« Qui veut se connaître, qu’il ouvre un livre » – Jean Paulhan

27 01 2008

Je ne suis pas un critique littéraire. Je n’ai pas, dans la rareté de mes talents, cette belle culture des livres d’un Pierre Assouline, dans la République des livres. Mes lectures sont éclectiques. La curiosité est ce qui me guide le plus souvent dans mes choix. Que ce soit en musique ou en littérature, une lecture rapide, furtive, improvisée est parfois suffisante pour me donner envie de posséder la « divine chose ». Dès la prise en main de l’œuvre, je réalise avec bonheur le ravissement qu’elle va me procurer, ou avec horreur, la déception incommensurable que je vais ressentir. Il y a une grande part de hasard que je ne dédaigne pas.

Trois livres reposent sur ma tête de chevet. Un premier vient du Québec : la biographie de Pierre Bourgault, homme politique québécois, signé Jean-François Nadeau (Édition Lux, 2007). Ce livre permet de revivre un pan entier de l’histoire du Québec, sa révolution tranquille et son éveil au monde. Parcourir ce livre, c’est un ravissement car plein de réminiscences pour un lecteur qui a traversé les mêmes âges et les mêmes courants. Les deux autres livres viennent de France. De Philippe Claudel, Le rapport de Brodeck (Édition Stock, 2007). J’avais le goût de lire ce bouquin pour la raison que l’auteur est venu au Québec, que c’est un livre qui a raté de peu le Goncourt, que les critiques au Québec en ont fait l’éloge, et que son approche mystérieuse, presque mystique, avait tout pour me séduire. « Il nous faut aussi apprendre non pas à oublier le passé, mais à le vaincre, en le reléguant pour toujours loin de nous, et en faisant en sorte qu’il ne déborde pas dans notre présent, et encore moins dans notre avenir ».

Le dernier livre, dont je voudrais parler ici, est Charlémoi, de Christine Jeanney (Éditions ArHsens, 2007). Il n’est pas vendu au Québec. C’est dire que je l’ai commandé directement de la maison d’édition (vive l’Internet !). Je n’ai su, au point de départ, que peu de choses de ce livre, avant de le commander. Ma curiosité (toujours cette curiosité) est venue du fait que l’auteure, Christine Jeanney, est également auteure d’un blogue parmi les meilleurs que j’ai pu parcourir depuis ma propre intrusion dans la blogosphère : Le blog de Posuto. J’ai terminé la lecture de ce livre.

Je vous ai indiqué, dès le point de départ, n’être pas un critique littéraire. J’ai parcouru ce roman par petites doses. Par chapitres. Je suis entré par progression dans la vie d’Édouard Prince. Ne vous attendez pas à ce que je vous dévoile toute la trame de ce roman. Personnellement, j’abhorre qu’un lecteur me dévoile le contenu d’un roman au point où, au moment où il me tombe dans les mains, toute la magie de la découverte s’est estompée. Les chapitres sont brefs. Finement ciselés. Détails superflus, exclus ! Sa lecture pourrait se faire en deux heures ou en quelques jours, le temps de réfléchir sur chacun des chapitres. La forme narrative n’a en rien interrompu le rythme des phrases, les dialogues, l’humour, les tons graves. Ce livre introspectif a su trouver une facture qui n’a, à aucun moment, distillé un certain ennui ou une lassitude.

« J’ai bien travaillé, j’ai bien dormi, du coup j’ai bien mangé. Je suis rempli de vie aujourd’hui. C’est ce qui s’appelle une phase de rémission. Je prends. Si j’osais, je ne prendrais que les phases de rémission, un tri pas possible. Tous les canards de l’hémisphère nord peuvent se tailler au sud et les brochets manger du veau cru en tranche, peu me chaut. Je suis beaucoup plus vivant depuis que j’ai écrit la mort de Charles. Ma mère l’avait appelé Charles en hommage à Baudelaire, le pilote d’avion. Et il était monozygote, comme moi ».

Vous l’aurez compris. Le roman est écrit à la première personne du singulier. En forme de monologue, peu ennuyeux, l’auteur nous fait pénétrer lentement dans le monde d’Édouard et de son « moi ». Attention, ce « moi » n’est peut-être pas celui auquel vous vous attendez. J’apprécie le fait que la vie d’Edouard est scandée par des choix musicaux : « Quand j’écris, j’aime bien Mozart et Brahms. Et pour manger ou pour dormir, j’écoute la radio. Je ne supporte pas le silence ». Dans ce roman, j’ai retrouvé le ton léger de certaines œuvres de Mozart et le côté sombre et lourd de Brahms. Et rien n’appartient à un passé obsolète. La radio fait le rappel des rythmes modernes qui animent toute une jeunesse.

Edouard résume dans cette phrase un peu sa vie : « Dans quelques librairies – je le sais, je les ai toutes écumées – je trouve mes livres pour enfants, et en prime les deux polars anglais dont je suis le traducteur officiel ; c’est mon nom écrit sous celui de l’auteur, moi, l’auteur des sous-titres de l’inspecteur John Benneth, La Vasque rouge et Autour de la tulipe jaune ». Écrivain pour enfants, il est aussi traducteur de livres. Sa vie, tel un bateau au milieu de l’océan, tangue tantôt vers l’optimisme, tantôt vers le pessimisme. Tantôt vers le refus de la vie. Tantôt vers une acceptation. Son drame : il n’a pas, encore, à ses yeux, écrit l’Œuvre de sa vie. Edouard n’est pas unique. Le drame de l’écrivain. Le drame d’une vie. Et qui est, au fait, Charles ? Charles et moi ? Et pourtant. Et pourtant, ce roman n’a rien d’un roman noir, glauque, lugubre. La lumière en traverse chacune des phrases. L’humour est présent. L’émotion, également. Surtout, l’émotion.

« Et puis écrire. J’ai perdu d’avance. Tous les mots sont usés par tout le monde. Ils sont comme des perles que d’autres enfilent en rivières rutilantes, en parures, en diadèmes; mon collier est minable, pas de fermoir qui tienne et des perlouzes tachées, disparates et mal assorties du verre, dépoli à la hâte. […] Alors ma parade, c’est le refus. Je ne suis pas unique et je n’écris que pour moi, je refuse la compétition avec mes contemporains et les contemporains de mes chers disparus, tous ces auteurs que j’aime, que j’ai aimés, que j’aimerai. Je refuse ce concours du plus beau château de sable. J’écris comme lui ? Tant pis. Ce sont ses phrases ? Pas grave, je n’écris que pour moi. Je ramène le sable sous mes fesses, je creuse une douve, c’est bon, la marée ne montera pas avant… avant un moment ».

En quelques phrases, j’ai tenté de cerner le personnage central de Charlémoi. Sans trop en dévoiler le détail, mais suffisamment pour distiller chez le lecteur futur la même curiosité qui m’a fait prendre une bonne décision. Et puis pourquoi ne pas conclure par cette remarque savoureuse de l’auteure, Christine Jeanney : « Au fond, j’aime les livres. Même les récalcitrants, ceux qui me font faire machine arrière […] J’aime les livres respectables, leurs torses bombés, par un s qui manque, le subjonctif où il se doit … Travail d’orfèvre. Un livre d’Artisan d’Art qui se sert d’outils ancestraux dont j’ignore jusqu’à l’existence du nom ». Christine Jeanney aime les mots. Nous aussi. Christine Jeanney aime les livres. Nous aussi.

____________________________

 

Publicités

Actions

Information

9 responses

27 01 2008
Gilles

Jean-François Nadeau, Pierre Bourgault, Lux (2007)
 
Tiens… Les Baptistes l’auraient honni lui aussi. Pas J.-F. Nadeau [je précise pour tes lecteurs étrangers], mais P. Bourgault. Bref. J’ai eu le plaisir de l’entendre souvent, quand j’étais jeune ; à mon avis, en plus de ses talents d’orateur inégalés il incarne — je n’arrive pas à parler de lui au passé — la figure du héros tragique. Pourquoi tragique ? Parce qu’il avait le don de nous entraîner à nous dépasser, l’intelligence claire pour exposer les essentielles raisons de faire l’indépendance, et que ceux qui auraient dû être ses amis l’ont abattu… il faisait trop clairement ressortir leur médiocrité.

27 01 2008
Pierre Chantelois

Gilles

D’abord merci. Un oeil redoutable. Pour ce qui touche Pierre Bourgault, c’est un mythe incroyable. J’ai entendu – un jour – une émission à Radio-Canada où il était question de cet animateur, politicien, professeur de communication, écrivain, solitaire à la limite de la misanthropie. Que de choses n’a-t-on pas dites sur Pierre Bourgault. En effet, à la lecture de cette biographie, les Baptistes auraient invoqué moult passages de la Bible. Nadeau a fait un travail de débrousaillage intéressant et captivant dans cette biographie qui mérite d’être lue.

Pierre R. Chantelois

27 01 2008
Ardalia

Chut, Pierre, je ne l’ai pas fini (le Kiki, naturellement)!
😉

27 01 2008
Pierre Chantelois

Ardalia

J’espère ne pas avoir interrompu votre lecture 😉

Pierre R. Chantelois

27 01 2008
chantal serriere

Comme vous avez raison, Pierre, d’inciter vos lecteurs à entrer dans l’écriture de Christine Jeanney à travers « Charlémoi »!

J’en avais fait d’ailleurs mon énigme de la semaine dernière sur mon blog « Ecritures du monde ». Enigmatique en effet notre rencontre avec les voix croisées que nous donne à entendre Christine. A nous donner parfois le vertige! Et nous voici plongés dans le secret du va-et-vient de nos pensées fugaces ou obsédantes, je veux dire plongés dans le monologue intérieur de personnages que rien ne distingue des gens que nous croisons, nos voisins, nos doubles. Vies ordinaires, vies extraordinaires, recherche du chemin à prendre entre hier, aujourd’hui et peut-être demain.

Nous sommes touchés par l’intuition de Christine, touchés par sa lucidité et sa tendresse, par ses mots justes et sa plume légère, toujours en recul. Et c’est peut-être là son secret, ce recul, ce brin d’humour aux lèvres qui permet à son écriture de ne jamais faire basculer notre univers dans une si tentante désespérance.

27 01 2008
Pierre Chantelois

Chantal

Nous nous rejoignons. Sans trop en dévoiler le contenu, vous avez fort bien décrit les sentiments du lecteur qui parcourt ce livre intelligent et sensible.

Pierre R. Chantelois

27 01 2008
posuto

N’empêche que je suis quand même bien épatée, d’être là, au milieu des billets de Pierre qui parlent de tous de choses tellement importantes !
Et comme ça fait chaud, et comme c’est confortable d’être là avec Pierre et Chantal, si gratifiants tous les deux ! Mon horoscope doit être le meilleur de l’hémisphère nord !
Merci !
Kiki 🙂

1 02 2008
Stéphane

Bonjour Pierre, je me réjouis de constater que vous avez reçu votre exemplaire. Si j’avais dû attendre le retour du recommandé, j’y serais encore…

Concernant la disponibilité au Québec : la société Édipresse, diffuseur/distributeur basé à Montréal, a fait une commande de 10 exemplaires. Dans la limite de cette dizaine, donc, n’importe quel libraire du Québec devrait être en mesure de se procurer Charlémoi.

1 02 2008
Pierre Chantelois

Kiki

Toujours avec retard, je réponds à mes amis. Heureux d’avoir lu votre roman. J’en ai parlé parce que je croyais la chose indispensable. Merci de votre commentaire.

Stéphane

Heureux de savoir que le bouquin de Christine est maintenant en vente au Québec. C’est un début.

Pierre R. Chantelois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :