Afghanistan – Qui osera se lever pour dire : « Assez, c’est assez monsieur le président »

22 09 2008

« The French did not have enough bullets, radios and other equipment, the report said. The troops were forced to abandon a counterattack when the weapons on their vehicles ran out of ammunition only 90 minutes into a battle that stretched over two days. »Globe & Mail.

__________________________

À vouloir faire taire la vérité, elle finit par triompher. Pourquoi le gouvernement de François Fillion sent le besoin de cacher, au peuple, la vérité sur les événements tragiques de l’Afghanistan ? La vérité finit toujours par sortir. Et lorsqu’elle a été dissimulée, elle revient à la lumière, crue et brutale. A la veille du débat au Parlement concernant le maintien ou non des soldats engagés en Afghanistan, le président de la République a, nous annonce Le Figaro, adressé une lettre aux parlementaires de gauche pour défendre le déploiement militaire français dans ce pays. « Nos responsabilités vis à vis de la communauté internationale et du peuple afghan font que nous resterons aussi longtemps que nécessaire et si le gouvernement démocratique d’Afghanistan le souhaite ». À remarquer que le peuple français n’est pas pris en compte dans cette déclaration.

Pourquoi une information qui relève des questions intérieures françaises est-elle révélée dans un quotidien canadien, anglophone, de Toronto ? Dont l’existence est confirmée par France24 ? Qu’est-ce qui se passe au pays de Nicolas Sarkozy ?

Samedi, le quotidien canadien « Globe & Mail » a fait état d’un rapport secret de l’Otan dénonçant le manque de munitions et d’équipements de communication de l’unité française tombée dans une embuscade meurtrière le 18 août en Afghanistan. Dix soldats ont été tués dans l’affrontement.

Selon le document, dont la véracité est contestée par l’Otan, l’unité française a dû abandonner la contre-attaque après seulement 90 minutes lorsqu’elle s’est retrouvée sans munitions. Or, selon ce que des rescapés ont déclaré publiquement, les combats étaient d’une telle intensité qu’ils auraient pu durer deux jours.

Ne disputons pas la durée des combats mais questionnons-nous sur la capacité de l’armée française d’affronter une attaque de cette importance : après 90 minutes, l’armée se retrouve sans munitions. Pire. Selon le document, cité par le Globe and Mail, les talibans avaient un équipement et une préparation bien supérieurs. L’unité de soldats français a, selon ce même rapport, perdu tout moyen de communication avec son commandement, lorsque sa seule radio est tombée en panne peu après le début des combats. Les soldats ont donc dû attendre de longues heures avant l’arrivée des renforts.

Panne de munitions. Panne de radio.

James Appathurai, porte-parole de l’Alliance, soutient n’avoir en main aucune information indiquant que les forces françaises étaient sous-équipées. Tout en reconnaissant la capacité des talibans de mener des opérations d’envergure. Le porte-parole ajoute : « L’Otan est préoccupé par l’implication de combattants étrangers et d’Al-Qaïda, basés de l’autre côté de la frontière avec le Pakistan, avec pour conséquence une meilleure capacité pour mener des attaques contre les forces de l’Otan, et pas seulement contre les forces françaises ». Pendant que l’Alliance s’interroge, les talibans agissent.

Les autorités françaises ont également démenti dimanche l’existence d’un tel document secret. Jusqu’à ce matin. Le ministre de la Défense Hervé Morin a, ce matin même, admis finalement sur RTL l’existence d’un compte-rendu d’un officier de l’Otan mais il a contesté qu’il s’agisse d’un rapport. Quelle sémantique. Non mais quelle sémantique ! Le commandant Prazuck défend ses troupes en Afghanistan : « On a toujours été en mesure de répondre aux tirs des talibans. Dans des combats qui ont duré neuf heures, il y a eu réapprovisionnements, par des navettes d’hélicoptères ». Qui a tout vrai ? Qui a tout faux ? Peu importe. Le 18 août 2008, dix soldats français ont été tués et 21 blessés par quelque 150 talibans dans la vallée d’Uzbeen, à l’est de Kaboul. Le gouvernement joue à cache-cache avec la population française qui mérite d’avoir la vérité. Le journal ajoute par ailleurs que les talibans se sont vantés auprès de l’un de ses journalistes avoir fait des prisonniers parmi les soldats français durant cette embuscade. Le commandant Prazuck, dans une déclaration à France Presse, s’objecte : « Quatre corps de soldats ont été regroupés (par les talibans), mais il n’y a pas eu de prisonniers ».

« Ce rapport existe bien », témoigne Graeme Smith, journaliste au quotidien canadien « Globe & Mail », interrogé par France24. « Ce qui est intéressant, c’est la sémantique utilisée par le démenti de l’Europe [la direction de l’Otan en Europe, ndlr ]. Ils disent qu’un rapport spécial n’existe pas. C’est exact : c’est un rapport tout à fait ordinaire ».

Très franchement, que dire de l’attitude des forces gouvernementales afghanes qui se sont enfuies à pied peu après le début des combats, « laissant sur place leur équipement militaire, en proie à l’ennemi » ? « Alors que les sources militaires françaises en Afghanistan, citées par Lucas Menget, maintiennent qu’ils ont tenté d’aider les Français, mais n’ont pas réussi. Ce point est particulièrement sensible en ce moment, comme l’indique France24, puisque l’enjeu de la mission de l’Otan est de former des soldats afghans. D’après le rapport, c’est un échec total de ce point de vue ». Qu’est-ce qu’on fait en Afghanistan ? Au Canada, pendant ce temps, le lieutenant-colonel Dave Corbould, du régiment Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, basé à Shilo, au Manitoba, déclare que la formation assurée par les troupes canadiennes donne aux forces de sécurité afghanes la possibilité d’agir. Force est de constater qu’il ne faut jamais laisser la gestion de la vérité aux militaires.

Que font tous ces pays en Afghanistan ? Que fait l’Otan en Afghanistan qui risque d’être son cimetière au bout d’une course qui n’aura de fin qu’avec la disparition du dernier soldat ?

William Pfaff, de l’International Herald Tribune, écrivait le 22 mai 2007 : « L’Afghanistan sera vraisemblablement le cimetière de l’OTAN. Il s’agit là d’un cimetière déjà très rempli. L’union soviétique a été enterrée en Afghanistan. Et ce fut également le sort de l’Empire britannique, qui y a été défait. Et ce fut le sort de tous les envahisseurs de l’Afghanistan, sans aucune exception, jusqu’à Alexandre le Grand, abandonné par la chance dans les sables du Balouchistan et de l’Afghanistan au troisème siècle avant JC ».

En quoi le document du « Globe & Mail » est-il faux ? Le même commandant reconnaît une interruption radio et le regroupement de quatre corps de soldats par les talibans. Encore une fois, ne disputons la durée de cette interruption : « L’interruption des liaisons radio n’a duré que quelques minutes, lorsque le radio (le soldat portant l’émetteur-récepteur) a été tué ». Ne disputons pas non plus qui a eu accès aux dépouilles des soldats abattus. N’eut été des révélations d’un quotidien étranger, Le Globe & Mail, ces informations seraient restées lettre morte et enfouies dans les secrets d’État dont raffole si bien Nicolas Sarkozy. Surtout lorsqu’ils lui sont défavorables. Qui osera se lever et lui dire franchement que jouer avec la vérité, lorsqu’il y a des morts au champ de combats, est un geste lâche et inacceptable dans une société de droit ?

Dans une grandiloquence qui lui est coutumière, pour cacher le côté laid des choses, l’Otan déclare que le professionnalisme, l’entraînement et le niveau d’équipement des soldats français sont très élevés, ils sont dans le tableau supérieur des forces de l’OTAN. L’état-major des armées françaises avait reconnu, au début du mois de septembre, qu’un des dix soldats tués dans l’embuscade avait été tué par arme blanche. Où est la contradiction avec l’information publiée par le Globe & Mail ? La gêne de l’armée française est de reconnaître que c’est l’intervention rapide d’autres forces internationales qui a limité les pertes lors de ces combats.

Jean-Dominique Merchet, de Secret Défense, pose fort bien la problématique d’ensemble des événements en Afghanistan : « Le problème est que, depuis le début, les autorités militaires et politiques, peinent à convaincre du déroulé exact des faits et n’ont pas voulu reconnaitre quelques insuffisances criantes (absence de reco, faiblesse des appuis, etc) ».

Mesdames, messieurs les députés de l’Assemblée nationale. Qui osera se lever pour dire : « Assez c’est assez monsieur le président. Rappelons nos troupes! Un point c’est tout ». Qui sera assez courageux pour rappeler que, selon un sondage BVA pour Orange et L’Express, les Français sont 62% à être opposés au maintien d’une présence militaire de la France en Afghanistan et en mars, deux tiers des Français désapprouvaient la décision de Nicolas Sarkozy d’envoyer des renforts sur place ? La droite reste sourde aux appels du peuple : « Le débat du 22 septembre n’est pas de savoir si la France doit se désengager de l’Afghanistan, elle ne le doit pas, mais de définir à quelles conditions la présence de nos soldats peut contribuer à une paix durable ».

Au Québec, 39 pour cent des personnes interrogées considèrent la mission canadienne en Afghanistan comme un échec, tandis que 51 pour cent d’entre elles croient qu’il est encore trop tôt pour le déterminer. Une majorité de Canadiens pense que la mission du pays en Afghanistan est trop coûteuse, autant sur le plan financier qu’en matière de pertes de vies.

Faut-il envier la sagesse des Finlandais ? Selon les journaux finlandais Turun Sanomat et Vali-Suomen Sanomalehdet, 57 % des 1 000 personnes interrogées entre le 2 et le 11 septembre ont déclaré que la Finlande ne devrait pas entrer dans l’OTAN, alors que 23 % sont en faveur de cette initiative.

Le désengagement de l’Otan est peut-être la solution qui fera que les pays retrouveront leur indépendance des politiques extérieures des États-Unis.

Zbigniew Brzezinski, l’un des grands penseurs de la politique internationale de Washington, de passage à Paris, accordait un entretien au Monde. Il déclarait notamment : « Si les Européens croient que la politique étrangère américaine peut changer de direction de la même manière qu’un hors-bord, ils seront déçus. Elle ne peut changer que degré par degré, lentement. L’Amérique a des intérêts fondamentaux et une continuité géopolitique ».

Merci à Dominique Hasselmann d’avoir porté l’article du Globe & Mail à mon attention.


Actions

Information

24 responses

22 09 2008
Gilles

Pierre a écrit :
[…] que dire de l’attitude des forces gouvernementales afghanes qui se sont enfuies à pied peu après le début des combats […]

 
Le rapport du Colonel Drapeau sur la préparation, la valeur au combat, et la fidélité de l’armée afghane à ses « alliés » est très difficile à trouver, mais je me souviens qu’il avait dit à la télé qu’elles étaient nulles. J’ajouterai que sa préparation est « nulle » parce que l’OTAN lui enseigne des méthodes de combat qui vont contre ses traditions et ses habitudes, que sa valeur est « nulle » parce qu’elle ne veut pas combattre des gens qui sont ses frères et sa famille très souvent (mais qu’elle était remarquable contre le soviétiques, par contraste), et que sa fidélité est « nulle » parce que les étrangers (les militaires de l’OTAN) ne se comportent pas en amis avec elle, ne montrent aucun respect pour elle, et ainsi de suite.
 
Bref les « talibans » seraient des Freedom Fighters s’ils étaient du côté de l’OTAN (c’est-à-dire soumis à elle) mais comme ils la combattent, ce sont des terroristes. À ce propos, deux remarques : je pense que les Afghans ne sont pas tous talibans et que les talibans ne sont pas nécessairement tous Afghans, mais que la situation évolue dans le sens d’une résistance de presque tous les Afghans à la présence de l’OTAN sur leurs terres, à cause des destructions aveugles, des représailles contre des villages, du comportement des troupes, et des ratés de la « reconstruction » (comme en Irak). Et du simple fait de base que ce sont des Infidèles.
 
Je comprends que les pays occidentaux, alliés des États-Unis, sont en Afghanistan pour contrecarrer les projets pétroliers et gaziers de la Russie (et peut-être aussi pour « assurer » un certain approvisionnement en cocaïne, comme l’a écrit Fares dans deux commentaires sur notre blog à Françoise et moi), mais pour rester près du sujet, c’est l’impréparation la plus désastreuse.
 

22 09 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Exactement. Désastreuse est un mot faible. Comme chez nous au Canada, nous sommes confrontés à deux vérités : la vraie et celle des militaires. La population entre ces deux vérités doit tenter de comprendre ce qui se passe lorsqu’elle voit les cercueils de ses soldats sur le tarmac. Et je reste profondément persuadé que William Pfaff, de l’International Herald Tribune, a vu juste en 2007.

Pierre R.

22 09 2008
clusiau

Le commerce de la drogue est lié il n’y a aucun doute, à l’Afghanistan et cela, depuis que l’monde est monde !

La drogue représente un commerce trop important pour être négligé, aussi important que le pétrole la drogue étant un fuel raffiné obligatoire pour un très important nombre de terriens et de cartels pharmaceutiques.

…..Qu’est-ce qui se passe au pays de Nicolas Sarkozy ?….

Il se passe ceci au pays de l’empereur nabot : Torapamavoa Nicolas

Salutations

22 09 2008
Pierre Chantelois

Clusiau

Une autre découverte vidéo. Merci. Bien évidemment que le commerce de la drogue a toute son importance. Seuls les talibans étaient parvenus à le freiner. Imaginons cette dualité : combattre les talibans qui freinaient le commerce de la drogue ou combattre les talibans en remettant en force le commerce de la drogue. Pour survivre, beaucoup de paysans ont été contraints de revenir à la culture du pavot, interdite par les talibans en 2000.

Comment expliquer cet apparent revirement des talibans, qui en 2000 avaient interdit la culture du pavot?

Simon Thibault, de l’Actualité, explique : « À l’époque, des officiels américains ont soutenu que l’interdiction visait à faire exploser la demande d’opium. Cette tactique aurait permis aux mafias d’Asie centrale d’écouler à fort prix leurs surplus d’opium et d’héroïne, accumulés à la suite des récoltes records de 1999 et de 2000. D’autres experts ont affirmé que le régime taliban désirait se réhabiliter sur le plan international. Des contacts avec certains responsables états-uniens au sujet de projets d’oléoducs dans la région avaient été établis, projets que le régime afghan voulait voir réalisés. Et les talibans désiraient récupérer leur siège aux Nations unies, occupé par l’Alliance du Nord, groupe d’opposition présent dans le nord-est du pays ».

Le directeur de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Antonio Maria Costa, vient d’appeler l’Alliance atlantique à s’engager résolument dans la lutte contre la production de stupéfiants en Afghanistan, un « business » de 3 milliards de dollars annuels, selon lui.

Antonio Maria Costa écrit dans Le Monde : « En Afghanistan, l’absence d’un État de droit reste un problème majeur. Les services afghans de lutte contre les stupéfiants se trouvent confrontés à des trafiquants bien armés, qui se déplacent dans les terrains déserts et passent les frontières grâce aux pots-de-vin, et si nécessaire aux opérations armées des trafiquants. La corruption représente un vrai problème : le pavot achète le pouvoir ; la culture, la production et le trafic de drogues sont menés à grande échelle grâce à la connivence des fonctionnaires, des propriétaires fonciers, des seigneurs de guerre et des criminels. Tant que tous ceux-ci ne seront pas traduits devant les tribunaux, l’économie de l’opium ne cessera de prospérer, et les talibans continueront de jouir de cette situation ».

22 09 2008
Françoise

Qu’est-ce qui se passe au pays de Nicolas Sarkozy ?

Pour « exister » rien de tel que de jouer les « cow-boys » à la mode Bush. On va se débarrasser des méchants « indiens »…

Un article intéressant sur le blog Secret Défense :

Embuscade: « indiscutablement un échec », selon la note d’un général de haut rang 
 

22 09 2008
Pierre Chantelois

Françoise

Merci pour le lien. En effet, terrible constat de Jean-Dominique Merchet : « Or, indiscutablement, il y a échec : une dizaine de morts et une vingtaine de blessés infligés à une troupe inférieure à 150 hommes, qui a dû de n’être pas exterminée qu’à l’intervention massive d’appuis et de renforts extérieurs à la manœuvre initiale, sans commune mesure avec les 100 à 150 talibans qui, semble t’il, leur étaient opposés ».

Pierre R.

22 09 2008
Françoise

« L’échec » premier, si je peux dire, c’est de participer à cette inutile guerre sans fin. Tous les spécialistes des choses militaires s’accordent à dire qu’aussi bien en Irak qu’en Afghanistan, l’échec est au bout, sinon déjà consommé…

Combien de ‘morts pour rien », civils et soldats, faudra-t-il pour satisfaire nos « molochs-en-costume-cravate », bien au chaud dans leurs beaux palais ?

22 09 2008
Dominique Hasselmann

Hélas, si 62% des Français, d’après le sondage que vous citez, sont opposés au maintien de la présence militaire en Afghanistan, je doute fort que le Parlement puisse s’y opposer aujourd’hui : même le PS s’interroge sur la conduite à tenir, les Verts désirent un retrait progressif, et seul le PC se dresse nettement contre cette situation politique.

Donc on acheminera du matériel supplémentaire là-bas (quelques talkie-walkies en plus, quelques drones, voir un hélico pour tenir compagnie aux deux déjà présents…) et des soldats en plus, comme le fait Bush. Peut-être pas des tout jeunes.

Et on préparera, qui sait, une nouvelle cérémonie aux Invalides, il suffira de ressortir le même discours écrit par le « nègre » du président de la République.

22 09 2008
Baba O'R.

http://www.france-info.com/spip.php?article188566&theme=9&sous_theme=10

Extrait :
« L’Otan et les autorités françaises ont démenti l’existence de tout rapport de l’Alliance sur cet épisode. Mais ce matin sur RTL, le ministre de la Défense français, Hervé Morin, a admis l’existence d’un “compte-rendu”.
Hier, un responsable de l’Otan s’exprimant sous couvert de l’anonymat, a révélé qu’un courrier électronique, rédigé par un officier de l’Isaf à l’adresse du quartier général de la force de l’Otan à Kaboul et dans lequel il exprimait son avis sur l’embuscade contre l’unité française, avait fait l’objet d’une fuite. »

Mmorin démission!

22 09 2008
Afghanistan » Afghanistan - Qui osera se lever pour dire : Assez, c’est assez ...

[…] Afghanistan – Qui osera se lever pour dire : Assez, c’est assez …Pourquoi le gouvernement de François Fillion sent le besoin de cacher, au peuple, la vérité sur les événements tragiques de l’Afghanistan ? La vérité finit toujours par sortir. Et lorsqu’elle a été dissimulée, elle revient à la lumière, … […]

22 09 2008
Pierre Chantelois

Françoise

Voilà. Vous posez la vraie question : Combien de ‘morts pour rien”, civils et soldats, faudra-t-il pour satisfaire nos “molochs-en-costume-cravate ?

Dominique

Lorsque vous écrivez : je doute fort que le Parlement puisse s’y opposer aujourd’hui, c’est exactement ce qui va se produire. Nicolas Sarkozy a fait parvenir une lettre aux députés tant de l’opposition que ministériels pour leur rappeler les devoirs de la France au plan national et international. Et oui la France, comme le Canada l’a fait, réarmera ses troupes en leur demandant d’être vaillantes et courageuses et de combattre pour une cause dont elle ne connaît ni les tenants ni les aboutissants. Triste. Que vaut le vox populi dans un cas comme celui-là ? Peu de choses.

Baba

Le ministre de la défense joue sur la sémantique. De rapport, qu’il déteste, il préfère un compte-rendu. Après combien de dénégations ? La vérité triomphe trop souvent aux yeux des politiciens.

Pierre R.

22 09 2008
clusiau

Des millions de personnes à travers le monde se sont levés et ont marché dans les rues avant les attaques en Irak et même en Afghanistan et les décideurs n’en ont tenu aucunement compte. Ils n’en tiennent pas compte encore maintenant. Les médias ont suivi lâchement les divers gouvernements.

Au Québec on peut dire sans trop se tromper que 55% des gens sont contre cette guerre que le Parti Conservateur veut étirer lui aussi. Qu’à cela ne tienne les autres 45% voteront PC et le tour sera joué. Voilà comment ça marche au pays de la démocratie à gogo pour gagas.

Peut-on appeler démocratie le Québec sachant que 45% des travailleurs sont à l’emploi d’un palier quelconque d’un gouvernement ? Quel est le compte en France ?

Parlant du nabot, la France est en train de vendre ses richesses comme l’a fait le Québec pour soi-disant payer ses dettes. Alors là quel culot. Que les richesses, le bien commun(!), payées par les pauvres et les taxés soient revendues pour rembourser des intérêts frauduleux à des riches est d’une effronterie incommensurable, enfin, mettez l’adjectif qui vous convient !

Comme aux USA maintenant, les taxés vont supporter les riches en faillite !
De quel endroit viennent les mille milliards qui serviront à soutenir le système qui chambranle ? Ou sont les réserves pour soutenir cela ?
Nulle part.

Alors on imprimera de l’argent neuf à partir de rien et le dollar qui ne vaut plus grand chose vaudra moins que rien. Que vaudront les économies des petites gens ? Rien de rien.

Notre système démocratique et économique est une fraude. Et pourtant on nous dit, les voteurs surtout, que c’est le meilleur des moins bons système et ils nous engueulent si nous leur disons que leur vote ne sert qu’à soutenir l’érection récurante des politiciens, les élections.

Non mais, tabarnac, désolé Pierre, allons-nous nous réveiller ou quoi ?

22 09 2008
serrière

Heureusement que la presse canadienne est venue alimenter la nôtre!
Au moins le débat peut se poursuivre!

22 09 2008
Pierre Chantelois

Mon cher Clusiau

Soupirs et resoupirs !!!! Le peuple est si facile à berner. La preuve en est cette présence militaire des pays de l’Otan en Afghanistan. Votre cri du cœur est salutaire, croyez-moi. Il nous faudrait une nouvelle armée, de psychiatres cette fois, pour nous expliquer pourquoi le mensonge est érigé en système et fonctionne si bien, jusqu’à ce qu’éclate crument la vérité. Wall Street vient de nous en donner la preuve.

Chantal

Effectivement. Cette nouvelle venue de si loin met à mal les déclarations des militaires français.

Pierre R.

22 09 2008
Pierre Chantelois

Dernière heure

Il est près de 11h30. Heure de Montréal. Je viens de suivre les débats à l’Assemblée nationale française. Les discours se succèdent autant de l’opposition que du gouvernement. Je retrouve les mêmes discours entendus ici, à Ottawa, de la part du gouvernement. Par contre, je n’entends pas les objections de l’opposition qui s’aligne nettement derrière le gouvernement. Je n’ai pas constaté au premier rang des préoccupations des politiciens la prise en compte des préoccupations du peuple qui souhaite le retrait des troupes d’Afghanistan. La question que je me pose : qui, ces messieurs et ces dames, représentent-ils ? Je ferme mon ordinateur et je vais vaquer à mes occupations de marche et de grand air.

Pierre R.

22 09 2008
tungstene

Sur le fait d’être à court de munitions, nos soldats sont équipés du Famas, 700cps/mn, chargeur 30cps, même en mode de tir 3 par 3 c’est vorace en munitions.

Quant aux hélicos de soutien, je ne sais pas si c’est des Tigres, mais eux aussi ont des cadences de tir de 750cps/mn, il semble peu vraisemblable qu’une patrouille puisse embarquer suffisamment de munitions pour tenir des heures.

22 09 2008
Pierre Chantelois

Tungstene

Merci pour ces précisions. Je comprends bien que l’arme en question répond adéquatement aux besoins de combats sur le terrain. Sauf qu’elle est vorace en munitions. C’est un détail important, il me semble. Il faudra voir maintenant comment le Premier ministre entend rendre moins vulnérables les troupes françaises en poste là-bas, en Afghanistan.

Pierre R.

22 09 2008
Gilles

Clusiau a écrit :
Des millions de personnes à travers le monde se sont levés et ont marché dans les rues avant les attaques en Irak et même en Afghanistan et les décideurs n’en ont tenu aucunement compte.

Je suis obligé de conclure que la démocratie n’est plus que formelle et selon cet article de Joshua Kurlantzick dans le Boston Globe, ce sont les membres de la middle class [les jeunes entrepreneurs créateurs et dynamiques] qui la détruisent le plus sûrement, par leur vision individualiste du monde.
 

23 09 2008
Dominique Hasselmann

Hier, lors du débat à l’Assemblée nationale, le PS (à part quatre dissidents) a finalement rejoint l’ensemble de la gauche dans le « non » au maintien de la présence militaire française en Afghanistan.

Celle-ci a donc bien été entérinée, et le Premier ministre a pu lire la très longue liste des nouveaux moyens mis à la disposition de nos troupes (copie de la fin d’un article du « monde.fr »), reconnaissance implicite qu’il y avait comme un manque, de ce coté-là, pour appliquer fermement la politique voulue par le président de la République et Chef des armées :

« Le chef du gouvernement a profité de l’occasion pour annoncer l’envoi de moyens supplémentaires en Afghanistan : trois hélicoptères (un Caracal et deux Gazelle) deux mortiers de 120 mm, une demi-douzaine de drones SDTI, des moyens d’écoute et une centaine de soldats.
Patrick Roger
Article paru dans l’édition du 24.09.08. »

On est donc rassurés.

23 09 2008
Pierre Chantelois

Dominique

L’armement n’est pas le seul facteur pour mener des troupes à la victoire. Il y a l’intelligence du combat, du terrain, des us et coutumes du pays à conquérir, l’expérience, les expertises, et quoi encore. Tout ne passe pas exclusivement par la quincaillerie. Je persiste à croire que le gouvernement n’a pas su tendre l’oreille aux voix dissidentes de sa population. Dommage.

Pierre R.

23 09 2008
clusiau

@Gilles
Je ne sais vraiment pas si l’individualisme est à bannir. Nous sommes tout de même humain avant d’être citoyen.

Ce que vous nommez démocratie ne fut jamais qu’une parodie de ce mot. Les jeunes individualistes modernes ne détruisent pas la démocratie puisqu’elle n’existe pas. Ils se rebellent contre un système frauduleux, ils veulent aussi leur part du gâteau.

J’ai lu l’article en référence et je ne suis pas tout à fait d’accord sur les conclusions. Il parle de Chavez comme d’un non-démocrate alors qu’il a été élu deux fois plutôt qu’une. Il dit :
…In Venezuela, Hugo Chavez has employed a similar strategy, using his elected power to increasingly muzzle opposition…..

Mais Harper ne fait-il pas la même chose au Canada dans la plusse meilleure démocratie au monde ?
Et que dire des Bush dans la biggest in the world démocratie ? Depuis l’ère Reagan qu’ils ont transformé le système bancaire malgré l’opposition de 50 États, faut l’faire, pour que les faillites des riches qui reçoivent des prêts garantis frauduleux soient remboursés par les impôts et taxes des travailleurs.

Ils auraient réussi ça en pleine démocratie ? Allons donc ! Dans une vraie démocratie de telles actions seraient impossibles. Il ne s’agit que d’une Utopie-Démocratique, un virus qu’on nous a tous injecté et que nous n’arrivons pas à éradiquer, nous prenons même le soin de nous en injecter une autre dose chaque fois que nous allons voter.

Alors Gilles soyons sérieux, admettons-le malgré que nos neurones frétilles devant cette vérité implacable, la démocratie n’existe pas, n’a jamais existée et nous vivons dans un système frauduleux, tellement corrompu que nous avons ben d’la misère à l’admettre !

23 09 2008
clusiau

On est loin de l’Afghanistan mais dans ce temps-là, c’était l’Iran l’ennemi à qui on finançait des armes illégalement, les américains bien sûr, avec quel argent ? L’argent volé aux taxés, hé oui, aussi simple que ça.

The Mafia, the CIA and Bush Sr.
http://www.brasschecktv.com/page/411.html

24 09 2008
Robert Tourcoing

Ceux qui ont tué nos 10 pioupious, c’est à l’évidence Sarkozy et une petite bande de généraux braillards, très courageux depuis leurs bureaux, qui ont voulu faire plaisir à la Maison Blanche et précipiter ce fameux choc des civilisations qu’ils désirent plus que tout.

Dix types qui s’étaient engagés pour servir la France et la liberté (version Paris Match), pour contribuer à la stabilisation dans un contexte post-crise (version Le Monde), pour agresser l’oumma musulmane (version radio taliban)… En fait, tout simplement, des jeunes gens ordinaires, qui ne savaient probablement pas quoi faire de leur vie, qui n’avaient pas trop d’argent, qui voulaient voyager et qui étaient fiers comme Artaban qu’on leur donne un beau fusil rien que pour eux. On leur bourre le mou dans l’avion qui les amène, en gueulant un bon coup « liberté » et « barbarie » avec des claquements de talonnettes, et hop, débrouillez-vous dans l’Hindou-Kouch pendant que vos supérieurs boivent des cafés et causent aux journalistes dans les préfabriqués climatisés de la base.

Texte complet et illustrations sur http://www.oppressoir.net

24 09 2008
Pierre Chantelois

Robert

Merci pour cette intervention. Je vais jeter avec plaisir un oeil sur votre site, Oppressoir.

Pierre R.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :