Il ne fait pas bon être indépendant dans l’islam de France!

10 06 2008

Le ministère de l’Intérieur estime qu’il y aurait, en France, près de cinq millions de musulmans dont cinq pour cent pratiquent leur religion. Selon cette même source, 43 pour cent des musulmans nés en France se disent non pratiquants. La part la plus importante de cette communauté, qui s’élèverait à 1,5 million, viendrait d’Algérie. La France compterait de plus un million de musulmans marocains, 400.000 musulmans tunisiens, 340.000 musulmans africains subsahariens, 313.000 musulmans d’origine turque et environ 70.000 musulmans d’Asie.

Sinon salutaires, pourrait-on dire que les divisions qui se sont manifestées au sein du « Conseil Français du Culte Musulman » (CFCM) sont révélatrices d’un état d’esprit qui n’a de cesse de se manifester au sein de l’Islam dans le monde? Créé en 2003, le Conseil Français du Culte Musulman renouvelle ses instances, conformément à ses Statuts.

Le président sortant, Dalil Boubakeur, ne quitte pas dans la sérénité puisqu’il a retiré sa candidature et la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris (GMP), qu’il préside, a décidé de boycotter les élections, tout comme la Mosquée de Lyon. Selon le Nouvel Observateur, les musulmans sont également représentés en France par d’autres associations, qu’elles soient géographiques (selon les pays d’origine) ou religieuses (selon les pratiques en vigueur) : la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF), créée en 1985, l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), fondée en 1983, le Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF), créé en 1986, la Fédération française des associations islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA), créée en 1989.

Dimanche, c’était jour d’élections pour renouveler les dirigeants du Conseil Français du Culte Musulman. Un sentiment se dégage pourtant de ces élections selon lequel le CFCM est une institution peu à même de représenter l’islam en France. Dalil Boubakeur- recteur de la mosquée de Paris, ne faisait pas l’unanimité. Imposé, en 2005, par Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur, Dalil Boubakeur, soutenu par l’Algérie, ne disposait plus, en 2008, de l’appui du gouvernement. Le gouvernement a refusé d’intervenir dans le processus électoral.

Deux grands rapports de force semblent s’affronter, depuis sa création, au sein du Conseil Français du Culte Musulman. Et ces rapports de force découlent des différents courants de pensée des musulmans de France. Comme l’explique Franck Frégosi, directeur de recherche au CNRS, au quotidien Le Monde : « Alors que les musulmans d’origine algérienne, touchés par la sécularisation, ont un rapport culturel et distancié à l’islam, les « Marocains », composés d’une forte population de primo-migrants traditionalistes, pratiquent un islam piétiste, ritualiste, attaché à la démonstration de la pratique religieuse ».

Le mode de désignation des électeurs, selon les opposants au Conseil Français du Culte Musulman, serait non-représentatif et anti-démocratique. Dalil Boubakeur dénonce l’organisation du scrutin sur des critères basés sur la surface des lieux de culte. Ils en veulent pour preuve le fait que seuls 4 862 délégués de 1 039 mosquées et salles de prière, ont pu exprimer leur vote, dimanche, pour désigner les cadres des 25 conseils régionaux du culte musulman, alors que la communauté musulmane s’élève à environ cinq millions de personnes à travers le pays. D’où le boycott de la Grande mosquée de Paris, en signe de contestation contre le mode de désignation des délégués. La Grande Mosquée de Paris était arrivée en deuxième position il y a trois ans.

Derrière cet exercice électoral, l’Algérie et le Maroc veillent au grain. Les résultats semblent confirmer ces appréhensions : c’est l’islam marocain, sous la bannière du Rassemblement des musulmans de France (RMF), qui sort nettement en tête du scrutin. Afin de préparer ces élections, une réunion des 250 associations du RMF avait eu lieu, à Marrakech, le 23 février dernier. L’objectif était d’éviter le dispersement électoral. Le RMF remporte donc le scrutin sans surprise, avec 21 élus nationaux et des listes victorieuses dans la plupart des régions.

Franck Frégosi, directeur de recherche au CNRS, déjà cité, explique au quotidien Le Monde que : « à l’heure actuelle, les autorités marocaines font preuve d’une implication, y compris financière, supérieure à celle de l’Algérie. On dénote dans cette stratégie la volonté du Maroc de favoriser une relation bilatérale avec la France à l’heure où Paris privilégie l’axe franco-marocain au détriment de l’axe franco-algérien. Les considérations sécuritaires ne sont pas absentes non plus : le pays, touché par des attentats, a développé une grande sensibilité à l’islamisme ».

Le chercheur observe également que : « depuis la création du CFCM, la logique de fédérations nationales défavorise les indépendants, uniquement présents au niveau local. Même par rapport aux pouvoirs publics, il ne fait pas bon être indépendant dans l’islam de France! Cela peut sembler paradoxal, car ce sont ces jeunes qui sont les plus proches d’un islam français ».

Le 22 juin prochain, les nouveaux représentants des mosquées de France éliront le bureau exécutif du CFCM et son président. Toutefois, selon le Figaro, le choix du futur président du CFCM s’est déjà discuté entre Rabat et Alger, qui revendiquent la prééminence sur la deuxième religion de France. Les Marocains, qui gèrent environ 40 % des lieux de culte, affirment compter plus de musulmans pratiquants dans leurs rangs.

Afrik.com rappelle que : « la mission que s’est donnée le CFCM est de rassembler les différents courants de pensée des musulmans de France. Le bon déroulement de cette tâche s’est heurté, depuis sa création en 2003, aux luttes internes elles-mêmes caisses de résonances d’une rivalité entre l’Algérie et le Maroc ». Pour sa part, SaphyrNews note que « la France reste une cible privilégiée de l’ingérence marocaine. Comme pour son voisin algérien, la France abrite, en effet, la plus importante communauté marocaine à l’étranger, ce qui explique l’enjeu ». Le Parisien cite Haydar Demiuyuret, le secrétaire général du Conseil de l’organisation du pèlerinage à La Mecque pour expliquer cette situation désastreuse : « le CFCM n’a jamais su dépasser ses querelles intestines, laissant en jachère tous les dossiers majeurs de l’islam de France : le financement des mosquées, la formation des imams ou l’instauration d’un label unique pour la viande halal. « Nous avons beaucoup de travail en perspective. À commencer par nos deux priorités : l’organisation du pèlerinage à La Mecque et l’abattage rituel des moutons pour la fête de l’Aïd-el-Kébir ».

Se profilent également des reproches à peine larvés à l’égard de la Grande Mosquée de Paris (GMP). Selon Mohamed Colin, directeur de publication du quotidien en ligne, Saphirnews, « pour sortir des stratégies de fédération auxquelles s’adonnent les recteurs de mosquées, le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) devra opérer un tournant dans sa gestion en assumant pleinement son rôle d’institution, en parvenant à dégager un consensus, ce qui n’a jamais été le cas jusqu’à aujourd’hui ». En ce qui concerne plus précisément la Grande Mosquée de Paris, Mohamed Colin formule cette observation selon laquelle : « ce qui est important, c’est que la Mosquée de Paris tire les enseignements de cette expérience et renouvelle ses cadres, afin qu’ils soient plus proches des musulmans de France ».

Dans un proche avenir, comme l’indique Le Figaro, une Fondation des œuvres de l’islam a été créée pour financer les mosquées et la formation des imams mais elle est restée en sommeil. Maintenant, le ministère de l’Intérieur se dit prêt à réunir les ambassadeurs pour collecter des fonds.

Trois candidats sont en lice, indique Le Monde, pour devenir président du Conseil Français du Culte Musulman : il y deux Marocains (Mohamed Moussaoui du RMF et Fouad Alaoui, de l’UOIF) et un Turc (Haydar Demiryurek, du CCMTF). La logique du vote place Mohamed Moussaoui en position d’hyper-favori.

Sources : AFP, Afrik.com, Le Figaro, Le Monde, Le Nouvel Observateur, Le Parisien, SaphirNews)

____________________________


Actions

Information

2 responses

11 06 2008
Gilles

Toutefois, selon le Figaro, le choix du futur président du CFCM s’est déjà discuté entre Rabat et Alger, qui revendiquent la prééminence sur la deuxième religion de France

C’est ce qui s’appelle nourrir un serpent en son sein… et n’est pas sans faire penser à l’influence de l’AIPAC sur les États-Unis. Ma conclusion, toute personnelle, est que les religions instituées servent à tout sauf au salut de l’âme.
 

10 11 2008
louis

Je voudrais savoir tout simplement: qu’est-ce que l’islam a de supérieur sur les autres religions?
Je ne comprends pas cette attitude des gouvernements à privilégier, je ne sais pas avec quelle intention cette absurde idéologie ? Est-ce qu’il existe un ministre du culte catholique ou juif ?

Depuis plus de trois siècles, la France a voulu éradiquer tout lien avec le christianisme au point qu’il résulte, aujourd’hui, presque étranger de parler de Jésus. Il est absolument interdit de construire des églises et pourtant les gouvernements subventionnent volontiers la construction des mosquées partout ? La culture occidentale est ainsi, de plus en plus, effacée au profit d’une autre qui est, déjà trop vaste au Moyen Orient et dans le monde musulman. Alors au nom de la diversité la culture française va elle-même s’autodétruire.
Où est la prétendue LAÏCITE ????? Je ne la vois nulle part !

D’ici certaines décennies, Il ne sera pas étonnant de voir Notre-Dame de Paris devenue mosquée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :