Les civils représentent 85 % des victimes des armes à dispersion et les enfants, 23 %

30 05 2008

« Les civils ont payé cher l’absence de fiabilité et de précision des armes à dispersion larguées en masse sur de vastes zones. Leurs vies racontent l’histoire de la « souffrance inacceptable » que ces armes infligent. Il faut que ces pertes en vies humaines et notre humanité nous motivent collectivement à mettre un terme à ce schéma effroyable d’utilisation des armes à dispersion qui ont fait souffrir les populations civiles pendant des décennies. Pour bon nombre, nos efforts arrivent, hélas, trop tard », Jakob Kellenberger, Conférence diplomatique sur les armes à dispersion (armes à sous-munitions), Dublin, le 19 mai 2008.

_____________________

Selon un rapport de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat français, les armes à sous-munitions (BASM) ou armes à dispersion constituent une appellation générique désignant tout système d’armes constitué d’un contenant, ou « munition-mère » (missile, bombe, obus, roquette), destiné à emporter et disperser plusieurs munitions explosives, ou « sous-munitions », conçues pour fonctionner à l’impact. Le rapport nous indique que, depuis les années 1960, les armes à sous-munitions ont été utilisées dans une vingtaine de pays, parfois de manière circonscrite et lors de frappes ponctuelles, parfois de manière plus systématique et massive, notamment lors de la guerre du Vietnam et de la guerre du Golfe, puis, plus récemment, en Irak en 2003 et au Sud-Liban en 2006.

Entre 5 % et 30 % de ces armes n’explosent pas à l’impact au sol et menacent dès lors les populations des pays « pollués » comme le Laos, la Bosnie, l’Irak, l’Afghanistan ou le Liban. Les civils représentent 85 % des victimes d’accidents par mine ou munition explosées et les enfants 23 %, selon Handicap International.

À la Conférence diplomatique sur les armes à dispersion, qui s’est ouverte lundi 19 mai à Dublin, 111 pays ont, après 10 jours de négociations, donné leur accord à un projet de traité interdisant l’utilisation, la mise au point et le stockage des BASM dans le monde. La « Convention sur les armes à sous-munitions » prévoit, selon la version française de l’avant-projet, que chaque État signataire « s’engage à ne jamais, en aucune circonstance, employer d’armes à sous-munitions ; mettre au point, produire, acquérir de quelque autre manière, stocker, conserver ou transférer à quiconque, directement ou indirectement, des armes à sous-munitions ; assister, encourager ou inciter quiconque à s’engager dans toute activité interdite à un État partie en vertu de la présente Convention ».

Les grands absents à cette conférence? Les grands pays producteurs de ces armes, les États-Unis, la Chine, la Russie, l’Inde, le Pakistan et Israël. « Cela aurait été mieux s’ils avaient tous été ici mais … le monde aurait-il été meilleur si nous avions tout laissé tomber en raison de leur absence? Non », a souligné à l’AFP le ministre norvégien des Affaires étrangères, Jonas Gahr Stoere. Les États-Unis, eux, ont prévenu que l’accord de Dublin ne changerait en rien leur politique militaire. « Les États-Unis partagent les craintes d’ordre humanitaire des pays rassemblés à Dublin, mais les bombes à sous-munitions ont montré leur utilité militaire, et leur élimination des stocks américains mettrait en danger la vie de nos soldats et celles de nos partenaires », a déclaré Tom Casey, porte-parole du département d’État. Un autre porte-parole de la Maison Blanche a indiqué, par voie de communiqué, que « les États-Unis sont profondément préoccupés par l’impact humanitaire, non seulement des armes à sous-munitions, mais de tous les types de munitions utilisés en temps de guerre ». Le communiqué rappelle aussi que les États-Unis « ont dépensé plus de 1,2 milliard de dollars pour nettoyer les zones de guerres et les anciennes zones de conflits et les rendre sûres pour les civils » depuis 1993.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Micheal Martin, a affirmé que la communauté internationale entendait faire pression sur ces pays pour qu’ils abandonnent progressivement ce type d’armes. Le Royaume-Uni, qui figurait jusqu’ici parmi les États qui ne faisaient rien pour interdire ces armes, a joué un rôle important dans la rédaction de l’entente. Le Premier ministre britannique Gordon Brown avait annoncé la mise hors service de ses BASM peu avant l’accord. Berlin a pris la même décision jeudi avec effet immédiat. Bernard Kouchner a salué un texte destiné « à en finir avec le drame humanitaire » des BASM et a rappelé que Paris avait annoncé vendredi le retrait immédiat de « plus de 90% » de ses stocks de BASM.

Le traité, document qui est l’aboutissement de plus d’un an de pourparlers entamés en Norvège et qui devra être formellement signé à Oslo, en décembre prochain, entrera en vigueur six mois après sa ratification par 30 pays. Dès lors, l’interdiction des BASM sera immédiate. La destruction des BASM par les pays signataires devra avoir lieu dans un délai de huit ans. Le texte a été qualifié de « fort et ambitieux » par l’Irlande, d’ « historique » par les Pays-Bas et d’ « étape importante dans le développement d’un droit humanitaire international » par l’Autriche.

Selon la Suisse, un bémol persiste toutefois puisque les pays qui ont signé la convention pourront continuer de collaborer avec des pays non-signataires, qui utilisent encore ce type d’armes. S’il n’a pas été signé par Washington, le document contient plusieurs concessions aux États-Unis. Des versions précédentes du projet prévoyaient d’interdire une telle coopération, une idée rejetée par Washington et ses alliés de l’OTAN parce qu’elle rendrait difficiles, voire impossibles, les opérations conjointes de maintien de la paix. Toujours selon la Suisse, l’accord aurait pu être plus flexible sur les délais de mise en œuvre afin de rallier les pays producteurs. Sur l’absence, notamment, des États-Unis, Thomas Nash, coordinateur de la Coalition contre les armes à sous-munitions (CMC) soutient que le message envoyé aux États-Unis est que tous les alliés militaires ont interdit ces armes.

Selon le réseau des huit associations nationales de Handicap International (Allemagne, Belgique, Canada, France, Luxembourg, Suisse, Royaume-Uni, USA), certains points du traité constituent de sérieuses déceptions, à commencer par le principe d’interopérabilité : les États signataires sont autorisés, comme le déplorait la Suisse, à participer à des actions militaires conjointes avec des États qui utiliseraient des BASM, consacrant l’influence des États-Unis sur le processus. « Une vigilance de tous les instants devra être de mise afin de s’assurer que certains États ne profitent pas des failles que présentent ce traité pour continuer à faire usage de ces armes », a déclaré Madame De Graff, directrice de Handicap International Canada.

Selon le quotidien britannique The Independent, il s’agit là d’un « pas en avant significatif » (a step forward) mais « que d’un pas en avant ». « Il ne faut pas y voir une destination finale (…) Si les plus grandes armées de la planète refusent de limiter leurs stocks, quel bien cela pourrait-il apporter? », écrit l’éditorialiste. L’accord ne sera « pas universel », souligne pour sa part le Financial Times. « Mais le nombre grandissant de gouvernements soutenant le traité suggère que les normes de la guerre changent ».

Il faut être réaliste, comme le rappelle le colonel Jean-Louis Dufour, officier de carrière dans l’Armée française, ex-attaché militaire au Liban, chef de corps du 1er Régiment d’infanterie de marine, cité par L’économiste, quotidien marocain. « Des États qui en possèdent, comme la France, ont déclaré « retirer immédiatement du service opérationnel la roquette M 26 », ce qui permet de s’en réserver l’usage en cas de besoin. D’autres États, comme la Russie ou la Chine, mais aussi le Pakistan, l’Inde, Israël, opposés à toute interdiction, ont jugé inutile de participer à la Convention. Non présents eux aussi à Dublin, les États-Unis ont menacé de ne plus prendre part à des opérations multinationales de maintien de la paix si la conférence prononce l’interdiction des sous-munitions. Le bannissement de cette arme pourrait bien seulement ajouter un chapitre au volume déjà épais des limites à l’emploi de la violence armée que les hommes s’efforcent d’appliquer à la guerre depuis deux mille ans ».

(Sources : AFP, Cyberpresse, L’Économiste, Presse canadienne, The Independant, The Financial Times)

____________________________

Publicités

Actions

Information

17 responses

30 05 2008
Dominique Hasselmann

Souvent, le colonel jean-Louis Dufour a écrit des « points de vue » ou « Rebonds » dans « Libération » : c’était rare de lire, sous la plume d’un connaisseur, les réflexions (notamment sur la manoeuvre du Golfe, puis l’invasion de l’Irak) d’un tel militaire, tout le contraire d’un « va-t-en-guerre » !

30 05 2008
Françoise

« Des versions précédentes du projet prévoyaient d’interdire une telle coopération, une idée rejetée par Washington et ses alliés de l’OTAN parce qu’elle rendrait difficiles, voire impossibles, les opérations conjointes de maintien de la paix. »

Maintenir la paix en envoyant des bombes, n’est-ce pas là le fin du fin ?

L’enfer est pavé de bonne intentions…

30 05 2008
Pierre Chantelois

Dominique

Le peu que je connais du colonel Dufour me donnait à penser que ses avis étaient particulièrement équilibrés et appréciés.

Françoise

Je crois bien que c’est là la doctrine qu’imposent les États-Unis aux pays alliés. Encore une fois, nonobstant leur absence à la Conférence de Dublin, les États-Unis sont parvenus à imposer un certain point de vue. Il faut s’y faire.

Pierre R.

30 05 2008
clusiau

Un chose est certaine.

Il est plus sûr pour protéger sa vie en temps de guéguerre d’être soldat que civil. De là à affirmer que les soldats sont des sales peureux, des sadiques, il n’y a qu’un pas et je le franchis allègrement.

30 05 2008
Pierre Chantelois

Clusiau

Évidemment, c’est un point de vue et vous le partagez 🙂

Je n’ai jamais eu de propension personnelle au militarisme. Je m’en suis tenu éloigné et la tentation ne m’est jamais venue de m’inscrire. La chose militaire, dans son ensemble, m’est totalement étrangère et c’est bien ainsi.

Pierre R.

31 05 2008
Cher Celebrity Gossip | Les civils représentent 85 % des victimes des armes à dispersion et les enfants, 23 %

[…] « Les civils ont payé cher l’absence de fiabilité et de préc… Source: Les civils représentent 85 % des victimes des armes à dispersion et les enfants, 23 % […]

31 05 2008
LE PANDA

Bonjour à toutes et tous,

je reviens petit à petit mais je lis presque tous les jours.

Pierre devait savoir qu’un tel article ne pouvez me laisser sans réaction.

En voie de quoi je mumure avant d’hurler que nous payons les conséquences d’un laxisme face auquel nous aurions du réagir bien avant.

Comment pouvoir discuter avec des gens dont l’esprit n’est pas compris dans l’ordre mais dans le parachévément des valeurs dictatoriales et militaires qui sont censées faire la valeur d’une nation mais laquelle?

Il n’y a, à mon modeste avis aucune nation ou la révolte sanglante soit la solution, mais il existe des situations qui provoquent des révolutions.

Merci de ce constat faut-il apprendre à présent à se battre ou à dfendre nos acquits?

Le Panda qui se pense réaliste.

Patrick Juan

31 05 2008
Pierre Chantelois

Bonjour Patrick

Heureux, très heureux de vous relire. Le chemin a été long mais le soleil pointe à nouveau.

Les peuples, me semble-t-il, mettent toujours beaucoup de temps à élever leur voix. Peut-être parce que cette dernière n’est pas assez forte au milieu des bruits de bottes et de canons.

Au bout du compte, le peuple finit par avoir raison et son vote dès lors devient un incontournable défi pour ceux ou celles qui ne l’ont pas entendu.

Merci pour ce retour en force.

Pierre R.

31 05 2008
LE PANDA

Pierre bonjour amical et un salut à toutes et tous,

Oui le soleil pointe à nouveau et de celà je dis merci.

Les peuples c’est vrai mettent toujours du temps à à élever le ton, leurs voix, pas comme celles du PANDA SOURIRES.

La situation devient de plus en plus difficile, nous sommes cadrés en DETTES dés la naissance, de nos jours les posiblités ne sont plus aussi possible qu’ il y a quelques décenies.

Le peuple finit pas toujours par avoir raison il suffit de constater ce que qui se passe au Canada dans sa politique Internationale et la France dans la gestion de ses ET POUR Acquits.

La raison de la Voix du Peuple peut passer aussi par une « révolte » sans que cette dernière ne laisse jouer dans la cour se qui s’entendent pas.

Les partis où que ce soient ne constituent plus rien à mes yeux et vous ici vous en pensez quoi?

Merci de votre réponse à vous lire.

Le Panda citoyen en révolte ou presque.

Patrick Juan

1 06 2008
clusiau

….Les partis où que ce soient ne constituent plus rien à mes yeux et vous ici vous en pensez quoi?….

En effet, les Partis, des bannières, ne servent qu’à embrigader des gens pour que les politiciens qui vivent de nos impôts satisfassent les intérêts des personnes morales qui leur dictent les lois qu’ils souhaitent pour leurs intérêts et ceux de leurs actionnaires.

Bien sûr, cette démocratie perverse a besoin de policiers et de soldats pour assurer la sécurité des classes riches et autres intouchables au cas ou les esclaves se révolteraient.

Je pense que moi qui était contre la vente libre des guns, je suis en train de changer d’idée, de devenir pour depuis que je m’aperçois que le but réel de nous désarmer est de nous empêcher de nous défendre contre eux qui s’arment sans arrêt et agissent comme des dictateurs sans scrupule.

Si la population était armée, les policiers et autres matraqueurs y penseraient deux fois avant d’fesser, d’agir en brute.

Bon dimanche, il pleut comme ça s’peut pas. Avez-vous un film à me recommander ? Merci.

1 06 2008
LE PANDA

Bonjour,

….Les partis où que ce soient ne constituent plus rien à mes yeux et vous ici vous en pensez quoi?….

En effet, les Partis, des bannières, ne servent qu’à embrigader des gens pour que les politiciens qui vivent de nos impôts satisfassent les intérêts des personnes morales qui leur dictent les lois qu’ils souhaitent pour leurs intérêts et ceux de leurs actionnaires.

==========

Alors là mille bravo et une opinion qu » je partage depuis des décénies je n’ai pas assez de deux mains pour applaudir.

Avec l’autorisation de Pierre, j’indique à celles et ceux qui veulent un moment de détente le site Des Voix du Panda où des films réalisés par votre serviteur sont à votre dsiposition en ligne, sans avoir à régler quoi que ce soit.La culture et le savoir chez nous c’est « cadeau »

Pardon Pierre dans la mesure où ce commentaire gêne il suffit de le supprimer.

Cordialement,

Le Panda

Patrick Juan anti parti politiques d’où qu’ils soient.

1 06 2008
Pierre Chantelois

Bonjour Clusiau

Bien évidemment, les Partis politiques sont des regroupements de gens qui partagent une même idée, un même objectif, des idéaux. Cela étant dit, c’est une vision idyllique car plus souvent qu’autrement, malheureusement, il y a aussi les affairistes au sein de ces groupes pour en dévoyer le sens. Je suis par contre résolument contre les armes. Convenons malgré tout que je préfère notre far-west à celui de l’arsenal américain. Les États-Unis détiennent le record du taux de mortalité par armes à feu dans les zones hors conflits. Une comparaison des données entre le Canada et les États-Unis suggère que l’accès aux armes à feu y joue un rôle important. Quand le taux d’homicide sans armes est équivalant (1,8 fois) à celui du Canada, le taux de meurtre commis avec une armes de poing est 14.5 fois celui du Canada.

Patrick

Vous serez toujours le bienvenu pour ajouter quelque commentaire qu’il vous plaira de formuler. Et ce sera toujours un plaisir de vous lire.

Pierre R.

1 06 2008
emachede

il suffit de se rappeler la dernière phrase énoncée dans le film Lord Of War:

les principaux producteurs de la planète sont les mêmes pays qui sont membres permanents de l’ONU: Russie, Chine, États-Unis, Grande Bretagne, France.

Au moins c’est clair.

Les marchands de canons sont au besoin ceux qui financent les campagnes électorales de nos politiciens. Et comme l’emploi est une préoccupation mondiale, on ne va pas faire des chômeurs pour faire moins de morts à l’autre bout de la planète.

Emachedé du Blog Cpolitic

2 06 2008
Pierre Chantelois

Emachedé

Intéressante et nécessaire analogie entre les producteurs d’armes et les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations-Unies. Il y a là une indiscutable logique de guerre qui est servie implacablement aux peuples du monde.

Merci pour ce commentaire lucide.

Pierre R.

2 06 2008
clusiau

Merci à Pierre, toujours aussi « lucide » et avenant.

Merci à emachede et le panda dont j’ai marqué les blogs sur mon ordi pour une utilisation future. C’est qu’il y a tellement de bons blogs, hallucinant.

2 06 2008
totem

Bonjour,

Il y a eu le long combat contre les mines anti-personnelle; en France dans les années 1990, ce combat était mené par « Agir Ici » (aujourd’hui affilié à Oxfam international) qui a attaqué en justice des fabricants de feu d’artifice français tel que Ruggieri &Lacroix soupçonnés à l’époque de fabriquer ces mines.

Après plusieurs années de procès « Agir ici » a gagné en appel. La preuve était faite.

Les états industriels de l’armement (dont la France 4ème producteur) ont ensuite inventé les bombes à sous munitions, ce qui en revient à peu près au même. Aujourd’hui un nouveau combat s’est engagé contre cette horreur . Rappelons que l’association humanitaire Handicap International consacre toute son énergie à appareiller et à rééduquer les victimes civiles amputés par ces armes aux quatre coins du monde.

C’est à désespérer de l’espèce humaine…

2 06 2008
Pierre Chantelois

Totem

Commentaire tout à fait pertinent. L’œuvre d’Handicap international pour sensibilisation des populations est considérable. Sans ces organismes, la situation pourrait être beaucoup plus dramatique, sans minimiser pour autant la gravité de ces armes contre les populations. Vous avez raison : c’est à désespérer de l’espèce humaine.

Pierre R.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :