Message à la communauté chinoise canadienne

15 04 2008

Place Tiananmen, au cœur de la capitale, Stéphane Paquet, du quotidien La Presse, a rencontré Luo Xiuying, enseignante à l’Université des minorités. Pour cette personne, dont la bonne foi ne peut être mise en doute, il est clair que le gouvernement traite très bien les Tibétains. « Le gouvernement a dépensé beaucoup pour le Tibet », souligne-t-elle. Un autre de vos compatriotes, Yao Wenju, n’est pas non plus content de ces manifestants qui perturbent sa joie olympique. « On est tous des Chinois. Ce n’est pas correct de faire ça ».

Stéphane Paquet a eu la gentillesse de nous rapporter ce que Le Global Times, journal publié en mandarin, a publié sur sa première page : une photo d’étudiants chinois à Paris. Des manifestants pro-Tibet? Plutôt de jeunes Chinois qui critiquent les manifestants pro-Tibet. Le journaliste prend la peine d’écrire que la plupart des manifestants ne connaissent pas la situation en Chine ni au Tibet parce qu’ils n’y ont jamais mis les pieds. Ils croient seulement les médias locaux, ajoute-t-il.

Ottawa, au cœur de la capitale canadienne. Vous avez été près de 3.000, selon les forces policières canadiennes, (5.000 selon d’autres médias) à manifester dimanche votre appui au gouvernement de la Chine. Petite anecdote : Xinhua, votre agence de nouvelles, évalue à 10.000 le nombre de vos concitoyens venus appuyer le gouvernement de votre pays à Ottawa. L’agence qualifie cette manifestation d’une des plus grandes manifestations organisées par des Canadiens d’origine chinoise depuis 50 ans. Elle a représenté toutes les communautés chinoises à travers le Canada.

Vous avez brandi, sur la colline parlementaire, des drapeaux chinois et entonné l’hymne national du pays. Vous avez distribué, sans entraves policières – c’est le prix de la liberté –, des tracts aux journalistes implorant le premier ministre, Stephen Harper, de condamner les « séparatistes tibétains » accusés d’entretenir la violence. Vous avez pu, également, brandir des affiches sur lesquelles on pouvait lire : « Non aux émeutes, non au séparatisme », « Une Chine, une famille » et « Le Tibet fera toujours partie de la Chine ».

Un de vos compatriotes, qui habite Toronto, cité par Xinhua, n’hésite pas, tant sa foi est grande envers le gouvernement de votre pays, la Chine, à déclarer : « Au cours de ces 20 dernières années, la Chine s’est beaucoup améliorée dans les domaines tels que, entre autres, l’économie, le niveau de vie et la liberté politique ». Et pour l’agence de nouvelles Xinhua, la raison de ce grand rassemblement libre, sur la colline parlementaire, était pour exprimer la colère de la communauté chinoise canadienne contre les violences menées par des séparatistes tibétains et des reportages déformés publiés par des médias occidentaux.

Raymond Li, un compatriote qui habite Montréal, n’hésite pas à déclarer, selon Xinhua, que, pour juger la situation des droits humains et d’autres questions en Chine, les Occidentaux doivent apprendre à regarder les choses d’une autre façon, au lieu d’imposer leurs propres points de vue à d’autres pays. Dans toute manifestation d’envergure, il convient de faire appel à des porte-paroles officiels. Huang Xingzhong, dirigeant de la communauté chinoise à Ottawa, formule le commentaire suivant : « En tant que Chinois d’outre-mer, la Chine est notre patrie et le Canada est notre famille nouvellement adoptée. Nous sommes fiers que les JO d’hiver se tiennent en 2010 à Vancouver. Nous sommes également fiers que les JO d’été se déroulent cette année à Beijing. Nous voulons la paix, nous voulons que les JO de Beijing soient couronnés de succès ».

Selon CCTV Journal, autre média chinois, dont l’impartialité ne saurait être remise en doute, j’imagine, quelque 30 communautés chinoises ont écrit au Premier ministre, Stephen Harper, pour exprimer leur opposition à l’indépendance du Tibet et dénoncer la partialité des reportages de certains médias canadiens sur les émeutes qui avaient secoué la région autonome. Permettez-moi ce bref aparté : CCTV Journal ne fait aucune mention du boycott de Radio-Canada en Chine. Un oubli, j’imagine.

Ces communautés chinoises, donc, appellent, dans leur lettre, le gouvernement canadien à étudier les faits et à écouter les opinions du million deux cent mille Chinois qui vivent au Canada. Les Chinois d’outre-mer affirment que certains médias canadiens n’ont pas couvert les faits de façon impartiale mais ont, au contraire, fustigé le gouvernement chinois. Ils poursuivent leur missive en demandant si les Canadiens accepteraient que les supporteurs de l’indépendance du Québec ne déchirent le drapeau Canadien devant un consulat étranger. Rendons justice à Luo Lisi, de CCTV Journal, d’avoir remis à l’ordre du jour la conjoncture politique interne du Canada avec les méchants séparatistes du Québec.

Le Québec pourrait accueillir les méchants séparatistes tibétains et créer une terre d’accueil pour ce peuple. Pourquoi diable le gouvernement du Québec n’y a pas pensé plus tôt.

Vous voyez, mes chers amis, de la communauté chinoise canadienne, il est possible que nous puissions rapporter, sans difficultés aucunes, vos préoccupations, vos manifestations, vos déclarations, vos inquiétudes, vos appuis politiques, sans qu’il soit nécessaire de rappeler ce jour de 1989 à Place Tiananmen.

Vous pouvez constater, également, qu’il est vous est encore possible de brandir – en toute liberté – sur la colline parlementaire canadienne vos drapeaux, vos bannières, vos couleurs, vos slogans, votre colère par la distribution de vos tracts. Le Canada est un pays de liberté. Qui remettrait en question le poids politique de vos revendications devant le Parlement du Canada? Selon Statistiques Canada, les Chinois ne représentent plus la minorité visible la plus importante (1,2 million), les Canadiens originaires d’Asie du Sud les ont devancés (1,3 million). « Leurs principaux pays de naissance sont l’Inde, le Pakistan et le Sri Lanka », précise Hélène Maheux, analyste chez Statistique Canada, tel que rapporté par le quotidien La Presse.

Le Canada ne se montre-t-il pas généreux et compréhensif à l’égard de l’organisation chinoise? Prenez pour exemple les exigences du Comité olympique canadien. Les athlètes et les membres des médias francophones de la mission canadienne aux Jeux olympiques et paralympiques de Pékin pourraient être accueillis cet été par des bénévoles qui ne parlent pas français. Pour plusieurs des postes de bénévoles, le Comité olympique canadien exige la maîtrise de l’anglais et du mandarin, oubliant la deuxième langue officielle du Canada. Le Centre de presse principal, le Centre de technologie de la performance, le Centre canadien de santé, les équipes à l’extérieur du Village et la Maison olympique du Canada font partie de ces secteurs où l’aide de bénévoles bilingues sera requise. Mais dans plusieurs cas, le bilinguisme fait référence à l’anglais et au mandarin.

Ne nous disputons pas pour si peu. Il y a longtemps que le français a perdu de son lustre dans mon pays.

Victor Wong, du Conseil National des Canadiens Chinois, a estimé, bien avant ces manifestations sur la colline parlementaire, que les amendements proposés à la Loi canadienne sur l’immigration et la protection des réfugiés risquaient d’envoyer le message aux immigrants qu’ils sont considérés par le Canada comme des commodités économiques et non des personnes à part entière. Le changement de cap soudain du gouvernement et le secret gardé sur la nature du plan conservateur créent de l’inquiétude et de l’anxiété parmi les communautés ethniques. Pourtant, des porte-paroles du gouvernement canadien avaient assuré que les changements ne cibleraient pas de communautés en particulier. Ils ont soutenu que de tels efforts contreviendraient à la Charte canadienne des droits et libertés.

Pour revenir à votre cher pays, la Chine, le Quotidien du Peuple poursuit dans le sens de vos revendications devant la colline parlementaire canadienne et accuse lundi les médias occidentaux de désinformation sur les manifestations qui ont visé le passage de la flamme olympique et d’avoir exagéré leur importance. La synchronisation des messages est puissante dans votre pays. Le journal reproche, cette fois, au parlement européen de ne pas avoir condamné la « clique du dalaï-lama ». Quelle vilaine expression, convenons-en, tout de même. Comme cela était prévisible, avec ces fauteurs de trouble que sont les tibétains, des policiers ont découvert une trentaine d’armes à feu à l’intérieur d’un temple tibétain de la province du Sichuan, dans le centre-sud de la Chine, où ont eu lieu des émeutes ces dernières semaines.

Comment faire cesser ces messages véhiculés de par le monde par la « clique du Dalaï-lama ». Ces messages deviennent insupportables, à la fin. Et je peux comprendre, mes amis, de la communauté chinoise canadienne, qu’il ne vous plaît de les entendre à satiété.

« Je soutiens l’organisation des jeux mondiaux par les Chinois parce que la Chine est la nation la plus peuplée, la plus ancienne », a déclaré le chef spirituel du bouddhisme tibétain. Les Chinois « méritent vraiment » les JO, a-t-il souligné. Le Dalaï lama réitère fréquemment ses offres de dialogue aux autorités chinoises qui refusent tout contact avec lui depuis l’éclatement des troubles. « Je suis vraiment triste que le gouvernement (chinois) en vient presque à me diaboliser », s’est plaint le Prix Nobel de la paix. « Je ne suis qu’un être humain, pas un démon, du moins je l’espère », s’est permis de plaisanter le Dalaï lama.

De quoi se plaint donc ce moine, âgé de 72 ans, qui perturbe la planète? « Nous sommes en lutte contre quelques uns des dirigeants de la République populaire de Chine, et non contre le peuple chinois », a ajouté le chef tibétain dans un communiqué publié des États-Unis. Que vaut la sagesse de ce vieil homme en comparaison avec celle du vénéré Hu Jintao qui déclare avec conviction : « Si le dalaï-lama souhaite vraiment un accord, il doit le montrer par ses actions. S’il abandonne ses activités séparatistes, ses complots incitant à la violence, ses projets de sabotage des Jeux olympiques de Pékin, nous sommes prêts à tout moment à poursuivre le contact et le dialogue ».

Comme vous le savez, mes amis, de la communauté chinoise canadienne, le bouddhisme est très présent au Japon. Les autorités de ce gouvernement n’ont jamais rencontré officiellement le Dalaï lama. Pourtant, mes amis, pourtant, selon son Premier ministre, Yasuo Fukuda, la Chine est « la principale responsable » du problème tibétain et a appelé Pékin à « résoudre la question par le dialogue ».

En terminant, 4000 exilés tibétains sont descendus dans la rue à Katmandou au Népal pour protester contre la répression chinoise au Tibet. Serait-ce le début de la sagesse? Toujours est-il, chers amis de la communauté chinoise, La police népalaise, qui avait dispersé violemment de récents rassemblements pro-Tibet, n’est cette fois pas intervenue. Le Népal a été critiqué par les organisations internationales de défense des droits de l’homme et par les Nations unies, qui lui ont reproché un usage excessif de la force lors des précédentes manifestations.

Ce qui est enfin est fâcheux, très fâcheux, mes amis de la communauté chinoise, est cette nouvelle de France qui veut que, selon des spécialistes français du renseignement, le président Hu Jintao aurait mis en place une cellule de crise sur le Tibet, à usage interne, mais également externe. On en voit aujourd’hui les effets en terme de communication ; aucune accusation ou mise en cause ne doit rester sans réponse et le gouvernement chinois distribue les bons et les mauvais points. Avant votre manifestation de dimanche, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères avait dénoncé sans ménagement l’ingérence grossière des députés européens dans les affaires intérieures chinoises. Ils avaient réclamé la reprise du dialogue entre la Chine et le Dalaï Lama. Et voilà que dimanche, vous intervenez en masse dans les affaires canadiennes pour lancer, en sol canadien, des noms d’oiseaux au Dalaï lama.

La population canadienne ne serait donc pas la seule à douter. S’il nous est encore permis de douter de la bonne foi du gouvernement de la Chine. Avec tous mes respects, chers amis de la communauté chinoise canadienne,

Pierre R. Chantelois

____________________________

Publicités

Actions

Information

15 responses

15 04 2008
Dominique Hasselmann

L’idée d’accueillir sur votre sol les Tibétains lassés de la répression (d’après les médias occidentaux) qu’ils subissent de la part des Chinois est excellente et devrait être communiquée aux responsables politiques concernés.

Un havre de paix, un climat pas trop dépaysant (j’ai entendu dire qu’il y avait parfois chez vous des températures « himalayennes »), du travail à profusion dans des MacDo’s ou autres pizzerias, permettrait d’évacuer petit à petit cette population qui gêne, finalement, les touristes arrivant par le train direct récemment inauguré : enfin, la gare de Lhassa n’exhiberait plus ces robes de moines qui nous ramènent à un système féodal qui n’est plus de saison !

15 04 2008
Pierre Chantelois

Dominique

Nous sommes, le peuple québécois, d’un incommensurable bonté et d’une incontournable compassion. Nous soufflons le chaud et le froid mais nos cœurs sont toujours comme une braise d’amour et de bonne volonté. Le Québec aurait, je n’en doute pas un instant, un coin de pays pour ces moines sympathiques, pour leur Dalaï lama nobélisé et leur gouvernement en exil. Qui sait? La réconciliation avec notre grande communauté chinoise canadienne prendra peut-être forme ici même en sol québécois.

Il n’est pas encore interdit de rêver au Québec.

Pierre R. Chantelois

15 04 2008
Françoise

Belle lettre Pierre.

Une question me turlupine : Pourquoi les Chinois qui vivent à l’étranger y restent-ils ? La Chine est un merveilleux pays pourtant….

15 04 2008
Pierre Chantelois

Françoise

Si vous saviez la tentation que j’ai eue de faire référence à ce fait. Il faut toutefois dire que, dès 1788, les premiers émigrants chinois viennent s’installer au Canada, au nombre de 50 artisans, accompagnant le capitaine John Meares. Ils ont pour tâche de construire un poste de traite, de favoriser l’expansion du commerce des peaux de loutres de mer entre Canton et Nootka Sound. En 1860, la population chinoise de l’île de Vancouver et de la Colombie-Britannique est estimée à près de 7000. Elle est composée de jeunes paysans venus du Sud de la Chine, qui participent, dans d’effroyables conditions, à la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique. De 1880 à 1885, 15 000 travailleurs d’origine chinoise construisent le tronçon du chemin de fer en Colombie-Britannique. Grâce au chemin de fer transcanadien, les communautés chinoises bourgeonnent dans le pays.

Au XIXe siècle, la guerre et la rébellion en Chine forcent de nombreux paysans et travailleurs à chercher leur moyen de subsistance ailleurs. La pauvreté des campagnes et les crises politiques chinoises occasionnées par les guerres de l’Opium (1939-1942) et la rébellion de Taiping (1850-1864) stimulent l’émigration chinoise.

En juin 2006, le Premier ministre Stephen Harper avait offert aux Canadiennes-Chinoises et aux Canadiens-Chinois des excuses complètes pour la taxe d’entrée qui leur avait été imposée (avec l’adoption de la Loi de l’immigration chinoise de 1885, une taxe d’entrée de 50 dollars avait été imposée aux nouveaux arrivants d’origine chinoise. Par la suite, le gouvernement avait augmenté cette taxe à 100 dollars, en 1900, puis à 500 dollars, en 1903) et a exprimé ses plus profonds regrets pour l’exclusion subséquente des immigrants chinois de 1923 jusqu’en 1947.

Le gouvernement avait aussi annoncé son intention d’offrir une somme symbolique de 20 000 dollars à titre gracieux à chaque personne d’origine chinoise qui a payé cette taxe d’entrée et qui est toujours en vie, ainsi qu’aux conjoints des personnes décédées.

Pierre R. Chantelois

15 04 2008
Françoise

Je sais que les Chinois ont été exploités en Amérique dans des conditions épouvantables. Je sais aussi que la « guerre de l’opium » menée par les Anglais a été une horreur. Jusqu’à quand faudra-t-il « rembourser » les erreurs des prédécesseurs ?

« Le gouvernement avait aussi annoncé son intention d’offrir une somme symbolique de 20 000 dollars à titre gracieux à chaque personne d’origine chinoise qui a payé cette taxe d’entrée et qui est toujours en vie, ainsi qu’aux conjoints des personnes décédées. »

Les gouvernements sont toujours généreux (surtout avec nos impôts)… Actuellement personne n’est plus responsable de ce passé.

15 04 2008
clusiau

Ha non Pierre, pas des moines et des osties de religieux encore.
Y en a marre. Déjà qu »on doit se faire les femmes en foulard qui marchent 5 pieds derrière leur tyran sur la rue. Ça va faire.
Ces chinois dont tu parles dans ta lettre sont des hypocrites au rire jaune !
On devrait demander aux Anglais qui se sont faits tasser à Vancouver ce qu’ils pensent des chinoiseries. Salut.

15 04 2008
Pierre Chantelois

Françoise

Parfois, réparer le poids du passé peut signifier aussi accroître ses dividendes auprès de ces communautés. En effet, les gouvernements sont très généreux dans certaines circonstances et se montrent économes – très économes – dans d’autres circonstances, comme dans des programmes essentiels de la vie quotidienne : éducation et santé.

Clusiau

Voilà une opinion nette et bien québécoise 🙂

Pierre R. Chantelois

15 04 2008
Gilles

Contradictions et incohérences.
 
Les Occidentaux enfants des Lumières en sont venus à la conclusion que tout nationalisme est détestable sinon dépassé, sauf dans le cas de petits peuples opprimés, ou que nous jugeons opprimés, ou dans le cas de nations qui ont des régimes « autoritaires », ou dans le cas de leur propre nation ; alors ils la [l’oppression] réprouvent en paroles, mais ils ne font rien de concret (une manifestation de citoyens n’est pas une action de l’état). Bien entendu, le nationalisme des autres est détestable ; ne demandez pas à un Britannique, à un Israélien, à un Canadien ou à un Américain de dénoncer le nationalisme de son propre pays ! Certains même vous répondront qu’ils ne sont pas nationalistes…

Alors ? Il suffit d’observer la réaction des Chinois qui vivent hors de Chine ; les penseurs des Lumières n’ont pas tenu compte de la force de l’appartenance ethnique, du lien vécu avec les Ancêtres, de l’attachement à la langue et à la culture. Huang Xingzhong le dit : « En tant que Chinois d’outre-mer, la Chine est notre patrie […] » et qu’est-ce que la patrie ? La terre des ancêtres.
 
Je pense que seuls des intellectuels aux sentiments intellectualisés comme Pierre Trudeau, Stéphane Dion dans une certaine mesure, certains propagandistes de l’Europe supra-nationale et les grands industriels (mais pour d’autres raisons) nient la force du sentiment d’appartenance (des autres, of course). Autrement dit, ceux qui refusent au Québec ce qu’ils accordent au Tibet me semblent aussi incohérents que ceux qui prônent un état mondial.
 

15 04 2008
clusiau

@Gilles

….Huang Xingzhong le dit : « En tant que Chinois d’outre-mer, la Chine est notre patrie […] » et qu’est-ce que la patrie ? La terre des ancêtres…..

Les Juifs disent la même chose, quoique les Chinois peuvent prouver que ce territoire est bien à eux ! Leurs Tibétains ce sont les Palestiniens.

Moi, depuis que j’ai vu que les temples Tibétains étaient devenus des bordels, je ne peux plus endurer les chinoiseries.

16 04 2008
Gilles

Clusiau,

Je voulais dire que les Chinois qui vivent au Canada semble avoir plus de loyauté envers la Chine qu’envers leur nouveau pays. Mais je ne singularise pas les Chinois ; je me souviens que dans le quartier italien de Montréal, ceux qui s’intéressent à la Formule 1 étaient tous partisans du pilote de leur pays : Michael Schumacher (et non Jacques Villeneuve).

16 04 2008
Pierre Chantelois

Gilles
Clusiau

Intéressants échanges. Tout peuple opprimé rend difficilement objective la vision qu’on peut avoir de l’oppresseur. Surtout lorsque tout cela est invoqué sous les fallacieux contours d’un nationalisme intégral, comme, notamment, la protection de l’intégrité territoriale.

Je viens de rédiger un autre article sur la vision de la Chine face à la France. La Chine se refuse à toute ingérence mais elle n’hésite pas à tancer tout pays qui reçoit ou anoblit la Dalaï lama. Et la France, malheureusement, risque de se monter davantage faible face aux menaces de boycott économique. C’est ce que craignaient des observateurs bien nés lors de la dernière altercation entre le Premier ministre Stephen Harper et les autorités chinoises, entre la chancelière Angela Merkel et Hu Jintao. Imaginons un instant que la Chine ait la puissance militaire et qu’elle soit devenue une hyper-puissance.

Pierre R. Chantelois

16 04 2008
Gilles

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
[…]
   — La Fontaine, Fables, Livre I, Le Loup et l’Agneau
 
 
« Imaginons un instant que la Chine ait la puissance militaire […] »
 
Selon SinoDefense, la Chine possède 800 armes nucléaires (dont 150 sol-air mobiles, 30 mer-air, 50 sol-sol mobiles, 100 air-air embarqués) sans compter les bâtiments de la marine (60 bâtiments de classe destroyer, 5 sous-marins nucléaires d’attaque) et l’armée de l’air (4500 avions de chasse) plus les 2,250,000 hommes et femmes de l’armée de terre, ce qui constitue une puissance militaire effrayante.

16 04 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Merci pour ces informations. Le lion ne rugit pas inutilement. Il attend son heure.

Pierre R. Chantelois

16 04 2008
clusiau

Hé ben mon GIlles c’est effrayant comme tu dis et comme l’expliquait aussi Jacques Normand, un stand-up comic québécois des années ’50 : s’il fallait que la guerre soit une affaire de coups d’pied, on en mangerait toute une car les chinois ont pas mal plus de pieds qu’on a de trou d’cul.

16 04 2008
Gilles

Clusiau,
 
Et n’oublie pas que les Chinois ont plus de cerveaux aussi !
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :