Ingrid Betancourt – « On est maintenant dans une situation d’urgence, d’extrême urgence »

3 03 2008

En novembre dernier, Hervé Marro, porte-parole du « comité de soutien à Ingrid Bétancourt », déclarait à Libération : « C’est l’hécatombe de notre espoir. On ne comprend pas pourquoi Alvaro Uribe a toujours besoin de mettre des bâtons dans les roues dès que la négociation pour la libération des otages commence à avancer. Ce n’est pas possible de continuer comme cela. Il joue avec nos émotions depuis cinq ans et demi. Un jour, on est en plein espoir, le lendemain, c’est le désespoir le plus profond. Il ne prend pas en compte la douleur des familles, c’est infernal ».

____________________________

 

Tel un trophée de chasse, les médias colombiens ont diffusé dimanche les photos sanglantes du cadavre du dirigeant de la guérilla, tué d’une balle dans l’œil et d’une autre dans le ventre, se réjouissant ouvertement de sa mort. Le corps de Reyes a été rapatrié samedi soir sur Bogota et présenté aux médias. Ce qui fait dire au président de l’Équateur, Rafael Correa, qu’Alvaro Uribe lui a menti après avoir présenté cette opération militaire comme une action de représailles à chaud alors qu’il s’agissait d’une élimination froidement organisée.

Le président Alvaro Uribe est-il préoccupé par la santé d’Ingrid Betancourt, par le sort qui l’attend après ce coup de force contre le numéro deux des Farc (guérilla marxiste), Raul Reyes, en territoire équatorien, par la complexité des négociations qui ont cours avec les Forces armées révolutionnaires colombiennes pour libérer les otages? Il y a tout lieu d’en douter.

Il ne faut pas se leurrer : Ingrid Betancourt est un obstacle incontournable pour éliminer – manu militari – ce vieil ennemi – depuis l’assassinat de son père – du président Uribe. Dans une allocution télévisée à la nation, Uribe a solennellement déclaré samedi soir qu’il « assume pleinement la responsabilité de ces faits ». Que les sévices contre madame Betancourt s’aggravent n’attendrira pas cet homme au caractère d’airain. « Le président Uribe est en train de gagner la guerre contre les Farc », avouait lui-même jeudi dernier Fabrice Delloye, l’ex-mari d’Ingrid Betancourt.

Ni les témoignages des otages récemment libérés ni leurs suppliques pour l’ouverture de négociations, écrit Marie-Eve Detoeuf, de RFI, ni les pressions de la communauté internationale n’ont fait changer d’avis Alvaro Uribe. Il a toutefois donné son feu vert à Nicolas Sarkozy qui a proposé de venir chercher Ingrid, une hypothèse à laquelle malheureusement personne ne croit. Et comme l’indique Bakchich : « Aux yeux de Washington, il tient vaillamment tête aux pulsions belliqueuses de son frère ennemi vénézuélien, le président Hugo Chavez. Hugo Chavez et son camarade sandiniste Daniel Ortega du Nicaragua sont des pro-Farc assumés – le leader de la guérilla, Manuel Marulanda, a reçu la plus haute décoration du Sandinisme en 1999 – et ont en commun des différents frontaliers avec la Colombie ».

Le président Uribe peut-il s’émouvoir des déclarations d’un fils inquiet pour sa mère? Lorenzo Delloye s’est déclaré « très inquiet » après la mort de Raul Reyes. « On est maintenant dans une situation d’urgence, d’extrême urgence », a déclaré sur RTL Lorenzo Delloye. « Il faut absolument que la communauté internationale réagisse pour faire en sorte que le président colombien se décide à dialoguer ». « On espère que les Farc ne vont pas faire d’attaques, de gestes sur les otages. Il faut qu’ils sachent que ce n’est pas du tout dans leur intérêt ». Il a parfaitement raison.

Une pareille humiliation aux yeux du monde ne pouvait rester sans conséquences pour des forces révolutionnaires sans humanité. Le département d’État américain avait déjà offert 5 millions de dollars (3,3 millions d’euros) pour toute information conduisant à la capture de Raul Reyes, et 2,5 millions (1,6 million d’euros) pour celle de Julian Conrado. Que vaut la survie d’Ingrid Betancourt? Très peu, dans les circonstances.

Et pourtant, contre toute attente, les FARC viennent de demander de poursuivre la recherche d’un « accord humanitaire ». « C’est le meilleur hommage à toutes et tous les camarades tombés au combat », ont affirmé les FARC. Cette annonce a été accueillie avec satisfaction par la Fédération internationale des comités Ingrid Betancourt (FICIB). Soulagement également pour les proches des 40 otages que la guérilla prétend échanger contre 500 rebelles emprisonnés. Que vaut, par contre, la parole des FARC à côté de la parole d’un président officiellement élu et appuyé par les États-Unis, Alvaro Uribe? 550 millions$ US d’aide en 2006 en plus d’une entente commerciale, reconduite la semaine dernière par le Congrès, qui entretient 660 000 emplois en Colombie.

S’il n’agréait pas, une nouvelle fois, à cette invitation, le président Uribe peut-il s’émouvoir de cet ordre qui a été donné aux guérilleros « d’abattre leurs otages » en cas d’opérations militaires à proximité de leurs positions?

Le président Uribe s’est-il montré ému et sensible aux gesticulations du président français, Nicolas Sarkozy, qui a appelé à « faire prévaloir les considérations humanitaires » et à « conforter la dynamique positive » en vue de la libération des otages? Y a-t-il eu rappel de l’ambassadeur français au Quai d’Orsay pour consultation? Non. Face à la dénonciation d’un otage libéré, Eladio Pérez, selon lequel « Il faut dire au monde entier que la guérilla s’acharne contre elle », le président Uribe a fait le pari d’un détournement du monde entier face au geste unilatéral de libération d’otages des FARC pour attaquer, tuer et présenter comme un trophée de chasse le numéro deux, Raul Reyes, dans des images d’une profonde atrocité. Avec l’accord, l’appui et le soutien des États-Unis. La mort de Raul Reyes intervient alors que la guérilla avait relâché unilatéralement six otages depuis le début de l’année et que la pression internationale s’accentue pour obtenir la remise en liberté de Mme Betancourt en raison de son mauvais état de santé. « Ce n’est pas une bonne nouvelle que le No2 Raul Reyes, l’homme avec qui nous parlions, avec qui nous avions des contacts, ait été tué », a commenté Bernard Kouchner.

Deux avis importants montrent le peu d’empressement du président Uribe de libérer Ingrid Betancourt : « Alvaro Uribe a entrepris un acte de guerre en tuant Reyes, alors qu’un accord humanitaire pour libérer les otages est exactement le contraire, un acte de paix », a déclaré le gouverneur de Narino, en Colombie. Même avis pour l’ancien président Ernesto Sampe : « On peut penser que la mort de Reyes éloigne les possibilités d’une solution politique du conflit ».

« C’est le coup le plus décisif jamais porté jusqu’à présent à ce groupe terroriste », s’est félicité le ministre. L’opération commando contre les guérilleros du Front 48 des Farc a débuté par un bombardement de l’aviation samedi à 00H25 locales (vendredi 19H25 GMT). C’est la première fois que l’armée réussit à « neutraliser » l’un des sept membres du secrétariat (l’instance dirigeante des Farc) qu’elle traque inlassablement alors que Manuel Marulanda, le fondateur des Farc aujourd’hui âgé de 75 ans, n’a lui-même pas donné signe de vie depuis plusieurs années. Des unités héliportées se sont rendues sur les lieux du campement en territoire équatorien où, selon l’armée colombienne, des combats se sont produits, faisant au total un mort parmi les soldats colombiens et 17 dans les rangs de la guérilla. Le corps de Raul Reyes a été rapatrié à Bogota par l’armée. Un coup de téléphone satellitaire de Raul Reyes et un informateur de l’armée ont permis de localiser avec précision le camp où vivait en territoire équatorien le numéro deux des Farc, a révélé à l’AFP une source militaire. M. Santos a précisé que le camp attaqué se trouvait « du côté équatorien, à 1.800 mètres de la frontière » commune.

Alors que la position officielle de l’Équateur a toujours été de nier la présence permanente de campements de la guérilla des FARC sur son territoire, le président Rafael Correa a bien dû reconnaître que le porte-parole de la guérilla, Raul Reyes, a été abattu sur le sol équatorien, du mauvais côté de la frontière. Une mission militaire équatorienne avait été envoyée sur les lieux pour déterminer si les soldats colombiens avaient engagé le combat en territoire équatorien ou bien s’ils avaient bombardé le campement des FARC depuis le côté colombien de la frontière, la version officielle de Bogota. Le président équatorien Correa a indiqué que ses soldats « ont trouvé 15 cadavres de guérilleros, deux guérilleras blessées dans un campement improvisé des Farc à deux kilomètres en territoire équatorien près de la frontière ». « Mais ces cadavres étaient en sous-vêtements, en pyjamas, ce qui revient à dire qu’il n’y a pas eu de poursuite à chaud et qu’ils (les Farc) ont été bombardés et massacrés pendant qu’ils dormaient ».

Du côté vénézuélien, Hugo Chavez a ordonné la fermeture de l’ambassade de Venezuela à Bogota et a envoyé dix bataillons à la frontière. Dans sa dialectique habituelle, le président vénézuélien Hugo Chavez, qui a été l’artisan de six libérations unilatérales d’otages, a dénoncé un « acte de guerre et d’irrespect violant la souveraineté de l’Équateur ». Il l’a attribué au fait que le gouvernement colombien « n’est pas souverain » et n’a opté pour « le chemin de la guerre » que « sur décision de l’empire nord-américain ». « Ne vous avisez pas à faire de même sur ces terres, car ce serait un casus belli, un motif de guerre », a lancé Hugo Chavez à l’adresse de son homologue colombien. « C’est une claque contre ceux qui luttent pour un échange humanitaire », a pour sa part déclaré le ministre vénézuélien des affaires étrangères, Nicolas Maduro. Dans le monde, les avis seront partagés. On ne transige pas avec des terroristes et leur élimination justifie les moyens. Encore moins avec la guérilla marxiste des FARC. Il n’y a donc pas lieu de s’émouvoir sur les méthodes du président Alvaro Uribe qui n’a cure du sort réservé à Ingrid Betancourt. La guerre au terrorisme doit désormais suivre son cours, quels qu’en soient les dommages collatéraux. D’autres voix s’élèveront pour dénoncer, dans un processus de négociations délicates, cette action menée pour humilier davantage les FARC qui détiennent, en otages, des êtres humains en grande souffrance et dont la santé est précaire.

Les Farc comptent aujourd’hui 17.000 combattants, principalement des paysans, répartis sur 60 fronts et occupant une partie importante du pays. Ils détiennent dans la jungle 39 otages dits « politiques », dont l’ex-candidate présidentielle franco-colombienne Ingrid Betancourt et trois Américains, qu’ils veulent échanger contre 500 guérilleros emprisonnés.

____________________________

 

 

Publicités

Actions

Information

14 responses

3 03 2008
guy

Donc rien ne vas plus entre la Colombie et l’Equateur.

Vous avez souvent parlé dans vos notes de Uribe. Tout le monde sait qui il est (ancien membre de la CIA aux ordres de Washington ?).

Le Venezuela et l’Équateur vont dans le même sens d’une solution négociée avec les FARC. La Colombie surement pas.

Chavez traite Uribe de criminel, menteur, mafieux, dit  » Nous ne voulons pas la guerre, mais nous ne permettrons pas à l’empire, ni à son petit chien, de venir nous affaiblir » dans une allusion aux États-Unis, alliés de Bogota. Ouf !.

La libération d’Ingrid Betancourt s’éloigne définitivement à moins d’un miracle.

3 03 2008
Pierre Chantelois

Guy

Force est de constater que la Colombie est en mauvaise posture, encerclée maintenant par le Venezuela et l’Équateur qui démontrent un esprit de guerre particulièrement malsain. Hélas!, je crois que vous avez raison : La libération d’Ingrid Betancourt s’éloigne définitivement à moins d’un miracle.

Pierre R. Chantelois

3 03 2008
LE PANDA

Pour le moins que l’on puisse penser de loin, mais soutennant à fond la libération des otages, il semble plus que vraisemblable qu’Ingrid Betancourt soit vouée à disparaitre dans des conditions qui seront expliquées de maniére diplomatico-médicales.

Uribe semble être un « pion » qui séme plus de troubles que de constructifs. Washington laisse planer son ombre du pouvoir sur un pays meurtri en tous sens.

Les propos de Chavez sont durs, forts, mais il est le seul à ce jour à faire front et à obtenir des libérations.

Le Panda

Patrick Juan

3 03 2008
Pierre Chantelois

Patrick

À mes yeux, il n’est pas dans les plans d’Uribe d’accorder toute l’importance nécessaire à la libération d’Ingrid Betancourt car cela lui en coûterait trop. Obnubilé qu’il est d’obtenir vengeance pour l’assassinat de son père, Uribe ne rêve qu’en découdre avec les FARC.

Voyez ce qu’en dit Mario Roy du quotidien La Presse : Les États-Unis l’épaulent: 550 millions$ US d’aide en 2006 en plus d’une entente commerciale, reconduite la semaine dernière par le Congrès, qui entretient 660 000 emplois en Colombie. C’est la bonne vieille méthode de la carotte et du bâton, qui donne des résultats. Les FARC sont en effet en déclin, mais elles contrôlent toujours beaucoup de terrain: la Rand Corporation décrit la zone frontalière colombo-vénézuélienne comme non gouvernée (dans Ungoverned Territories, 2007), au même titre que les zones tribales pakistanaises. Le hic, ce sont les otages: quelque 750 actuellement, dont 40 politiques susceptibles d’être échangés contre des guérilleros emprisonnés, les autres étant économiques. Or, tous les États négocient lorsque des otages sont en jeu, fut-ce en le niant, fut-ce avec des bandits de grand chemin. Dans ce cas-ci, Reyes disparu, il n’est pas impossible que Hugo Chavez, cet empereur régional ami des FARC, détienne une partie de la solution.

Pierre R. Chantelois

3 03 2008
clusiau

….Or, tous les États négocient lorsque des otages sont en jeu, fut-ce en le niant, fut-ce avec des bandits de grand chemin. ….

J’ai hâte que cette « théorie » s’applique aux Talibans ainsi la démocratie pourrait rester chez elle tranquille.

Même chose pour Israël et le Hamas, démocratiquement élu.

Il est faux de prétendre que les États négocient. Ils négocient…..des fois…

3 03 2008
Pierre Chantelois

Clusiau

Effectivement. Les États font montre de négocier lorsque l’intérêt l’exige. Il y a « négociations véritables » et « apparence de négociations ». Des négociations véritables peuvent produire des résultats, fussent-ils progressifs. D’une apparence de négociation, rien n’en ressort de concret si ce n’est qu’une vague impression d’avancer alors que tout n’est que du « sur-place ».

Pierre R. Chantelois

3 03 2008
LE PANDA

Pierre,

Merci bien pour ce lien qui apprend bien des choses. Il ne faut pas perdre de vue non plus que les FARCS existent depuis bien plus 44 ans. Devant de tels faits, nombreux sont ceux qui ne voient pas la face cachée de l’iceberg.

Uribe n’est pas, pour le moins que l’on puisse écrire, un « personnage » propre, La Colombie, de tout temps ou presque, reste le refuge de narco-trafiquants.

Je ne vais apprendre à personne qu’une « Révolution » est cent voir mille fois plus dangereuse qu’une Guerre car on ne connait pas son « ennemi ».

J’en parle en connaissance de cause, j’en ai vécu « deux » et ces dernières m’ont marqué à vie car j’étais enfant et ado.

Peut-on écrire objectivement qu’Hugo Chavez est l’ami des FARC. À mon sens, il est avant tout anti-américain à 1000%.

Uribe n’a jamais privilégié Ingrid Betancourt, qu’il considérait à l’époque comme une « entrave » à sa « guerre » contre les FARC. Il ne faut, me semble-t-il, pas oublier le passé du père URIBE. Son fils veut le venger par le sang, il me semble que le sang appelle le sang mais les U.S.A. ne sont pas blancs de chez blanc. Non seulement dans cette affaire mais dans les principaux conflits où ils apparaissent.

Vu du Canada, la vision des choses est-elle identique?

Amicalement

Patrick Juan.

3 03 2008
Pierre Chantelois

Patrick

Je partage votre opinion. Vous avez parfaitement raison de dire que « Uribe n’a jamais privilégié Ingrid Betancourt, qu’il considérait à l’époque comme une “entrave” à sa “guerre” contre les FARC ». Je suis d’accord avec cette analyse selon laquelle la vengeance de son père a préséance sur toute autre considération. Chavez a démontré – avec des résultats concrets – des liens importants avec les FARC. Ces derniers lui ont bien rendu la monnaie de sa « grande ouverture » à leur égard!

Merci de ce commentaire.

Pierre R. Chantelois

3 03 2008
LE PANDA

Pierre,

Je voudrais simplement un avis, comment URIBE peut se prétendre ce qu’il est lorsque l’on sait d’où il vient, et ne pas représenter un « véritable danger » pour toute La Colombie »?

Il faut aussi admettre qu’Ingrid Betancourt n’a peut-être pas falicité les choses et surtout les « conséquences » qui ont en découlées pour « elle » par sa rencontre à vouloir discuter avec les FARC et REYES et qui était deja dans l’autre camp.

Quand à Chavez il continu sa politique, mais poursuit-il la ligne Marxiste ou pas?

Amicalement

Patrick Juan

3 03 2008
Pierre Chantelois

Patrick

Alvaro Uribe est un vieux routier de la politique colombienne. De 1980 à 1982, il dirige l’Agence Aéronautique Civile colombienne. C’est à cette époque qu’il aurait, comme son père, rendu de bons et loyaux services au Cartel de Medellin. Il devient maire de Medellin au cours de la même période où le célèbre narcotrafiquant, Pablo Escobar Gaviria, règne sur la capitale mondiale de la cocaïne. Il devient Sénateur, de 1988 à 1994, et Gouverneur de la région d’Antioquia. Son principal fait d’armes est d’avoir promis de restaurer l’autorité de l’État et de régler le problème de la guerre civile qui, avec 200.000 morts et deux millions de déplacés, ravageait la Colombie depuis 1948. En mai 2006, Alvaro Uribe est réélu président de la Colombie, avec 62% des voix (56% d’abstention), et le soutien de la classe politique néolibérale et néoconservatrice pro-américaine – grands propriétaires fonciers, banquiers, politiciens et militaires d’extrême-droite. Depuis le début de l’année 2007, Uribe est sérieusement éclaboussé par les scandales de sa politique paramilitaire, notoirement financée par les États-Unis et le trafic de drogue.

C’est ce même Uribe qui, lors de sa dernière tournée européenne, dénonçait les FArC en ces termes : « Ils recrutent et maltraitent des mineurs, assassinent des civils et font du trafic de drogue ». Hugo Chávez avait demandé d’accorder aux FARC un statut de « belligérants ». Uribe soutient que si Caracas accordait ce statut de « belligérants » aux FARC, le Venezuela pourrait se permettre de leur vendre des armes en toute impunité. Uribe a déjà comparé les Farc à Hitler. Cette comparaison permet à Uribe de dire aux Français que la Colombie agit « comme la France agirait si elle avait un nouveau Hitler. Les otages sont dans un état semblable à celui des prisonniers des camps de concentration ».

En promettant de gagner la guerre contre les FARC, en 2002 et en 2006, Uribe vient de franchir une étape importante dans ce qu’il appelle « le coup le plus dur jamais porté aux FARC ». Et Uribe savait très bien qu’en éliminant Reyes, il visait « l’homme des contacts avec la presse et avec l’étranger ». « C’est lui qui recevait depuis six ans, entre autres, les émissaires de la France et de la Suisse. Il n’a jamais consenti à fournir la moindre « preuve de vie » susceptible de répondre à l’inquiétude des proches d’Ingrid Betancourt ».

Pour Chavez, qui ne donne pas dans la dentelle : Uribe « est un criminel. Non seulement c’est un menteur, un parrain de la mafia, un paramilitaire qui dirige un narco-gouvernement et qui dirige un gouvernement laquais des États-Unis (…), mais il dirige, depuis son palais, une bande de criminels ».

Il y a des intérêts locaux en jeux, narco-dollars, il y a des intérêts régionaux en jeux – soutien américain du gouvernement colombien – et il y a enfin des intérêts internationaux en jeux – la libération d’Ingrid Betancourt. La conciliation de l’ensemble de ces trois pôles d’intérêts constitue un véritable casse-tête.

Pierre R. Chantelois

3 03 2008
mosan

Merci Pierre (et ses commentateurs) pour cet article très complet sur La situation en Colombie. J’ai malheureusement bien peur pour le sort d’Ingrid Betancourt dont la libération ne mérite pas d’être la résultante de toutes ces forces contradictoires.

3 03 2008
Pierre Chantelois

Mosan

En effet. Ingrid Betancourt, du fond de la jungle, à la santé précaire, traquée comme une bête, vit des heures que nous ne saurions imaginer.

Pierre R. Chantelois

3 03 2008
LE PANDA

Pierre

Merci pour toutes ces précisions qui reflètent parfaitenment le climat que Uribe fait régner depuis plus d’un demi-siécle sur cette partie du monde.

Les chats ne font pas des chiens et l’appât ne ressemble pas forcemment à ce que l’on peut attirer dans ses filets.

Encore merci pour ces échanges qui démontrent s’il le fallait que nous ne sommes pas dupes d’une situation que rien en l’état ne peut freiner.

Nos « institutions » démontrent le déséqilibre dans lequel nous nous trouvons.

Le seul doute qui subsiste à l’heure de nos échanges reste de savoir si Ingrid Betancourt est encore en « vie »?

Comme je l’indiquai dans un commentaire précédent cherchons toujours à qui peut profiter « le crime » et nous aurons la réponse que vous faites ici avec talent.

Amicalement

Patrick Juan.

3 03 2008
Pierre Chantelois

Patrick

Merci pour cet excellent échange.

Pierre R. Chantelois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :