L’actualité nous montre-t-elle le chemin du bonheur ?

10 09 2008

Est-ce l’effet du vieillissement, toujours est-il que, lorsque j’analyse l’actualité, je dois taire mes sentiments pour éviter de sombrer dans un profond pessimisme. L’actualité, ce sont des saletés et des scories à longueur de journée qui nous frappent de plein fouet et cherchent à nous aveugler pour nous détourner volontairement d’une vision ensoleillée du monde. Qu’elle soit locale, nationale ou internationale, l’actualité du monde est tellement mal en point qu’elle semble vouée à une longue et inexorable agonie. Mon propos n’est pas joyeux, j’en conviens, mon humeur également.

__________________________________

Pologne, 2008. Le Courrier international relate qu’au cours de ces années, la CIA y aurait installé un centre de détention « destiné à interroger sous la torture des membres présumés d’Al-Qaida ». Les autorités polonaises ont toujours nié les faits. Une enquête du parquet est en cours… Si le gouvernement se tait, la presse parle. Sous le couvert de l’anonymat, un ancien officier des renseignements polonais révèle que la CIA disposait, de 2002 à 2005, d’une base en Pologne où seuls les Américains pouvaient y accéder. Y a-t-on torturé les prisonniers ? Les Américains avaient les coudées franches, personne ne les contrôlait. Et le droit à l’information ? Niet. « Tout laisse penser que nous sommes face à une omerta de la classe politique polonaise sur le sujet », considère Wiktor Swietlik du quotidien conservateur « Polska. » Pour Daniel Passent, l’éditorialiste du principal hebdomadaire de gauche Polityka : « Ce qui caractérise les Américains, c’est qu’ils préfèrent faire leurs ignominies non pas chez eux mais chez leurs alliés ou à Guantanamo Bay ».

__________________________________

Moscou, 2008. Victoria Prikhodko écrit pour le Moskovski Komsomolets. Selon ce dernier, comme le rapporte à nouveau Le Courrier international, le président français a une vision très personnelle de son rôle de médiateur européen. Le 12 août dernier, Dmitri Medvedev et Nicolas Sarkozy, les deux principaux négociateurs, avaient élaboré un document en six points pour parvenir au règlement de la situation en Géorgie. Le 8 septembre dernier, à Moscou, Sarkozy était flanqué de José Manuel Barroso, le chef de la Commission européenne, et de Javier Solana, le haut représentant de l’UE pour la politique étrangère et la sécurité commune. Ce qui ne semblait pas du tout lui faire plaisir… Le président français était même carrément irrité. Il a accepté à contrecœur que Solana et Barroso soient présents à la table des négociations, insistant pour que les représentants de l’UE ne participent en tout cas pas à la conférence de presse finale. Il refuse manifestement de partager avec quiconque ses lauriers de médiateur. La présidence de l’Union européenne est entre bonnes mains.

__________________________________

Paris, 2008. Un « droit à l’oubli » pour les mineurs. « Edvige », selon le texte officiel du décret, fichera : « les individus, groupes, organisations et personnes morales qui, en raison de leur activité individuelle ou collective, sont susceptibles de porter atteinte à l’ordre public ». Selon Michèle Alliot-Marie, « Edvige » ne viserait seulement qu’un certain nombre « de problèmes de délinquance ». Rama Yade, secrétaire d’État aux Droits de l’homme, croit que le Conseil d’État devrait apporter des « précisions » et des « clarifications » sur le fichier « Edvige », notamment sur la question des orientations sexuelles. « La question des données sur les orientations sexuelles des personnes fichées m’interpelle plus que toute autre », a dit Mme Yade. Et les enfants, madame Yade ? Le président, Nicolas Sarkozy, rappelle que la priorité doit être donnée à la lutte contre la délinquance. Toutefois, face à la pression publique, il demande au ministre de l’Intérieur d’ouvrir rapidement une concertation qui doit être suivie de décisions pour protéger les libertés. Près de 800 associations, syndicats ou mouvements politiques, regroupant au-delà de 130.000 signatures, disent « non » à « Edvige ». Pourraient être « évacués » du fichier les renseignements concernant l’orientation sexuelle et la santé des personnes. Mais nulle question d’abolir cet infâme fichier. Un « droit à l’oubli » pourrait être accordé aux mineurs recensés dans le fichier dès lors qu’ils n’auraient pas commis d’infraction au bout d’un certain temps. Les mineurs dès leur âge de responsabilité pénale (13 ans), susceptibles de porter atteinte à l’ordre public, pourraient être fichés. Devant l’inquiétude qui monte, François Fillon rappelle à l’ordre le ministre de la Défense Hervé Morin, qui a dit se « poser un certain nombre de questions ».«  Dormez tranquilles », écrivait Françoise, de Republicae.

__________________________________

Afghanistan, 2008. Que faisons-nous là ? Reconstruction ? Qui y croit en Afghanistan ? Les populations suivantes demandent majoritairement un retrait d’Afghanistan : 45 % en Norvège (42 % pour le maintien), 49 % aux Pays-Bas, 54 % en Grande-Bretagne, 55 % en France et plus de 60 % en Allemagne. Au Canada, 65 % des sondés – 75 % au Québec – concluent à l’échec inévitable de la « mission » en Afghanistan.

France 24 rapporte les déclarations de Habiboullah, jeune étudiant de la faculté de Kaboul : « Les Américains ne sont pas là pour nous aider ! Ils détruisent nos maisons et tuent des innocents ! » Le 22 août, un raid des forces internationales sous commandement américain et de commandos afghans a fait 90 morts parmi les civils. Encore une fois, les excuses : « les Américains ont exprimé leurs regrets pour la perte de vies innocentes parmi les Afghans que nous sommes censés protéger ». Au lendemain de cette bavure, le gouvernement afghan a déclaré qu’il souhaitait renégocier la présence des forces étrangères en Afghanistan, sans doute une stratégie du président Karzaï pour récupérer le soutien de sa population à l’approche des élections présidentielles. George W. Bush a déploré les pertes civiles causées par les combats en Afghanistan et donné l’assurance qu’il veillait à ce que les opérations contre les extrémistes épargnent les populations : « Cela est arrivé tout au long de l’histoire de la guerre, pourtant notre pays pleure chaque vie innocente », a déclaré le président américain. Les forces américaines, qui jusqu’alors niaient, ont indiqué réexaminer les conclusions de leur enquête à partir de nouveaux éléments : une vidéo dont l’AFP a obtenu copie et qui montre au moins 30 corps, dont plusieurs enfants, roulés dans des linceuls et des couvertures alignés dans une mosquée. « Quelles que soient les circonstances, cet événement doit être considéré comme la plus grande violation commise par les forces de l’Otan en Afghanistan », écrit, dans un éditorial, le quotidien gouvernemental Anis. Ce n’est pas la première fois que les forces internationales sont accusées d’être responsable de la mort de civils afghans. Selon la commission afghane des droits de l’Homme, ce sont plus de 900 civils qui depuis début 2008 sont morts dans ce conflit. Ce mardi, l’OTAN vient tout juste d’annoncer que l’une de ses bombes a tué deux civils et en a blessé dix autres dans la province de Khost (est). La bombe est tombée à plus de 2,5 km de l’objectif en raison d’un « dysfonctionnement » ! Un soldat canadien a été tué et sept autres blessés dimanche lors d’une attaque en Afghanistan, a annoncé un haut responsable militaire canadien. Il devient le 97e soldat canadien à trouver la mort en Afghanistan depuis le déploiement de troupes, en 2002.

Dites-moi quelqu’un pourquoi je ne veux plus lire, chaque fois qu’il y une annonce de décès en Afghanistan, des mensonges comme ceux-ci qui nous viennent du ministère de la Défense nationale : « La mission menée en Afghanistan dans le cadre d’un mandat des Nations Unies pose des défis, mais ces défis ne nous empêcheront pas d’aider les Afghans à reprendre leur vie en mains et à se construire une société plus libre et démocratique ».

__________________________________

Washington, 2008. Ça va l’Amérique ? Un Américain sur vingt est dépressif, et la dépression touche davantage les 40-59 ans, les pauvres et les Noirs, selon les statistiques du Centre américain de contrôle et prévention des maladies (CDC) publiées cette semaine. Et, tenez-vous bien, alors que l’usage de la cocaïne, des amphétamines et même de la marijuana, drogue de loin la plus populaire, était en recul chez les jeunes Américains en 2007, la consommation de stupéfiants a doublé parmi les baby-boomers, la génération de leurs parents et grands-parents, affirme une enquête de l’administration américaine (SAMHSA). Jusqu’à 80% des personnes souffrant de dépression affirment avoir des problèmes d’adaptation à la vie quotidienne et 27% ont d’importantes difficultés de comportement au travail. La dépression coûte au pays quelque 83 milliards de dollars par an (chiffres datant de 2000), dont les deux tiers sont représentés par des pertes de productivité et de l’absentéisme. Et d’un autre côté, de nombreux baby-boomers, nés entre 1946 et 1964, continuent à faire usage de drogues après avoir grandi à l’époque de l’éclosion du rock-n-roll et de la libération sexuelle. Le taux d’usage de drogues illicites parmi les 55-59 ans a doublé l’année passée pour représenter 4,1%, selon l’étude de l’agence de surveillance des drogues du ministère américain à la Santé (SAMHSA). Pendant ce temps-là, du côté des plus jeunes, l’enquête montre que l’usage de cocaïne chez les 18-24 ans a baissé de 23% à 1,7% tandis que celui des méthamphétamines est tombé d’un tiers à 0,4% entre 2006 et 2007. Le prix de la cocaïne a augmenté de 21% en 2007 aux États-Unis. (Cyberpresse)

__________________________________

Si votre courage n’est pas trop mis à rude épreuve, voici une vidéo qui cherche le bonheur. Entre temps, permettez-moi, pour ma part, ce soir, de fermer mon ordinateur. Je ne l’ai pas encore trouvé. « Il y a une espèce de honte d’être heureux à la vue de certaines misères ». La Bruyère

Advertisements

Actions

Information

7 responses

10 09 2008
Françoise

Pierre,
 
On pouvait espérer, après les deux guerres mondiales, après la guerre du Vietnam, après en fait toutes les guerres qui ont jalonné le XXe siècle, que l’on ne « verrait plus jamais ça ». On pouvait espérer qu’après la chute du Mur de Berlin, le danger totalitaire était écarté, on pouvait espérer tant de choses… Et que voit-on ? Rien n’a changé, ou pire, on fait encore « mieux » qu’avant.

Comment être optimiste ?

10 09 2008
Gilles

Pierre,
 
L’actualité a sans doute toujours été difficile, violente, imparfaite parce que la nature humaine est complexe, donc ambivalente. Mais Ronsard a écrit ses poèmes d’amour à l’époque des guerres de religion, Bach a composé sa musique sans eau courante ni chauffage central, les moines Irlandais ont enluminés des manuscrits entre deux pillages de monastères par les Danois, Schubert a été malade une grande partie de sa vie, Beethoven est devenu sourd, Monet aveugle, Balzac n’a jamais surmonté ses dettes, Toulouse-Lautrec était infirme… De plus, les ouragans, les séismes, les incendies, les famines, les guerres n’ont jamais cessé et pourtant l’art, la science, la charité, la musique, la danse, l’amour existent. Je veux dire tout simplement que si on ne peut pas isoler le bien du mal, on peut être heureux même à la vue de certaines misères, pour autant qu’on n’y ajoute pas.
 

10 09 2008
Pierre Chantelois

Françoise

On pouvait effectivement espérer un peu mais c’est plutôt de désespérer dont se lasse. Ce n’est que passager. Gardons l’espoir.

Gilles

Séparer la beauté du monde de sa laideur est en soi un tout un Chemin de Damas. Comme vous le dites si bien, tant ont réussi qu’il faut garder espoir. Une marche sous le soleil ou sous la pluie s’imposera ce matin.

Pierre R.

10 09 2008
RV

Mon cher Pierre, ça me rend tristounet de lire que votre belle âme est si endeuillée de son monde. J’ose une diversion ? Hier soir, avec ma belle Kiki, on s’est regardé le sitcom bien de chez vous « Catherine », sur TV5. De quoi nous dérider, avec tant d’expressions hilarantes inconnues en France !
Bien à vous,
Hervé

10 09 2008
Pierre Chantelois

RV

Pas de souci. Je n’ai pas atteint les abysses du désespoir. Un petit questionnement seulement. Parfois j’aime bien remettre en question mon p’tit bonheur.

“Catherine” – Je vous fais une grosse confidence. Je n’ai plus la télé depuis près de deux ans. J’ai adopté un mode de vivre plus « économique », pour ainsi dire. Mais, je partage votre bonheur d’avoir goûté ces expressions hilarantes québécoises. Vous suscitez ma curiosité, tout de même. Je vais voir si je ne peux pas, pour paraître moins ignorant de la réalité télévisuelle québécoise, regarder quelques extraits sur Youtube ou autres relayeurs de vidéos.

Pierre R.

10 09 2008
Gilles

Les abysses du désespoir sont une invention romantique…
 

10 09 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Qui sait ? Je suis certainement un romantique qui s’ignore. Je cite de mémoire un proverbe chinois : l’esprit a beau faire plus de chemin que ne le fait le cœur, il ne va jamais aussi loin.

Pierre R.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :