Qui du Canada ou de Louise Arbour est « une honte »?

20 06 2008

Selon le gouvernement du Canada, madame Louise Arbour est une « honte ».

Selon les grands personnages de la francophonie canadienne, madame Louise Arbour jouit d’un très grand respect de ses pairs et devient une figure internationale. En 1996, le secrétaire général des Nations-Unies, Boutros Boutros-Ghalie, annonce qu’il a choisi la Canadienne pour occuper le poste de procureur du Tribunal pénal international (TPI). Louise Arbour fait face à une tâche colossale. Elle doit superviser le travail de deux tribunaux qui ont été créés par les Nations-Unies en 1993-1994. En juin 1999, Louise Arbour est la juriste la plus connue de la planète. Elle décide de mettre un terme à sa chasse aux criminels de guerre. Elle accepte un siège à la Cour suprême du Canada et remplace le juge à la retraite Peter Cory. Elle apporte à la Cour suprême de son pays une somme incroyable d’expériences et une vaste connaissance du droit.

Le 25 février 2004, l’Assemblée générale de l’ONU approuvait la nomination, pour un mandat de quatre ans, de Mme Louise Arbour, proposée par Kofi Annan, au poste de Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme. Mme Arbour prenait ainsi la succession de Sergio Viera de Mello, tué le 19 août 2003, lors de l’attaque terroriste menée contre le siège de l’ONU à Bagdad.

Le 30 juin 2008, Louise Arbour, âgée de 61 ans, quittera son poste par décision personnelle de ne pas briguer un deuxième mandat. Ban Ki-Moon, le Secrétaire général des Nations-Unies, a regretté cette décision parce que madame Louise Arbour : « a relevé le défi de cette tâche difficile exactement comme je l’aurais espéré ». En effet, selon le Secrétaire général : « Louise Arbour n’a jamais hésité à s’exposer aux critiques des États ou d’autres entités, lorsqu’elle jetait la lumière sur les victimes des abus et sur les insuffisances des systèmes juridiques partout dans le monde. Elle a constamment représenté les idéaux les plus élevés des Nations Unies, et les nombreux hommages qui lui sont rendus aujourd’hui à travers le monde sont bien mérités ».

Une rumeur a circulé à Ottawa qui semble prendre forme. Stephen Harper aurait communiqué une consigne à ses ministres et sous-fifres d’éviter tout propos positif à l’égard de madame Louise Arbour. Pliant l’échine, le président du Conseil du Trésor, Vic Toews, a lâchement déclaré en Chambre que madame Louise Arbour : « Elle est une honte! » À une demande de se rétracter, le ministre Toews en a remis : « les commentaires faits par Mme Arbour sur l’État d’Israël au cours de son présent mandat au Haut-Commissariat des droits de la personne sont une honte ».

Le gouvernement minoritaire de Stephen Harper est en pleine déconfiture. Il ne vit plus qu’au ras de la frange, du mensonge, de l’ignominie.

Dans une dépêche publiée par l’agence Reuters, madame Arbour déplorait le fait que plusieurs États membres cherchent à contrôler le Haut-Commissariat, organe indépendant du Conseil des droits de l’homme, qui regroupe 47 pays. Patrick Chinamasa, ministre zimbabwéen de la Justice, avait jugé madame Arbour coupable « de manquement répété à son devoir » et l’avait accusée d’avoir fait de ses services « un oracle déifié qui crache des diktats que nous devons tous suivre ». Bien que moins virulents, d’autres délégués de pays arabes et asiatiques s’étaient montrés très critiques à son endroit.

Fait à noter : ces pays dénonciateurs avaient été la cible de ses reproches, directs ou non, en matière de respect des droits de la personne.

Comme l’indique la Tribune de Genève : « La Canadienne a été souvent bousculée de tous côtés: en effet, les pays « du sud » lui reprochent de promouvoir une conception « occidentale » des libertés, en faisant passer les droits individuels avant les droits collectifs (droit au développement par exemple). Mais la Heritage Foundation, par exemple, un think tank conservateur américain, lui reproche au contraire de trop mettre l’accent sur les droits économiques et sociaux… Louise Arbour s’est aussi mis à dos les Etats-Unis en les accusant d’avoir miné la cause des droits de l’homme avec leur « lutte contre le terrorisme ».

Dans le même sens que la Tribune de Genève, Bakchich, un blogue engagé, note aussi que : « Louise Arbour a critiqué la guerre de Bush contre le terrorisme et l’emploi de la torture. Elle a critiqué la peine de mort, cette fois pas aux USA, mais en Chine. Elle a chatouillé la sensibilité de Poutine à propos des Tchétchènes et Israël pour ses bombardements aveugles et sa conception du droit. Tout cela, ça fait beaucoup d’ennemis. La Commissaire a dit la vérité ? Elle doit donc être exécutée ».

Dans une pétition signée, le 27 mai dernier, par des intellectuels français, sous le parapluie de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), madame Arbour est durement prise à partie par suite de son silence après une conférence à laquelle elle participait. « En septembre 2007, la Haute Commissaire aux droits de l’homme, Mme Louise Arbour, participait à une conférence à Téhéran consacrée aux droits de l’homme et la diversité culturelle ». Portant le voile, comme la loi de la République islamique l’exige, la Haute commissaire a été le témoin passif de l’énoncé des principes à venir ainsi résumés : « offense aux valeurs religieuses considérée comme raciste ». Bien pire, c’est dès le lendemain de cette visite que 21 iraniens, dont plusieurs mineurs, furent pendus en public. C’est en sa présence que le président Ahmadinejad a renouvelé son appel à la destruction d’Israël, pays membre de l’ONU créé par cette dernière. Interrogée sur son silence, la Haute Commissaire a justifié sa passivité par le respect de la loi iranienne auquel, en tant que juriste, elle s’estimait tenue et par souci de « ne pas offenser ses hôtes ».

Les pétitionnaires ont profité de l’occasion pour mettre en exergue ce qu’ils qualifient de dysfonctionnement du Conseil des droits de l’homme (CDH). « Le CDH est devenu une machine de guerre idéologique à l’encontre de ses principes fondateurs. Ignorée des grands médias, jour après jour, session après session, résolution après résolution, une rhétorique politique est forgée pour légitimer les passages à l’acte et les violences de demain ». Ils écorchent au passage Doudou Diène, l’expert onusien en charge du racisme, en lui reprochant une série de propos. Les signataires du texte comprennent Elizabeth Badinter, Mohamed Sifaoui, Chahdortt Djavann, Elie Wiesel, Pascal Bruckner et de nombreux autres.

Le Canada est heureux de donner le coup de grâce à cette canadienne illustre, après la dénonciation des pétitionnaires intellectuels français. Ces derniers, ainsi que le gouvernement minoritaire de Stephen Harper, omettent de préciser, que lors de cette même visite à Téhéran, Mme Arbour a rencontré plusieurs militants des droits humains, notamment Shirin Ebadi, lauréate du prix Nobel de la paix, et les organisatrices d’une campagne pour les droits des femmes visant à recueillir un million de signatures contre les lois discriminatoires qui violent ces droits.

Shirin Ebadi dirige le Cercle des défenseurs des droits de l’homme. Cette ONG illégale en Iran est affiliée à la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH). Sur le port du foulard par Micheline Calmy-Rey, ministre suisse des Affaires étrangères, et par Louise Arbour, haut Commissaire aux droits de l’homme, sa réaction est simple : « Cela m’est égal qu’elles se voilent la tête. Ce qui m’a déçue, c’est l’attitude de Micheline Calmy-Rey, lors de sa visite. Sur place, pas une fois je ne l’ai entendue mentionner la situation des droits de l’homme. De plus, Micheline Calmy-Rey n’a pas voulu rencontrer les défenseurs des libertés, même pas moi-même. Louise Arbour a eu une attitude totalement différente. Dès le premier jour, elle a rencontré des représentants de la société civile, elle a visité des prisons de femmes et montré que les gens étaient aussi importants ».

Le gouvernement conservateur minoritaire reproche à madame Arbour sa prise de position, lors de la guerre entre Israël et le Liban à l’été 2006, selon laquelle Israël pourrait être accusé de crimes de guerre si des mesures n’étaient pas prises pour protéger les civils pendant les bombardements au Liban. Mme Arbour avait lancé le même avertissement au Hezbollah.

Le 12 mai 2006, prévenant qu’une « crise des droits de l’homme se profilait » sur le Territoire palestinien occupé, Louise Arbour appelait Israël et l’Autorité palestinienne à respecter les droits fondamentaux, comme le demande une Avis de la Cour internationale de justice (CIJ). Avis qui rappelait qu’Israël est « responsable du bien-être de toutes les populations sous sa juridiction » et qui demandait aussi « le démantèlement et l’arrêt de la construction du mur en Cisjordanie ».

« Les civils, en particulier les plus vulnérables comme les enfants, les femmes et les personnes âgées, ne doivent pas payer le prix du mépris pour les droits fondamentaux et les obligations dans le domaine humanitaire », affirmait la Haute-commissaire. Madame Arbour a réitéré ce principe international : « En tant que puissance occupante, Israël a la responsabilité du bien être de la population palestinienne dans le Territoire palestinien occupé, en vertu du droit international humanitaire, et notamment de la quatrième Convention de Genève de 1949 », a-t-elle estimé.

Et madame Arbour a parallèlement rappelé que l’Autorité palestinienne avait « le devoir urgent de faire tout ce qui est en son pouvoir pour maintenir l’ordre public, empêcher les attaques contre les civils israéliens, enquêter sur les attaques qui ont eu lieu et traduire en justice les responsables ».

En mars 2008, il n’y a pas si longtemps, donc, la Haute-commissaire aux droits de l’homme, cette même Louise Arbour, condamnait les lancements de roquettes palestiniennes sur des civils israéliens et demandait au gouvernement d’Israël de mener une enquête impartiale sur la mort de dizaines de civils à Gaza, en rappelant que le droit international interdit les punitions collectives. Selon madame Arbour, Israël, en tant que puissance occupante, porte une responsabilité particulière, au regard du droit humanitaire international et des droits de l’homme, dans la protection de la population et des installations civiles à Gaza.

Le 10 juin 2008, Louise Arbour se dit préoccupée par des informations selon lesquelles quatre mineurs sont sur le point d’être exécutés en Iran. Elle a engagé le gouvernement iranien à ajourner ces exécutions, conformément au droit humanitaire international, indique un communiqué du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).

Le 12 juin dernier, Louise Arbour avait salué la décision prise par la Cour suprême des États-Unis qui étend l’application de la Constitution des États-Unis aux détenus de la base américaine de Guantánamo à Cuba. « La Cour suprême a envoyé un message d’une importance vitale qui indique que la protection que garantissent les droits de l’homme fondamentaux doit s’appliquer à ces individus et que des recours efficaces doivent être mis à leur disposition », avait estimé Mme Arbour.

Sous la pression de pays du groupe arabe, le président du Conseil, l’ambassadeur roumain Doru Romulus Costea a intimé, lundi dernier, l’ordre à un orateur représentant des ONG de ne pas mentionner la charia (loi musulmane). M. Costea a réaffirmé mercredi que « le Conseil n’avait pas l’expertise suffisante pour débattre, à n’importe quel moment, des liens fascinants entre religion et droits de l’homme ». « C’est un sujet sur lequel nous devons être très prudents ». Les foudres de l’Égypte, du Pakistan et de l’Iran s’étaient abattues sur l’orateur lisant une déclaration conjointe des ONG – Association for World Education (AWE) et International Humanist and Ethical Union (IHEU) – qui dénonçait notamment la lapidation des femmes adultères dans les pays « qui appliquent la charia ». Louise Arbour a jugé « très préoccupant » de voir imposer « des contraintes et des sujets tabous » dans les débats au Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Le Conseil des droits de l’homme « doit être, entre autres, le gardien de la liberté d’expression », a souligné madame Arbour.

« Oui, certains ont fait pression pour que je parte, déclare-t-elle, mais je quitte l’Onu pour des raisons avant tout personnelles ». Virulente combattante pour les droits de l’homme, Louise Arbour s’est illustrée dans son mandat en augmentant les effectifs du Haut Commissariat et en renforçant sensiblement sa présence sur le terrain. « Ce travail est très dur. Je ne suis pas prête à me consacrer à cet engagement pour encore quatre ans » a-t-elle précisé.

Au revoir, madame Arbour.

(Sources : AFP, Cyberpresse, La Tribune de Genève, Le Monde, Libération, Nouvel Observateur, Presse canadienne, 7sur7)

____________________________

Publicités

Actions

Information

10 responses

20 06 2008
Gilles

Je pense que ce qui est une honte, c’est l’impunité dont jouissent tous les dirigeants des États, quels que soient leurs crimes ; détournements de fonds, népotisme, militarisme, quand ce n’est pas des assassinats télécommandés, etc. Mais Mᵐᵉ Arbour ne mettait jamais de gants blancs, ce qui n’est pas le meilleur moyen d’amener les gens à se réformer (elle est le seul juge de la Cour suprême du Canada à avoir démissionné de son poste, ce qui indique un malaise). Et bien que je reconnaisse qu’elle avait raison sur plus d’un point, dans son travail au TPI, je n’apprécie pas son attitude vis-à-vis l’indépendance du Québec ; en cela elle est très canadienne, c’est-à-dire que les droits existent pour tous — et surtout pour ceux qui savent les prendre — sauf pour son propre peuple.
 
Finalement, elle a fait du bon travail d’un pur point de vue technique, mais le personnage est peu aimable, vindicatif, et elle manque de sens de la diplomatie ; sa déclaration trop nette à l’égard d’Israël en est la preuve ; il y a certains sujets qu’on ne touche pas.
 

20 06 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Point de vue intéressant. Il est exact que le ton de Louise Arbour ne faisait pas toujours dans la dentelle. Mais les résultats étaient tout de même probants. Au-delà de la personne, il y a maintenant la fonction. Et Louise Arbour n’y a pas échappé :

Selon Catherine Helayel, qui gère le site Actualité juridique/Judiciaire et Droits de l’Homme, le nouveau Conseil des droits de l’homme, créé au printemps 2006, est encore très fragile. Dominé par les États du Sud, il est désormais très polarisé. Les pays occidentaux, minoritaires et moins organisés, se contentent d’être réactifs. Quant au haut-commissaire, il fait l’objet d’un tir croisé de critiques. […] Certains pays asiatiques et arabes, dont le Sri Lanka et l’Égypte, appellent même à la création d’une commission chargée de contrôler le travail du Haut-Commissariat pour mieux lui rogner les ailes. Leur ambition est de mettre le Haut-Commissariat sous tutelle.

Madame Helayel poursuit : En dépit des critiques, Louise Arbour récolte une pluie d’éloges. Représentant de Human Rights Watch à Genève, Sébastien Gillioz y contribue : « C’est une main de fer dans un gant de velours. Elle sait écouter, mais elle sait aussi trancher. Et puis, elle s’est battue pour accroître le budget du Haut-Commissariat (qui a doublé l’an dernier) et pour la présence de son personnel sur le terrain ».

Et toujours selon madame Helayel, en comparaison, on a reproché à Louise Arbour de ne pas médiatiser suffisamment son combat. Mais, avec la Canadienne, le Haut-Commissariat a gagné en efficacité.

Et dans sa dernière allocution, devant le Conseil des droits de l’homme, Louise Arbour rappelait que : « Il faut prendre garde à ne pas utiliser la critique d’un État ou d’un groupe d’Etat pour cacher l’expression de la haine envers un peuple, ses origines ou ses croyances », déclaré Louise Arbour à Genève. « Nous devons condamner fermement toutes ces distorsions déplorables et manipulatrices qui visent de sinistres objectifs, tels que l’antisémitisme ou l’islamophobie, ou qui expriment toute autre forme d’intolérance. En parallèle, il ne faut pas hésiter à condamner les violations des droits de l’homme, quelle que soit l’origine de leurs auteurs ».

Pierre R.

22 06 2008
mosane

Voilà ce que dit d’elle et de son travail Amnesty International :

En tant que haut-commissaire aux droits de l’homme, Louise Arbour a depuis 2004 déployé une énergie formidable en faveur de la protection des droits humains, mettant l’accent sur la nécessité d’appliquer et de faire respecter les obligations juridiques et de mettre en place des dispositifs pour que les auteurs de violations des droits humains rendent compte de leurs actes.

Voir l’article complet

C’est de la part de l’association un bel hommage.

22 06 2008
mosane

Mes excuses, Pierre,

Je voulais aussi vous remercier pour la pertinence, la complétude de cet article.

22 06 2008
Pierre Chantelois

Mosane

Merci pour vos bons mots. Heureux de prendre connaissance de l’analyse que fait Amnistie Internationale du travail accompli par Louise Arbour. Je retiens surtout cette réaction de madame Arbour qui en tient long sur la personne : le franc-parler de Louise Arbour lui a valu d’être la cible de critiques émanant du monde entier, mais elle considère que cela était « inévitable ». En effet.

Pierre R.

23 06 2008
Gilles

Je voulais noter, bien que ce soit déplaisant, que le franc-parler est une qualité qu’il vaut mieux utiliser en privé, si on prétend évoluer dans les milieux diplomatiques. Résultat, à partir du 30 Juin, elle ne sera plus en position de faire valoir ses idées sur la scène internationale…
 

23 06 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Remarque pertinente. Mais voilà, Louise Arbour avait-elle encore le goût de faire valoir ses idées sur la scène internationale, après tant d’années? Je peux la comprendre d’aspirer à une semi-retraite bien méritée. Pour votre information, mes amis d’Ottawa m’informent que madame Arbour serait sur le point d’être invitée, si ce n’est pas déjà fait, à joindre les rangs du Parti libéral du Canada. Rumeur ou non, la chose est intéressante.

Pierre R.

23 06 2008
Gilles

Aie ! Je vois déjà les manchettes des journaux en 2010-2011…
 
« Louise Arbour prend la Première ministre Marois à parti sur les droits humains au Québec »
« Louise Arbour avec les Iroquois sur la barricade à Quanawaké »
« Louise Arbour gifle d’ambassadeur de Chine »
« Louise Arbour expulsée du PLC ».
 

10 01 2009
Gaza : Israël a-t-il basculé dans une violation du droit humanitaire? « De ce côté-ci de l’Amérique

[…] pénale individuelle pourrait être invoquée ». Le gouvernement conservateur avait jugé que Louise Arbour était une « honte » pour avoir soutenu qu’Israël devrait faire face à ses […]

10 01 2009
Gaza : un véritable crime contre l’humanité « Les 7 du Québec

[…] pénale individuelle pourrait être invoquée ». Le gouvernement conservateur avait jugé que Louise Arbour était une « honte » pour avoir soutenu qu’Israël devrait faire face à ses […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :