Vivre avec un suicide – « Vous savez seulement que c’est inexorable! »

4 02 2008

Je me suis souvenu, en écrivant ce billet, d’une lecture, tout jeune, du Mythe de Sisyphe (1942) d’Albert Camus. Je voulais résolument retrouver une phrase qui m’avait longtemps obsédé. Elle portait sur le suicide et sur l’absurdité du destin. À l’âge où certains discernements de la vie font cruellement défaut, j’ai idéalisé l’œuvre d’Albert Camus. Depuis, avec un certain recul, il est encore présent dans ma mémoire mais différemment. Je le considère davantage comme un écrivain lucide que comme le pessimiste de la vie, ainsi trop souvent dépeint. Et j’ai retrouvé cette petite phrase que j’avais naguère transcrite dans un livre de chevets que je voulais l’histoire de ma vie : « il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue, c’est répondre à la question fondamentale de la philosophie ». Rappelez-vous : « Toute la joie silencieuse de Sisyphe est là. Son destin lui appartient. Son rocher est sa chose. […] Il n’y a pas de soleil sans ombre, et il faut connaître la nuit ».

De tout temps, le suicide est objet de toutes les attentions. Que ce soit dans la mythologie ou dans la littérature, le suicide est maintes fois évoqué pour traduire toute la souffrance et le mal de vivre. Double suicide dans le cas d’Eurydice qui se donne la mort, par le glaive, à l’annonce du suicide de son fils. Didon, qui avait fait le vœu de ne plus se marier, se jette dans un bûcher en flammes pour échapper au mariage. Jocaste, évoquée dans l’oeuvre de Voltaire, Oedipe Roi, qui trouve la mort, à la découverte de l’inceste, par le suicide :

honorez mon bûcher, et songez à jamais
qu’au milieu des horreurs du destin qui m’opprime,
j’ai fait rougir les dieux qui m’ont forcée au crime.
(Acte V, scène 6).

Et plus tard, beaucoup plus tard : « Seigneurs, vous plaît-il d’entendre beau conte d’amour et de mort? C’est de Tristan et d’Iseut la reine. Écoutez comment à grand’joie, à grand deuil, ils s’aimèrent, puis en moururent un même jour, lui par elle, elle par lui » (J. Bédier, Le roman de Tristan et Iseut, Paris, Édition d’art H. Piazza, 1946, p. 1).

Organisée par l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) et appuyée par des centaines d’organismes à travers le Québec, la dix-huitième édition de la Semaine de prévention du suicide qui se déroule du 3 au 9 février 2008 vise en priorité les proches des personnes qui présentent des comportements suicidaires. Elle les incite à être attentifs aux signaux de détresse ainsi qu’à rechercher et à bâtir des réseaux de soutien, constitués de parents, d’amis, de bénévoles et de professionnels. Selon les recherches, de 60 à 80 % des personnes âgées qui se suicident souffrent d’une dépression. Au Québec, le suicide est passé au second rang des causes de mortalité chez les 15-19 ans, derrière les accidents de la route. Au Canada, le suicide constitue la troisième cause de mortalité chez les jeunes Canadiens âgés de 15 à 24 ans. La proportion des décès, par suicide, chez les personnes âgées de 50 ans et plus, est passée de 27,2% à 39,9% entre 1999 et 2006. Les adolescents souffrant d’une dépression majeure sont beaucoup plus à risque de se suicider que les autres jeunes. De 60 à 80 % des personnes âgées qui se suicident souffrent également d’une dépression. Le suicide est encore, et de loin, la première cause de mortalité chez les 20-34 ans.

Partout dans le monde, le suicide est une affliction. En France, le suicide, qui entraîne chaque année plus de 10.000 décès par an, est « la première cause de mortalité chez les 35-44 ans », a souligné le président de l’Union nationale pour la prévention du suicide (UNPS), Michel Debout à l’occasion des 12e Journées nationales pour la prévention du suicide, le 5 février. Selon monsieur Debout, la France est l’un des pays industrialisés qui connaît un des plus hauts taux de suicide. Et il y a, également, tout lieu de s’alarmer particulièrement de l’augmentation du nombre de suicides chez les adultes de 30 à 59 ans (6.478), qui représentent plus de 60% du total des suicides. Enfin, le suicide est aussi la 2e cause de décès chez les 15-24 ans, une tranche d’âge où le phénomène est fortement médiatisé. Que dire du fait que, si 3 suicides sur 4 concernant des hommes, les femmes font 4 à 5 fois plus de tentatives de suicide que les hommes?

Deux salariés du groupe automobile PSA, à Mulhouse, ont récemment tenté de mettre fin à leurs jours pour « harcèlement » moral sur leur lieu de travail. L’un d’eux est actuellement « dans le coma entre la vie et la mort », selon le syndicat CGT. Suicide, « moyen qui nous soustrait à la persécution des hommes », déclarait Chateaubriand. Ces victimes, de leur milieu de travail, laissent parfois des lettres. Comme l’explique Christophe Dejours, psychiatre et directeur du Laboratoire de psychologie du travail et de l’action, le ton est celui de la colère, de la honte, de la défaite. N’arrivant plus à gérer le conflit qui les opposait à une hiérarchie ou à des collègues, elles ont perdu confiance en elles et retourné cette violence contre elles. Soulignons que ces personnes étaient souvent zélées, brillantes, sociables. Elles avaient beaucoup investi dans l’entreprise et n’ont pas supporté d’être injustement déconsidérées, rétrogradées.

« Quand on conclut à un suicide, cela correspond à la fin d’une enquête. Il faudrait continuer les recherches afin de mieux définir le contexte de cette mort. Le manque d’informations concernant les suicides peut faire sombrer les proches dans une spirale de questionnement », notait le Pr Michel Debout, président de l’Union nationale pour la prévention du suicide (UNPS). Effrayante réalité que le suicide, qualifié par Victor Hugo de « mystérieuse voie de fait sur l’inconnu ». La personne suicidaire donne généralement des indices de sa souffrance. Sommes-nous là pour l’écouter et l’aider ? Nous sommes souvent en retard sur l’acte irréversible qui est commis près de nous. « L’indice le plus flagrant, c’est quand elle le dit (qu’elle veut se suicider). Malheureusement, il y a des gens qui ne prennent pas ça au sérieux. Il faut absolument être attentif aux messages verbaux », fait remarquer le directeur général de l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), Louis Lemay.

Un réseau d’établissements scolaires du Québec, la Fédération des Collèges d’enseignement général et professionnel (CEGEP) propose une déclaration – « T’es important pour nous. Le suicide n’est pas une option! » – en prévention du suicide, message destiné aux jeunes. Une première. « Maladie terrible qui saisit surtout des âmes jeunes, ardentes et toutes neuves à la vie. Ce mal c’est la haine de la vie et l’amour de la mort ; c’est l’obstiné suicide », écrivait Alfred de Vigny.

En France, le psychiatre Xavier Pommereau affirme que sur les 400 jeunes ayant « tenté de se suicider ou en danger de le faire » et qu’il accueille chaque année dans son centre de Bordeaux, « 25 % des garçons et 10% des filles » déclarent une orientation homosexuelle. Parmi les facteurs de risque suicidaire, soulignés dans son rapport de 2002, figurent en bonne place les « difficultés d’affirmation de l’orientation sexuelle » ainsi que les « questionnements identitaires majeurs », notamment à la période de l’adolescence. « L’homophobie n’est pas le seul facteur mais il est fondamental » explique le sociologue Eric verdier, un des auteurs du livre Homosexualités et suicide, études, témoignages et analyse (H&O éditions, Paris 2003). Le psychiatre Xavier Pommerau estime, pour sa part, que « l’homophobie aggrave les difficultés des jeunes homos mais que même dans un contexte non homophobe, ces derniers sont davantage confrontés à des souffrances identitaires ».

Il y a le suicide. Et il y a « après le suicide » où tout bascule dans la vie de ceux ou de celles qui restent et qui doivent vivre. « J’ai perdu un ami. Retraité ayant des difficultés, notamment financières, ne voyant aucune solution à ses problèmes et se sentant tout à fait démuni, il a refusé de continuer dans ce monde qui ne lui convenait plus. On reconnaît les valeurs d’une organisation ou d’une société à la façon dont elle traite ses personnes âgées et ses retraités », déplorait André Chamberland, membre de l’Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic du Québec (AQRP). « La mort semble bien moins terrible, quand on est fatigué », écrivait Simone de Beauvoir. Pourrions-nous ajouter : fatigué de la vie? Chaque jour, depuis 17 mois, comme le relate Cyberpresse, Johanne Riendeau se pose la même question : pourquoi son fils et le meilleur ami de celui-ci, Francis, ont-ils conclu un pacte de suicide? Nancy Houde, la mère de Francis, cherche aussi des explications Le jour où un conducteur de véhicule tout-terrain a trouvé les deux garçons étendus dans un champ de Saint-Dominique, morts d’une balle dans la tête, elle est « morte » elle aussi. Les deux ados n’ont rien dit à leurs amis. Ils n’ont pas laissé de lettre.

Doctissimo s’est penché sur la question des témoignages de personnes ayant vécu de près un suicide. « Michèle, dont le fils Jack s’est suicidé à l’âge de 21 ans, est passée par des phases de grande dépression à tel point qu’elle était incapable de mener une vie décente au quotidien. Elle parvenait tout juste à se rendre au travail où elle a rencontré compréhension et soutien silencieux, mais ses forces l’abandonnaient lorsqu’elle rentrait chez elle. Sept ans après, grâce à l’affection de quelques membres de sa famille, du groupe de parole auquel elle assiste – quelquefois simplement muette, mais où s’est créée un lien d’amitié avec plusieurs de ses participants – et enfin grâce à sa rencontre avec un psychiatre qui sait l’écouter, la faire parler et lui parler, elle revit, reprend en quelque sorte la maîtrise de son existence ».

Libération (4 février 2004) livrait, il y a quelques années, ces deux témoignages, parmi tant d’autres, de parents qui sont confrontés au suicide.

Pour Arlette, c’est arrivé un mardi, vers 18 heures. En septembre 2002. En rentrant du travail, elle a poussé la porte de leur maison, au fond d’une cour à Saint-Etienne. Pierre Alain, 24 ans, son fils unique, était assis dans un canapé du salon. Il s’était tiré une décharge de fusil de chasse dans le ventre. « Sur le coup, raconte-t-elle, vous ne comprenez rien. Vous savez seulement que c’est inexorable ». Elle a appelé la police, les pompiers son venus, un médecin du Samu l’a posée sur une chaise, au milieu de la cour. Puis il est revenu lui dire : « Je n’ai pas de dessin à vous faire ? » Alors quelqu’un a posé des scellés sur la maison, et ils sont repartis. Elle est restée seule devant la porte close.

Pour Marie-Thérèse et Jean, c’était un 14 juin. En 1993. Béatrice avait 19 ans. Ils l’ont cherchée longtemps, avant de la découvrir, pendue, dans un appentis du jardin. La première question des policiers a été pour la mère : « Vous avez eu un accrochage avec elle? ». Une phrase si culpabilisante que les parents entendent souvent. Béatrice a laissé un mot à des amis. Aucune explication pour ses parents. A son frère jumeau, elle n’avait rien dit non plus.

En terminant, il y a cette phrase terrible de l’Abbé Pierre, désespérante de vérité : « Ne le dites jamais, mais je suis dans une sorte de stupeur permanente de constater si peu de suicides dans un temps comme le nôtre, tellement l’univers semble imbécile et sans perspectives » (Absolu, Paris, Seuil, 1994, p. 70).

____________________________

 

Publicités

Actions

Information

14 responses

4 02 2008
Françoise

« tellement l’univers semble imbécile et sans perspectives  »

Plus de perspectives, un mur devant soi infranchissable. Le suicide comme « porte de sortie » quand il ne reste plus que le désespoir.

4 02 2008
guy

Bonjour Pierre

L’approche du suicide par les « questions » qu’il pose est sans doute un échec…

Le suicide n’est pas une question………c’est une réponse.

J’ai un immense respect pour ces personnes et leur courage !

Ceux qui n’ont pas « touché du doigt » le mot banni ne peuvent comprendre. .

4 02 2008
Charles

« L’homme sera heureux quand il aimera ce qu’il sera obligé de faire » (je cite de mémoire, je n’ai pas moi, le courage de rechercher la citation exacte) dans Le Meilleur des mondes (en anglais : Brave New World) roman de science fiction de Aldous Heuxley paru en 1932.

Dans ce Monde ou l’appartenance à un groupe social (Alpha, Bêta, …, Epsilon. Chacun divisé en deux sous-castes : les Plus et les Moins) ne doit rien au hasard : ce sont les traitements chimiques imposés aux embryons qui sont porteurs de l’harmonie chacun étant ravi d’être dans le groupe où il a été placé.

Seul le « Sauvage » s’exclut de ce Monde. Après un acte d’agression de sa part, devant l’ignominie de celui-ci, il est le seul à se pendre.

J’ai beaucoup apprécié la synthèse que « tu » (je peux ?) as faite sur le suicide Pierre. C’est un problème qui m’interroge depuis longtemps. Plus que 10 000, je ne suis pas tout à fait sur que le nombre annuel de suicides, en France, ne soit pas plutôt situé entre 12 et 14 000 (méfions nous des chiffres). C’est donc un problème important (en France) dont on ne parle que très épisodiquement, un peu comme ces poussières honteuses que l’on sort de dessous le tapis.

Récemment, deux « bonnes connaissances » (un tout petit peu plus loin que « proches ») ont exercé leur « Droit de Retrait ». C’étaient des adultes en pleine force de l’âge. L’un suite à l’impossibilité qu’il était de gérer la maladie dépressive dans laquelle il était plongé depuis nombre d’années (il ne pouvait physiquement plus affronter seul, la haute montagne qui était sa ressource de vie), l’autre suite à une goutte d’eau (pour nous) au sein de son entreprise qui a fait déborder la coupe de sa vie.

C’est extrêmement déstabilisant et culpabilisant pour l’entourage. Notre société ne fait d’ailleurs pas grand-chose pour atténuer le désarroi des proches, mais ne doit on pas admettre que l’homme a le droit de dire que pour lui le chemin s’arrête là ?

Si l’on peut concevoir que soit mise en place une prévention du suicide pour les populations en état de fragilité (en gros les deux extrêmes de la vie) quel droit a-t-on de s’ingérer dans la vie des hommes en leur niant la possibilité de marquer leur mal être dans notre société malade. Soignons notre société, le niveau du taux de suicides n’est qu’un symptôme de son incapacité à intégrer les richesses humaines.

Ni Alpha, ni Epsilon, ni Plus ni Moins : « Je me sentirai heureux quand j’aimerai ce que je ferai ».

4 02 2008
Pierre Chantelois

Bonjour Françoise

Très souvent, c’est ainsi qu’est perçu le suicide. Ce besoin d’aller voir au-delà si la vie est meilleure qu’ici-bas.

Guy

Votre formule est directe : « Le suicide n’est pas une question… c’est une réponse ». Pour ceux ou celles qui restent, après le suicide, ce n’est plus une réponse mais une question qui pèsera lourd pendant une toute vie. Pourquoi ?

Charles

La citation exacte d’Aldous Huxley devrait être la suivante : « C’est là qu’est le secret du bonheur et de la vertu – aimer ce qu’on est obligé de faire ». Il est difficile de donner des mots aux sentiments que nous vivons après un suicide. Culpabilité, remords, regrets, beaucoup de tout cela. C’est un drame pour la personne qui nous quitte dans pareilles conditions et c’est un drame pour ceux ou celles qui restent. La séparation brutale et inattendue n’est que plus difficile à vivre. Dans le cas d’une personne en maladie incurable et dégénérescente, le droit de mettre fin à ses souffrances est un débat que la société n’a pas encore réglé. Nous vivons au Canada et au Québec les mêmes sursauts chaque fois qu’il est question, ou qu’il a été question d’une personne qui délibérément et en toute conscience décidé de mettre fin à ses jours.

Pierre R. Chantelois

4 02 2008
Françoise

« Ce besoin d’aller voir au-delà si la vie est meilleure qu’ici-bas. »

Pierre,

Je ne l’entendais pas tout à fait comme cela. Mais plutôt comme le seul moyen de se délivrer d’une souffrance intolérable pour laquelle on ne voit, ne trouve, aucun moyen d’échapper.

4 02 2008
guy

Pierre

je prends « un peu de recul » par rapport à la réponse que je vous propose;

Je ne voudrais pas choquer qui que ce soit ici.

je crois que la « réponse » choisie par celui ou celle qui passe à l’acte, POURRAIT devenir également la réponse… pour celui qui reste.

Accepter….l’innacceptable je sais bien ,périlleuse équation.

(2+2 étant la question ? qui mettrait en doute l’éxistence de 4 ,ou pourquoi se « pourrir la vie »dans 2+2…on accepte 4 qui est une réalité ), Je ne parle pas du deuil qui reste à faire ni de la culpabilité que certains ressentent aprés un tel acte.Je propose donc ceci :

ACCEPTER,PARDONNER .

Vous savez que votre quéstion entraine sur la fin de vie … notre civilisation n’accepte pas encore certaines situations médicales épouventables et sans éspoirs et condamne « au pénal » l’auteur, y compris du monde médical, qui pratique la fin de vie assistée.

4 02 2008
guy

charles

« mais ne doit on pas admettre que l’homme a le droit de dire que pour lui le chemin s’arrête là ? »

oui ,oui,oui..

c’est la question de la fin de vie et de « retrait » comme vous dites plus haut.

Une terrible question que la ,Suisse et la Hollande, aborde avec lucidité et courage dans deux « associations » parfaitement humanistes… .

4 02 2008
Pierre Chantelois

Françoise

Désolé. J’avais bien compris le sens de votre intervention et j’aurais dû préciser le sens de mon intervention. J’ai plutôt ajouté une confusion à la clarté de votre propos.

Guy

Accepter…. l’innacceptable je sais bien, périlleuse équation.

Je crois bien que l’euthanasie, puisque c’est de cela dont il s’agit, doit être abordée sur un autre registre que le suicide d’une personne qui est mal dans sa personne. Ne dit-on pas : suicide assisté dans le cas de l’euthanase ? J’aborderai sous peu cette autre question difficile qui se dresse, tel un spectre, devant des yeux horrifiés à la seule évocation de cette sortie de la vie.

Pierre R. Chantelois

4 02 2008
Olivier SC

Donc : il y a discussion … Sur le futur article envisagé, je proclame déjà être pour le droit à la mort douce (voir ADMD dans Google Fr) … A bientôt !

4 02 2008
Pierre Chantelois

Olivier

Merci de votre visite. Cette question est difficile et je vais prendre quelques jours pour la documenter.

Pierre R. Chantelois

5 02 2008
Michèle

Difficile d’aborder un tel sujet , surtout quand autour de nous il y a eu des suicides …

C’est terrible pour ceux qui restent et se posent des questions sans réponses, quand ils essaient de trouver une réponse, une explication pour ce geste sans retour.

Il m’a été dit qu’il suffisait d’un déclic pour stopper le non-retour (porte qui claque, sonnerie de téléphone….) .

Mais très difficile à admettre , aussi il m’est arrivé je l’avoue d’y penser, mais j’ai en moi la rage de vivre, ce n’est pas pour cela qu’un jour …par contre ma foi est profonde et je me raccroche aux branches tendues, je me dis que la vie vaut la peine d’être vécue, nous avons réussi à sauver le fils d’amis à nous , il était dans le coma après avoir avalé un bon cocktail , à la sortie nous étions là, et nous sommes heureux de l’avoir remis sur un chemin de vie.

Il y a aussi certainement quelque chose qui se passe dans notre cerveau indépendant de nous, comme si le fantôme de la mort gagnait une victoire…

Pour la mort douce dont parle Olivier SC , je suis pour, quand un très grand malade incurable, à un stade végétatif attend et réclame la fin de sa vie…vaste sujet, vaste problème d’éthique.

5 02 2008
Pierre Chantelois

Michèle

Merci de votre visite. Beau témoignage d’une expérience vécue de très près. Dans notre société, nous ne parlons que trop peu du suicide. Il faut toujours des événements comme des semaines spéciales ou des jours commémoratifs pour se rappeler qu’il y a des gens, dans le monde, qui ont un mal de vivre si intense qu’ils en développent l’intime conviction qu’il n’y que la mort prématurée pour les en délivrer.

Pierre R. Chantelois

14 02 2008
Fleury

Bonjour et merci pour cet article,
j’aime bien votre façon de ne pas trop conclure sur ce qu’est le suicide. Cette porte laissée ouverte est celle qui permet à ceux qui y pensent d’en sortir.
Cordialement.

14 02 2008
Pierre Chantelois

Madame, monsieur

Merci de votre visite et surtout de votre commentaire. Il faut persévérer à passer un message d’espoir malgré une conjoncture difficile et parfois des situations personnelles éprouvantes.

Pierre R. Chantelois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :