La diplomatie française a-t-elle marqué des points ?

15 07 2008

Faut-il se réjouir du succès remporté par le président de la France sur son projet de l’Union pour la Méditerranée  ? Cela ne fait aucun doute. Oui, mais. Ce projet d’envergure, tout méritoire qu’il soit, tout prometteur d’avenir que lui souhaiteraient les autorités françaises, il lui faudra parcourir une longue route avant que des résultats ne soient réellement tangibles et palpables.

Au plan intérieur, il faudra surtout observer la réaction du peuple français à l’égard de l’exploit diplomatique de son président. Le suivra-t-il dans cette prétention qu’il adresse à l’humanité de vouloir rétablir la paix au Moyen-Orient  ? Une fois les événements décantés, qu’en restera-t-il  ? Les Français retourneront à leur boulot, à leurs difficultés économiques de tous les jours, à leurs attentes dont les réponses tardent. Entretemps, explorons quelques pistes pour baliser davantage notre réflexion sur les succès diplomatiques et médiatiques du président Sarkozy.

________________________________

Était-ce nécessaire de réunir cet aréopage la veille du 14 juillet 2008 pour parler de l’Union pour la Méditerranée  ?

Était-ce nécessaire d’inviter tous ces chefs d’État et de gouvernement à la fête des Droits de l’Homme  ?

Était-ce nécessaire de se livrer à ces élans oratoires sur la paix au Moyen-Orient devant des chefs d’État qui ne respectent ni les Droits de l’homme ni la paix dans leur région propre ?

Était-ce nécessaire de prétendre que : « À travers nous, près de huit cent millions d’humains se retrouvent en paix. A travers nous, un rêve est en passe de se réaliser, celui d’un projet collectif de développement économique, de paix, de droit et de solidarité : l’Union pour la Méditerranée », alors que, depuis 1995, le processus de Barcelone n’y est jamais parvenu ?

Était-ce nécessaire de feindre que parmi une majorité de ces invités de marque la notion même des droits de l’homme est pure abstraction tant sont prioritaires les seules prérogatives des détenteurs du pouvoir ?

Était-ce nécessaire d’imposer une chape de plomb du silence sur les nombreuses violations des droits de l’homme commises par quelques uns des dignitaires invités au cours des festivités du 14 juillet ?

Est-ce nécessaire de faire du respect des droits de l’homme et de la démocratie une priorité si, à la première occasion donnée, elle est mise au rancart des rappels pour violation ?

Est-ce nécessaire de prétendre que l’Union pour la Méditerranée est au cœur du processus de paix au Proche-Orient alors qu’il en va tout autrement ?

Était-ce nécessaire de taire l’assassinat de l’ancien Premier libanais Rafic Hariri pour éviter de déplaire et d’indisposer un pays invité ?

Était-ce nécessaire d’interpeller Robert Ménard pour vérification d’identité  ? Faut-il comprendre que, devant un aréopage de chefs d’État qui nient les droits de l’homme, manifester son désaccord en scandant des slogans : « Liberté en Syrie » n’est plus un acte citoyen, en France ?

Était-ce nécessaire de qualifier brutalement d’amateurs les armées françaises, après le drame de Carcassonne  ? « Vous êtes tous des amateurs, pas des professionnels ».

Était-ce nécessaire de bouder une tradition donnée en l’honneur des troupes qui défilent sur les Champs-Elysées  ?

Est-ce plus séant de lever un toast à la santé des pires dictateurs de la planète ?

Est-ce que le général Jean-Louis Georgelin, grand officier de la Légion d’Honneur, sera ostracisé pour avoir déclaré sur Europe 1, dans l’affaire « Surcouf » : « Je ne veux pas de chasse aux sorcières dans les armées, je connais trop l’histoire de l’institution militaire pour savoir les dégâts qu’ont causés des actions similaires dans le passé » ?

Était-ce nécessaire, pour l’Elysée, de laisser planer l’information selon laquelle la Direction de la protection et de la sécurité de la Défense (DPSD) a mandat de trouver des coupables dans les rangs de l’État-major des armées ?

Est-ce que ces questions sans réponse ne sont pas de nature à minimiser les impacts réels du projet cher à la France de mettre en place une Union pour la Méditerranée qui soit une voie nouvelle vers la paix et la prospérité ?

____________________________

Publicités

Actions

Information

6 responses

15 07 2008
Pierre Chantelois

Comment est vu Nicolas Sarkozy, ce 14 juillet, outre-Atlantique ? Pour en avoir une idée bien partielle, il faut voir et lire l’article d’Andrew Sullivan, pour mesurer l’étendue du changement d’opinion à l’égard du président de la France. Observez attentivement la photo du chef de l’État français.

Pierre R. Chantelois

15 07 2008
clusiau

Hé monsieur, t’en pose des questions !

Bien sûr elles trouveront leurs réponses mais si je peux me permettre de comparer l’Union pour la Méditerranée avec l’Union Européenne voici ce que j’ai trouvé concernant les salaires horrifiants des députés. Ça va vous coûter une beurrée les amis !

Je viens d’apprendre que les députés qui siègent au Parlement Européen à Bruxelles gagnent en moyenne 14.700 euros/mois…..Et parfois ils ne se présentent que le vendredi pour signer le registre et décampent ensuite. Tout ça évidemment avec les taxes des travailleurs.

Voir la vidéo là-dessus faite par des reporters allemands :

Expense Allowance Abuse by MEPs

15 07 2008
Françoise

Pierre,
 
« L’acteur » est en représentation permanente. Il lui faut une scène et un public pour se sentir exister. Il a eu la scène-France où la pièce jouée a de moins en moins de succès, la scène-Europe où l’on ne peut pas dire que la représentation a attiré des foules enthousiastes, et j’en passe. Maintenant la scène-Moyen-Orient… Qu’importe la troupe de comédiens avec laquelle il joue son rôle de grand chef d’état visionnaire. L’important c’est de « faire quelque chose qui se voit et s’entend ». Quant à la suite, qu’importe, du moment que l’histrion a le premier rôle et que le spectacle continue…

15 07 2008
Pierre Chantelois

Clusiau

Je ne connaissais pas ces reportages. Voir l’hémicycle et les bureaux vides est saisissant. Il faut surtout voir tout un chacun fuir la caméra et l’interviewer comme si ce dernier avait la peste. Je me suis beaucoup instruit et je vais revoir la suite avec beaucoup d’intérêt.

Ce qu’il faut savoir également c’est que le projet de l’UPM démarre, pour l’heure, sans aucune enveloppe budgétaire et il dépendra entièrement de celle de l’Union européenne. Les discussions politiques ont pris le pas sur les discussions techniques. « Ils parlent beaucoup de paix au Moyen et au Proche-Orient, mais pas de financement », notait un diplomate. « Ce n’est pas l’argent qui manque. Ce qui manque, c’est la paix », a martelé Nicolas Sarkozy devant la presse. C’est un point de vue. Il convient de rappeler le rapport de Nicolas Sarkozy à l’argent : « Qu’attendez-vous de moi ? Que je vide des caisses qui sont déjà vides ou que je donne des ordres à des entreprises à qui je n’ai pas à donner d’ordre ? »

Rappelez-vous : François Fillon avait redit le 5 juillet dernier, devant le conseil national de l’UMP : « Je ne serai pas le premier ministre qui laisse aux générations futures la facture de nos imprévoyances et de nos lâchetés ». Sauf que le ministre du budget, Eric Woerth, et les commissions des finances des deux assemblées s’inquiètent du silence de l’Elysée sur les finances publiques et de la propension à la dépense de Nicolas Sarkozy. Lequel n’avait pas fait, il est vrai, du redressement des comptes publics une priorité de sa campagne. Et c’est aujourd’hui le débat d’orientation budgétaire. Au lendemain du triomphe du 14 ?

Françoise

Il faut dire que Nicolas Sarkozy a eu non pas son heure de gloire mais ses heures de gloire. Je n’avais jamais remarqué tous ces tics lorsqu’il est dans des moments d’intense tension. Cela transparaît dans ses prestations devant les caméras.

Nous sommes face à un président qui veut, ostensiblement, écrire l’histoire, installer la paix dans l’humanité hostile, et cela, comme vous l’indiquez, dans quelque région du monde que ce soit.

Si le 14 juillet 2008 a été marqué par Nicolas Sarkozy, en sera-t-il du reste de l’année 2008 ? Je vais suivre avec grand intérêt l’évolution des sondages.

Petite anecdote : sur France24, le 14 juillet au matin, la revue de presse ne faisait état que des bons coups de Nicolas Sarkozy et relatait une soi-disant unanimité de la presse pour souligner l’immense succès du projet de l’UPM. Or, il ne fut fait aucune mention de la UNE de Libération et des nombreuses questions sur la viabilité du projet dans Le Monde, Figaro et autres quotidiens ou hebdos. Et pendant la tenue des pourparlers sur l’UMP, dans la salle de presse, on regarde LCI pour les francophones, Al Jazira pour les arabophones. Pourquoi avoir crée France 24, la « voix de la France », s’interroge Rue89.

Pierre R. Chantelois

15 07 2008
Dominique Hasselmann

UPM, UMP… Les sigles sont proches, les tics sont semblables, le roi des fumigènes a paradé le 14 juillet au bras d’une ex-otage et de sa femme (ne pas confondre).

Tout est dans l’apparence, dans le discours du grand ordonnateur des pompes nationales et internationales : après, il suffit de ramer, et en chansons !

« Bella ciao » ne figure pas sur le dernier CD de CBS ?

15 07 2008
Françoise

Tout est dans l’apparence, dans le discours du grand ordonnateur des pompes nationales et internationales.

Dominique a tout résumé.

Pierre,

Peut-être que Mr Sarkozy est sincère dans son désir de paix universelle. Peut-être. Mais ce n’est pas en rejoignant l’OTAN qu’il en fait la preuve. Ce n’est pas non plus en augmentant les effectifs de soldats français en Afghanistan.

Le grand show continu continue. Nous verrons bien s’il en reste quelque chose…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :