« La loi est la même pour tous en Grande-Bretagne et elle n’est pas religieuse »

11 02 2008

La Grande-Bretagne est sous le choc. Le révérend Rowan Williams, archevêque de Cantorbéry et chef des 77 millions d’Anglicans dans le monde, n’aurait pu imaginer lancer pareille ondes de choc depuis sa très récente déclaration selon laquelle l’application de la « charia » était nécessaire pour la cohésion sociale, l’archevêque a répondu : « cela semble inévitable ». L’Archevêque propose tout simplement d’en adopter quelques principes dans la loi du Royaume Uni. Appliquer la charia, oui, mais sans les châtiments! Du côté du monde musulman, la satisfaction est grande. Très grande, même. La célébrissime université Al-Azhar l’a publiquement félicité, qualifiant ses propos de réalistes. Pour l’Archevêque Rowan Williams : « les musulmans britanniques devraient avoir le choix pour régler certains conflits, comme les divorces, de recourir soit à un tribunal civil soit à un tribunal islamique ».

Hani Ramadan, directeur du centre islamique de Genève, considère, pour sa part, que la « charia » est incomprise dans le monde. Il écrit : « Les musulmans sont convaincus de la nécessité, en tout temps et tout lieu, de revenir à la loi divine. Ils voient dans la rigueur de celle-ci le signe de la miséricorde divine. Cette conviction n’est pas nourrie par un fanatisme aveugle, mais par un réalisme correspondant à la nature des choses de la vie. Vivre en paix et en conformité avec l’être et le devoir, tel est le principe de leur engagement, parce que, comme le souligne le Coran, « c’est certes à Dieu qu’appartiennent la création et le commandement » (7, 54) ». Là où l’explication de Hani Ramadan heurte nos convictions occidentales, c’est lorsqu’il donne en exemple la lapidation. « La lapidation prévue en cas d’adultère n’est envisageable que si quatre personnes ont été des témoins oculaires du délit. Ce qui est pratiquement irréalisable, à moins que le musulman choisisse d’avouer sa faute. Avant l’exécution de la sentence, les juristes précisent qu’il lui est toujours possible de revenir sur son aveu ».

La charia, selon Ralph Stehly, Professeur d’histoire des religions à l’Université Marc Bloch, Strasbourg, n’est pas un code, comme par exemple le code Napoléon en France Ce n’est pas un livre. C’est l’ensemble des interprétations juridiques et éthiques, souvent divergentes, qu’au cours des siècles les théologiens ont données (et continuent de donner) des Écritures sacrées islamiques : c’est-à-dire le Coran et la Sunna. La charia est plus qu’un droit, puisqu’elle inclut les prescriptions cultuelles, et que sa fin dernière est non seulement d’organiser en ce monde la vie la plus vertueuse et la plus utile, mais aussi de préparer les membres de la communauté à leur salut futur. La charia est orientée « eschatologiquement ». Elle classe les actions humaines en cinq catégories:

1) ce qui est obligatoire

2) ce qui est recommandé

3) ce qui est indifférent (ce sont les adiaphora de la pensée grecque), mubâh, ou licite

4) ce qui est blâmable (makrûh)

5) ce qui est interdit.

Ce qu’a souligné l’Archevêque de l’Église anglicane, Rowan Williams, sur la BBC, est que les Britanniques devraient appréhender la loi islamique, ou charia, avec « ouverture d’esprit ». Il est possible, pour l’Archevêque anglican, de parvenir à un « arrangement constructif » avec certains préceptes de la Charia. « Il est possible de trouver ce qui serait un arrangement constructif avec certains aspects de la loi islamique comme nous le faisons déjà avec des aspects d’autres lois religieuses », a-t-il affirmé, citant les tribunaux juifs orthodoxes ou le fait que les opinions anti-avortement des chrétiens sont « prises en compte par la loi ». « Cela semble inévitable. Certains préceptes de la charia sont déjà reconnus dans notre société et dans notre droit, donc ce n’est pas comme si on introduisait un système étranger et concurrent » Mais s’il y a place pour une telle évolution, « inévitable » selon l’archevêque, pour la cohésion sociale, il a aussi ajouté qu’il n’y avait pas de place pour « les châtiments extrêmes » et la discrimination envers les femmes en Grande-Bretagne. « Personne ne veut voir dans ce pays le genre d’inhumanité qui est pratiqué par la loi de certains pays musulmans, avec des punitions extrêmes et leur attitude vis-à-vis des femmes », a soutenu l’Archevêque.

Pourtant, le Conseil des musulmans de Grande-Bretagne, qui représentant 1,6 million de musulmans britanniques, a indiqué, après ces révélations de l’Archevêque Rowan Williams, que ses membres ne réclamaient pas de tribunaux islamiques.

En réalité, il semble que les déclarations de l’Archevêque Rowan Williams s’inscrivent en parfaite opposition à la montée de plus en plus évidente du laïcisme en Grande-Bretagne. En d’autres mots et selon ce dernier : « Il est dangereux que le gouvernement laïc possède un monopole pour définir l’identité publique et politique ». Plus tard, l’Archevêque a expliqué qu’il avait simplement souhaité ouvrir le débat sur « quelques-uns des problèmes posés par les droits des groupes religieux » dans une société laïque. En clair, l’Archevêque souhaite faire appel à la Charia pour soutenir sa propre lutte contre une trop grande place qu’accorde l’État à certaines dispositions laïques, comme le droit des homosexuels d’adopter des enfants.

Pour ses déclarations, l’Archevêque Rowan Williams a été désavoué par des membres du « Sinod général », le corps exécutif de l’Église anglicane. L’Archevêque est invité à démissionner, comme l’ont également demandé 82 % des téléspectateurs qui ont répondu au sondage de la chaîne de TV Sky. Dans les officines du gouvernement britannique, à Downing Street et au sein de l’opposition, la colère est loin de s’apaiser : « la loi est la même pour tous en Grande-Bretagne et elle n’est pas religieuse. Il n’est pas question d’adopter la charia pour juger les Musulmans ». Tel semble être le mot d’ordre qui circule à Londres. Le site Internet de la BBC a reçu quelque 17.000 messages, pour la plupart négatifs.

Les catholiques sont également montés aux barricades. Le Cardinal Cormac Murphy-O’Connor, chef des catholiques d’Angleterre et du pays de Galles, qui sont 4,5 millions, a fermement rejeté les propos de l’archevêque de Canterbury. « Les lois de ce pays n’admettent pas les mariages forcés ou la polygamie ».

Est-il nécessaire, en terminant, de rappeler certains faits qui remontent à mai 2006, en Allemagne. Selon Libération, une jeune Allemande de 26 ans, originaire du Maroc, avait fait appel à la police pour violences conjugales. Convaincue de l’échec de son mariage avec un Marocain du pays, cette mère de deux jeunes enfants s’était tournée vers la justice. Le mari violent est condamné à quitter le domicile conjugal, et à ne plus s’approcher de son épouse. Mais « il continue à la terroriser, et à la menace de mort », assure Barbara Becker-Rojczyk, l’avocate de la victime qui réclame alors un divorce « accéléré » en octobre dernier. La législation allemande prévoit un délai d’un an entre séparation et proclamation du divorce. La procédure « en accélérée », rare, est cependant prévue dans les cas de violence. Pourtant, la juge de Francfort saisie du dossier avait rejeté la demande de la victime. Au nom de la Charia !

Les deux époux venant d’un pays musulman, il ne convient pas d’évoquer le problème de la violence, estime la juge, puisque celle-ci est « autorisée » par la quatrième sourate du Coran. En se mariant avec un Marocain, la victime « devait s’attendre » à ce genre de traitement, précisait la juge, le 12 janvier 2006. La magistrate réitérait le 8 février 2006 son jugement en invoquant « l’honneur bafoué » du mari.

Le 12 septembre 2005, le premier ministre de l’Ontario, au Canada, Dalton McGuinty déclarait : « l’Ontario ne deviendra pas la première juridiction occidentale à autoriser le recours à un ensemble de règles religieuses appelées charia pour résoudre des conflits familiaux chez les musulmans et interdira tout arbitrage religieux dans la province ». Après un âpre débat sur la question, le premier ministre ontarien en est venu à la conclusion : « que le débat avait assez duré. Il n’y aura pas de loi de la charia en Ontario. Il n’y aura pas d’arbitrage religieux en Ontario. Il y aura une loi pour tous les Ontariens ». Magnanime, Dalton McGuinty déclarait : « Les Ontariens auront toujours le droit de solliciter l’avis de toute personne en matière de droit familial, y compris un avis religieux. Mais l’arbitrage religieux ne tranchera plus de questions de droit familial » (Le Devoir).

____________________________

 

Publicités

Actions

Information

8 responses

11 02 2008
Gilles

Les deux époux venant d’un pays musulman, il ne convient pas d’évoquer le problème de la violence, estime la juge, puisque celle-ci est « autorisée » par la quatrième sourate du Coran.
 
Quand on ne croit plus à rien, on croit à tout, c’est-à-dire que tout possède la même valeur. Il est remarquable qu’une juge ressente les choses ainsi.
 

11 02 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Il faut se rappeler que le Québec a également vécu une histoire d’horreur semblable. En fouillant, j’ai retrouvé le cas en question : A. N., homme de 37 ans d’origine algérienne, était accusé d’avoir agressé sexuellement à répétition, entre juillet 1989 et janvier 1992, sa belle-fille de la même origine qui avait neuf ans au moment où les agressions ont commencé. Autant l’accusé que son épouse, la mère de la victime, ont nié les faits, mais un examen médical avait corroboré la version de la victime, placée en famille d’accueil. Dans son jugement rendu le 13 janvier 1994, la juge Verreault avait déclaré l’accusé coupable de quatre chefs d’accusation en violation des articles 151 (attouchements sexuels sur une mineure), 152 (incitation d’une mineure aux rapports sexuels), 159 (sodomie) et 265 (agression sexuelle) du Code criminel. La peine maximale infligée dans ce type de crime est de dix ans et la Couronne demandait dans cette affaire quatre ans d’emprisonnement. À la surprise générale, la juge décide d’infliger une peine d’emprisonnement de 23 mois, assortie d’un an de probation. Le jugement rendu par la juge Verreault a été, par la suite, cassé en appel et la peine infligée de 23 mois d’emprisonnement avait été fixée à 42 mois. Dans son jugement, Raymonde Verreault avait considéré les faits suivants comme des facteurs aggravants : la durée de l’agression (deux ans et demi), le jeune âge de la victime, la gravité des gestes et la position d’autorité que l’accusé occupait au sein de la famille. Par contre, elle avait aussi identifié certains facteurs atténuants : en interprétant le rapport déposé au dossier par le psychologue expert, la juge avait déclaré qu’« il ne semblait pas que les abus sexuels commis par l’accusé laisseraient des séquelles permanentes chez la jeune victime ». Également, la juge Verreault, qui ne semble pas considérer l’agression sexuelle incluant la sodomie comme de la violence physique, déclare : « il n’y a pas eu de violence physique. À part la gifle, il ne semble pas y avoir eu de violence gratuite ». Mais le facteur d’atténuation le plus controversé sur le plan « interculturel » évoqué par la juge réside dans la déclaration suivante qui ramène la culture (la religion) de l’accusé et de la victime parmi les éléments à considérer, et ce, sans que l’avocat de la défense ne l’avance :

« Le fait que le père n’ait pas eu de relations sexuelles normales et complètes avec la victime, c’est-à-dire des relations vaginales pour être plus précise, de sorte que celle-ci puisse préserver sa virginité, ce qui semble être une valeur très importante dans leur religion respective [Islam]. On peut donc dire que d’une certaine façon et à cet égard l’accusé a ménagé sa victime ».

Cette déclaration avait provoqué la colère des milieux musulmans et la protestation des milieux féministes et activistes de la protection de la jeunesse et des relations interculturelles. Dans une démarche assez exceptionnelle, le Barreau du Québec décida de porter plainte auprès du Conseil de la magistrature contre le jugement de la juge Verreault, mais cette plainte fut rejetée par le Conseil, après examen.

Pierre R. Chantelois

11 02 2008
Françoise

« Il est dangereux que le gouvernement laïc possède un monopole pour définir l’identité publique et politique. »

C’est ce genre de raisonnement qu’on essaie de nous imposer, semble-t-il depuis quelques temps en France… Lors de la « querelle » des « foulards à l’école » (qui a abouti à « loi sur les signes religieux ostentatoires dans les écoles publiques »), la hiérarchie catholique a soutenu le port du foulard et autres « signes religieux », au nom de la « liberté religieuse » (voir sur Wikipédia)…

Au nom de « « l’honneur bafoué » il fallait laisser le mari tuer sa femme sans doute. On devrait envoyer cette juge vivre en Arabie Saoudite, elle pourrait y apprécier tous les bienfaits de la « charia »…

La laïcité est un danger pour ceux qui veulent imposer leurs dogmes, et la laïcité est partout de plus en plus en danger.

11 02 2008
guy

N’est ce pas le résultat d’un choc culturel annoncé ?
La grande bretagne ne possède pas de document unique codifiant le fonctionnement de ses institutions et la « Common law » est imprécise (elle est issue pour partie de la coutume…)alors n’était ce pas…innévitable.?

11 02 2008
Pierre Chantelois

Françoise

Le Canada, comme la Grande Bretagne, n’est pas à l’abri de ses juges. Encore moins de son clergé qui entend recourir à tous les arguments possibles pour contrer la montée de la laïcité au sein de nos sociétés modernes. Le révérend Rowan Williams a mis un doigt dans un engrenage – par ses déclarations – très risqué. Il faut également voir ce qui se fait en Turquie avec cette nouvelle permission du port du voile dans les universités.

Guy

Évidemment qu’il y a tout un choc culturel. Ce débat nous l’avions déjà eu et il est heureux que la Province de l’Ontario ait dit non. Depuis, personne ne s’en trouve plus mal.

Pierre R. Chantelois

11 02 2008
guy

Puis-je me permettre Pierre
À mon avis ce n’est pas tant la « montée de la laicité » qui est en cause (dans l’idéal: la laicité est… ou n’est pas?) mais la place qu’elle peut faire ou ne peut pas faire « aux écarts de privations de droits, de liberté, que appelons un chat un chat, certains cotés pervers de quelques religions trainent avec elles et l’exemple de « la charia » qui est peut être un boulet pour les musulmans » voyez-vous ce que je veux dire.

Ce qui est inquiétant également c’est cette loi en Turquie; porte ouverte sur l’inconnu…jusqu’où cela peut il aller ?

11 02 2008
Pierre Chantelois

Guy

Puissiez-vous avoir raison : la charia qui est peut être un boulet pour les musulmans. Mais il s’en trouve très peu pour en dénoncer les effets pervers lorsqu’elle impose des châtiments infâmes dignes du Moyen-Âge.

Pierre R. Chantelois

11 02 2008
clusiau

Gilles, je ne comprends pas cette inquiétude à propos de la Turquie ? En quoi la Turquie peut-elle inquiéter ou effrayer les gens de notre société ?

L’Angleterre qui, comme on oublie de le mentionner trop souvent n’a pas de Constitution, a décidé de dire non à la Charia. Les Anglais ne s’en laisseront pas imposer et ils donnent l’exemple. Le droit civil et la même loi pour tous avant tout, period.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :