Giuliano Berretta, d’Eutelsat, ferme la seule fenêtre d’accès à la libre information pour des millions de Chinois

18 07 2008

New Tang Dynasty Television (NTDTV) est un réseau chinois indépendant basé à New York depuis 2001. Chaîne de télévision à but non lucratif établie par des Chinois vivant à l’étranger, NTDTV diffuse ses programmes par satellite 24 h sur 24, couvre l’Amérique du Nord, l’Asie, l’Europe et l’Australie et peut toucher plus de 200 millions de personnes. Sur le site du réseau NTDTV, on peut y lire : « alors qu’un grand nombre de médias restent muets sur des sujets comme la persécution du Falun Gong, les chrétiens qui pratiquent en secret, les dissidents politiques et autres violations des droits de l’homme en Chine, NTDTV n’hésite pas à en parler. Lorsque des millions de personnes ont commencé à démissionner du Parti communiste chinois (PCC) en 2004, NTDTV a été la seule chaîne chinoise à couvrir les faits ».

Il n’est pas difficile d’imaginer que les autorités de Pékin, dans leur souci de transparence, ne voient pas d’un bon œil un réseau de télévision de langue chinoise, basée aux États-Unis, diffuser des émissions indépendantes de la ligne officielle du Parti communiste. Qui plus est à la veille des Jeux olympiques. Hu Jintao doit résoudre la quadrature du cercle : éviter de censurer les médias étrangers qui seront présents à Pékin mais, en même temps, ne pas contaminer le peuple chinois par des reportages incendiaires qui viendraient de pays étrangers mal intentionnés.

Ainsi va la vie. Depuis le 17 juin dernier, la diffusion par satellite de New Tang Dynasty Television (NTDTV) en Asie est interrompue après plus de quatre ans de diffusion. À quelques semaines de l’ouverture des Jeux olympiques de Pékin, des millions de foyers en Chine, équipés d’antennes paraboliques, ne captent plus les signaux satellite du réseau indépendant NTDTV. Il faut dire que depuis 2004, les autorités de Pékin exercent des pressions importantes Eutelsat, l’opérateur français du satellite W5, celui-là même qui rend disponible le signal de NTDTV aux chinois. Pékin aurait ordonné à maintes reprises à Eutelsat de « mettre fin à cette diffusion immédiatement ». Face à la mobilisation de parlementaires et d’associations, Eutelsat a, jusqu’en juin dernier, choisi de continuer la diffusion du réseau indépendant. « NTDTV a été conventionnée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et émet en toute légalité. Nous sommes nombreux au sein des Assemblées parlementaires françaises et européennes à souhaiter que ces émissions continuent », avait déclaré, en 2005, Pierre Lequiller, président de la délégation pour l’Union européenne de l’Assemblée nationale.

En juillet 2003, un autre opérateur, New Skies Satellite, avait été menacé par Pékin de subir d’importantes pertes commerciales s’il n’interrompait pas le signal de NTDTV. Ce qu’il avait fait sans coup férir. Contraintes commerciales obligent.

Cette fois-ci, c’est au tour de l’opérateur Eutelsat de s’exécuter. Selon Reporters sans frontières, la décision aurait été prise par le PDG d’Eutelsat, Giuliano Berretta. L’entreprise européenne prend prétexte d’un problème technique pour justifier cette interruption. Toutefois, un cadre d’Eutelsat, enregistré par RSF, croyant s’adresser à un représentant du ministère de la Propagande chinois, a révélé l’existence d’un système de secours pouvant rétablir les signaux satellite. « Ceci est de l’information très, très privée, qui ne peut pas être annoncée à l’extérieur. Si les États-Unis obtiennent cette information, notre compagnie ne pourra pas supporter une telle pression. Si les gens apprenaient que nous en avons toujours un de rechange, ce serait terrible », aurait déclaré le cadre en question.

Reporters sans frontières accuse nettement l’entreprise Eutelsat : « A quelques semaines des Jeux olympiques, la suspension de NTDTV, une chaîne qui dérange le gouvernement de Pékin car elle peut être reçue librement par des dizaines de millions de foyers chinois, apparaît comme une faveur d’Eutelsat pour obtenir de nouveaux marchés ». Et pour appuyer ses accusations, RSF s’appuie sur cette conversation déjà citée avec un cadre d’Eutelsat à Pékin qui aurait déclaré : « C’est le PDG de notre société en France qui a pris la décision de faire cesser la diffusion de NTDTV. (…) Nous pouvons choisir de débrancher ce transpondeur [un transmetteur de signaux des programmes]. Et nous pouvions choisir de ne pas le débrancher, bien entendu. (…) C’est parce que nous avons reçu des plaintes et des rappels du gouvernement chinois ».

La version de l’entreprise est différente, il va sans dire. Eutelsat a déclaré que le satellite W5 a subi de graves problèmes techniques qui l’ont obligée à suspendre la diffusion de plusieurs chaînes, en réduisant le nombre de transpondeurs. Giuliano Berreta a cependant refusé d’expliquer pourquoi les transpondeurs vers l’Asie sont tombés en panne à l’exception de celui transmettant le signal de Voice of America. En 2005, c’est ce même Beretta qui avait initialement refusé de renouveler le contrat avec NTDTV après avoir fait des affaires avec le Parti communiste chinois (PCC).

Comme le précise RSF, Eutelsat et Thales, le fabricant du satellite, ont de plus en plus d’intérêts commerciaux en Chine. Eutelsat a signé un contrat avec les autorités chinoises pour que la fusée « Longue Marche » soit utilisée dans des lancements de satellites de l’entreprise. Comme l’écrivait le Wall Street Journal en avril 2008 : « Eutelsat essaie depuis des années de trouver un chemin pour pénétrer le marché chinois, et la signature de contrats est vue comme un moyen de réussir cet objectif ». Qui plus est, Eutelsat se plaint d’être lésé par rapport à son principal concurrent, l’américain Intelsat, lequel vient de signer un contrat d’un milliard de dollars (environ 630 millions d’euros) avec le gouvernement chinois. Ceci explique cela, quoi. « Selon les experts de l’industrie, le vaste plan de lancement des satellites par Eutelsat dans les années à venir ne peut que suggérer que l’opérateur fera fréquemment appel à l’industrie spatiale chinoise », conclut le Wall Street Journal.

Selon le site La Grande Époque, à la bourse Euronext de Paris, l’action Eutelsat Communication était, le 11 juillet dernier, évaluée à 16,97 euros, soit une baisse de plus de 12% depuis l’annonce de l’interruption du signal.

Selon le site IFEX, Eutelsat doit respecter ses obligations de non-interférence dans le contenu des chaînes qu’il diffuse. Elle doit respecter les principes d’égalité dans l’accès, le pluralisme et la non-discrimination précisés dans l’article 3 de la Convention qui régit cette entreprise de droit français. Depuis quatre ans, New Tang Dynasty Television diffusait des programmes en chinois qui tranchent singulièrement avec les chaînes officielles chinoises. Les problèmes des droits de l’homme y sont largement évoqués, notamment la répression au Tibet et les violations à l’encontre des groupes religieux comme le Falungong et les Eglises chrétiennes interdites.

Aujourd’hui la Chine constate avec réalisme que : « Après le célèbre exemple Yahoo, le camp peu glorieux des entreprises prêtes à tout pour pénétrer le marché chinois s’est élargi d’un nouvel arrivant : l’européen Eutelsat qui a décidé de stopper la diffusion d’une chaîne jugée dérangeante par Pékin ». Aujourd’hui la Chine poursuit : « Rien d’étonnant donc qu’à quelques semaines des JO, l’administration de la radio, du film et de la télévision ait voulu se débarrasser de cette chaîne gênante reçue librement par une dizaine de millions de foyers chinois ».

En conclusion, à la veille des Jeux olympiques, alors que la population chinoise a plus que jamais besoin d‘information non censurée, Giuliano Berretta a condamné la seule fenêtre d‘accès à la libre information pour des millions de Chinois. Et cela, à la demande des autorités de Pékin.

(Sources : La Grande Époque, IFEX, AFP)

____________________________

Advertisements

Actions

Information

9 responses

18 07 2008
clusiau

Parlant de répression et de liberté d’expression, voici une adresse Pierre que vous devriez peut-être publier sur votre site ainsi que tous les propriétaires de blogs qui vous visitent.

Elle est d’Amnistie Internationale. On peut signer une pétition contre la censure d’Internet car il n’y a pas qu’en Chine que la chose existe.

C’est en train de devenir une manie et j’ai bien peur que bientôt Internet sera censuré mondialement et que notre espace sera volé.

Reportes sans frontières participe eux aussi.

Campagne d’Amnistie Internationale

18 07 2008
Françoise

Pierre,
 
Rien ne m’étonne plus. Bientôt nous aurons dans le monde entier des images et des sons purs de toute pollution « subversive ».

Je vous propose la lecture du Le Guide de l’Athlète et de la délégation française. C’est un peu hors-sujet (quoi que…).

Ce « Guide » démontre de façon spectaculaire (voir l’image de la deuxième page) comment les « intérêts financiers » mènent le monde. Comment pourrait-on imaginer qu’une entreprise, quelle qu’elle soit; prendrait le risquet de perdre des bénéfices au nom de la liberté d’expression et du respect des Droits de l’Homme ?

Petit extrait concernant les règles de « bienséance » à l’égard des « sponsors », et du contenu des blogs des athlètes :

Le CIO surveillera en permanence les informations olympiques en ligne afi n de s’assurer du respect de l’intégrité des droits des diffuseurs et des sponsors.

Le CIO demande aux athlètes, entraîneurs, instructeurs, officiels et autres participants accrédités constatant la présence de données non autorisées de bien vouloir en aviser immédiatement le responsable des médias numériques auprès des services de télévision et de marketing du CIO, M. Stéphane Kanah, à l’adresse : monitoring2008@olympic.org.

Dispositions particulières relatives aux blogs :

Un blog s’entend ici comme une forme de site Web qui comprend des entrées (comme dans un journal privé) généralement affichées dans un ordre antichronologique.

Ces dispositions s’appliquent à : Toutes les personnes dotées d’une accréditation aux Jeux de la XXIXe Olympiade en 2008 à Beijing (dites « les personnes accréditées »),

• qui utilisent sur des Blogs personnels, ou sur le site Web de tiers, accessibles au public, du contenu ayant un rapport avec leurs expériences personnelles et leur participation aux Jeux (dit « contenu Olympique »)
• pendant la durée des Jeux (cf. page…: du 1ER au 27 aout 2008).

Informations personnelles : Le contenu Olympique publié par une personne accréditée pour les Jeux ne doit refléter qu’une expérience Olympique personnelle.

Les « Droits des Entreprises », là est l’avenir de l’Humanité.

18 07 2008
Pierre Chantelois

Clusiau

Encore une fois merci pour ce lien. Effectivement, la censure politique de l’Internet est une arme redoutable dont veulent bien se servir des gouvernements ou des groupes de pouvoir pour restreindre des minorités dans leur libre arbitre.

Françoise

J’avais fait une mention de ce guide sans développer davantage son contenu. Il est tout à fait pertinent de rappeler ces règles de bonne conduite imposées aux athlètes qui auraient la fâcheuse tentation de consigner, dans un blogue, des impressions contraires à l’orthodoxie olympique. Rien ne doit être entrepris pour indisposer l’hôte des Jeux Olympiques.

Pierre R.

18 07 2008
Gilles

À mon avis, la liberté d’information n’est qu’un prétexte. Elle n’existe même pas réellement dans les pays occidentaux : vous connaissez le contenu des discussions au Conseil des ministres, ou dans le Bureau du président, ou à l’État-major des armées, ou à la Banque centrale, ou au Conseil supérieur de l’éducation ? Moi non plus. Je pense aussi qu’il y a un bonne dose d’hypocrisie à prétendre informer les Chinois de ce qui se passe chez eux, pour diverses raisons ; 1. nous ne le savons pas précisément, 2. nous nuisons aux éventuelles avancées vers plus de transparence, en leur faisant perdre la face, 3. nous nous substituons à l’opposition locale, sans droit.
 
Alors, les Chinois se servent du bâton financier, puisque nous ne sommes pas sensibles aux arguments philosophiques, et aussi parce que l’information est un produit commercial comme un autre chez nous, et que ce n’est pas le cas chez eux. Ils nous disent : Mêlez-vous de vos propres affaires, comme on dit au Québec.
 
Je pourrais ajouter que l’état de l’information est catastrophique chez nous, les médias ayant réussi à nous faire confondre les événements et les informations, mais je ne le ferai pas.
 

19 07 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Nous abordons, avec votre commentaire, deux questions distinctes : la qualité de l’information et son véhicule (common carrier). Nous avons eu récemment ce débat au Québec avec TQS. De nouveaux propriétaires décident simplement de mettre fin à l’information au sein d’un réseau de télévision en difficultés financières. Le débat n’a que peu porté sur la qualité de l’information qui était produite par TQS mais sur la décision des propriétaires de priver des régions d’une information locale en raison de difficultés financières.

Dans le cas d’Eutelstat, c’est un peu similaire. Le réseau, pour des raisons de pressions politiques et de mercantilisme, cèdent aux demandes d’un gouvernement de priver une population d’une information qu’elle jugeait nécessaire, de son point de vue et cela au mépris d’un contrat commercial qui le liait à un réseau de télévision, NTDTV. Ce réseau de télévision indépendant avait été mis en place par une communauté chinoise, indépendante du Parti communiste chinois et basé à New York, à l’intention d’un groupe ciblé, dans le monde, et non pas exclusivement en fonction d’un groupe ciblé en Chine.

Nous pourrions soulever le point de vue strictement légal de cette affaire : d’après le représentant de NTDTV, il doit être clairement établi que NTDTV a un contrat avec Eutelsat et n’a pas violé les clauses de ce contrat. « De ce fait, Eutelsat a clairement l’obligation morale et légale de restaurer immédiatement le signal de NTDTV ». Mais nous savons bien que derrière cette panne circonstancielle se profile une question politique.

Le satellite W5 d’Eutelsat est hors du contrôle de Pékin. NTDTV, qui rapporte quotidiennement sur les violations des droits de l’Homme et la corruption en Chine, rejoignait des millions de Chinois et leur donnait accès à des nouvelles non censurées à propos de leur pays. Donc une pluralité de points de vue.

Quelle différence y a-t-il entre la Chine qui intervient par son ambassadeur pour menacer un pays qui reçoit officiellement le Dalaï Lama et la Chine qui intervient pour menacer un fournisseur satellitaire de représailles économiques s’il persiste à diffuser un réseau qui ne satisfait guère à l’orthodoxie du Parti communiste chinois (PCC) ? Aucune. Nous sommes face dans les deux cas à une ingérence inacceptable. Point.

Nous ne sommes plus dans la qualité de l’information mais bien dans l’ingérence politique que dénonce la Chine à son égard mais qu’elle pratique généreusement à l’égard de quiconque entrave ses volontés. Deux poids deux mesures. Imaginons un seul instant la situation dans laquelle se retrouverait la Société Radio-Canada si elle cessait, après des pressions des autorités chinoises, de transmettre, de sa propre décision, des émissions de son service international en direction de la Chine ? Le président de la SRC, Hubert T. Lacroix s’était plaint auprès de l’ambassadeur de Chine au Canada du fait que Radio-Canada, sur le Web, faisait l’objet d’une censure.

Nous sommes face à un cas identique : une entreprise satellite décide, nonobstant un contrat en bonne et due forme et sans qu’il n’y ait eu la moindre violation des termes de ce contrat, de cesser ce pour quoi ses services étaient retenus : la retransmission d’émissions à destination d’une région du monde.

Nous sommes loin de la question intrinsèque de la légitimité ou non de retransmettre vers la Chine ou de la pertinence même de retransmettre vers ce pays. Mais il n’en demeure pas moins que cette décision a pour conséquence de priver une partie d’une communauté régionale du monde du seul lien d’information qui lui donnait une pluralité de points de vues, ce que se refusent encore aujourd’hui les autorités du Parti communiste chinois.

Pierre R.

19 07 2008
Gilles

Pierre,
 
Tu as raison si on se place d’un point de vue légal. Tu as raison aussi sur le fait que la Chine — comme nous — fait des menaces ou du chantage ou de l’intimidation pour imposer son point de vue. Tu as même raison en disant que le gouvernement de Chine ne respecte pas les droits des citoyens.
 
Je vais tenter de clarifier mon sentiment ; ce qui me déconcerte, c’est l’utilisation des citoyens d’un État contre cet État même afin de promouvoir nos valeurs. Je ne dis pas que celles-ci sont meilleures ou moins bonnes, car les valeurs sont adaptées à chaque civilisation et je ne crois pas trop dans les absolus, sinon dans ceux qui sont les plus fondamentaux : le droit à la vie, le droit à l’opinion, etc.
 
Autrement dit, je déteste viscéralement les « citoyens expatriés » qui luttent contre leur pays avec l’aide de l’étranger, même si leur cause semble bonne ; c’est une de mes pierres noires insolubles dans la raison. Ils devraient lutter de l’intérieur.
 

19 07 2008
Pierre Chantelois

Gilles

J’ai mieux saisi en effet votre pensée. Le rôle de la diaspora. L’un des exemples les plus en vue en Amérique du Nord est certainement la diaspora cubaine de Miami. Bien installée aux États-Unis, elle n’a de cesse de combattre le régime cubain. Elle brûle d’impatience d’enterrer Castro et avec lui l’économie dirigée.

Moins connue, la diaspora chinoise est également importante dans le monde. Comme l’indique le site dissident Chine Informations, éclatés mais terriblement soudés, les Chinois de la diaspora restent discrets. Leur poids économique est énorme : entre 200 et 500 milliards de dollars selon les estimations. Nous l’avons vu agir dans le débat sur le Tibet, notamment. La diaspora chinoise au Canada a manifesté vivement à Ottawa contre le boycott des Jeux Olympiques de Pékin.

Autant la diaspora cubaine lutte contre Cuba, autant la diaspora chinoise semble équivoque. Dans le cas de la diaspora chinoise, au Canada, la question s’est posé, dans les événements au Tibet, sur le contrôle de l’information qu’exerce Pékin au sein du groupe. La guerre que mène Pékin contre le Falun Gong dans le monde est connu. Répandant la rumeur, par ses médias, que le Falun Gong s’opposait aux collectes de fonds pour les victimes du tremblement de terre, Pékin a mobilisé des Chinois de la diaspora américaine pour attaquer les pratiquants de Falun Gong dans les rues de New-York.

Plus de 7 millions de Chinois vivent en Malaisie, près de 3 millions sont installés aux États-Unis, 500 000 vivent en Russie. Il y en aurait 400 000 au Canada. Au total, ils sont près de 40 millions répartis à travers le monde.

Elle représente donc un nouveau marché pour les groupes de presse. Francis Tiong, homme d’affaires malaisien, a crée une holding, Media Chinese International Limited (MCI), regroupant plusieurs parutions en chinois. La ligne éditoriale n’est pas clairement définie. Les magazines offrent une position neutre par rapport à Pékin. Les quotidiens, eux, adoptent différents points de vue. Le Ming Pao Group, basé à Hong Kong, est considéré par certain comme pro-Pékin. Le Sin Chew Daily souhaite promouvoir la langue et la culture chinoise. Ces titres sont disponibles dans six endroits : Hong-kong, le République de Chine, le Canada, les États-Unis, l’Indonésie et la Malaisie.

D’autres groupes misent eux aussi sur le marché de la disapora chinoise, comme le Global China group basé à Hong-Kong, le pro-Beijing International Daily News ou encore le World Journal à Taiwan.

Alors je m’interroge. Quelle est la différence réelle entre tous ces médias créés à l’intention de la diaspora chinoise et le réseau NTDTV ? Que les uns soient pro-Pékin ou que les autres soient anti-Pékin, n’y a-t-il pas derrière tout cela un seul et unique objectif : commercial plus qu’idéologique ?

Pierre R. Chantelois

19 07 2008
clusiau

Merci pour cette analyse Pierre.

23 10 2011
Belkhir SAYAH

Bonjour, Voici un peut de vérité dans les succès commerciaux chez EUTELSAT Attention cette vérité, fera froid au dos. http://WWW.SAYAH.NEW.FR http://WWW.CARTEL.NEW.FR Cordialement, Belkhir SAYAH

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :