de la construction aux États-Unis suite à la débâcle de l’immobilier. Et le volume de consommation de papier journal rapetisse au rythme de l’érosion du lectorat de la presse écrite ».

Clusiau

Monsieur Duceppe ne vise pas, comme vous le savez, le pouvoir. Il ne représente qu’un parti régional. Toutefois, la question sera, bien évidemment, de savoir si le Québec lui fera à nouveau confiance, lors d’élections générales en 2008 ou 2009.

Pierre R. Chantelois

25 01 2008
guy

Encore moi Pierre

Je me demandais ou ce situe sur l’échiquier politique Canadien le NPD de Jack Layton ? Coté libéral, conservateur.

Il y a une telle différence entre l’est et l’ouest qu’en fait il faudrait sans doute faire un découpage des partis politiques par provinces pour y voir clair. Vancouver ne connait surement pas la politique provinciale du Québec ?

Et oui que voulez vous c’est ça la passion pour un pays .. ça entraine ça entraine…

25 01 2008
posuto

Oula, vous êtes bien compliqué vouzautres, faites comme nous, un Sarko, sinon rien, pis tout devient simple !

Ah quelle misère. Rendez-moi Georges Marchais, l’URSS et Pif Gadget. Nan je blague. Quoi que…

RV

25 01 2008
Pierre Chantelois

Guy

Le Nouveau Parti démocratique (NPD)de Thomas Clement (T. C.) Douglas a été créé en 1961. En 1971, David Lewis succède à Tommy Douglas. Ce parti a détenu une fois la balance du pouvoir, de 1972 à 1974, sous l’égide du gouvernement libéral minoritaire. En 1975, Ed Broadbent, député d’Oshawa, succède à David Lewis au poste de chef du parti. Lors de l’élection de 1984, le Nouveau Parti démocratique remporte 30 sièges, soit seulement 10 de moins que les libéraux. Alexa McDonough devient chef du Nouveau Parti démocratique du Canada en octobre 1995, 16 ans après Ed Broadbent. Finalement, en janvier 2003, Jack Layton succède à Alexa McDonough au poste de chef du NPD.

Jack Layton et le NPD croient que la prospérité et l’équité sociale vont de pair. En investissant les uns dans les autres et en assainissant notre environnement, les familles canadiennes peuvent réaliser pleinement tout le potentiel que nous réserve le 21e siècle. Le parti néo-démocrate, en raison de sa difficulté à faire élire des députés au centre du pays, souhaiterait une réforme électorale : pour qu’un gouvernement soit juste et à l’œuvre pour les Canadien(ne)s ordinaires, il faut que chaque vote compte. Malheureusement, le système électoral canadien a été inventé avant l’électricité. Il s’agit d’un système archaïque qui fait que plusieurs électeurs sont sans représentation et sans voix.

Le parti a réussi, lors d’élections complémentaires, à faire élire un premier député au Québec, Thomas Mulcair. Il existe toute une histoire sur l’évolution de ce parti au Québec.

En terme d’idéologie politique, le NPD se situerait plus près du Parti socialiste français que du UMP – plus près de Stephen Harper.

Pierre R. Chantelois

25 01 2008
Pierre Chantelois

RV

On a souvent dit que le Canada, d’un océan à l’autre, était ingouvernable. Dix gouvernements plus un central, c’est beaucoup de chefs pour si peu d’indiens.

Notre Nicolas ? Mais nous l’avons, mon ami. Même idéologie à droite, mêmes préoccupations de rapprochement avec Georges W. Même alignement sur nos voisins. Une distinction toutefois : Harper est loin de la pipolisation. Ce n’est pas du tout sa tasse de thé. Et les médias canadiens n’ont jamais tenté de masquer son petit michelin autour de la taille. Si vous êtes curieux, rendez-vous lire le premier commentaire d’une rubrique sur le cinéma de l’hebdo gratuit Voir, que je n’ose reproduire ici.

Pierre R. Chantelois

26 01 2008
guy

Pierre
Merci pour les précisions et les liens ..c’est génial les liens.!
Beaucoup de chef peu d’indiens ..je me marre.
et de plus les veinards avec un pays magnifique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :