Chasse aux phoques : d’un côté, les chasseurs avec leurs gourdins, de l’autre, les opposants avec leurs caméras

31 03 2008

Le Canada a souvent été caractérisé par l’inhumanité de sa chasse aux blanchons, ces bébés phoques, appelés loups-marins aux Iles, écorchés sur les banquises. Ces images insupportables, dénoncées par les défenseurs des animaux, ont fait le tour du monde. Le quota autorisé par le Canada, cette année, est de 275.000 phoques, un chiffre supérieur à celui de 2007. Les produits issus de la chasse aux phoques sont interdits aux États-Unis, aux Pays-Bas et en Belgique. L’Union européenne pourrait emboiter le pas en interdisant, à son tour, tous les produits issus de cette chasse. En 1983, elle proscrivait la vente des peaux blanches.

Plus d’une quinzaine de bateaux, transportant près de 100 chasseurs, avaient quitté les côtes des Iles-de-la-Madeleine pour se diriger vers le détroit de Cabot, entre la Nouvelle-Ecosse et Terre-Neuve-et-Labrador. Et encore cette année, les opposants à cette chasse, qui peut durer de deux jours à deux semaines par an, ont suivi ces départs. D’un côté, les chasseurs avec leurs gourdins, de l’autre, les opposants avec leurs caméras. Annuellement, c’est la chronique d’une guerre annoncée.

En deux ou trois jours, un chasseur peut gagner, si la chasse est bonne, 2000 $ (1.240,61 €). « David contre Goliath ». C’est ainsi que Denis Longuépée, représentant de l’Association des chasseurs de loups-marins, décrit, au quotidien La Presse, la position des siens face aux groupes contre la cruauté envers les animaux. « Nous n’avons pas leurs moyens ». Les chasseurs madelinots les ont appelés des « animalistes », puis des « abolitionnistes ». Cette année, tous se sont passé le mot : les membres de ces groupes sont des « profiteurs ». De son côté, la Humane Society of the United States (HSUS) consacre sa page d’accueil au « pire massacre de mammifères marins sur Terre ». La HSUS dénonce aussi l’interdiction qui est faite par le gouvernement du Canada de filmer sur place la chasse aux phoques.

Comme il fallait s’y attendre, les dénonciations n’ont pas tardé de part et d’autre. Des militants des droits des animaux qui se positionnaient pour observer la chasse ont insisté pour dire qu’au moins quelques chasseurs ne respectaient pas les nouvelles règles vouées à rendre la chasse plus humaine. De l’autre, le gouvernement fédéral s’appuie sur les lois sur la navigation commerciale pour tenter de tenir le Farley Mowat, propriété de la Sea Shepherd Conservation Society, hors des eaux canadiennes. Le Canada n’est pas au bout de ses peines en raison du fait que le Farley Mowat est enregistré comme un bateau de plaisance et non comme un navire commercial aux Pays-Bas. La surveillance ne s’arrête pas là, il va sans dire. Paul Watson a affirmé que le Farley Mowat était « un navire danois comptant sur un équipage international » et a dit croire que l’on ferait face à « un incident international si le Canada essayait de stopper le navire danois ». La Humane Society of the United States (HSUS) et le Fonds international pour la protection des animaux survolent, de leur côté, les chasseurs en hélicoptère pour observer et surveiller la pratique controversée.

Le Canada, qui cherche désespérément à protéger cette activité commerciale et lucrative (la saison 2006 a rapporté quelque 25 millions de dollars, soit près de 16 millions d’euros, contre les atteintes des groupes de pression internationaux, a réglementé cette chasse en fixant trois étapes pour avoir le droit de tuer un phoque : les chasseurs doivent d’abord abattre l’animal à l’aide d’un fusil ou d’un gourdin, puis vérifier qu’il est bien mort avant de le saigner en lui tranchant les artères. Cette nouvelle méthode a été instaurée pour répondre aux critiques disant que certains chasseurs retiraient la peau d’animaux encore vivants. Mais le Canada ne semble pas avoir convaincu les groupes de défense des animaux. Les acheteurs sont toujours prêts à se procurer ces peaux, comme la Norvège, la Russie et la Chine. La graisse sert à fabriquer des cosmétiques.

Un drame humain est venu interrompre cette chasse. Michel Plamondon, porte-parole du ministère canadien de la pêche, a confirmé qu’un bateau transportant des chasseurs canadiens a chaviré dans l’est du Canada, faisant trois morts. Sur les six personnes que transportait le bateau de pêche, L’Acadien, deux seulement ont été sauvées (…) Trois membres d’équipage décédés ont été repêchés de l’eau. Le quatrième est encore porté disparu. Les opérations de recherche pour retrouver l’homme qui manque toujours à l’appel ont été interrompues. Le Centre de coordination de recherche et sauvetage d’Halifax estime que les chances de survie de la personne disparue sont « pratiquement nulles dans les circonstances actuelles et les conditions glaciales de l’eau ». Un malheur n’attend pas l’autre. Par ailleurs, sept chasseurs de phoque ont eu la vie sauve après avoir abandonné leur bateau au large du Cap-Breton. Leur bateau, l’Annie Marie, a coulé dans les mêmes eaux glacées où L’Acadien II avait chaviré. Les sept chasseurs ont attendu sur la banquise l’arrivée de l’hélicoptère qui les a secourus.

À Cap-aux-Meules, qui regroupe la plus importante concentration d’habitants de cet archipel québécois, l’accident est durement ressenti. Et la colère est vive sur l’archipel : l’Acadien a chaviré alors qu’il était remorqué par un brise-glace des garde-côtes. Il a foncé dans un morceau de glace, alors que le brise-glace continuait à accélérer. Les autres bateaux qui mouillaient au large ont rebroussé chemin et sont revenus à bon port. « La Garde côtière fait habituellement du travail exceptionnel, il doit y avoir eu une erreur humaine quelque part », a commenté Claude Deraspe, le capitaine du Santa Christina, revenu de la zone de chasse. Pour sa part, le surintendant de recherche et sauvetage à la Garde côtière canadienne, Mike Voigt, a fait valoir que la Garde côtière remorquait plus de 600 embarcations par année, mais qu’il s’agissait toujours d’une opération à haut risque quand la glace est épaisse. Selon M. Voigt, il revient aux membres de l’équipage de décider s’il reste à bord de leur bateau durant le remorquage.

Une habitante de l’archipel québécois des îles de la Madeleine a confié au quotidien La Presse : « Avec toute la controverse sur la chasse aux phoques, tout ce que je souhaite, c’est qu’il n’y en ait pas qui se réjouissent de ça ». Lise Grenier, directrice du service d’aide à l’emploi de l’archipel, précise que : « Les chasseurs sont fiers, pas d’avoir les mains pleines de sang, mais fiers de ramener du pain ».

Si vous avez le courage de regarder des images d’une cruauté repoussante, voici une vidéo qui circule sur le Net et qui donne au Canada la réputation qu’il mérite. Entre temps, voici une vidéo qui nous réconcilie avec la vie.

____________________________

 

 

 





« La flamme de la honte » – « Les autorités grecques participent à un festival d’hypocrisie »

30 03 2008

Monsieur le maire d’Athènes, Nikitas Kaklamanis, a porté la flamme dans les rues de sa ville, ornée des drapeaux chinois, grec et olympique. Sous forte escorte policière. « Nous sommes ici pour célébrer l’esprit olympique, pas pour s’engager dans des débats politiques », a déclaré le vice-président exécutif du Comité chinois Wang Weï, avec la complicité des autorités grecques. « La flamme a effectué un voyage de conte de fées de sept jours à travers la Grèce et la réception a été enthousiaste de par le pays », a opiné Minos Kyriakou, président du Comité grec. « Nous sommes là pour le sport (…) Si une petite minorité souhaite manifester, (c’est) son problème ».

_______________________

Si la liberté de parole existait dans la Grèce d’Homère mais limitée et sans être universelle, force est de reconnaître que la Grèce moderne vient de l’aplatir davantage. Il reste heureusement encore des démocrates au pays de Platon. La réponse est venue de 24 pétitionnaires – écrivains, syndicalistes et journalistes – qui accusent Athènes de « s’aligner sur la Chine totalitaire » et qui déclarent : « Les autorités grecques qui participent à ce festival d’hypocrisie sont en totale opposition avec le soi-disant esprit olympique », tout en dénonçant le déploiement d’un impressionnant dispositif policier pour empêcher toute protestation.

Mardi dernier, près de 600 manifestants tibétains s’étaient déjà rassemblés pacifiquement devant le siège du CIO pour demander à son président, sourd, aveugle et muet, de prendre position face à la Chine, pays hôte des JO. Jacques Rogge avait déclaré être engagé dans « une diplomatie silencieuse » avec la Chine sur la question du Tibet et des droits de l’homme, avant les Jeux olympiques de Pékin. Du point de vue de la capitale olympique, la municipalité de Lausanne, formellement, n’a pris aucune position, faute d’en avoir parlé depuis le début de la révolte tibétaine. Elle pourrait le faire prochainement.

La flamme olympique est arrivée samedi à Athènes, dernière étape avant sa remise dimanche aux organisateurs chinois. La veille, environ 200 manifestants, dont une poignée de Tibétains, ont manifesté vendredi soir devant le Musée olympique à Lausanne pour protester contre l’itinéraire de la flamme olympique et son passage sur le territoire tibétain. Les manifestants avaient rebaptisé « flamme de la honte » la fête « tout feu tout flamme » organisée le même soir par le musée. « Nous voulons être là pour marquer pacifiquement notre présence. Nous demandons une fois de plus que la flamme ne passe pas sur les territoires tibétains et qui plus est sur une montagne sacrée. Cela va engendrer encore plus de conflits », craint Tenzin Wangmo, la porte-parole de la communauté tibétaine en Suisse.

Samedi, à proximité de l’Acropole, quelques dizaines de défenseurs des droits de l’Homme, militants de la cause tibétaine ou membres du mouvement Falungong interdit en Chine, se sont rassemblés pour protester pacifiquement au passage de la flamme olympique qui est arrivée entourée de plusieurs policiers en civil, les coureurs étant eux-mêmes encadrés par de nombreuses voitures et motards. « Allumez la passion, partagez le rêve, libérez le Tibet », tel était le message qu’arborait une banderole qui détournait ainsi le slogan choisi par les Chinois pour le relais de la flamme.

La Grèce n’a pas hésité à protéger les intérêts de son amie, la Chine. Les forces antiémeutes ont fait obstacle à dix membres du réseau danois TheColorOrange.net, qui militent contre les violations des droits de l’Homme en Chine, qui voulaient s’approcher de trop près du siège du Comité hellénique olympique (CHO) à Athènes. « Nous sommes ici pour protester contre la situation des droits de l’Homme en Chine et pour nous exprimer au nom de ceux qui ne peuvent pas le faire là-bas », a déclaré une manifestante. Depuis jeudi soir, la Grèce a déployé un zèle particulier pour intercepter les personnes qui entendaient déployer des banderoles dans les villes de Grèce inscrites sur le parcours de la flamme qui totalise quelque 1.500 km.

Comme si cela n’était pas suffisant, les autorités grecques, (le Comité hellénique olympique (CHO), ont poussé plus loin leur parti-pris manifeste pour la Chine : la presse a été interdite d’accès au site de l’Acropole, samedi soir, provoquant avec raison la colère de plusieurs associations de journalistes. « Vraisemblablement, les autorités chinoises ont réussi à convaincre leurs homologues grecques d’agir ainsi. C’est très regrettable », a déclaré Reporters sans frontières (RSF). « La Chine déteint sur la Grèce ». Des manifestants devaient tirer quelques feux d’artifice en direction du lac. Le Musée olympique a pour sa part annulé ses propres feux pour des raisons techniques.

Panayotis Stathis, le porte-parole de la police grecque, avait lancé un avertissement très clair : « Si quelqu’un bouge, accrédité ou pas, il sera arrêté ». Cet avertissement a été servi en prévision, dimanche après-midi, de la cérémonie au stade de marbre d’Athènes, le Stade du Panathinaikos, qui a accueilli les premiers Jeux modernes en 1896, au cours de laquelle la flamme sera remise aux organisateurs chinois.

À l’autre bout de la terre, Baema Chilain, vice-président du gouvernement régional tibétain, n’a pas hésité, lors d’une conférence de presse, à trouver des coupables aux perturbations entourant le parcours de la flamme olympique : « d’après ce que je sais, certains séparatistes à l’intérieur et à l’extérieur du pays cherchent à saboter le relais de la torche olympique au Tibet. Nous sommes sûrs et capables d’assurer la sécurité du relais de la torche et de la faire arriver au sommet du mont Qomolangma (Everest) ». L’arrivée de la flamme sera comme « un honneur équivalant à une médaille d’or olympique ».

L’ancien sprinteur britannique Linford Christie portera la flamme olympique lors de son passage à Londres le 6 avril, selon la BBC. Il faut savoir que cet athlète avait été suspendu, deux ans, en 1999, après avoir été contrôlé positif à la nandrolone. Christie a toujours plaidé sa bonne foi, incriminant des compléments alimentaires. La flamme olympique arrivera en France à bord d’un Eurostar en provenance de Londres le 7 avril au matin et restera 24 heures à Paris avant de repartir pour les États-Unis et San Francisco. Le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) refuse de dévoiler les détails du parcours et le nom des porteurs de la flamme.

Pour leur part, les Tibétains attendraient avec impatience l’arrivée de la flamme olympique. Nima Ciren, directeur de l’École de guide alpin de Lhasa, considère en effet que : « le relais de la torche sera la plus importante contribution du Tibet aux Jeux olympiques de Beijing et doit apporter aux alpinistes un honneur équivalant à une médaille d’or olympique ». Comme l’explique CCTV, réseau chinois de télévision, la montée sur les flancs du mont Qomolangma, symbolise les trois axes des Jeux de 2008 : des Jeux écologiques, placés sous le sceau de la haute technologie et dédiés aux gens. Des préparatifs complets ont été organisés pour cet évènement qui doit être le clou des relais de la flamme olympique. La Chine a développé une torche spéciale qui permet à la Flamme Olympique de continuer à brûler même à très basse température, dans des concentrations d’oxygène très faibles et soumise à des vents violents soufflant en rafales. L’équipe des coureurs qui porteront la flamme sur le mont Qomolangma gravira la montagne n’importe quel jour de mai, au moment où les conditions météorologiques seront favorables pour ce faire.

Il serait question, lors de la retransmission en direct des jeux olympiques, d’un léger différé. La production d’images est co-gérée par le Comité International Olympique (CIO) et par le pays hôte. Le CIO et Pékin ont même constitué une structure de diffusion commune : la structure de diffusion de Beijing (BOB). La direction du CIO ne répond pas clairement. Interrogée par FRANCE 24, Emmanuelle Moreau, responsable des relations médias du CIO, à Lausanne, fait savoir que « le CIO et le comité olympique chinois sont en discussion sur les modalités de diffusion. Une réunion est prévue la semaine prochaine ». La censure et le léger différé sont pratique courante en Chine, témoigne le correspondant de FRANCE 24 à Pékin, Sébastien Le Belzic. « Les chaînes internationales passent régulièrement en mode ‘écran noir’ quand elles évoquent des sujets sensibles. Même les sites web comme YouTube sont bloqués, tout comme celui de la BBC ».

En terminant, faut-il rappeler que le dalaï lama a réitéré une fois de plus, samedi, que l’agression démographique, née de l’installation de plus en plus de Chinois non-tibétains au Tibet, menaçait de « génocide » la culture de sa terre?

Je vous invite à consulter deux articles de Republicae : Vive les J.O.! pour l’illustration puissamment évocatrice du symbole olympique, et Le Toit du monde I pour un point de vue éclairé sur la question.

(Sources : AFP, Cyberpresse, Le Monde, Libération, Presse canadienne)

____________________________

 

 





Le moDem agonise. La gauche et la droite se réorganisent!

29 03 2008

Le MoDem agonise. La gauche et la droite se réorganisent. Si l’électorat centriste se manifeste encore au grand jour, il apparaît clairement que le MoDem n’est plus son choix et que le parti, fondé par François Bayrou, n’en tire plus les bénéfices auxquels il aurait pu s’attendre. Les élections municipales auront montré que le centre préfère les alliances davantage avec la droite qu’avec la gauche. Pour Chantal Cutajar, leader strasbourgeoise du parti centriste, « nous étions partis avec la volonté d’être la troisième force politique en présence. Très clairement, c’est un échec. C’est presque un miracle que nous ayons dépassé les 5 % dans la région », a-t-elle confié à 20 Minutes. « Aujourd’hui, nous avons besoin d’un peu de recul et de voir ce que François Bayrou va décider au niveau national », conclut Chantal Cutajar. En décembre dernier, la question s’était posé : François Bayrou – Présidentiable ? Oui. Président ? Non ! Nul doute qu’au sein de l’électorat français, depuis les dernières élections municipales, la question se pose davantage et qu’elle ne cessera d’être posée jusqu’aux prochains scrutins de 2012.

Les critiques postélectorales sont sévères. Le parti de François Bayrou est plus égocentré que fondé sur une stratégie nationale. A force de vouloir être partout à la fois, le MoDem est nulle part, ont commenté Emmanuelli et Hamon. Pour JP, chroniqueur, « l’objectif d’éliminer un courant démocrate indépendant en général, et Bayrou en particulier, de la scène politique est un fait, personne ne peut le nier, mêmes les partisans de cette voie le revendique. Pourquoi ? Parce que nous menaçons les boutiquiers du PS et de l’UMP, le régime des 2 partis. Surtout, cette voie correspond à la vision de la politique des Français. Ceux-ci ne croient plus en une « gauche historiquement nécessaire » ou une « droite miraculeuse ». Ils savent parfaitement que c’est une illusion réductrice, ils sont lassés par les intérêts des boutiques PS et UMP, intérêts qui passent avant ceux des Français, de la France. Pour autant, nous, Démocrates, savons tout cela, mais les résultats aux élections ne suivent pas cette quête ».

La chute des sondages n’est plus le seul fait du président de la République. François Bayrou est aussi rattrapé par la désaffection de l’électorat français (-9 points à 56% selon Ifop Paris-Match). Le chef du MoDem a reconnu une difficulté de communication sur les alliances au cas par cas conclus avec l’UMP et le PS selon la doctrine qu’un centre indépendant peut parler avec les deux acteurs politiques principaux. Cette posture est-elle compatible avec la règle, préconisée par Philippe Nogrix, qui veut que « le centre c’est être social, européen et libéral modéré et qu’il faut garder cette trilogie » ? Et comment mettre en marche, pour les prochaines élections européennes de 2009, un parti qui soit créatif, durable et humaniste, selon les termes mêmes de son président?

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné aux dernières élections municipales? À quoi faut-il attribuer les pertes et les dérapages? Il suffit de consulter des réactions exprimées sur des forums pour comprendre le dysfonctionnement imputé au MoDem. Par exemple, sur Agoravox, des commentateurs reprochent au MoDem ce va et vient entre la gauche et la droite : « comment être crédible lorsque l’on s’allie un coup avec la gauche et un coup avec la droite, voilà pour moi un parfait exemple d’opportunisme politique », commente un citoyen. Pour un autre citoyen : « dans tous les pays démocratiques du monde il n’y a de place que pour deux grands partis, pas trois ». En réaction à ce dernier commentaire, réponse d’un commentateur : « Si le binarisme vous satisfait, sachez qu’il ne satisfait aucunement tout le monde. Laissez ceux qui souhaitent autre chose essayer de faire autre chose ». Enfin, cette remarque intéressante d’une citoyenne : « J’ai entendu l’autre jour un journaliste dire que Bayrou était un leader sans parti et le PS un parti sans leader… Pas tout à fait faux ! »

Laure Leforestier, sur son blog éponyme, fait son bilan et, après mûres réflexions, dresse un constat d’échec : « Ma décision est ferme et mûrement réfléchie. […] Je considère simplement que nous sommes loin de la feuille de route ébauchée en mai dernier, que les histoires de patience (attendons Seignosse, puis attendons le congrès, puis attendons les élections au conseil national, puis maintenant allons jusqu’aux élections des fédérations) ont eu raison de la mienne de patience, et surtout je crois que la donne est faussée depuis le départ, ce qui explique ce retard à l’allumage que je ne vois pas s’arranger dans les semaines et les mois qui viennent. Et puis comme il est beaucoup question de foi, moi, là, Bayrou président en 2012, je n’y crois plus ». Madame Leforestier conclut en ces termes : « Merci à vous tous qui êtes venus ici me témoigner votre amitié et votre sympathie. On ne se perd pas de vue mais j’espère que vous aurez compris que pour moi, le Modem, qui fut une belle aventure humaine, c’est fini ». En réaction à la décision de madame Leforestier, un lecteur écrit : « […] je continue. Le chemin sera difficile, mais il en vaut la peine. Je ne veux pas laisser un vide abyssal face au projet de société de Sarkozy. Quant à la gauche, je suis plus pessimiste que toi sur le prochain Congrès du PS. Trop d’invidualités sont en lice pour que ce parti devienne une alternative crédible avec un projet rassembleur et réaliste ! »

Sur son blog, Réservoir d’idées, Sébastien Dugauguez remet en question le fonctionnement erratique du MoDem au cours de la dernière campagne électorale municipale : « Sans aucune réunion de la Fédération de Paris depuis un an, avec un vote au Conseil National qui rassemble moins de votant que du temps de l’UDF et dans une désorganisation savamment entretenue, nous avons fait fuir la majorité des nouveaux adhérents. Nous avons surtout fait fuir, par notre exemple déplorable d’actes en désaccord avec nos valeurs, une grande partie de nos électeurs. Nous devons maintenant revenir à la pureté de nos convictions : la démocratie et la transparence pour faire de la politique autrement ».

La feuille de route que retient François Bayrou pour les mois à venir est la « priorité au projet et à l’organisation ». Si François Bayrou est convaincu du besoin d’un centre « fort et indépendant » en France, en est-il de même de l’électorat français? Bayrou doit se douter qu’on ne gagne pas des élections avec, pour seul programme, des convictions personnelles. Les candidats et élus du MoDem aux municipales se réuniront le 26 avril à Paris. Plus tard, le 14 mai, un conseil national ratifiera un plan d’organisation des mouvements départementaux. Ces rencontres, qui n’ont pas convaincu de patience Laure Leforestier, donneront-elles les résultats espérés? Rien n’est moins sûr.

Conseiller municipal du Mouvement Démocrate à Issy-les-Moulineaux, Christophe Ginisty n’abandonne pas comme il le montre bien sur son blog éponyme : « Si François Bayrou réussit son pari, il aura mis presque 40 ans pour y parvenir. Qui sommes-nous, nous les primo adhérents d’un MoDem en genèse pour exiger d’aboutir en quelques petits mois dérisoires à bouleverser 60 ans d’habitudes politiques ? Qui sommes-nous pour ne pas supporter d’avoir immédiatement la place à laquelle nous rêvons dans une démocratie parfaite ? Qui sommes-nous pour ne pas tolérer les imperfections inévitables d’un parti en train de s’inventer lui-même ? »

Beaucoup de commentateurs sur les blogs supputent sur les conditions que doit réunir le MoDem pour survivre à moyen et long termes. Sur le Blog du démocrate, Jean Chardon écrit : « le Modem ne sortira de l’impasse où les municipales l’ont placé que par une séparation franche et nette entre les militants qui ont la fibre sociale et ceux qui privilégient le libéralisme économique. Les premiers se regrouperont au sein d’une formation qu’on pourra baptiser ”Centre Social” et qui s’alliera aux autres partis de gauche. Les seconds iront compléter les rangs du Nouveau Centre déjà allié à l’UMP. Chercher une autre issue est illusoire ».

Christelle Carcone est de la jeune génération qui s’engage volontiers dans la politique. Elle était candidate à Chennevières sur Marne et elle croit toujours possible une réorganisation du MoDem : « A présent, que les lamentations quelque peu nombrilistes de certains adhérents (déçus, impatients?) cessent pour se mettre effectivement au boulot et proposer des mesures concrètes et réalistes pour une complète efficacité du Modem. La critique est totalement possible lorsqu’elle est constructive, elle nous fera avancer vers un choix politique indépendant, durable, centriste et central que nous voulons pour notre pays ».

Quentin Thevenon, issu également de cette nouvelle génération, tient un forum éponyme exemplaire où les échanges sont constructifs tout étant critiques. Il a gardé la foi : « je crois plus que jamais à la nécessite d’un centre intelligent, capable de travailler aussi bien avec les modérés du PS qu’avec ceux de l’UMP. Mon seul souhait est que la machine à faire perdre qu’est le Mouvement Démocrate aujourd’hui se transforme en une machine à gagner en défendant une ligne modérée, claire et ferme ».

Son message sera-t-il entendu? « Nous n’avons pas d’excuses pour ne pas être indépendant aux européennes et au premier tour des régionales pour peser sur la scène politique. Nous n’avons pas d’excuses non plus pour ne pas nous rapprocher de ceux qui sont partis et que je n’ai eu de cesse de démolir sur ce blog pas plus que nous n’en avons aussi pour nous ouvrir réellement aux personnalités issues du centre gauche comme ceux des listes de Gérard Collomb à Lyon, qu’ils soient issus du Mouvement Démocrate ou non ».

Malgré ces bonnes volontés, le MoDem pourra-t-il parvenir, aux élections de 2009, à surmonter une certaine désaffection de l’électorat et à retrouver le rôle que d’aucuns souhaitent lui voir jouer au sein de la société française?

____________________________

 





Canada – Stéphane Dion, endetté, incapable de leadership, se voit montrer la porte !

28 03 2008

Sur le site du Parti libéral du Canada, section Québec, on peut y lire : « Le 2 décembre 2006, lors du plus palpitant congrès d’investiture de l’histoire du Parti libéral, Stéphane Dion a été élu 11e chef du Parti libéral du Canada au quatrième tour ». La stratégie à trois volets de M. Dion, comprend la prospérité, la justice sociale et la viabilité environnementale. Au lendemain des dernières élections partielles, Alain Dubuc, du quotidien La Presse, écrivait : « Les élections partielles de lundi dernier ne sont qu’une station de plus dans le long chemin de croix de Stéphane Dion. Les résultats de ces quatre partielles confirment ce qu’on sait depuis longtemps : M. Dion n’a pas ce qu’il faut pour susciter l’adhésion des électeurs ni pour diriger un parti ». Monsieur Dubuc va très loin dans son commentaire : « Le chef libéral n’a pas le potentiel pour mener son parti à la victoire. Qu’il n’est pas dans une position pour menacer le gouvernement conservateur minoritaire, et encore moins le renverser. Qu’il n’a pas non plus réussi à s’imposer dans son propre parti, à panser ses plaies et à en refaire l’unité ». Le coup de grâces vient d’être donné. Les forces libérales sont aux aboies. Force est d’admettre que nous sommes loin de cette profession de foi de monsieur Dion qui déclarait, il y a quelques temps, déjà, qu’il avait l’intention de devenir premier ministre.

On en est rendu là. L’idée de destituer Stéphane Dion circule. Pour le député de Hull-Aylmer, Marcel Proulx, « une tempête dans un verre d’eau même pas plein ». Les critiques envers M. Dion et son lieutenant politique, Céline Hervieux-Payette, ont fini par déboucher sur cette hypothèse. Pierre-Luc Bellerose, ex-candidat du PLC, affirme avoir des appuis au sein du caucus et du parti pour recourir à l’article (3.7.1) qui prévoit qu’on peut retirer la carte de membre du PLC à un militant. La procédure n’a jamais été utilisée par le parti et est hautement symbolique. Se servir de ces statuts et règlements du parti viserait rien de moins que de montrer la porte au chef des libéraux, Stéphane Dion. La fronde contre le chef vient donc du Québec. Pour Pierre-Luc Bellerose, un scrutin au printemps serait un suicide politique. Le PLC ne peut se fier que sur l’Ontario et les provinces maritimes pour obtenir des votes.

Au Québec, le nombre de membres est en chute libre et plusieurs circonscriptions n’auraient même pas de candidats à présenter, rapporte Info690. Stéphane Dion n’a plus le contrôle de son parti au Québec et l’organisation ne lui obéit plus. Les résultats mitigés du PLC au Québec lors des élections partielles du 17 mars dernier auraient aggravé la situation, poursuit Pierre-Luc Bellerose. « La pression est de plus en plus forte pour que M. Dion quitte son poste, dit-il. Le moyen que nous envisageons est draconien, certes, mais nous espérons que le chef comprendra le message et qu’il quittera ses fonctions de lui-même », a déclaré monsieur Bellerose. « En abandonnant le poste de chef dans les prochaines semaines, M. Dion permettrait au parti de se choisir un nouveau chef et de se refaire des forces pendant l’été en vue d’un scrutin à l’automne ».

Pour Stéphane Dion : « C’est un citoyen privé qui a donné son opinion, rien de plus. Le parti travaille très fort et on entend gagner ». Denis Coderre qui a toujours le mot juste pour régler les situations encombrantes appelle les militants au calme : « Je demande aux gens de rester calmes, de ne pas partir en peur. On a un chef, il va être là à la prochaine campagne électorale ». Y aurait-il un tsunami appréhendé ? Bellerose ? « C’est un gros « trip » médiatique qu’il se paye. C’est bien plus pour ça qu’il doit le faire. On le sait tous qu’il n’est pas un fervent défenseur de M. Dion », ajoute Denis Coderre. « C’est malsain. Il peut y avoir des conflits de personnalités, mais agir de la sorte en public, c’est un manque de respect. Il faut commencer à être loyal envers le parti », a déclaré Denis Coderre au Devoir.

Denis Coderre est un homme occupé. En même temps qu’il défend son chef, il participe à des levées de fonds. Un homme d’affaires libéral a indiqué à La Presse que le député Denis Coderre lui avait demandé 1000 $ pour un cocktail privé, organisé dans le luxueux appartement de Mark Bruneau, collecteur de fonds, destiné à une levée de fonds pour éponger la dette de Michael Ignatieff qui s’élève à 750 000 $.

Pierre-Luc Bellerose n’est pas le seul à élever la voix. Plusieurs l’ont fait depuis quelques semaines. Dans une entrevue exclusive accordée à La Presse, l’un des vice-présidents les plus actifs du PLCQ, Steve Pinkus, a décrit le parti comme une « famille dysfonctionnelle » et appelé Stéphane Dion à intervenir de toute urgence. « On n’avance pas. Au contraire, on recule. Depuis un an, on recule », s’est plaint Steve Pinkus.

Le Vice-président du PLCQ a confirmé indirectement qu’il existait une guerre interne. « M. Dion doit brasser les choses. Ce n’est pas son lieutenant qui est en train de le faire. Ce n’est pas son président qui est en train de le faire. Ils sont en guerre civile entre eux ». Eux, c’est le président du PLCQ, Robert Fragrasso, et la lieutenante du Québec, Céline Hervieux-Payette. La fronde organisée par deux membres du parti contre Robert Fragrasso fut vouée à l’échec. Mais les séquelles sont encore bien présentes. « La résolution du problème, hier, a été ridicule. Ils n’ont fait que mettre un pansement sur une plaie béante et purulente », a expliqué Steve Pinkus.

D’autres voix jugent sévèrement Stéphane Dion et son entourage. L’ancienne ministre libérale Liza Frulla considère que Stéphane Dion manque d’instinct nécessaire et que sa lieutenante au Québec, la sénatrice Céline Hervieux-Payette, ne parvient pas à établir de lien avec les organisateurs libéraux de la base.

Stéphane Dion n’est pas au bout de ses peines. Sa longue campagne au leadership, en 2006, lui a coûté près de 1,7 million de dollars. Quinze mois après sa victoire, il doit toujours quelque 750 000 dollars à ses créanciers.

En mars dernier, Michel Vastel écrivait, dans le Journal de Québec, que : « Depuis 15 mois qu’il est chef de son parti, Stéphane Dion n’a pas réussi à s’imposer. C’est ce qui le perdra d’ailleurs : la pâleur de son leadership permet aux vraies étoiles du PLC – Michael Ignatieff, Bob Rae, Gérard Kennedy, et même Denis Coderre – de briller. Il ne manquera pas de prétendants lorsqu’il quittera son trône. Stéphane Dion s’est rabattu sur la sénatrice Céline Hervieux-Payette, la décision la plus mauvaise de toutes. Qu’on ne s’étonne pas que le parti ne soit pas prêt à tenir des élections : élue en 1979 mais battue en 1984, Mme Hervieux-Payette n’a pas eu une carrière très brillante aux Communes, survivant à l’aide d’intrigues dans les diverses courses à la direction du parti. Battue à deux reprises en 1988 et en 1993, elle est confortablement installée au Sénat depuis 1995. On disait de Claude Ryan qu’il ne savait pas choisir ses lieutenants. On dira la même chose de Stéphane Dion ».

Stéphane Dion déclarait, le 18 mars, soir des élections complémentaires, après la victoire de Bob Rae, Martha Hall Findlay et Joyce Murray : « Le leadership, c’est de savoir qu’on ne peut pas réussir seul. On doit faire équipe avec les Canadiens. Je suis un joueur d’équipe et je suis un bâtisseur d’équipe. Et ce soir, c’est clair que j’ai une bien meilleure équipe que Stephen Harper ». Depuis peu, rien n’est moins sûr.

____________________________

 

 





Le Washington Post décerne à madame Hillary Clinton quatre « pinocchios »!

27 03 2008

La semaine dernière, Hillary Clinton a évoqué les circonstances d’un voyage en Bosnie en 1996, dans des entretiens à plusieurs médias de Pennsylvanie (est). Madame Clinton a fait état de tirs de snipers à son arrivée à Tuzla. Bref, la candidate démocrate avait risqué sa vie en Bosnie lors d’un voyage officiel. La Première dame aurait elle-même été dépêchée dans les Balkans car la situation était « trop dangereuse » pour que le président Clinton s’y rende. « Je me souviens de l’atterrissage sous les tirs de snipers. Il devait y avoir une sorte de cérémonie de bienvenue à l’aéroport mais en fait, nous avons couru tête baissée jusqu’aux véhicules pour nous rendre à notre base », avait soutenu madame Clinton devant la presse. La sénatrice avait également ajouté « On m’avait dit que l’on devait atterrir d’une certaine manière et porter nos gilets pare-balles en raison de la menace de tirs de snipers » dans un entretien au quotidien Philadelphia Daily News.

Comme le prouve bien la vidéo ici-bas, des images de télévision de l’époque la montrent plutôt, en compagnie de sa fille Chelsea, de la chanteuse Sheryl Crow et du comédien Sinbad, en train d’être accueillie par des responsables souriants, écoutant une fillette de 8 ans lui lire un poème. Selon le Washington Post, après avoir contacté des journalistes présents sur les lieux, Tuzla était sous contrôle américain et loin d’être menacée par d’éventuelles attaques. Et CBS a remis à la disposition du public les reportages qui ont entouré cet événement en Bosnie.

Il n’en fallait pas plus pour que l’entourage de M. Barack Obama cherche, depuis plusieurs jours, à convaincre l’opinion publique américaine que Mme Clinton n’inspire « pas vraiment confiance » en recourant ainsi à des approximations avec la vérité.

Cet aveu d’inexactitude intervient également alors que le rival de Mme Clinton, Barack Obama, exploite sans pitié cette gaffe de l’ex-Première dame : « Quand vous faites une fausse déclaration qui est dans un discours préparé, ce n’est pas « mal s’exprimer », c’est induire en erreur les gens », soutiennent les membres du camp adverse. « Mme Clinton a constamment fait des calculs politiques pour délibérément induire en erreur les Américains, et les électeurs l’ont remarqué ». Réplique cinglante de madame Clinton : « Nous n’avons pas le choix en ce qui concerne nos familles, mais nous avons le choix quand il s’agit du pasteur et de l’église que nous fréquentons ». Pour glisser de manière bien sentie : « A en juger par tout ce qu’on a vu et entendu, (le pasteur Jeremiah Wright) n’aurait pas été mon pasteur ».

Cette bévue de madame Clinton arrive en plus à un bien mauvais moment puisque déjà 53% des Américains trouvent qu’elle n’est pas « honnête et digne de confiance » (contre 44% qui pensent qu’elle l’est). Madame Clinton a, tant bien que mal, tenté de réparer ce nouvel incident de parcours dans sa campagne : « Je me suis mal exprimée l’autre jour. La campagne a été très longue, de temps en temps je suis un être humain comme tout le monde. Les militaires se sont très bien occupés de nous, cela les inquiétait d’emmener une Première dame dans une zone de guerre, ils ont pris énormément de précautions et s’inquiétaient de toutes sortes de choses ».

Un autre petit mensonge vient hanter madame Clinton. La candidate démocrate vante ses « 35 ans d’expérience internationale » comme argument majeur de sa campagne présidentielle. La semaine dernière, les Archives nationales américaines ont mis en ligne plus de 11.000 pages de son agenda officiel du temps où elle était Première dame, entre 1993 et 2001. Or, The Guardian, après avoir analysé ces documents, montre qu’elle n’a pas joué un rôle majeur dans les décisions de politique étrangère de Bill Clinton. Au contraire, l’ex-première dame était souvent absente lors des moments clés de la présidence de son mari. Les archives montrent ainsi qu’elle a consacré l’essentiel de son temps en 1993-94 à superviser la réflexion sur un plan de réforme du système de santé, dont l’échec contribua à faire perdre le contrôle du Congrès aux démocrates. La candidate qui revendique une « expérience de 35 ans dans la vie publique », ainsi qu’un « rôle pivot dans le retour de la paix en Irlande du nord » ou pour « résoudre la crise des otages au Kosovo»… ne trouve, hélas, aucun réconfort dans le document exhumé en début de semaine à la demande de l’association conservatrice Judicial Watch, comme l’indiquait VSD. « Il est temps d’inspirer profondément et d’être honnête. Clinton ne peut pas gagner. Passons à autre chose », écrit le blogueur démocrate Joe Sudbay et observateur à Washington pour France24.

Le Washington Post a décerné à madame Hillary Clinton quatre « pinocchios », soit un beau long nez d’honneur.

Video

_____________________

Video II





Nicolas Sarkozy déploiera, sans débat parlementaire, 1000 hommes en Afghanistan

26 03 2008

Pendant sa campagne électorale, Nicolas Sarkozy avait déclaré que la présence française en Afghanistan n’était « ni décisive » ni éternelle. La conjoncture d’un président en poste fait que certains engagements doivent changer de cap. Pour Nicolas Sarkozy, plus en lien avec les États-Unis que ses prédécesseurs, la France doit regagner les rangs de l’Otan et y jouer un rôle majeur. En août 2007, Nicolas Sarkozy avait indiqué qu’il souhaitait une rénovation de l’alliance atlantique dont il a rappelé que la France a été l’un des membres fondateurs. En septembre de la même année, dans une entrevue accordée au New York Times, le président français se disait prêt à joindre la structure de commandement militaire de l’OTAN après une absence, depuis 1966, par suite d’une décision du Général de Gaulle.

Le quotidien britannique The Times affirmait samedi que la France allait dépêcher « un peu plus de 1 000 hommes dans l’est » du pays. En Afghanistan, la France a perdu treize soldats et 109 ont été blessés. Contrairement à ce qui s’est passé en Allemagne et au Canada, notamment, cette décision est prise en dehors de tout débat parlementaire, au grand déplaisir du député socialiste Jack Lang qui a demandé au Premier ministre, François Fillon, « de consulter, au plus vite, le Parlement au sujet de l’envoi éventuel de troupes supplémentaires en Afghanistan, alors que les opérations de l’OTAN dans ce pays sont un demi échec ». Nicolas Sarkozy officialiserait le tout lors du sommet de l’Otan, à Bucarest, du 2 au 4 avril prochain. Au cours de la récente visite de John McCain, candidat républicain à la Maison Blanche, reçu à Paris par Nicolas Sarkozy, l’entretien de 45 minutes, entre les deux hommes, a essentiellement porté sur le réchauffement climatique et la situation en Afghanistan. Il a été question que Paris puisse bientôt y renforcer sa présence, comme le souhaite Washington. Le candidat américain a salué l’énergie et la détermination du chef de l’État à renforcer le lien franco-américain.

Au Canada, la Chambre des communes avait accepté récemment de prolonger la présence militaire canadienne en Afghanistan à condition d’obtenir des renforts des autres pays de l’Otan. Le Canada en faisait même une condition pour prolonger sa mission jusqu’en 2011. Le Premier ministre canadien, Stephen Harper, avait contacté Nicolas Sarkozy pour lui demander des renforts de soldats et de matériel dans l’éventualité où le Canada demeurerait en Afghanistan. Nicolas Sarkozy devrait annoncer, lors de sa visite d’État au Royaume-Uni, du 26 au 28 mars, au premier ministre britannique, Gordon Brown, l’envoi de ce millier de soldats supplémentaires en Afghanistan. La nouvelle aurait de quoi réconforter Stephen Harper. Mais voilà. Rien ne garantit que cette aide tant attendue soit destinée aux forces militaires canadiennes dans le Sud, en raison notamment des options sur la table.

Au sein de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) de l’Otan en Afghanistan, la France n’est, pour rappel, que le septième contributeur avec 2.200 soldats français engagés sur le théâtre d’opérations afghan, dont 1.500 en Afghanistan même, derrière les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie, le Canada et les Pays-Bas. C’est donc au cours du prochain sommet de l’Otan, du 2 au 4 avril à Bucarest, que Nicolas Sarkozy annoncera un renforcement significatif de sa présence militaire en Afghanistan, à la plus grande satisfaction de l’Alliance atlantique et de Washington. Cette décision fait l’objet de discussions avec les alliés et surtout avec les États-Unis qui ont demandé, avec insistance, à la France d’utiliser sa prochaine présidence de l’Union européenne, en juillet, pour inciter les pays membres à accroître leurs dépenses militaires et l’investissement dans le matériel et les troupes. De cette façon, les alliés européens des États-Unis pourraient jouer un plus grand rôle militaire dans l’occupation de l’Afghanistan et l’Irak. Le durcissement de ton du président français à l’égard du programme nucléaire de l’Iran était un bon pas dans cette direction. Et sa décision d’établir en 2009 une première base militaire permanente près des côtes de l’Iran, dans la région du golfe Persique, également.

En Afghanistan, la préférence des militaires français irait pour un déploiement à l’Est alors que le Canada se débat au Sud. Les forces spéciales françaises préfèrent cette région puisqu’elles la connaissent mieux et que cette option, comme l’indique l’AFP, assurerait une « cohérence tactique et logistique » entre les unités françaises de Kaboul, les instructeurs présents dans les provinces voisines du Logar, du Wardak et de Kapissa et de nouvelles unités qui seraient déployées sous commandement américain.

Intervenir dans la région du Sud, aux côtés des Canadiens, dont plus de 80 soldats ont trouvé la mort depuis 2002, aurait pour conséquences fâcheuses, selon les stratèges militaires français, de disperser les unités en raison notamment des distances beaucoup plus importantes entre la capitale et les zones d’opérations. Outre le déploiement de nouvelles troupes, il faudrait maintenir celles déjà présentes dans la capitale ainsi que des avions de chasse français déployés sur la base de l’Otan de Kandahar. « Les décisions ne sont pas prises », assure-t-on à Paris, faisant valoir que « les discussions avec les alliés se poursuivront jusqu’au dernier moment ». Pour sa part, Berlin a consenti à déployer une force d’action rapide dans le nord du pays mais se refuse à l’idée de participer aux opérations dans le sud, en proie à des violences et des combats bien plus importants.

Quoiqu’il en soit, les deux régions sont davantage exposées aux violences et à l’insurrection des taliban que le reste du pays. Contrairement aux autres membres de l’Isaf (États-Unis, Royaume-Uni, Canada ou Pays-Bas), la France a été tenue à l’écart des affrontements sérieux au sol. Les forces spéciales françaises ont même été rapatriées, fin 2006, alors que, dans le Sud, la guerre gagnait en intensité. En revanche, l’aviation n’a cessé de participer aux frappes. Ainsi, au cours du second semestre 2007, environ 20 bombes françaises ont été larguées chaque mois.

Dans le sud du pays, les forces de l’Otan constatent que les combattants talibans se réinstallent dans les villages. « Nous sommes face à une guerre subversive et nous manquons d’hommes », a déclaré, au quotidien Le Monde, le général Guy Laroche, chargé du commandement des troupes canadiennes. Les talibans privilégient le harcèlement contre la coalition. Les États-Unis et l’Otan multiplient les pressions sur leurs alliés afin d’obtenir un renfort de 7 500 hommes. Alors qu’Allemands et Français occupent des zones relativement calmes (les Français dans les environs de Kaboul à l’exception des instructeurs), Britanniques, Canadiens, Danois et Néerlandais sont engagés, depuis l’été 2006, dans de violents combats au Sud.

La Turquie a fait savoir au vice-président, Dick Cheney, lors de son passage à Ankara, qu’elle n’accroîtra pas pour le moment son engagement en Afghanistan. Selon un interlocuteur turc, anonyme : « La Turquie attache de l’importance à la sécurité en Afghanistan et, en tant que membre de l’Otan, elle se conforma aux décisions de l’Otan. Toutefois, elle se pliera à ces décisions tant qu’elles n’affaiblissent pas son propre combat contre le terrorisme ».

Le renfort d’une vingtaine d’hommes que la Belgique s’était engagée à fournir à la force de l’OTAN en Afghanistan à partir du 1er avril partira plus tard qu’initialement envisagé. La raison de ce report réside dans les retards pris dans la construction des nouvelles installations de l’aéroport de Kaboul. L’armée belge a actuellement déployé quelque 360 militaires en Afghanistan.

Selon l’agence de coordination de l’aide à l’Afghanistan (ACBAR), les pays occidentaux n’ont pas fourni les 10 milliards d’aide promis à l’Afghanistan, sapant les perspectives de paix qui dépendent du développement du pays. La communauté internationale s’était engagée à octroyer 25 milliards de dollars à l’Afghanistan depuis 2001, année de la chute du régime des talibans. Les militaires américains dépensent environ 100 millions de dollars par jour en Afghanistan, comparé à une moyenne de 7 millions par jour de dons internationaux sur la même période, poursuit l’agence.

Les artilleurs canadiens en Afghanistan ont maintenant l’autorisation de tirer des obus d’artillerie guidés par un système de positionnement mondial (GPS) en direction des talibans – au coût de 150 000 $ pièce. L’obus Excalibur, présenté par ses fabricants comme la nouvelle génération de munitions d’artillerie, pourrait bien s’avérer la plus coûteuse des munitions conventionnelles jamais employées par l’armée. Son coût élevé suscite les critiques des adversaires de la guerre, qui disent que cela revient à tirer une Ferrari.

Quel sera le prix à payer pour cette folie menée en Afghanistan? « Mon sentiment est que l’avenir de l’Otan est en jeu en Afghanistan autant que l’avenir de l’Afghanistan (lui-même) », a affirmé le président de la Commission sénatoriale des Affaires étrangères, le démocrate Joseph Biden.

Sources : AFP, DW-World, Le Monde, Presse canadienne

____________________________

 





« En Chine, je vais me battre pour une seule chose : ma médaille d’or » Kathy Tremblay

25 03 2008

En novembre 2007, monsieur Nicolas Sarkozy se rendait en Chine pour une mission de trois jours. Après un voyage marqué par des contrats record pour le nucléaire français et l’industrie aéronautique européenne, Monsieur Sarkozy avait pris grand soin de ménager ses hôtes sur le plan intérieur en évitant de joindre au groupe qui l’accompagnait la Secrétaire d’État aux droits de l’homme. Au cours de la campagne électorale présidentielle, Nicolas Sarkozy avait annoncé mettre les droits de l’homme au centre de ses priorités. Il eut été difficile pour le président de la République française d’exiger de la Chine des réformes plus rapides sur les droits de l’homme au vu du rythme de ses propres réformes en France.

Le président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), Henri Sérandour, évoque, en janvier dernier, la possibilité que, lors du passage de la flamme olympique à Paris, le président Nicolas Sarkozy soit l’un des porte-flambeau, puisque celui-ci est un amateur notoire de course à pied. Il faudrait cependant qu’il en émette le désir au préalable et que l’on puisse résoudre de manière satisfaisante les gros problèmes de sécurité que cela poserait.

Le 12 févier 2008, Mme QIAN Wei, épouse de l’ambassadeur de Chine en France, recevait de M. Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre français, au nom du président de la République, le titre de Commandeur dans l’ordre des Arts et des Lettres pour sa contribution aux échanges culturels et artistiques sino-français. Une centaine de représentants des milieux artistiques ou littéraires étaient présents à la cérémonie.

Le 18 février dernier, le président Sarkozy remettait, à l’Élysée, les insignes de « grand officier » de la Légion d’honneur à l’ambassadeur de Chine, en France, Zhao Jinjun, pour sa contribution au développement des relations entre les deux pays. Dans son discours, le président Sarkozy souhaitait développer un « partenariat stratégique et ambitieux » avec la Chine.

Quelques jours plus tard, soit le 21 février dernier, le porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères, Liu Jianchao, révélait que plus d’une centaine de chefs d’État, chefs de gouvernement et membres de familles royales de plus de 60 pays avaient exprimé leur intention d’assister à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Beijing. Et à cette même occasion, Liu Jianchao révélait, non sans une certaine pointe d’orgueil, que le président américain, Gorge W. Bush, et le président français, Nicolas Sarkozy, souhaitaient assister également à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques. « La Chine les accueille chaleureusement », avait claironné le porte-parole des Affaires étrangères. C’était avant cette fâcheuse affaire du Tibet. Human Rights Watch et Reporters sans frontières demandent aux chefs d’État et de gouvernement d’envisager de ne pas assister aux Jeux. Seul le prince Charles a décliné l’invitation de Pékin.

Lundi, 24 mars, la flamme olympique doit être officiellement allumée sur le site antique d’Olympie en Grèce. Selon la mythologie grecque, le dieu du soleil Apollon a allumé la flamme olympique en vue d’apporter la lumière et la chaleur à l’humanité. Malheureusement, une partie de cette humanité sera tenue à l’écart : un millier de policiers seront présents pour tenir à distance tout manifestant de la cause tibétaine.

Pour le président du Comité international olympique, le Belge Jacques Rogge : « Que la torche olympique aille au Tibet est un symbole de paix (…). Quant au boycott que certains préconisent dans le monde, c’est une hérésie, car les seules personnes qui seront pénalisées, ce sont les athlètes. Rappelez-vous Moscou, Los Angeles, qui a payé ? »

Henri Sérandour, président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), sur un boycotte possible des Jeux Olympiques, maintient une position claire : « Il faut que les Jeux aient lieu parce que certains athlètes les préparent depuis huit ans. Ça peut paraître égoïste, mais a-t-on le droit de les empêcher de s’exprimer ? » Jacques Rey, vice-président du mouvement sportif français, président de la fédération de gymnastique et chef de mission pour les JO à Pékin, est plus rigide : « Bien sûr, chaque athlète doit se poser la question et chaque citoyen aura le choix de faire le voyage. En revanche, ceux qui accepteront de s’y rendre devront aussi accepter les règles du jeu. C’est-à-dire ne faire, entre autres, aucune propagande politique comme le stipule clairement l’article 51 du code olympique. Toutes les personnes accréditées devront d’ailleurs se soumettre à cette règle ».

Dans le cadre de la première convention entre l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et le comité d’organisation des Jeux (COJOB), intervenue le 26 novembre dernier à Pékin, en présence du président français Nicolas Sarkozy et de son homologue chinois Hu Jintao, Jean-Pierre Raffarin reconnaissait ces jours derniers qu’il reste encore des avancées à obtenir dans la matière des retransmissions par les différents médias, notamment les télévisions. Beaucoup a été accompli au niveau de l’accueil et des conditions de travail des journalistes – francophones et tous les autres -, dans le respect de l’éthique professionnelle et la liberté de circuler. En dernière heure, il serait question que les autorités de Pékin, échaudées par les récentes émeutes au Tibet et leur retentissement planétaire, décident d’une interdiction de toute retransmission télévisée en direct depuis la place Tiananmen pendant les Jeux olympiques de Pékin. Une telle interdiction, actuellement à l’examen, viendrait contrarier les projets des chaînes de télévision internationales, qui ont versé des sommes considérables pour diffuser les jeux et qui prévoient intervenir en direct sur cette place à jamais liée aux événements tragiques du «Printemps de Pékin», mouvement démocratique réprimé dans le sang en 1989.

Le silence de la France inquiète. D’un côté, Jack Lang demande à son « ami » Bernard Kouchner de sortir de sa réserve sur la question du respect des droits de l’Homme au Tibet : « Lui et moi, nous avons été les ministres qui ont à plusieurs reprises accueilli le Dalaï Lama à Paris, et je dis à Bernard : que sont devenues les paroles enflammées et justes que tu prononçais en ce temps-là? » Et de l’autre, Pierre Moscovici dénonce dans un entretien au « Journal du Dimanche » le « silence assourdissant » de Nicolas Sarkozy, disant attendre de « la France, mais aussi de la communauté internationale, des paroles extrêmement fermes à l’égard de la Chine ». Il faut « d’abord lui tenir un langage qui demande l’arrêt de la violence, le respect des engagements pris en matière des droits de l’Homme, l’ouverture d’une concertation sur l’avenir du Tibet ». « Il faut l’exprimer avec force », estime Pierre Moscovici, qui ajoute que le ministre des Affaires étrangères « Bernard Kouchner l’a fait avec sa sensibilité ».

« Les Jeux olympiques n’avaient déjà pas beaucoup de sens dans cette Chine qui bafoue tous les jours les droits de l’homme… À l’ombre de la répression des moines tibétains, ils deviennent une obscénité absolument insupportable », avait lancé quelques jours auparavant Bernard-Henri Lévy. Pour Rama Yade, la Secrétaire d’État aux droits de l’homme, un boycottage ne servirait à rien d’autre qu’à « se donner bonne conscience ». Elle aurait tempéré, depuis, la teneur de son messasge. « Des choses stupides, dans ma vie, j’en ai entendu. Mais alors comme ça, champion olympique! », avait ironisé Nicolas Sarkozy devant un parterre de sportifs, lors de la dernière campagne électorale. Les Français sont plus exigeants que leur président. Une majorité de Français (53 %) souhaite que le chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy, boycotte la cérémonie d’ouverture des JO, le 8 août, à Pékin. Et une autre majorité (55 %) rejette l’idée d’un boycott par les sportifs (Libération). L’Elysée vient de rendre public un communiqué : « Le président Sarkozy a adressé un message au président Hu Jintao lui faisant part de sa profonde émotion à la suite des événements tragiques récents ». L’Allemagne vient de geler un programme de développement avec Pékin pour protester contre la répression à Lhassa.

Qu’en pensent les athlètes du Québec ? Guère mieux. « Ce serait dommage que les athlètes paient. Si le CIO avait mis ses culottes, on n’en serait peut-être pas là », répond le nageur Yannick Lupien. Et d’ajouter : « La Chine part de loin. Vous voulez changer les mentalités là-bas en 150 jours? Bonne chance. C’est un méchant gros contrat ». Pour Kathy Tremblay, athlète du Triathlon : « Quand le CIO a donné les Jeux à la Chine, c’était pour une question d’argent. Il n’a pas donné les Jeux à la Chine en raison des droits de l’homme ». Et sur l’idée de protester en portant un dossard noir : « Je ne veux pas faire de politique là-bas. En Chine, je vais me battre pour une seule chose : ma médaille d’or ».

Lorsque le premier ministre Stephen Harper a appelé les autorités chinoises à faire preuve de « retenue » dans leurs opérations de maintien de l’ordre, l’ambassade de Chine à Ottawa a répliqué qu’elles ne faisaient que leur « devoir ». Le Premier ministre Harper avait émis un communiqué indiquant clairement que : « Comme me l’a mentionné Sa Sainteté le dalaï lama lors de notre rencontre, et comme il l’a déclaré récemment, son message prône la non-violence et la réconciliation, et je joins en cela ma voix à la sienne. Le Canada exhorte la Chine à respecter pleinement les droits de la personne et les manifestations pacifiques. Il l’enjoint également de faire preuve de retenue dans son intervention ».

Jacques Lanctôt, du quotidien Le Journal de Montréal, donne un avis dissident sur la situation qui prévaut au Tibet. Il n’est pas seul à penser que : « tiraillé entre une Chine communiste qui se présente comme une alliée naturelle et les États-Unis qui lui promettent monts et merveilles, le dalaï-lama en exil (le 14e) choisira ces derniers. Et il jouera la carte pro-occidentale à fond. […] Le Tibet ne sera pas à l’abri des soubresauts que connaîtra la Chine continentale pendant la « révolution culturelle » et le « grand bond en avant », avec son lot de déchirements, de restrictions, de répressions et d’exagérations. Mais il connaîtra, sous la « protection » du grand frère communiste, un extraordinaire développement, un véritable boom économique, à l’instar de la Chine continentale. Le système de servage, l’esclavage et les punitions corporelles furent supprimés. En 50 ans, « la région autonome du Tibet » passera d’une société féodale à une société développée et hautement industrielle, avec toutes les infrastructures et planifications nécessaires au bien-être de sa population : hôpitaux, écoles, consommation, réseaux routiers, dont un train dernier cri qui reliera « le plus haut plateau du monde » au reste du continent, essor touristique, redistribution des terres aux paysans, système de protection sociale, etc. ».

La Maison-Blanche a fait savoir que la répression chinoise au Tibet ne constituait pas un motif d’annulation de la venue de George W. Bush aux Jeux olympiques, ajoutant que le président américain se rendrait en Chine pour le sport, et non pour des raisons politiques. « Nous appelons la communauté internationale à mener une enquête indépendante sur les accusations faites par le gouvernement chinois selon lesquelles Sa Sainteté a été l’instigateur des violences au Tibet », a déclaré Mme Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants américaine. Accompagnée par neuf parlementaires américains, elle a souligné « à titre personnel » que « si les amoureux de la liberté ne s’exprimaient pas contre la répression chinoise (…) alors nous perdrions notre autorité morale pour parler au nom des droits de l’Homme n’importe où dans le monde ».

Le président du Parlement européen, Hans-Gert Pottering, estime que les pays européens ne devraient pas exclure la menace d’un boycott des Jeux olympiques de Pékin si la violence se poursuit au Tibet. « Pékin doit se décider », la Chine « devrait immédiatement négocier avec le dalaï lama », juge-t-il dans une interview au quotidien allemand Bild am Sonntag. S’il n’y a toujours « pas de signaux de compromis, je considère des mesures de boycott comme justifiées ». Hans-Gert Pottering appelle les personnalités politiques prévoyant d’assister à la cérémonie d’ouverture à « se demander, si cela (la violence) continue, s’il serait responsable d’effectuer un tel voyage ».

Pendant ce temps, le président du CIO répète ses arguments de poids : « La plupart des grands leaders politiques ne veulent pas de boycott. Bush ne veut pas de boycott, Sarkozy ne veut pas de boycott, Brown ne veut pas de boycott (…) Il n’y a pas d’élan pour un boycott », a déclaré Jacques Rogge devant la presse, peu avant la cérémonie d’allumage de la flamme des jeux de Pékin. Plusieurs autres pays se sont très clairement prononcés contre. C’est le cas du Japon, du Canada, ou encore de l’Australie. Le Comité olympique de Sydney a néanmoins précisé que ses athlètes pourront « s’exprimer librement » sur place. « Je respecte le jugement des organisations de défense des droits de l’Homme mais elle ne sont pas représentatives de leurs pays ». « La torche que la Chine a portée à Olympia est une honte pour la longue tradition de liberté et de démocratie que les Grecs ont offert au monde », a déclaré Tenzin Dorjee, directeur-adjoint de l’association de défense des droits des Tibétains Etudiants pour un Tibet libre, basée à New York.

____________________________