La vidéo qui risque d’anéantir John McCain

9 10 2008

Pendant que les républicains font référence aux relations de Barack Obama avec Bill Ayers, un radical qui a fait partie du mouvement Weather Underground au début des années 70, les démocrates, pour leur part, ramène au premier rang de l’actualité les relations de John McCain avec l’homme d’affaires de l’Arizona Charles Keating, président de la Lincoln Savings&Loan, une caisse d’épargne californienne très florissante. McCain et quatre autres sénateurs – les Keating five – auraient usé de leur influence pour aider le banquier face aux régulateurs de l’activité bancaire et lui permettre de poursuivre ses activités risquées. Ce qui devait arriver arriva. L’entreprise de Keating a fait faillite et plus de 3,5 milliards de dollars appartenant aux épargnants se sont volatilisés. 20.000 épargnants californiens ont perdu leurs économies. Les faillites – 747 organismes de prêts aux particuliers font faillite – qui ont suivi ont provoqué des pertes de l’ordre de 120 milliards de dollars, pertes qui ont été épongés par le contribuable américain.

Le comité d’éthique du Sénat a, en 1991, conclu que McCain avait « manqué de jugement », faut-il s’en surprendre, en s’associant avec Keating.

La vidéo montre un homme qui n’hésite pas à se moquer ouvertement de ceux qui ont tout perdu, qui ne sont que des « pleurnicheurs ».

1987. Le banquier Charles Keating est déjà ciblé par la justice. Nonobstant cela, Keating, un ami proche de la famille, part en vacances au Bahamas avec John McCain et son épouse Cindy. Keating est également un financier de John McCain. Un chèque de 112 000 dollars, signé par Keating, est destiné à son ami sénateur de l’Arizona. La commission d’enquête parlementaire chargée de l’affaire Keating s’interroge sur les relations du sénateur McCain avec l’investisseur Keating.

McCain trempe jusqu’au cou dans ce scandale financier qui met à mal son image de héros américain du Vietnam brave et sans reproches. Quatorze mois d’auditions et de pénibles interrogatoires ébranlent McCain qui tente tant bien que mal de préserver son image d’homme intègre. Keating écope de douze ans de prison. La commission d’enquête blanchit McCain mais retient contre lui son « erreur de discernement ».

Le lancement de cette vidéo sur McCain tient d’Hollywood. Les démocrates ont créé un véritable mini-documentaire, en s’inspirant des grandes recettes de Hollywood. Une machine fantastique a été mise en marche, marketing, teasers et envoi de mails. Rien n’a été laissé au hasard. Le narrateur est nul autre qu’un ancien responsable des autorités de régulation.

Il ne sera pas difficile pour l’américain moyen de tracer un parallèle avec la citoyenne actuelle aux États-Unis. L’effet boomerang risque d’être dévastateur pour John McCain.

Advertisements

Actions

Information

7 responses

9 10 2008
Gilles

Son attitude tout à fait anti-science – (un jour il a dit que Barack Obama avait voté des crédits pour un planétarium et « autres folies du genre » – pourrait le couler aussi, du moins chez les Américains instruits. Et je ne parle pas du choix de Sarah Palin…
 

9 10 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Très franchement, plus la campagne présidentielle avance vers sa fin, plus il m’est insupportable de penser que l’Amérique pourrait être gouvernée par le tandem McCain-Palin. Horesco referens!

Pierre R.

9 10 2008
Gilles

Voici la source de la déclaration de John McCain, candidat à la présidence du pays de la NASA et du MIT, sur le blog de Phil Plait.
 

9 10 2008
Françoise

Combien d’hommes et de femmes politiques de tous pays ont des « liaisons dangereuses » avec le monde de la finance ? Peut-être pas tous, mais bien trop certainement. Et tant que ce sera ainsi on peut toujours nous parler de moralisation, de régulation du capitalisme, comment peut-on penser que c’est possible ?
 
Je suis d’accord avec vous Pierre, le tandem McCain-Palin est effrayant.

9 10 2008
Pierre Chantelois

Françoise

Comment le peuple américain peut-il supporter ce principe d’une campagne qui dure plus d’un an ? Terrible. Je ne crois pas que les principes de la démocratie soient bien servis dans une pareille campagne parsemée de coups bas, de dénonciations et de manipulations. Je n’avais jamais suivi avec autant d’attention une campagne présidentielle. Cela atteint presque la satiété pour ne pas dire l’écœurement. Je plains le peuple américain de devoir vivre une semblable expérience.

Pierre R.

9 10 2008
Françoise

Une campagne… Je trouve que cela ressemble plus à une petite guerre où tous les coups sont permis.

Campagne permanente… En France, à peine une élection est-elle faite que les politiques préparent et se préparent à la suivante. On se « positionne » déjà pour 2012.

On ne peut faire campagne tout le temps et s’occuper sérieusement des problèmes d’un pays. Je constate que de plus en plus la seule chose qui compte c’est « d’avoir la place » et d’y rester le plus longtemps possible, rien d’autre n’a d’importance.

11 10 2008
Marie

Merci pour tous ces commenraires si avisés
Marie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :