Il y a une nette augmentation des actes antisémites depuis dix ans

19 03 2008

En 1879, le journaliste allemand, Wilhelm Marr, inventait le terme « antisémitisme » (de l’allemand « Antisemitismus ») pour signifier la haine « non-confessionnelle » envers les Juifs et le judaïsme prôné au sein du parti politique « la ligue antisémite ».

Le Département d’État américain vient de publier son Rapport annuel sur l’antisémitisme dans le monde (Contemporary Global Anti-Semitism). Il se base sur les statistiques des ambassades américaines du monde entier. Comme il fallait s’y attendre, le rapport estime que : « la critique de l’État d’Israël ou du sionisme, entraîne volontairement ou non un parallèle avec les réflexes et préjugés de l’antisémitisme traditionnel, qui prête aux Juifs des traits sataniques, des défauts innés et originels et des visées hégémoniques sur le monde entier ». Les statistiques compilées par les ambassades américaines montreraient qu’il y a une nette augmentation des actes antisémites depuis dix ans. Des actes racistes dirigés aussi bien contre les Juifs qu’envers leurs propriétés et leurs institutions religieuses.

Parmi les facteurs responsables de cette progression de la « judéophobie », dans le monde, le rapport pointe certains États et certaines organisations liées à l’ONU, comme l’Iran, le Vénézuéla et la Syrie qui y tiennent une place de choix. D’autres pays sont également cités comme le Belarus, l’Arabie Saoudite ou l’Égypte dont le régime permet et encourage les publications antisémites. Le rapport américain pousse plus loin la stigmatisation de certains États qui feraient preuve d’une complaisance avec la « judéophobie » : plus d’articles et publications « de type antisémite » apparaissent dans des pays comme la Pologne, la France, la Russie, l’Argentine, l’Australie, la Grande-Bretagne ou le Canada. « En Russie, dans cette Russie où les agressions xénophobes, racistes et ethniques sont largement répandues, et où leur nombre ne cesse de croître, des étrangers et des ressortissants du Caucase du Nord sont la cible privilégiée des skinheads, et dans d’autres pays où la xénophobie est largement répandue, comme dans plusieurs pays d’Europe centrale et orientale, l’antisémitisme reste un problème majeur », dénonce le rapport ».

Le rapport souligne que des ONG liées au domaine des « Droits de la personne » émettent de manière continue des « condamnation virulentes et souvent exagérées envers Israël, sans commune mesure avec d’autres pays bien plus condamnables, mais du fait de la nature et des objectifs de ces organisations, elles échappent à la critique et à la vérification du bien-fondé de leurs assertions ».

Ce qu’entend mettre en relief le rapport du Département d’État américain est le fait que les conséquences de ces « critiques itératives sur Israël » tendent à accroître l’opinion généralisée que l’État juif est une source majeure d’ « abus contre les droits des autres ». L’origine plus contemporaine de ces actes antijuifs est surtout liée en grande partie à la politique menée par Israël. La faiblesse qui découle de ces tendances est que les différentes organisations des Nations unies ne prêteraient « pas assez attention à des régimes qui sont manifestement coupables de graves violations ».

Le Cambodge n’apprécie pas l’évaluation du Département américain et rejette les conclusions qui portent sur droits de l’Homme car, selon lui, le rapport est en contradiction totale avec les situations réelles dans le pays. Le ministre cambodgien des Affaires étrangères, dans un communiqué, reconnaît que « la situation des droits de l’homme au Cambodge n’est pas parfaite. Mais y a-t-il vraiment une situation parfaite dans d’autres parties du monde ? », s’est interrogé le ministère ajoutant que le rapport américain repose en grande partie sur les points de vues de certaines ONG et qu’il est publié en même temps que les élections générales du pays.

Moscou a également rejeté le rapport le qualifiant d’accusation sans aucun fondement et de démonstration de deux poids deux mesures. Le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué, dans un communiqué, que de nombreux passages du rapport étaient des copies de précédents rapports. « On a l’impression que le Département d’État a simplement collecté des faits pour soutenir les conclusions formulées en avance ». Alexandre Brod, directeur du bureau moscovite des droits de l’homme, considère, comme le rapporte Ria Novosti, que l’antisémitisme ne constitue plus l’une des principales manifestations d’intolérance ethnique en Russie. Les radicaux nationalistes concentrent le gros de leur activité sur les personnes d’origine caucasienne, centrasiatique et africaines. Les étudiants étrangers sont souvent la cible d’agressions. Ce sont les journaux radicaux, qui sont plus de cent dans toute la Russie, et sept maisons d’édition, qui constituent les principaux relais du message à caractère antisémite.

Le président vénézuélien Hugo Chavez est considéré, par le rapport américain, comme un propagandiste de l’antisémitisme parce qu’il ne manque pas de fustiger les actions d’Israël qu’il qualifie de « fascisme israélien ». Selon Chavez : « les descendants de ceux qui ont crucifié le Christ, seraient responsables de tous les maux de la terre en s’appropriant les richesses mondiales ». David Horovitz, du Jerusalem Post (édition française) écrit : « Il ne fait pas bon être juif aujourd’hui au Venezuela. Dans une récente émission télévisée, un acolyte de Chavez a accusé les leaders juifs de fomenter, de mener et de financer des mouvements de protestations estudiantins antigouvernementaux, et autres conspirations. « Nous devons être très attentifs à ce qui se passe aujourd’hui au Venezuela », mettait en garde l’orateur. « Les hommes d’affaires juifs qui ne sont pas impliqués dans une conspiration doivent le faire savoir publiquement ». Et de citer deux rabbins ainsi qu’une famille juive aisée soupçonnés d’être au cœur de complots, tout en précisant qu’« on ne peut pas me reprocher d’être antisémite ». Pourtant, certains leaders juifs vénézuéliens affirment que la situation n’est pas si terrible. Ils peuvent se déplacer librement, ils ne se sentent pas menacés (hormis lors des raids de la police) et ils ont trouvé un moyen de coopérer avec Chavez ».

En France, le Conseil représentatif des institutions juives de France a appelé à « ne pas baisser la garde face à l’antisémitisme », qui « reste profondément présent » en dépit de la baisse constatée du nombre des actes antisémites. Un livre pour enfants, sorti en octobre, critiquant les dérives du christianisme, du judaïsme et de l’islam, fait l’objet d’une demande par le ministère de la Jeunesse de mise à l’index pour « antisémitisme » et « défaut d’éthique », a indiqué la maison qui l’édite, Alibri. Sous le titre « Où est le chemin de Dieu s’il vous plaît? », l’ouvrage raconte la quête naïve de spiritualité d’un petit cochon, qui se heurte à l’intolérance et au fanatisme d’un évêque, d’un rabbin et d’un imam. « Le livre est susceptible de désorienter les enfants et les jeunes sur le plan social et éthique », juge le ministère dans sa demande de mise à l’index.

Au Québec, le B’nai Brith, qui répertorie chaque année les actes antisémites commis au Canada, affirme qu’« il y a une vague d’antisémitisme, mais ce n’est pas seulement au Québec, c’est partout dans le pays », avance l’avocat-conseil de l’organisation, Steven Slimovitch. Au Québec, les actes antisémites, incluant les graffitis, le harcèlement et des actes de violence ont augmenté de 60% en 2006 par rapport à l’année précédente, mais restent nettement moins nombreux qu’en Ontario où plus des deux tiers des actes antisémites ont été enregistrés. « Mais au Québec, la différence est que nous ne prenons pas au sérieux les actes haineux. Montréal est le seul grand corps policier qui n’a pas de division pour s’occuper de ce genre de délits », déplore M. Slimovitch.

____________________________
Publicités

Actions

Information

11 responses

19 03 2008
Françoise

Bonjour Pierre,

Qu’il y ait de l’antisémitisme dans le Monde, ce n’est pas niable. Mais y en a-t-il plus que du racisme en général ?

Ce rapport est-il encore une façon de montrer du doigt comme antisémites ceux qui auraient la mauvaise grâce d’estimer que la politique israélienne n’est pas des meilleures ?

Il n’est donc plus permis de dire qu’Israël n’a respecté aucunes des directives de l’ONU ? Pas permis de dire qu’il y a de « l’antiarabisme » en Israël ? En fait il n’est pas permis de critiquer Israël. Ce n’est pas nouveau…

Quand on critique Israël, on ne critique pas les Juifs dans leur ensemble, on critique un régime.

19 03 2008
guy

Rien à ajouter à la suite de Françoise sur l’antisémitisme. Inutile donc d’en rajouter c’est exactement ce que je crois.

Je constate que le département d’état américain dit ce qu’il veut. Il critique surtout les organisations comme l’UN et les ONG et il faudrait plier et croire…. ben voyons !

Bush ne respecte pas l’UN. Nous en avons une preuve par jour par son véto permanent dans des dossiers qui touchent Israël, ou les droits de l’homme, hier la Chine. L’UN et ONG sont les « empêcheurs de tourner en rond » des USA qui devraient balayer devant leur porte et arrêter le transfert de soit disant terroristes arrêtés par la CIA et ses officines, des milliers prisonniers avec des enfants parfois. Le gouvernement Américain de Bush fait diversion et manœuvre !

19 03 2008
Pierre Chantelois

Françoise

C’est l’éternel piège auquel nous sommes confrontés. Critiquer Israël, son gouvernement et ses politiques, équivaut bien souvent – aux yeux de cette dernière – à un antisémitisme primaire. Au Québec, le Congrès juif canadien a déjà traité publiquement un journaliste d’antisémite pour ses écrits fort critiques sur Israël. Cercle infernal.

Guy

Israël reproche fréquemment aux Nations Unies et à son Conseil de sécurité de n’avoir qu’une vision étroite à l’égard du conflit israélo-palestinien. Israël se sent plus souvent qu’autrement pointé du doigt alors que les Nations Unies semblent oublier les roquettes qui lui tombent sur la tête. Le rapport en fait allusion par ailleurs regrettant que ces positions fréquentes des Nations Unies donnent une image par trop négative de l’État hébreu.

Pierre R. Chantelois

19 03 2008
guy

Israël, et vous le savez bien Pierre, n’applique pas les résolutions de l’ONU; les « colonies », le mur, sont des affronts permanents. Les roquettes c’est le symbole de  » nous sommes en guerre avec vous et nous vous le faisons savoir ».

Combien de morts pas roquettes palestiniennes ? 7 je crois depuis plusieurs années ! combien de morts dans les représailles ? Deux poids deux mesures dans l’échelle de l’horreur mais soyons clairs je suis contre « les faits » de guerre des deux cotés…

Il ne faut jamais perdre de vue le départ de toute chose.

Le premier président de l’État d’Israël, Chaïm Weizmann, avait déclaré à l’époque que « le monde jugerait l’État juif à la façon dont il traiterait les Arabes ». Or, l’administration militaire fut imposée aux Arabes dès octobre 1948 «pour raison de sécurité»; ce gouvernement militaire ne fut définitivement supprimé qu’en 1966. L’administration militaire instaura un système de contrôle général qui limitait considérablement l’exercice des libertés publiques de tous les Arabes, et non pas seulement de ceux soupçonnés d’activités hostiles. De plus, toujours pour les besoins de la sécurité nationale, l’armée israélienne décidait, entre 1949 et 1951, de nettoyer systématiquement les frontières et d’expulser manu militari de 20 000 à 30 000 Arabes habitant les zones frontalières vers la Syrie, la Jordanie et la bande de Gaza (réf: université de laval.ca)

…. c’était mal parti dès le départ de la création de l’état Hébreux !

À l’arrivée c’est pire… !

19 03 2008
Françoise

J’ajouterai qu’avec « l’excuse permanente » de la Shoa, Israël se croit tout permis « pour se défendre ». Cela va-t-il durer pour les siècles des siècles ?

Israël se « défend » d’une situation qu’il a lui-même provoquée. Il faudra bien admettre un jour le caractère nationaliste et impérialiste de la politique menée par ce pays. Le but inavoué (caché, parce qu’inavouable…) est le « Grand Israël ». On peut voir d’intéressantes cartes de la région Palestine-Israël et notamment celle-ci : Le Grand Israël, version finale (The Promised Land).

Si c’est à cela que veulent arriver les dirigeants israéliens pour ne plus « avoir peur » de leurs voisins (et pour aussi, il faut bien le dire, avoir leur eau, ce qui n’est pas rien) la paix n’est pas pour demain.

19 03 2008
Pierre Chantelois

Françoise

Je suis d’accord pleinement avec votre position. Il y a le drame, la Shoah, et la politique que mène le gouvernement. Deux choses distinctes. Il faut cesser de croire que les deux peuvent se croiser indéfiniment. Merci pour les liens. Je vous reviendrai là-dessus.

Pierre R. Chantelois

19 03 2008
Pierre Chantelois

Au lecteur

Je serai absent une partie de la journée. Je répondrai à vos commentaires à mon retour. Je vais faire vérifier la mécanique puisque l’esprit est encore au vert. 🙂

Pierre R. Chantelois

19 03 2008
mosan

Bonjour à vous Françoise, Guy et Pierre…

Je reviens sur ce fil après quelques jours et je me dis que, si je ne vous connaissais pas (un peu) pour vous avoir pratiqué (écouté et entendu) par le passé, et en fonction de « l’air ambiant » : je dirais ce fil est antisémite… Et pourtant Mosan aurait pu exprimer les mêmes avis que les vôtres…

Eh puis Charles (dans sa schizophrénie !) se dit que les critiques contre l’État d’Israël ( http://www.amnesty-international-audio.fr/spip.php?rubrique14 ) ne peuvent se départir de celles contre l’Autorité Palestinienne ( http://www.amnesty-international-audio.fr/spip.php?rubrique70 ).

Ce qui est terrible dans ce problème c’est que ce sont les populations civiles les plus pauvres (et donc palestiniennes) qui souffrent très durement et depuis trop longtemps.

Ecoutons les pacifistes des deux camps !

19 03 2008
Pierre Chantelois

Mosan

Je crois que le consensus sur nos débats est que ce sont les populations effectivement qui doivent payer le prix de ces combats de frontières. Et je maintiens mordicus que critiquer la politique d’Israël à l’égard du peuple palestinien n’est pas faire preuve d’antisémitisme mais d’un esprit critique lucide.

Pierre R. Chantelois

19 03 2008
guy

bonjour mosan !
les populations civiles les plus pauvres (et donc palestiniennes) qui souffrent très durement et depuis trop longtemps.
Ecoutons les pacifistes des deux camps !
oui !
oui !
Pour Pierre… alors ! « la mécanique » tourne rond au moint ?

20 03 2008
Pierre Chantelois

Guy

Merci pour cette délicate attention. La mécanique, avec un peu d’huile dans les engrenages, fonctionne en grinçant moins. Elle est moins coincée 🙂

La matière grise, pour sa part, est super. C’est déjà cela de gagné.

Pierre R. Chantelois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :