Montréal entre dans la pénombre du 11 novembre 2008, jour du souvenir

11 11 2008

Le jour s'obscurcit et s'assombrit.

Le jour s'obscurcit ...

De l’immense miroir qu’encadre la forêt
S’élève une vapeur translucide et rosée,
Dans un déroulement si calme, qu’on dirait
Les ondulations d’un voile de rosée.

Et, le dernier reflet du jour agonisant
Vient de s’évanouir sur le velours des grèves.
L’ombre mystérieuse enveloppe à présent
La forêt et le lac absorbés dans leurs rêves.

Mais voici qu’au-dessus des grands arbres pensifs
Le croissant apparaît, serein comme la gloire,
Versant ses lueurs d’or, à travers les massifs,
Aux sentiers que les cerfs suivent pour aller boire.

L’onde sous ses rayons luit comme du métal
Où les feux de la forge étincellent encore,
Et les mélèzes verts ombrageant son cristal
À leurs sommets altiers ont des reflets d’aurore.

Le silence partout s’étend comme un linceul,
Et le flot, le pétrel, la mauve, la bruyère,
Le nid et le rameau, l’ajonc et le glaïeul
Ont un calme sans nom qui semble une prière.

William Chapman (1850-1917)

... et l'esprit s'assombrit.

... et l'esprit s'obscurcit.

Ombres et pénombres se dédoublent ...

Ombres et pénombres se dédoublent ...

Sillages célestes

... dans un sillage céleste ...

L'ombre plane sur Montréal ...

La nuit forme des ombres ...

et filtre les cercles concentriques des arbres

... et pénètre en faisceaux diffus dans les arbres

Une lueur s'échappe de l'ombre

Une lueur s'échappe des ombres

... et guide les pas de l'homme

... pour guider les pas de l'homme

Publicités

Actions

Information

6 responses

11 11 2008
RV

Pourquoi souvenirdiff ?.. une coquille peut-être ou
Beau poème. Est-ce une traduction ? En ce cas elle est assez brillante, et que donne l’original ?
Vos photos deviennent chaque jour plus intéressantes, bravo !
RV

11 11 2008
Pierre Chantelois

RV

Effectivement, il y avait une coquille. Ces coquilles! Malgré son nom anglophone, William Chapman est un poète francophone. Je vous recommande de lire ce beau poème sur la langue française. Vous pouvez trouver le poème dans l’ombre dans son entier.

Merci de votre visite.

Pierre R.

11 11 2008
Dominique Hasselmann

Vous ne devez pas regretter l’achat de votre appareil photographique : cela vous a permis de prendre une certaine distance avec l’actualité immédiate, tout en montrant son impact dans la vie quotidienne.

La poésie peut-être politique, le regard reproduit l’interaction de l’une sur l’autre, l’imbrication du quotidien dans le flux des grandes décisions ou événements comme l’élection d’Obama.

Furetez, et racontez aussi bien : l’objectif existe en photo, comme le subjectif !

11 11 2008
Pierre Chantelois

Dominique

C’est sous votre instigation que j’ai décidé de faire le saut. Il suffit pour s’en convaincre de fréquenter le Chasse-clou. Merci.

Pierre R.

11 11 2008
RV

Merci pour les liens Pierre. Honnêtement, je trouve sa poésie entre Hugo (pour le meilleur) et le « capitaine des Pompiers » (pour le plus vieillot et pompeux). Mais sa vie est intéressante, et sa fin de vie bien triste.
RV

12 11 2008
Pierre Chantelois

RV

Parfaitement d’accord. La France a reconnu ses talents mais le Québec très peu. L’isolement et la pauvreté sont – il me semble – des destins partagés par nombre de poètes, de musiciens et d’artistes.

Pierre R.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :