Nicolas Sarkozy en Tunisie : « Ces controverses m’importent peu »

30 04 2008

Nicolas Sarkozy n’a rien d’un homme extraordinaire si ce n’est qu’il est un politicien ordinaire. L’homme qui se voulait en rupture du passé a épousé rapidement les habitudes de ses prédécesseurs, notamment la pratique de l’oubli. Fonction oblige. Pourquoi s’embarrasser aujourd’hui des droits de l’homme alors qu’il reste encore quatre ans pour corriger rapidement les « trous de mémoire ».

Lors de son entretien qu’il souhaitait « magistrale et inoubliable » avec la presse, plongé qu’il était dans le décor magnifique de l’Élysée, Nicolas Sarkozy n’était plus le dirigeant arrogant qui se serait joué du pouvoir mais le guide modeste et soucieux de bien accomplir sa mission. Et qu’importe si, dans cette poursuite de sa mission, il faut recourir à de petits « trous de mémoire ». Seule la vision compte : « Depuis 20-25 ans, la France était endormie. Le monde change, le monde a changé et la France quels que soient les efforts méritoires des gouvernements de gauche comme de droite, ne s’est pas adaptée au même rythme que les autres. On a un contexte international difficile, raison de plus pour accélérer les réformes ».

Le voyage de Nicolas Sarkozy a, une fois de plus, été ponctué par de violents reproches d’une certaine classe politique et par des groupes de pression. Au cœur des mondanités, entre cocktails et petits fours, Nicolas Sarkozy a levé un toast à l’honneur de son hôte : « Aujourd’hui, l’espace des libertés progresse. Ce sont des signaux encourageants que je veux saluer ». Zine el-Abidine Ben Ali, président de la Tunisie, a accueilli avec satisfaction cette reconnaissance internationale de son homologue, le président de la République des Droits de l’homme.

Comme pour son récent voyage en Chine, il faut éviter les sujets qui fâchent. Une rencontre entre entrepreneurs français et tunisiens – et l’intérêt économique de la France – valent bien la mise au rancart des sujets qui fâchent. Nicolas Sarkozy qui, il y a à peine un an, avait promis de mettre les droits de l’Homme au cœur de sa politique étrangère, pourra, à son retour de Tunisie, se féliciter : « Airbus a annoncé qu’elle venait de signer un accord avec Tunisair pour une commande ferme de seize avions ». Alstom a obtenu le marché de la construction d’une centrale thermique. La France élargit le cadre régional de sa technologie nucléaire : « Paris va aussi offrir à Tunis un accès à sa technologie nucléaire civile sous la forme d’un accord-cadre. Identique à ceux paraphés par Tripoli, Rabat ou Alger ».

Nicolas Sarkozy avait un message plus pressant à livrer, devant 500 patrons français et tunisiens, son projet d’Union pour la Méditerranée. Le partenariat entre les deux rives de la Méditerranée, qui doit être officiellement lancé le 13 juillet, permettra, aux yeux de son principal concepteur, la création d’un « pôle gagnant-gagnant qui concurrencera l’Asie ».

D’autre part, le président Sarkozy démontrera l’importance de ne pas céder aux groupes de pression qui ne comprennent rien à la diplomatie. « La France doit signer avec Tunis sa première convention de gestion de l’immigration avec un pays maghrébin. Le texte doit renforcer la lutte contre les clandestins et ouvrir le territoire français à l’immigration professionnelle ». Et comme le montre si bien Jean Quatremer : « Le Chef de l’État français souhaite que le premier « coprésident » de la future Union pour la Méditerranée (UPM), outre lui-même, bien sûr, soit le grand démocrate Mohammed Hosni Moubarak, le président égyptien, constamment « réélu » depuis 1981. Et que le futur « secrétariat général » permanent soit localisé en Tunisie, un modèle incontesté pour les droits de l’homme dans le monde ».

Taoufik Ben Brik est journaliste et un opposant tunisien. Interrogé par le Nouvel Observateur, il fait un rappel historique important : « Depuis Mendès-France, en passant par De Gaulle, Giscard, Mitterrand, Chirac… jusqu’à Sarkozy, la France n’a jamais vraiment envoyé de sermons à la Tunisie. Bourguiba ou Ben Ali n’ont jamais entendu dire par la France qu’ils devraient donner davantage de libertés à la Tunisie. La France en serait pourtant capable, car c’est l’ancien colonisateur et la Tunisie est encore aujourd’hui quasiment une colonie française. Ben Ali doit sa longévité à la France ».

Nicolas Sarkozy aura réussi, lors de son séjour en Tunisie, à marquer les esprits et à inscrire dans l’histoire une nouvelle déclaration historique : « personne ne peut se poser en censeur. Je viens d’un continent dont l’histoire, y compris l’histoire récente, recèle des tragédies abominables et je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais (…) de m’ériger en donneur de leçons ». Il y a même fort à parier que cette dernière déclaration éclipsera cette autre tellement plus importante pour le merveilleux monde des affaires : « La décision d’acheter 19 Airbus est opportune », a estimé Nicolas Sarkozy devant un parterre de plusieurs centaines d’hommes d’affaires français et tunisiens à l’initiative des organisations patronales des deux pays, le MEDEF et l’UTICA.

Le président Sarkozy a montré qu’il pouvait se battre pour des idées : « La France entend maintenir sa position de premier partenaire économique de la Tunisie avec un volume d’échanges record de 7 milliards d’euros enregistré en 2007. Nous sommes prêts à nous battre pour la conserver » et la « conforter », a lancé le président aux hommes d’affaires. « La Tunisie est pour nous beaucoup plus importante que de nombreux autres pays », a-t-il ajouté. Le président Sarkozy a rappelé la signification du partenariat entre les pays : « Vous avez une main d’œuvre qui ne demande qu’à être formée, nous avons beaucoup d’intelligence et beaucoup de formation (…), ce n’est pas les uns contre les autres, c’est les uns avec les autres. C’est ça le partenariat ».

Le nucléaire est un autre sujet fâcheux? « Ces controverses m’importent peu », a dit Nicolas Sarkozy. « L’énergie nucléaire, c’est l’énergie du futur, car dans 50 ans, il n’y aura plus de pétrole, ni de gaz. Elle l’est aussi pour l’Orient et pour les pays arabes, parce qu’il n’y a aucune raison de condamner ces pays au sous-développement » et que « sans énergie, il n’y aura pas de croissance ni de développement », a-t-il plaidé. Et le président Sarkozy a de la suite dans les idées : « L’énergie nucléaire, c’est l’énergie du futur (…) la France vous dit que sa technologie, qui est une des plus sûres du monde, une des meilleures du monde, elle est décidée à la mettre au service du développement de vos économies (…), l’Europe ne connaîtra pas la stabilité si vous ne connaissez pas le développement, voilà pourquoi il faut s’unir ».

Si les droits de l’homme ne sont pas matière à donner des leçons, rien ne vaut une ouverture marquée sur l’Islam, « ouvert et tolérant qui caractérise si bien la Tunisie et dont le monde a tant besoin ». Tout en visitant la médina et la mosquée de la Zitouna, le couple présidentiel a salué la présence du grand rabbin de France Joseph Sitruk dans la délégation qui l’accompagnait.

Rama Yade, la secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme, qui accompagnait M. Sarkozy, a reçu dans l’après-midi Me Mokhtar Trifi, président de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme, mais a annulé un rendez-vous prévu avec l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), sa présidente Mme Cherif. Khadija Cherif, également militante des droits de l’Homme et présidente d’une ONG féministe, avait déclaré plus tôt, à propos du président Sarkozy : « Sa priorité c’est le commerce, mais il devrait savoir que le développement ne peut pas être qu’économique. Il ne s’agit pas de donner des leçons mais de reconnaître la réalité. Je vois que le président Sarkozy ne s’intéresse pas à la réalité de ce pays ».

____________________________





Ingrid Betancourt revient dans la lumière crue de l’actualité

29 04 2008

Lorsque les sentiments sont au plus bas désespoir, quelque part, subsiste, enfoui là où on s’en doute le moins, un petit rayon de soleil. Ainsi va la résilience de l’homme. Et ce petit rayon viendra-t-il de la visite de Bernard Kouchner actuellement en Colombie? Se dégagera-t-il des rencontres de Bogotá (Colombie) puis de Quito (Equateur) et enfin de Caracas (Venezuela)? Nul ne saurait le prédire ou n’oserait le prédire.

Ingrid Betancourt revient à l’avant-scène de l’actualité. Bernard Kouchner va tout tenter, une nouvelle fois, pour obtenir la libération des otages des Farc. Encore une fois, des familles vivront sur un mince filet d’espoir. Y aurait-il dans les cartons du ministre Kouchner de nouvelles cartes qui permettront – dans cette jungle opaque de l’affaire Betancourt – de frayer un chemin qui ouvrira la voie à des négociations sérieuses avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie?

Il lui faudra vaincre les réticences et la défiance du président Alvaro Uribe qui campe inexorablement sur ses positions : les seules médiations autorisées sont celles de l’Église et des délégués européens. Kouchner est prévenu : un retour à une médiation d’Hugo Chavez est totalement exclu. Selon le quotidien national colombien El Tiempo, Uribe ne s’enthousiasme guère de la visite de Bernard Kouchner car il sait bien de quel message est porteur le chef de la diplomatie française : Kouchner insistera, comme l’a souhaité le chef de l’État français, Nicolas Sarkozy, pour que le président Hugo Chavez reprenne du galon.

Bernard Kouchner voudrait bien relancer les pourparlers entre le Venezuela, l’Équateur et la Colombie. Comme il voudrait bien relancer les fragiles négociations avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie. Quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse, le ministre français n’a d’autre issue que d’ébranler le mur d’intransigeance du président Uribe. De leur côté, les Farc accusent les Européens d’avoir révélé à Bogota où se trouvait Raul Reyes, peu avant qu’il soit tué par l’armée colombienne. Enfin, Chavez, a déclaré avoir perdu tout contact avec les FARC depuis que le système de contacts entre le Venezuela et les FARC, a été pulvérisé au début de mars.

Le ministre Kouchner aura beau plaider la détermination de la France, si cette dernière n’est pas partagée par le principal interlocuteur, Alvaro Uribe, à quels résultats pourra-t-il s’attendre? Nicolas Sarkozy aura beau clamer sa détermination à faire en sorte que le dossier des otages et la solution humanitaire avancent malgré les obstacles, que pourra-t-il si cette dernière ne s’inscrit pas dans une démarche régionale de tous les acteurs œuvrant vers le même objectif? Et déjà la Colombie a fait connaître sa dissidence. « La priorité, c’est qu’on la ramène », avouait Nicolas Sarkozy lui-même en rappelant, lors de son interview télévisée jeudi, qu’il s’était engagé le soir de son élection à « faire libérer cette femme qui vit un martyre ». Les vœux de Nicolas Sarkozy ne sont certainement les mêmes que ceux de Uribe. Nous assistons dans le présent cas à un véritable dialogue de sourds.

Bernard Kouchner devra se rappeler que le président Alvaro Uribe jouit d’une popularité qu’envierait volontiers, aujourd’hui, Nicolas Sarkozy : il est crédité à 84 % d’opinions favorables, devant Ingrid Betancourt, 72 %. Uribe, contrairement à son homologue français, Nicolas Sarkozy, ne connaît pas de fléchissement dans les marques de satisfaction de son peuple. Et Uribe n’est pas sans savoir que le taux de mauvaises opinions (64%), adressé au président de la République française, est le plus élevé jamais enregistré par l’institut BVA depuis la création de son baromètre en 1981. Les FARC ne sont pas sans se rappeler, non plus, qu’au plus fort de sa popularité, en mai dernier, ils avaient demandé à Nicolas Sarkozy d’intervenir en faveur de la création d’une zone démilitarisée des municipalités de Florida et de Pradera (sud-ouest) pour négocier un échange de prisonniers, notamment d’Ingrid Betancourt. Uribe s’était fermement prononcé en faveur d’une option militaire pour libérer les otages. « Ici, il n’y aura pas de petits jeux avec ces bandits des FARC, ici, il n’y a pas de zone démilitarisée », avait-il riposté.

Puis, contre toute attente, Hugo Chavez a réussi l’impossible. Deux opérations de libération d’otages. Tout le succès des opérations éclipsait les efforts légitimes du président de la République. Seuls les résultats comptent.

Depuis la mort du numéro deux des Farc, Raul Reyes, les espoirs de parvenir à la libération d’autres otages paraissent de plus en plus minces. Ivan Marquez, le chef des Farc, déclarait au journal argentin Perfil que les possibilités de continuer à libérer des otages étaient « closes » ». Avant de préciser que M. Chavez « était le seul espoir pour délivrer Ingrid Bétancourt ». Et Alvaro Uribe a réitéré son opposition à la médiation, dans ce dossier, de son homologue vénézuelien, Hugo Chavez.

L’alignement de Nicolas Sarkozy sur son ami Georges W. Bush ne joue même pas en faveur d’Ingrid Betancourt. Il serait hors de question, et le président français le sait bien, que les États-Unis fassent pression sur Uribe pour qu’il assouplisse ses positions. Et un Chavez qui se lance à la conquête d’une gauche antiaméricaine, dans toute la région, n’est pas pour attendrir l’Oncle Sam. La création de la Banco del Sur – destinée à évincer de l’Amérique latine le Fonds monétaire international contrôlé par les États-Unis – n’apporte pas de l’eau au moulin pour que Georges W. Bush incite personnellement Alvaro Uribe de recevoir les demandes de son ami Nicolas Sarkozy. La Colombie est absente du financement de la Banco del Sur dont les membres sont l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, l’Équateur, le Paraguay, l’Uruguay et le Venezuela, tous plus ou moins à gauche. Le Paraguay vient de basculer dans le champ de la gauche avec l’élection, toute récente, de Fernando Lugo, l’ancien « évêque des pauvres ».

Ce n’est pas parce que la diplomatie française clame l’importance de «remettre dans le jeu Hugo Chavez » que cela va changer quoi que ce soit au présent cul-de-sac. L’Oncle Sam aime bien le petit Nicolas français mais pas au point de lui céder Ingrid Betancourt au prix de concessions aux Farc. « Les seules avancées, c’est à Chavez qu’on les doit. C’est le moment de lui dire à quel point il est nécessaire et on compte sur lui », ont déclaré des sources diplomatiques françaises. Ce ne sera pas faute d’avoir essayé. Mais la complexité de la présente situation ne se dénouera pas avec des vœux pieux.

« La courtoisie nous oblige à écouter le chancelier français pour voir quelles initiatives il veut proposer ou quelle est sa vision de la question », a déclaré dimanche soir le ministre des affaires étrangères, Fernando Araujo, sur la chaine de radio privée RCN. M. Araujo a précisé que le seul chemin possible pour libérer les otages est la médiation de l’église catholique et des émissaires européens (France, Suisse et Espagne).

La courtoisie se perd lorsque l’irritation monte. Libération cite l’indignation d’un éditorialiste colombien qui n’est pas tendre envers le président français : « Nicolas Sarkozy n’a-t-il rien compris aux Farc ou a-t-il encore fait son numéro ? Le 6 décembre, il lance un message via la radio et la télévision au chef de la guérilla, Manuel Marulanda, lui « demandant solennellement de relâcher » Ingrid Bétancourt. Sans réponse. Quant au Falcon envoyé début avril en Colombie et revenu huit jours plus tard sans l’otage, il témoigne d’une opération menée avec amateurisme. Comment croire qu’une initiative qui n’offrait rien aux Farc et excluait du jeu Hugo Chávez, le président du Venezuela, puisse réussir. « Rien que du cinéma. Y a-t-il une seule personne pour croire sérieusement qu’ils vont libérer leurs précieux prisonniers sans contrepartie ? », s’est indigné l’éditorialiste colombien Antonio Caballero, pour qui Sarkozy est « un exhibitionniste compulsif ».

____________________________





Élections Canada accuse les conservateurs de Stephen Harper d’avoir contourné la loi électorale

28 04 2008

Au Canada, la politique a beaucoup de difficultés à se détacher d’une culture du scandale. Comme si le peuple canadien était voué à vivre, de façon récurrente, son lot cyclique de scandales. Le Parti conservateur du Premier ministre Stephen Harper a remporté les élections législatives du 23 janvier 2006 et dirige depuis un gouvernement minoritaire. Pendant la campagne électorale, les conservateurs avaient mis l’accent sur l’éthique et avaient promis un gouvernement plus propre. Depuis son élection, Stephen Harper a multiplié les déclarations, contrôlé celles de ses ministres, fait voter une loi sur l’imputabilité, pour montrer aux Canadiens que son parti était bien plus honnête que les libéraux. Tout devait baigner dans l’huile pour faire en sorte que les membres du gouvernement conservateur soient associés, sans y déroger, aux deux règles incontournables du Premier ministre : éthique et probité.

Stephen Harper est plongé dans une véritable situation de crise. Il est encore aux prises avec Élections Canada. Comme le rappelle Le Devoir : « Quand il dirigeait la National Citizens Coalition, un groupe de pression de droite, il avait mené une bataille légale pour que soient abolis les plafonds de dépenses imposés aux groupes d’intérêt voulant participer à une campagne électorale. Il a perdu sa cause en Cour suprême en mai 2004 ».

Élections Canada revient le hanter. Lors de l’élection de 2006, le Parti conservateur a transféré des milliers de dollars dans les comptes bancaires de 67 candidats, argent aussitôt remis au siège social du Parti conservateur pour l’achat de publicités. Ces dépenses de publicité étaient destinées à des campagnes nationales et non à des campagnes en faveur des candidats locaux. Elles auraient dû être imputées, selon l’organisme de contrôle des élections au Canada, au Parti conservateur et non aux candidats locaux. Ce jeu d’échanges bancaires aurait permis au parti conservateur d’excéder de 1,2 million $ le plafond de dépenses permises en vertu de la loi électorale.

Depuis des mois, Élections Canada analyse de près les dépenses publicitaires de 67 candidats conservateurs au pays lors de la dernière campagne électorale, enquête qui a mené à une perquisition de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et d’Élections Canada au quartier général des conservateurs. « Le Commissaire aux élections fédérales a demandé à la GRC d’aider le commissaire à exécuter un mandat de perquisition », avait déclaré John Enwright, porte-parole à Élections Canada. « Le commissaire n’a rien à ajouter ». Stephen Harper n’hésite pas à établir un lien entre cette perquisition et une poursuite intentée par les conservateurs contre Élections Canada concernant son interprétation des règles en vigueur en 2006.

Au terme d’une enquête amorcée en avril 2007, Élections Canada accuse le Parti conservateur du Canada (PCC) et son bras financier, le Fonds conservateur du Canada, d’avoir contrevenu à la loi électorale canadienne. Dans un document assermenté de 70 pages, Élections Canada déclare que le Parti conservateur aurait mis au point, lors des élections fédérales de 2006, un système de transferts frauduleux qui permettait à l’organisation nationale de bénéficier de fonds destinés à des candidats régionaux. Le Parti conservateur du Canada a ainsi dépassé de 1,1 million de dollars la limite des dépenses autorisées à l’échelle nationale, qui était de 18 millions de dollars lors de la campagne de 2006.

Il y a sept mois, le directeur général des élections (DGE) demandait au Commissaire aux élections générales d’enquêter sur cette pratique comptable utilisée par les conservateurs. Le commissaire a pour mandat de veiller à l’observation et à l’exécution de la loi électorale.

Le Commissaire allègue que 67 candidats du parti ont illégalement réclamé 777 000 $ de dépenses qu’ils n’auraient jamais faites. Les conservateurs contestent cette interprétation et tentent d’obtenir gain de cause devant les tribunaux. Ils font valoir que tous les partis agissent de cette façon et qu’ils sont victimes de discrimination. « Je rappellerai au leader du gouvernement que seuls les rapports d’élections des conservateurs sont contestés, pas ceux des autres partis! », a répliqué en Chambre le député bloquiste Michel Guimond. Comme l’indiquait Le Devoir : « Au Québec, tous les élus conservateurs, sauf Jean-Pierre Blackburn et Denis Lebel (élu à la faveur d’une élection partielle), ont participé au système, y compris les ministres Maxime Bernier, Lawrence Cannon et Josée Verner. Dans le reste du pays, le ministre Stockwell Day et le whip du gouvernement, Jay Hill, sont impliqués également ».

Le Commissaire aux élections générales découvre, au cours de son enquête, qu’une agente officielle du Parti conservateur avait émis des doutes sur la légalité de ce système de dépenses. Elle aurait apparemment voulu demander conseil à Élections Canada afin de savoir si le processus était légal. Le parti lui aurait alors déconseillé cette démarche. Le commissaire indique de plus que le parti a cessé de collaborer avec Élections Canada à son enquête. Sur 18 personnes qu’Élections Canada a voulu interroger, 16 ont refusé d’être interviewées.

Selon le Parti libéral du Canada, le ministre des Transports, Lawrence Cannon, ferait partie, d’une poignée de conservateurs qui auraient pu jouer un rôle un peu plus actif dans l’organisation des transferts et sorties de fonds dans les comptes bancaires des candidats conservateurs lors de l’élection de 2006. Outre monsieur Cannon, les noms de Michael Donison, actuel conseiller du leader parlementaire Peter Van Loan, et de Patrick Muttart, chef de cabinet adjoint du premier ministre Stephen Harper sont également cités en raison du rôle qu’ils auraient pu avoir joué dans ces manœuvres bancaires.

Les libéraux du Canada sont prudents car ils se savent en terrain miné : « Nous ne suggérons pas que M. Cannon ait fait quelque chose d’illégal, a déclaré le député libéral de Beauséjour. Ce qui nous inquiète, c’est que son nom est sorti dans des documents présentés à la cour comme étant possiblement quelqu’un qui était impliqué à mettre sur pied ce stratagème », a déclaré le député libéral Dominic LeBlanc. Selon le député LeBlanc, les noms de ces personnes sont mentionnés dans le mandat qui a mené à la perquisition de documents au quartier général du Parti conservateur. M. Cannon ne serait pas un simple « participant innocent ».

Le nom de M. Cannon apparaît effectivement dans les documents déposés en cour pour appuyer la demande de mandat de perquisition. Il est souvent dans la liste des destinataires des courriels où il est question des budgets de publicité de candidats conservateurs au Québec. Les libéraux soutiennent que le ministre Lawrence Cannon devrait être suspendu de ses fonctions le temps que les enquêtes sur les dépenses électorales du Parti conservateur soient terminées et leurs conclusions connues.

D’ex-candidats sortent maintenant de l’ombre pour dénoncer les manœuvres du Parti conservateur du Canada. Certains disent même avoir fait l’objet d’intimidation pour leur refus de participer au stratagème. Un ex-candidat conservateur, dans Richmond-Arthabaska, en 2006, Jean Landry, affirme n’avoir eu droit à aucune publicité locale, ajoutant qu’il est prêt à témoigner à ce sujet. Le montant qu’il a reçu pour une telle publicité a dû être retourné au PCC. Selon M. Landry, le parti lui avait dit que ce principe du « in-and-out » lui permettrait d’être élu dans sa circonscription. L’ex-candidate conservatrice, dans Berthier-Maskinongé, Ann-Julie Fortier, a pour sa part raconté avoir fait l’objet de pression et même de menaces. Selon cette dernière, la menace était claire : si elle n’acceptait pas les faux frais dans sa campagne, elle « serait écartée ». Elle n’y a pas cru mais elle a été remplacée une semaine après le début de la campagne. Un autre ex-candidat, Martial Toupin, poursuit le Parti conservateur. Monsieur Toupin allègue que le parti a comploté pour l’écarter de la prochaine élection parce qu’il ne voulait pas être complice de toutes ces irrégularités.

Dans les entrevues menées par Élections Canada et citées dans le mandat de perquisition, des candidats et des agents officiels mentionnent leur étonnement lorsque l’offre du parti leur a été transmise. Les informations tendent à démontrer que les candidats avaient bien peu de latitude pour refuser l’argent du Parti conservateur. Selon Élections Canada, le stratagème utilisé par les conservateurs était érigé en système et n’avait rien d’improvisé. Tout cela avait pour but, en réalité, de contourner la loi électorale.

Le ministre des Finances, Jim Flaherty, s’est inquiété de la présence des caméras de télévision quand les policiers sont entrés et ressortis du quartier général du Parti conservateur du Canada. Le député conservateur Pierre Poilievre, qui représente la circonscription ontarienne de Nepean-Carleton, a même accusé Élections Canada d’avoir invité le Parti libéral du Canada à assister à la perquisition. Un vidéaste, embauché par les libéraux, était présent au moment de la perquisition, tout comme les caméras des grands médias nationaux qui filmaient la scène. Bref, selon les conservateurs, humiliés, la perquisition menée par la Gendarmerie royale du Canada aux bureaux du Parti conservateur, à Ottawa, a tourné en « cirque médiatique » et accusent de ce fait Élections Canada.

Les libéraux souhaitent maintenant que la Gendarmerie royale du Canada ouvre une enquête pour faire la lumière sur le présumé scandale des dépenses de publicité des troupes de Stephen Harper.

Les conservateurs qui espèrent pouvoir remporter une majorité lors du prochain affrontement électoral auront beaucoup de mal à limiter les dégâts et à convaincre l’électorat.

(Sources : Canoë, Cyberpresse, Le Devoir, Presse canadienne, Radio-Canada-CBC)

____________________________





Israël au coeur des présidentielles américaines

27 04 2008

Israël est-elle au centre de toutes les dérives verbales et de tous les dérapages dans la présente campagne présidentielle et dans la politique extérieure des États-Unis?

La chose est entendue : nous devrons vivre avec le choix du peuple américain pour son prochain président. Ce qui, par contre, est irritant est le fait que les choix de ces présidents élus en matière de stratégie géopolitique, dans le monde, peuvent nous entraîner dans des engagements qui nous sont totalement étrangers. Il faut savoir, comme le Canada et la France l’ont fait, dire un NON retentissant aux « invasions barbares » de l’Amérique.

Qui a dit qu’il n’y avait que les républicains pour tenir un discours belliqueux? Des voix s’étaient élevées pour ralentir les ardeurs de Georges W. Bush au plus fort de la crise nucléaire irano-américaine. Georges W. Bush n’avait pas apprécié l’amiral Fallon, qui a démissionné, le 11 mars dernier, après que ce haut gradé militaire ait émis des critiques, dans la revue Esquire, contre l’attitude de l’administration américaine à l’égard de Téhéran. Georges W. Bush avait de manière on ne peut plus cavalière jeté aux poubelles le rapport Bakker-Hamilton qui proposait aux États-Unis une ouverture des négociations sur le Moyen-Orient avec l’Iran, la Syrie et certains États arabes. Il est inutile de répéter toute la litanie des manquements graves à la logique diplomatique de Georges W. Bush. Le mal est fait. Et regrettables sont les décisions des deux gouvernements de droite du Canada et de la France de s’aligner, a posteriori, sur ce moribond en fin de règne.

Le général David Petraeus remplace le général Fallon et à nouveau le « roulement des tambours » se fera entendre jusqu’au départ de Georges W. Bush. Pendant ce temps-là, Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller du président Carter qui prêche dans le désert, écrivait, le 30 mars dernier, dans le Washington Post : « si on avait demandé au peuple américain il y a cinq ans si l’obsession de Bush pour le renversement de Saddam Hussein valait 4000 vies américaines, près de 30 000 blessés et plusieurs milliards de dollars – sans parler des dommages non mesurables infligés à la crédibilité, à la légitimité et au statut moral des USA dans le monde entier – presque certainement la réponse à cette question aurait été un « non » sans équivoque ».

La Corée du Nord a aidé la Syrie à construire secrètement un réacteur nucléaire qui aurait permis de produire du plutonium à des fins militaires. Ce réacteur été détruit en septembre 2007 par Israël, dans le plus grand secret militaire, avec l’accord de Washington. Répétant le scénario sur l’Irak, les États-Unis ont présenté des documents prouvant, selon eux, que la Corée du Nord a aidé la Syrie à construire un réacteur nucléaire présumé, qui a été bombardé par des avions de guerre israéliens en septembre. En réplique, le représentant permanent de la Syrie aux Nations unies, Bachar Ja’afari, a déclaré : « Le principal objectif des allégations de la CIA américaine contre la Syrie est de justifier l’attaque israélienne contre le site syrien ».

Un nouveau front vient de s’ouvrir : l’axe Syrie et Corée du Nord sur fond de crise nucléaire. Mohamed ElBaradeï, de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a critiqué les États-Unis pour avoir tardé à communiquer leurs informations à l’AIEA alors que, selon eux, le projet syrien a été lancé en 2001, et Israël pour avoir mené le raid aérien, soulignant que les inspecteurs de l’AIEA auraient pu vérifier si des activités nucléaires non déclarées se déroulaient dans les installations. « À la lumière de ceci, je considère que le recours unilatéral à la force par Israël a sapé le processus de vérification qui est au cœur du régime de non-prolifération », a déclaré ElBaradeï. Ce que ne peut préciser Mohamed ElBaradeï sur les raisons qui font que cette information ne sort que très tardivement, d’autres n’hésitent pas à le faire : selon des politologues, l’administration Bush n’a pas voulu dévoiler ces renseignements plus tôt parce qu’elle craignait des représailles de la Syrie contre Israël.

John McCain n’en souhaitait pas mieux pour se remettre au premier plan de l’actualité. Il vient d’imposer un « jab » à son adversaire Barak Obama qui avait déjà déclaré qu’il accepterait de « rencontrer séparément, sans précondition », pendant sa première année de gouvernement, « à Washington ou ailleurs, les dirigeants de l’Iran, de la Syrie, du Venezuela, de Cuba et de la Corée du Nord ». Selon le candidat républicain : « Ils devraient expliquer au peuple américain comment parler sans condition à des dictateurs comme Kim Jong Il, à la lumière des récentes révélations, va servir les intérêts américains ». Le clan McCain ne fait pas dans la nuance. Rien à rivaliser avec la Maison Blanche. Selon Steve Schmidt, conseiller du candidat républicain, si le Hamas souhaite l’élection de Barak Obama, ce n’est qu’en raison de sa seule politique. « Hamas has said they want Barack Obama to win. The reason for that is his policy. He wants to negotiate with the terrorist-funding, nuclear-aspiring, holocaust-denying, Israel-threatening dictator of Iran ».

Comme l’indique avec justesse Richard Hétu, du quotidien La Presse, McCain fait retirer une publicité liant Obama à son ancien pasteur. Par contre il établit lui-même un rapport douteux entre le Hamas et Obama. Et la question que pose le correspondant de la Presse à New York est la suivante : « Aurait-il tout simplement décidé de ne pas parler de Jeremiah Wright pour que ses critiques oublient John Hagee, le pasteur anti-catholique qui lui a donné son soutien? » Il faut se rappeler que John Hagee, de la puissante église Cornerstone de Dallas, avait accordé son soutien au candidat républicain pour les raisons suivantes : « Ce que le sénateur McCain devrait faire, je crois, pour attirer les évangéliques dans son camp, c’est montrer très clairement qu’il est un ardent défenseur d’Israël et qu’il est fort de 24 années de lutte pro-vie [anti-avortement]. Et je pense que sur ces deux points ils se retrouveront sur le même terrain, et auront une compréhension commune ».

Force est de constater qu’Israël est au centre de toutes les attentions.

Et Hillary Rodham Clinton? Selon madame Clinton, elle a ressenti le don de Dieu et elle prend ses décisions sur les questions morales, comme l’avortement et le traitement réservé aux terroristes présumés, après avoir prié, médité et étudié. Hillary Clinton a déclaré sur CNN qu’elle a toujours senti la présence de Dieu dans sa vie. Elle a fait cette déclaration à l’occasion d’un débat sur « la foi et les valeurs » au Messiah College en Pennsylvanie. La religion joue un rôle considérable dans la vie politique américaine et une majorité écrasante d’électeurs avouent qu’ils ne voteraient jamais pour un athée.

Politique oblige. Hillary Clinton a déploré que le chrétien Barack Obama ne respecte pas les gens qui cherchent du réconfort dans la religion. Madame Clinton est revenue sur les propos aigres-doux sur les « cols bleus » tenus par Barack Obama. Mme Clinton a estimé qu’il avait fait une déclaration « élitiste, hors de propos et franchement condescendante ».

En Pennsylvanie, au cours d’un discours formulé à la veille de ces primaires, Hillary Clinton a appelé au soutien des Juifs de cet État, en affirmant que « si l’Iran attaque Israël avec l’arme nucléaire, les États-Unis auront la possibilité de détruire l’Iran complètement ». La menace est claire et limpide : « si elle était élue à la Maison Blanche en novembre, madame Clinton menace de « rayer de la carte » (we would be able to totally obliterate them) l’Iran au cas où ce pays lancerait une attaque nucléaire sur Israël ». Et madame Clinton d’ajouter : « Au cours des dix prochaines années, pendant lesquelles ils (les Iraniens) pourraient inconsidérément envisager de lancer une attaque sur Israël, nous serions capables de les rayer totalement de la carte ». Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, avait affirmé, en 2005, que l’État d’Israël devait être « rayé de la carte ».

Barak Obama a menacé également l’Iran : « les Iraniens peuvent être certains que je répondrai avec force, et qu’il est absolument inacceptable qu’ils attaquent Israël, ou aucun autre de nos alliés dans la région, avec des armes conventionnelles ou nucléaires ». Il a ajouté : « employer des mots comme « rayer de la carte » ne pouvait pas vraiment donner de bons résultats ».

Se disant en inspiration et en réconfort avec la religion, madame Hillary Rodham Clinton mesure-t-elle le sens de cette menace? Rayer un pays de la carte, c’est faire disparaître son peuple, son histoire, son existence même. Au pays de la démocratie et de la morale religieuse, facteur dominant dans les résultats pour l’élection d’un président ou d’une présidente, un tel discours a de quoi surprendre. Encore une fois, de telles menaces, formulées en pareils termes, s’inscrivent bien mal, en temps de paix, dans une logique diplomatique mondiale. Non seulement les États-Unis refusent toutes négociations avec l’Iran et la Syrie, non seulement les États-Unis sèment la guerre et la désolation en Irak, non seulement les États-Unis maintiennent dans l’indignité et la pauvreté la plus extrême le peuple palestinien, voilà que la candidate aux présidentielles 2008 utilise un discours proche du casus belli pour défendre un pays allié.

Si madame Clinton a l’expérience pour occuper le poste de Commandante en chef des armées, vient-elle de démontrer qu’elle en possède également le discernement et la clairvoyance d’un John F. Kennedy? Madame Clinton a-t-elle soupesé les conséquences d’une telle déclaration sur des pays voisins de l’Iran comme la Chine et la Russie? Comme l’indique Dedefensa : « le propos d’Hillary vaut le “Bomb, bomb, bomb Iran” de McCain et la différence entre les deux candidats laisse à peine la place à un papier de cigarette ». Lord Mark Malloch-Brown, ministre britannique, a jugé ces propos imprudents. « While it is reasonable to warn Iran of the consequence of it continuing to develop nuclear weapons and what those real consequences bring to its security, it is not probably prudent… in today’s world to threaten to obliterate any other country and in many cases civilians resident in such a country ».

Et la première chose qu’aurait dû savoir madame Hillary Clinton, en bonne politicienne qu’elle se prétend être, est qu’il est hasardeux et téméraire de répondre – en assemblée publique – à une question hypothétique. Et la deuxième chose que madame Hillary Clinton aurait également dû prendre en compte : l’Iran ne compte pas que des ennemis dans la région. Une tentative d’éradication de l’Iran de la carte ne serait pas sans conséquences. Madame Clinton n’a résolument pas la clairvoyance d’un John F. Kennedy.

N.B. Mes remerciements à Gilles pour ses précieuses informations.

____________________________





New York – Trois policiers déclarés non coupables d’avoir tiré 50 balles et tué Sean Bell

26 04 2008

L’action se passe le 25 novembre 2006. Nous sommes à New York. Dans le quartier du Queens se trouve une banale discothèque. Sean Bell, 23 ans, en sort, accompagné de deux amis, après avoir enterré sa vie de garçon. Il devait épouser le lendemain sa fiancée, mère de leurs deux petites filles. Cinq policiers en civil surveillent la sortie.

Sean Bell sortait d’un bar de danseuses nues soupçonné être un lieu de vente de drogue et de trafic d’armes lorsque, percutant une voiture de police banalisée avec son propre véhicule. Les policiers prennent en chasse la voiture de Sean Bell. Les cinq policiers croient les gens jeunes armés. Ils font usage de leur arme, tuant Sean Bell et blessant grièvement l’un des deux passagers. Au moins 50 balles ont été tirées lors de cette fusillade.

Le décès de Sean Bell avait provoqué des tensions à New York et le maire de la ville, Michael Bloomberg, avait dénoncé « l’usage excessif de la force » des policiers. Les policiers Gescard Isnora, un hispanique noir, et Michael Oliver, un Blanc, inculpés le 19 mars 2007 d’homicide involontaire, risquaient jusqu’à 25 ans de prison. Un troisième policier, Marc Cooper, Noir, avait été inculpé ce même jour de « mise en danger d’une personne par une conduite imprudente » et ne risquait qu’un an de prison.

Vendredi, le magistrat Arthur Cooperman, de la Cour suprême de l’État de New York, a jugé que les trois policiers n’avaient aucune responsabilité criminelle dans la mort de Bell ou les blessures de ses deux amis, Trent Benefield et Joseph Guzman. Sean Bell était un jeune noir de 23 ans, mort la veille de son mariage. « L’Amérique est une nation de lois, et même si tout le monde ne sera pas d’accord avec le verdict, nous acceptons son autorité », a affirmé le maire de New York, Michael Bloomberg, en réaction à ce verdict. « Il sera possible de manifester sa désapprobation de manière pacifique et peut-être d’intenter un nouveau recours en justice », a expliqué le maire, inquiet, de la tournure des événements près du Palais de Justice de sa ville.

Le juge Cooperman a expliqué, dans son verdict, que les trois hommes avaient été acquittés parce qu’un doute raisonnable demeurait sur les preuves présentées lors du procès et parce que les témoins de l’accusation s’étaient contredits au regard de leurs précédentes déclarations et pouvaient avoir des raisons de mentir. Le magistrat a jugé crédibles les déclarations des policiers qui ont affirmé s’être sentis en danger. Il a ajouté cependant que les « questions de négligence et d’incompétence devaient être laissées à d’autres assemblées ».

Selon l’enquête, le policier Oliver, 36 ans, a tiré 31 fois contre la voiture de Sean Bell. Selon l’expert balistique, Alexander Jason, il n’a fallu pas plus de 12,3 secondes à Oliver pour tirer trente et une balles. Le policier Isnora, 29 ans, a tiré 11 fois. Selon le même expert balistique, la balle tirée par l’officier Gescard Isnora aurait brisé la fenêtre de la voiture de telle sorte que le policier aurait pu avoir l’impression que Joseph Guzman, qui était assis sur le siège passager, le visait à son tour. Le policier Cooper, 40 ans, a tiré quatre fois. Oliver, Isnora et Cooper ont affirmé avoir cru que les victimes étaient armées, assurant avoir entendu des phrases comme « va me chercher mon arme ».

Le procureur avait, en cours de procès, souligné que le grand nombre de coups de feu tirés par le policier Micheal Oliver – et le fait qu’il ait pris le temps de recharger son arme – indiquaient que les trois policiers étaient hors de tout contrôle quand ils ont ouvert le feu sur le véhicule de Sean Bell. Et parfaitement conscients de ce qu’ils faisaient.

Lorenzo Steele, un Noir de 42 ans, qui a travaillé comme officier dans une prison pendant 12 ans, est consterné par le verdict. « On ne tire jamais 40 ou 50 fois, c’est presque un assassinat ». Ce n’était pas l’avis du juge Arthur Cooperman qui a décidé, dans son verdict, que les trois policiers n’avaient aucune responsabilité criminelle. Plusieurs personnes venues aux abords du tribunal portaient des tee-shirts rouges portant les inscriptions « Sean Bell rip » (pour repose en paix) et « 50 tirs ce n’est pas de la justice ».

Le chef de la police de New York, Ray Kelly, avait qualifié de « tir contagieux » la décision des policiers de tirer sans d’autres raisons que d’imiter les tirs des voisins. Il avait également admis qu’il y avait bel et bien eu rupture des règles du NYPD : tirer sur un véhicule en mouvement est interdit. De plus, les agents, après trois coups de suite, doivent marquer une pause pour réévaluer leur cible. Le policier Oliver, douze ans de métier, a tiré 31 balles. Sans même s’en rendre compte.

Le nom d’Amadou Diallo résonne davantage dans la communauté noire de New York. En 1999, dans le Bronx, quatre policiers blancs tuent un jeune Guinéen de 41 balles, croyant qu’il allait sortir une arme alors que le jeune homme ne cherchait que son portefeuille. « Le désastre qu’on avait promis d’éviter il y a sept ans s’est reproduit dans le Queens », s’était inquiété le New York Times dans un éditorial.

Ce n’est pas d’hier que la réputation de brutes coiffe la NYPD. Michael Grunwald, du Washington Post, écrivait le 13 avril 1999 : « Les méthodes musclées des forces de l’ordre ont certes fait reculer la criminalité à New York. Mais les brutalités à l’égard des Noirs sont devenues systématiques. « Nous sommes là pour vous aider à survivre ». C’est en ces termes que l’inspecteur Terrance Wansley, de la police de New York, s’adresse à son auditoire, dans un centre communautaire du Bronx. « La rue est dangereuse. Vous devez apprendre à vous protéger afin de rester en vie. » Ces propos pour le moins alarmistes peuvent paraître bien étranges dans le « nouveau » New York du maire Rudolph Giuliani et de son armée de quarante mille agents de police, unanimement loués pour leurs victoires contre le crime. Toutefois, Wansley et ses collègues ne parlent pas d’éventuelles rencontres avec des gangsters ou des délinquants, mais avec… la police. […] Un jour, Sylvia Morales, secrétaire juridique dans le Bronx, a été réveillée brutalement à deux heures du matin. Les policiers venaient d’enfoncer sa porte et l’un d’eux pointait le canon d’un pistolet sur sa tempe. Il s’agissait d’une rafle antidrogue, et l’indicateur avait donné une fausse adresse. « Si j’avais fait un geste, comme Diallo, je serais morte », raconte-t-elle ».

Il convient de rappeler que c’est ce même Giuliani qui avait proposé à la Maison Blanche de propulser l’ancien commissaire de la police de New York, Bernard Kerik, 52 ans, au poste de secrétaire à la Sécurité nationale. Bush accepte. Mais Kerik, sur lequel commençaient à transpirer des rumeurs, retire sa candidature. La presse révèle alors que, dans les mois qui ont suivi le 11 Septembre, il s’est approprié un appartement réservé aux pompiers et aux volontaires travaillant à Ground Zero, pour y amener ses petites amies. En 1993, le policier Bernard Kerik agit comme chauffeur de Giuliani quand celui-ci fait campagne pour la mairie. Le policier et l’ancien procureur sympathisent. A peine élu maire, Giuliani le nomme secrétaire adjoint aux prisons de la ville, puis numéro 1 de ce département, puis commissaire de New York, en 2000. Au terme de son mandat de maire, fin 2001, Giuliani l’associe à la compagnie qu’il vient de créer, Giuliani Partners. L’entreprise, dont l’un des principes affiché est « l’intégrité », procure des conseils en matière de sécurité, d’évaluation des menaces et de lutte antiterroriste. En novembre 2007, Kerik a été inculpé de corruption pour avoir perçu des pots-de-vin d’entreprises suspectées d’être liées à la mafia (Libération).

Sean Bell est mort, tué de quatre balles. Ses deux amis ont été blessés ; l’un d’eux a reçu onze balles. L’affaire Diallo n’avait pas été digérée. L’affaire Sean Bell hantera maintenant les rues de New York. Pour un compte rendu plus complet des événements de vendredi, WCBSTV.

Video au moment des faits





La France en Chine : l’histoire avec un grand H?

25 04 2008

La diplomatie que pratique la France, depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy, est curieuse à plus d’un titre. Ce n’est pas la première fois que le président français se fait reprocher d’agir en solitaire, laissant derrière l’Union européenne, dont il assumera, il ne pas l’oublier, la présidence en août. Pendant que la Commission européenne envoie à Pékin dix de ses membres éminents, dont son président, Nicolas Sarkozy envoie ses émissaires français, Christian Poncelet et Jean-Pierre Raffarin. Dans ce dernier cas, la visite de Jean-Pierre Raffarin en Chine était prévue de longue date.

Dans son entretien fleuve devant la nation, Nicolas Sarkozy a déclaré, jeudi soir, qu’il avait été « choqué par ce qui s’est passé au Tibet » et qu’il l’avait « dit au président chinois » Hu Jintao. Il a toutefois affirmé qu’il ne voulait pas mettre la Chine « au ban des nations ». Nicolas Sarkozy a également indiqué qu’il n’avait pas encore pris de décision sur sa participation à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques de Pékin en août prochain. Encore une fois, faut-il voir dans cette déclaration une ambiguité toute sarkozienne sur la question tibétaine? Comme l’indique Bellaciao, Nicolas Sarkozy n’appelle pas à l’indépendance de la province. Une indépendance « que même le dalaï-lama ne réclame pas », a-t-il indiqué. Ce qui n’est pas sans rappeler Bernard Kouchner et son « ne soyons pas plus tibétains que les tibétains ». Quant à sa présence à Pékin pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques, Nicolas Sarkozy a refusé de se prononcer. « Ce serait bien que sur cette affaire-là, l’Europe s’exprime d’une même voix », a-t-il tout de même souhaité. Oui à la solidarité européenne, lorsque requise pour l’intérêt de Nicolas Sarkozy.

Pendant que Nicolas Sarkozy exprime à la jeune athlète chinoise, Jin Jing, toute son « émotion » pour la bousculade dont elle a été victime, et l’invite de revenir en France comme son « invitée personnelle », Jean-Pierre Raffarin règle des problèmes internes par médias interposés. En entrevue au China Daily, dans un entretien réalisé à Paris, avant de s’envoler pour la Chine, Jean-Pierre Raffarin a déclaré : « Le geste de Delanoë est une très grave erreur politique […] J’ai vraiment honte que le conseil de Paris soit allé à l’encontre des efforts du président Sarkozy pour améliorer les relations sino-française ». Avant d’ajouter : « Si le conseil de Paris veut honorer quelqu’un qu’il considère comme un héros, il doit d’abord analyser le candidat de manière objective et globale, et pas sur une impulsion ». Et comme il fallait s’y attendre, le chef du gouvernement chinois, Wen Jiabao, s’est félicité des propos de Jean-Pierre Raffarin condamnant la décision du maire de Paris, Bertrand Delanoë, de faire du Dalaï lama un citoyen d’honneur de la capitale française.

Un commentateur, sur le site du Nouvel Observateur, écrit : « Aller critiquer en Chine une décision d’un maire d’une grande ville française relève d’un mépris total envers les Français !!!! De plus c’est une ingérence inadmissible dans les affaires de la ville de Paris, qui sont indépendantes de la politique d’abaissement adopté par les autorités françaises devant les chinois !!! ».

Pourquoi la Chine a-t-elle attaqué si férocement la France? La réponse se situe invariablement dans les questions commerciales : 850 entreprises françaises sont présentes en Chine. Malgré cela, la France n’est qu’un partenaire économique relativement modeste pour la Chine, loin derrière l’Allemagne, la Grande-Bretagne et même l’Italie. Un « maillon faible », disent certains, et avec lequel Pékin aurait délibérément choisi de faire un exemple.

« La France est une cible commode parce que l’enjeu politique reste très symbolique car cette supposée relation privilégiée est surtout de l’ordre du discours », note Françoise Mengin, du Centre d’études et de recherches internationales (Ceri), au quotidien Libération. « La France n’est que le cinquième client européen de la Chine. La position de la France sur le marché chinois ne pourra pas rattraper celle de l’Allemagne tant que les gros contrats ne sont pas soutenus par un commerce courant », explique Françoise Mengin. La « Chine représente le plus gros déficit commercial de la France, avec 16,2 milliards d’euros en 2006 [un chiffre qui a doublé depuis 2002] ».

Selon le Figaro : « À l’envoyé spécial du président chinois, Nicolas Sarkozy et Jean-David Levitte ont rappelé vendredi que, lorsque la France vend pour un euro à la Chine, celle-ci vend pour quatre euros de produits « made in China ». Quant au chiffre d’affaires des 112 magasins Carrefour en Chine, il ne participe que pour 2 % du chiffre d’affaires. «Le boycott est une arme à double tranchant», a-t-on signifié côté français ».

Cette parade française auprès des dirigeants chinois fera-t-elle de la France un partenaire plus important en matière d’échanges commerciaux? Quelles en seront les retombées? Chine Informations en donne une première indication : « Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a dit que la France avait été la première puissance occidentale à établir des relations diplomatiques avec la Chine, et aussi le premier pays membre de l’Union européenne à établir un partenariat stratégique global avec la Chine ». C’est le passé. « Wen Jiabao a apprécié les efforts positifs de Raffarin pour promouvoir la compréhension et la coopération entre les deux pays et les deux peuples ». C’est le présent. « Préserver la réunification et la stabilité de Chine est dans l’intérêt de tous les pays, a dit Raffarin, notant que les peuple français et celui d’Europe devaient augmenter leur connaissance de la situation réelle du Tibet ». C’est l’avenir.

Que signifie aux yeux de Jean-Pierre Raffarin : « augmenter leur connaissance de la situation réelle du Tibet », lorsqu’il considère que « le geste de Delanoë est une très grave erreur politique […] » et qu’il a « vraiment honte que le conseil de Paris soit allé à l’encontre des efforts du président Sarkozy pour améliorer les relations sino-française ». Selon Chine Informations, Raffarin a dit que la France continuerait à déployer des efforts positifs pour faire avancer les relations UE-Chine et les relations franco-chinoises. Faut-il voir dans cette déclaration la politique que mènera, lors de sa présidence, la France à la tête de l’Union européenne?

La Chine ne peut que se réjouir du discours particulièrement obséquieux de Jean-Pierre Raffarin à son égard : « Vous soutenez l’organisation par la Chine des jeux Olympiques, vous vous opposez à lier la politique et les JO, exprimant par là l’amitié à l’égard du peuple chinois », a déclaré le Premier ministre chinois à l’égard de Raffarin. « Vous avez souligné à plusieurs reprises qu’entre États, il faut respecter la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale », a-t-il ajouté. « Nous tenons à exprimer notre haute appréciation ».

« L’actualité médiatique ne doit pas faire oublier l’Histoire avec un grand H », a déclaré Christian Poncelet. Est-ce que cette dénonciation de Jean-Pierre Raffarin à l’égard du maire Bertrand Delanoë constitue aux yeux de monsieur Poncelet une nouvelle page de l’histoire avec un grand H? La question mérite d’être posée. Paris n’a pas honoré un voyou de quartier mais un prix Nobel de la paix. Y aurait-il confusion des genres à l’Élysée ou dans les officines de l’UMP ? Pourquoi le Quai d’Orsay ne fait-il pas fait entendre sa voix?

____________________________





Après la Pennsylvanie, le duel Clinton-Obama sert-il les intérêts des démocrates?

24 04 2008

En politique, l’intérêt supérieur de la nation peut-il l’emporter sur l’intérêt des particuliers? Face aux résultats des présidentielles américaines, qui n’en finissent plus, il est particulier de voir une formation politique se refuser à devancer le choix de son candidat. Le duel Clinton-Obama s’enlise. Et force est de reconnaître que les arguments qui fusent du clan Clinton sont du plus bas niveau. Ce qui constitue en soi une occasion unique pour les républicains de John McCain.

« Le peuple américain ne renonce jamais, et il mérite un président qui n’abandonne pas non plus. Si vous êtes prêts, je suis prête », clame tout haut Hillary Clinton. Sauf que madame Clinton ne montre pas un sens aigu de la gestion financière des fonds qui lui sont confiés. Sa campagne bat de l’aile : elle a levé 21 millions de dollars en mars, mais affiche 10,3 millions de dettes, alors qu’Obama a empoché 43 millions et compte sur des réserves de 51 millions de dollars.

Ted Stanger est l’ancien correspondant à Paris du magazine Newsweek. Interrogé par L’Express, il déclarait : « Hillary Clinton est jugée comme une femme obstinée, bornée. Financièrement, elle a mal géré sa campagne durant les primaires. Ses fonds ont été utilisés de manière très inefficace. Elle a quand même dépensé 25 millions de dollar dans l’Iowa pour ne récolter que la troisième place » ! Et comme le fait remarquer avec à propos Ted Stanger : « personne au sein du parti n’a le cran de lui avouer qu’elle n’a aucune chance et qu’il vaudrait mieux jeter l’éponge. Bill Clinton est mal placé pour lui tenir un tel discours, c’est le mari-adultère! Howard Dean, candidat malheureux aux primaires démocrates de 2004 avait bien tenté le coup après le Super Tuesday de février et ses mauvais résultats. En vain. Il n’a pas réussi à lui faire reconnaître son manque de préparation ».

Dans son éditorial, le New York Times, cité par le quotidien Le Monde, se plaint du résultat du scrutin en Pennsylvanie, qu’il qualifie « d’improductif ». « Cette campagne était encore plus vide et désespérée que les précédentes (…). Les électeurs sont fatigués de tout ça. Le processus politique est vidé de son sens, et il ne fonctionne pas. Il est temps pour la sénatrice Hillary Rodham Clinton de reconnaître que toute la négativité, dont elle est en grande partie responsable, ne fait rien d’autre que de lui nuire, de nuire à son adversaire, à son parti, et à l’élection en elle-même ».

Il se trouve des démocrates, comme le gouverneur du Tennessee Phil Bredesen, qui n’a pas donné son appui à quiconque dans la course, qui craignent de plus en plus les effets négatifs de cette campagne sur les Démocrates : « Ils sont là, un devant l’autre, à se battre et se faire saigner, tandis que personne ne gagne. Ça souligne le besoin de trouver la façon d’arriver à une conclusion », a déclaré le gouverneur au New York Times.

M. Obama compte un total de 1.720 délégués contre 1.590 pour sa rivale. Il faut obtenir le soutien d’au moins 2.025 des 4.049 délégués qui siègeront à la Convention démocrate, pour décrocher l’investiture. 233 « super délégués » pencheraient pour Obama, 258 pour Clinton alors 305 observent. Ils sont très courtisés. Selon le site spécialisé indépendant RealClearPolitics (RCP), aucun candidat ne pourra atteindre cet objectif d’ici la fin des primaires en juin prochain. Il est clair maintenant que la décision appartiendra aux quelque 800 « super délégués » démocrates.

Et les sondages n’améliorent pas la position inconfortable de la sénatrice de New York : un sondage, réalisé par le Washington Post et ABC News, indique que 62% des électeurs démocrates estiment que Barack Obama a les meilleures chances de gagner en novembre contre 31% qui citent Mme Clinton. Et la confiance en la sénatrice de New York s’érode. Selon 58% des personnes interrogées, Mme Clinton n’est « ni honnête, ni digne de confiance ».

Les résultats de Pennsylvanie ne sont en rien une victoire pour Hillary Clinton. Les sondages prédisaient un tel scénario en raison de la composition de la population de Pennsylvanie, principalement blanche, âgée et moins diplômée que celle des autres États du pays de l’Oncle Sam. Madame Clinton a obtenu l’avance qu’il lui fallait pour rester en lice. Avec ces résultats, la sénatrice pourra solliciter l’argent nécessaire pour poursuivre la lutte électorale et les super-délégués devront attendre avant de se prononcer. Un fait demeure : les « super-délégués » se prononceront, pour un candidat, probablement Obama, lorsque les dés seront jetés et que les résultats deviendront incontournables.

Quel est l’horizon de madame Clinton? Il leur reste encore neuf régions à se disputer, à savoir Guam (le 3 mai, 4 délégués en jeu), la Caroline du Nord (le 6 mai, 115 délégués), l’Indiana (le 6 mai, 72 délégués), la Virginie Occidentale (le 13 mai, 28 délégués), l’Oregon (le 20 mai, 52 délégués), le Kentucky (le 20 mai, 51 délégués), Porto Rico (le 1er juin, 55 délégués), le Montana (le 3 juin, 16 délégués) et le Dakota du Sud (le 3 juin, 15 délégués).

Le 6 mai prochain, les militants démocrates seront appelés à voter dans l’Indiana et en Caroline du Nord. Si Barack Obama devait remporter ces deux scrutins, Hillary Clinton sera de plus en plus confrontée à un rappel du parti démocrate qui voudrait bien voir Barack Obama concentrer ses efforts contre John McCain. Si toutefois la sénatrice remportait ces deux scrutins, elle serait plus en mesure de tenter de convaincre quelques « super délégués » de lui donner leur appui. Plusieurs observateurs croient par ailleurs qu’un grand nombre d’entre eux feront leur choix après le 3 juin.

Est-ce que le fait que madame Clinton a gagné dans les « grands » États comme New York et la Californie et dans nombre d’États-clefs peut la mener en droite ligne à la Maison Blanche? Rien n’est gagné. Il apparaît même que les messages vont se durcir dans un camp comme dans l’autre. Chacun fourbit ses armes. Barack Obama devra revoir sa stratégie pour éviter d’être placé sur la défensive comme ce fut le cas en Pennsylvanie. Un mot de trop, « amertume » de l’Américain moyen, a coûté cher au sénateur de l’Illinois. Obama n’a pas réussi à se dépêtrer de cette gaffe. Par contre, dans l’autre camp, lancer un clip catastrophiste mêlant images de la crise des missiles à Cuba en 1962 et de Ben Laden en a choqué plus d’un. Face à ces dangers, être président des États-Unis « c’est le boulot le plus dur au monde […] à votre avis, lequel [d’entre nous] est à la hauteur ? » demande une voix off.