Le Canada en crise – « C’est la faute aux séparatistes ! »

5 12 2008

Le président de la France, Nicolas Sarkozy, a dévoilé à Douai son plan de relance de l’économie pour contrer la crise qui s’installe et le chômage qui est en hausse. Ce plan ne sera pas sans conséquences : 15,5 milliards d’euros de dépenses supplémentaires en 2009 portant ainsi le déficit public de la France à près de 4 points de PIB l’an prochain.

Non au « Québec Bashing » !

Non au « Québec Bashing » !

Au Canada, le parlement est en crise. Il vaudrait mieux de dire que le parti conservateur, au pouvoir, est en crise. Je n’ose imaginer un seul instant les conséquences si la population lui avait accordé sa confiance en élisant son chef à la tête d’un gouvernement majoritaire. Pendant que la France planche sur un plan de relance de l’économie, le premier ministre Stephen Harper, élu à la tête d’un gouvernement minoritaire, n’a pas saisi la leçon que lui a administrée la population canadienne. Il n’en fait qu’à sa tête.

Dans un énoncé économique d’une incroyable faiblesse, le premier ministre canadien ne trouve rien de moins que de priver les trois partis d’opposition des remboursements de l’État pour les dépenses encourues lors des toutes dernières élections, de priver la Fonction publique fédérale de son droit de grève, de geler les salaires et de reporter l’équité salariale des fonctionnaires jusqu’en 2011. Le document conservateur ne comportait aucune mesure de stimulation de l’économie ou d’aide aux secteurs en difficulté. Au contraire. L’approche conservatrice est simple : pour éviter un déficit, il sabre les programmes, restreint ses dépenses et vise une épargne de 4,3 milliards de dollars.

Cette décision du gouvernement conservateur minoritaire n’a fait l’objet d’aucune consultation et est contraire aux accords du G20, réuni à Washington, il y a deux semaines, qui prêchaient pour la mise en place d’un plan mondial de stimulation massive de l’économie. Le Canada était présent à Washington et avait voté en faveur de cette mesure exceptionnelle qui incluait entre autre de dépenser immédiatement jusqu’à 2 % du revenu annuel pour stimuler l’économie.

Le Parti libéral du Canada (PLC), le Parti néodémocrate (NPD) et le Bloc québécois (BQ) ont, avec raison, reproché à Stephen Harper et à son cabinet d’avoir proposé un énoncé à caractère partisan qui est rapidement apparu comme étant scandaleux dans les circonstances.

Le Devoir écrit : « Si le Bloc n’avait pas empêché le Parti conservateur de former un gouvernement majoritaire le 14 octobre, les mesures ahurissantes que James Flaherty a annoncées dans son énoncé économique de la semaine dernière auraient eu force de loi. Les dommages causés à la société canadienne auraient pu être incalculables ».

L’Opposition décide dès lors de former une alliance circonstancielle pour renverser le gouvernement de Stephen Harper et pour prendre le pouvoir en main. Elle entend présenter devant la Chambre des communes la motion de défiance suivante : « Que, devant l’échec des conservateurs de reconnaître la gravité de la situation économique et, notamment l’échec de présenter un plan crédible pour stimuler l’économie canadienne et aider les travailleurs et les entreprises des secteurs les plus durement touchés comme ceux de la fabrication, de l’automobile et des forêts, la Chambre a perdu confiance dans le gouvernement et est d’avis qu’un nouveau gouvernement viable peut être formé au sein de la Chambre des communes actuelle ».

Rien n’est plus déplaisant aux yeux de plusieurs observateurs que d’envisager un Stéphane Dion, chef démissionnaire du Parti libéral du Canada, occupant la fonction de Premier ministre du Canada. Rien n’est plus déplaisant pour le ROC (reste du Canada) que d’envisager la possibilité que la balance du pouvoir soit entre les mains d’un parti séparatiste et québécois de surcroît.

Le Bloc pouvait-il exiger des libéraux qu’ils choisissent un autre chef que Stéphane Dion, le politicien le plus impopulaire au pays, qui vient tout juste de mener son parti à la pire défaite de son histoire ? Les trois aspirants à la direction du Parti libéral du Canada, Dominic LeBlanc, Michael Ignatieff et Bob Rae, ont salué cette décision de façon unanime. La population canadienne jugera aux prochaines élections cette décision du Parti libéral de ne pouvoir, dans les circonstances, proposer un chef qui soit à la mesure des attentes des électeurs, qu’ils soient de l’Ouest ou du Québec.

Le Bloc québécois ne sera pas représenté au sein de l’équipe ministérielle de la coalition. Jusqu’au 30 juin 2010, le Bloc s’engage à ne pas déposer de motion de défiance et à ne pas appuyer celles qu’une opposition conservatrice pourrait présenter. Élus selon les mêmes règles, les députés bloquistes (BQ) ont la même légitimité que les députés conservateurs. Beaucoup de choses ont été dites sur cette nouvelle alliance circonstancielle.

« Notre régime politique est un régime parlementaire, et non un régime présidentiel », rappelle Bernard Descôteaux, du Devoir. Pour ma part, j’incline à penser que le putsch vient de Stephen Harper qui a tenté, sous le fallacieux prétexte de redressement de la situation économique, d’imposer un agenda de droite, malgré le rejet de la population canadienne. Une convention, régissant les règles parlementaires de type britannique, stipule que : « Si un Cabinet est battu à la Chambre des communes par suite d’une motion de censure ou de défiance, il doit soit démissionner, auquel cas le gouverneur général demandera au chef de l’opposition de former un nouveau Cabinet, soit demander la dissolution du Parlement, c’est-à-dire la tenue d’élections ».

Celui qui a le plus à craindre de la présente alliance circonstancielle est Stephen Harper lui-même. S’il devait être vraiment chassé du pouvoir, comme un malotru, en raison d’un vote de défiance, le parti conservateur ne lui pardonnera pas ses bévues et son caractère fantasque. La sérénité bien artificielle du PC replongera rapidement dans les abimes des années 1960 et des luttes de pouvoir internes. Harper l’aura bien cherché.

Les conservateurs ont beau se draper dans les principes de la démocratie, cette tentative de putsch à l’égard du parlement en imposant un déni du droit de grève des fonctionnaires et en éliminant le remboursement des partis politiques illustre ce qu’aurait pu être un gouvernement majoritaire conservateur. James Moore, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles (PCC), devrait s’imposer un examen avant de clamer haut et fort que les séparatistes veulent prendre le bureau du premier ministre.

Stephen Harper est un homme froid et calculateur. Sa rancune est tenace. Le Québec lui a fait perdre la majorité parlementaire en élisant 50 députés bloquistes (souverainistes) à la Chambre des communes. Stephen Harper ne sent aucun besoin de s’excuser pour ses bourdes puisqu’il a l’intime conviction de ne commettre aucune erreur. L’erreur, c’est les autres.

Stephen Harper a usé de tous les recours pour se soustraire à la tenue d’un vote de défiance. Il a tenté de retrancher, de son énoncé économique, les parties qui déplaisaient à l’opposition, laquelle a refusé de céder à son plan de match initial. Face à cet échec, Harper a annoncé qu’il reportait d’une semaine le vote sur la motion de défiance de l’opposition. L’objectif d’Harper était, bien évidemment, de tout mettre en œuvre pour que l’opposition ne puisse présenter en Chambre sa motion de défiance.

Car, faut-il le rappeler, une règle parlementaire, dans le système parlementaire britannique, stipule que : « La personne choisie (pour être premier ministre) doit être disposée à former un gouvernement et à s’efforcer de gagner la confiance de la Chambre des communes ». Stephen Harper a, deux mois à peine après avoir été réélu, échoué à obtenir ce lien de confiance. Pour éviter de légitimer la mise en place d’un nouveau gouvernement formé de cette alliance circonstancielle de l’opposition, Stephen Harper devait, à tout prix, contourner cette règle.

Parallèlement à ces manœuvres de diversion, Stephen Harper prend à témoin la population canadienne pour dénoncer les complots de l’opposition qui ne visent rien de moins que de renverser le gouvernement. « Pendant qu’on travaille sur l’économie, l’opposition travaille sur une entente en coulisses pour renverser les résultats des dernières élections sans le consentement des électeurs. Ils veulent s’accaparer le pouvoir, pas le gagner. Ils veulent mettre en place un gouvernement dirigé par un parti qui a reçu sa plus petite part des suffrages depuis la Confédération. Ils veulent mettre en place un premier ministre, le premier ministre Dion, qui a été rejeté par les électeurs il y a seulement six semaines », a affirmé M. Harper.

Les stratèges conservateurs ont conçu, pour parvenir à leurs fins, une campagne de communication fondée sur un « Québec Bashing ». Les vilains séparatistes veulent la destruction du pays et les partis d’opposition, libéraux et néodémocrates, font des alliances avec ces derniers. Selon Stephen Harper : « Si le chef du Parti libéral croit en ce pays, il doit prendre ses distances de ce document et admettre qu’il s’agit de la pire erreur que le Parti libéral ait jamais faite de son histoire». Harper n’a pas hésité à affirmer, en anglais, que les libéraux trahissaient les électeurs et les « intérêts du pays » en s’alliant aux « séparatistes ».

Ce à quoi a répondu Stéphane Dion : « Le gouvernement fédéral a le devoir d’agir et d’aider les Canadiens à traverser ces temps difficiles. Stephen Harper refuse toujours de proposer des mesures pour stimuler l’économie canadienne. Le mini-budget qu’il a présenté la semaine dernière démontre que sa priorité est la partisannerie et le règlement de ses comptes idéologiques ».

Peu sensible aux objections nationales des syndicats, d’une partie de la population et de l’opposition, Stephen Harper s’est présenté devant la gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean. Après deux heures de discussion en tête à tête, et sans que son Excellence madame Jean ne veuille rencontrer l’opposition pour connaître son point de vue, elle accorde au premier ministre la prorogation de la présente session parlementaire jusqu’en janvier 2009. Comme le faisait observer un spécialiste en droit constitutionnel : « Ce chef d’État, dans le régime parlementaire britannique, règne mais ne gouverne pas ».

Les travaux reprendront avec la présentation du budget le 26 janvier prochain. D’une crise financière, le Canada est en pleine crise d’unité nationale. Grâce aux bons soins de Stephen Harper. La diabolisation du Québec, dans l’Ouest du pays, ranimera de vieilles querelles et remettra au premier plan les velléités d’indépendance de la Vieille Province. Comme l’indique Daniel Lessard, de Radio-Canada : « cette stratégie [de Stephen Harper] donne l’impression que le mandat des députés du Bloc n’est pas aussi légitime que celui de leurs collègues des autres partis. Et elle oublie que Gilles Duceppe, sans sacrifier les intérêts du Québec, s’est toujours comporté de façon responsable au Parlement fédéral ».

Le chef conservateur avait, en septembre dernier, déclenché des élections fondées « sur l’économie ». En prorogeant les travaux de la Chambre, Stephen Harper repousse de six semaines toute possibilité d’adopter un plan de relance de l’économie. Les dirigeants des trois principaux syndicats industriels du pays sont déçus. Ils jugent que cette décision équivaut à un abandon du pouvoir à un moment où les Canadiens ont le plus besoin d’un chef. « Les travailleurs n’ont maintenant plus de gouvernement à qui s’adresser, et nous ne pouvons attendre jusqu’à la fin du mois de janvier les mesures économiques qui permettront de stimuler les secteurs forestier, manufacturier, automobile et sidérurgique, entre autres, qui en ont désespérément besoin », ont affirmé les chefs syndicalistes.

L’avenir est plutôt sombre. Pour rallier le Canada anglais et sauver son gouvernement, Harper, l’Albertain, a, en rencontre de presse, exclu toute collaboration future avec le Bloc québécois, qui a pourtant remporté les deux tiers des sièges de la province aux dernières élections. Dans le cadre du prochain budget qui devrait être présenté en janvier 2009, il a invité l’opposition à travailler avec lui à la relance de l’économie tout en précisant que le Bloc québécois n’était pas visé par cette offre.

Le Premier ministre du Québec, Jean Charest, a rappelé que les députés bloquistes avaient été élus démocratiquement le 14 octobre dernier; leur présence aux Communes est donc aussi « légitime » que celle des conservateurs, des libéraux ou des néodémocrates. « Je vis dans une société où on peut être fédéraliste, souverainiste. Les gens se respectent et la même chose devrait être vraie dans le Parlement fédéral. On n’a pas à faire un procès d’intention à quiconque parce qu’il défend une position ou une autre ».

moton307

Publicités

Actions

Information

10 responses

5 12 2008
gaetanpelletier

Excellent, Pierre.

Un déblocage pourrait survenir si M. Dion quittait son poste. En cela il n’est guère mieux que l’adversaire. Les canadiens «attendent» un autre choix. Rivé à sa chaise, M. Dion, reste nuisible.

Quant à M. Harper, l’Histoire démontrera sans doute qu’il fut un des pires premier Ministre à gouverner le pays.

Sa stratégie est somme toute assez claire: de par cette prorogation il espère que la coalition s’effrite à l’interne de celle-ci, voire à l’intérieur des partis qui la composent.

J’ose à peine songer à février et à de possibles élections, surtout avec un Dion à la tête du parti. Résultat : gouvernement minoritaire encore.

Le bipartisme peut fonctionner sous notre régime à l’anglaise. Hélas! dans une situation de développement multipartiste, il faudrait une refonte du système pour que cesse ce …. cercle vicieux.

J’ai l’impression que l’évier est bouché. Il y a une ou deux têtes de trop dans le tuyau….

5 12 2008
Pierre Chantelois

Gaëtan

Je partage cet avis sur Stéphane Dion. Sauf que la décision n’appartient qu’au Parti libéral du Québec. Harper a compris que le PLQ est le maillon faible de la coalition. Les trois candidats à la chefferie ont probablement été forcés d’accepter la présence de Dion dans le processus de cette alliance circonstancielle pour la raison simple qu’ils ne sont pas parvenus à mettre leurs intérêts personnels au-dessus de l’intérêt national. Ils en assumeront les conséquences si l’alliance s’effrite au cours des prochaines semaines. Entre temps, Harper ne trouve rien de mieux que de marginaliser le Québec et de dénier des droits fondamentaux aux BQ de participer à la préparation du prochain budget. Lamentable.

Pierre R.

5 12 2008
Gilles

Les séparatistes sont toujours vilains. À preuve, les Iroquois de Kanesatake qui agissent en tout avec une admirable indépendance d’esprit. Le Québec devrait s’inspirer d’eux.
 
Le Québec bashing ne me choque pas, ni ne m’impressionne. Je vous recommande la lecture des journaux locaux serbes, vous verrez du Kosovar bashing auprès duquel le Québec bashing ressemble à de l’amour fraternel.
 
Ceci pour dire que la nature humaine est ainsi faite. Je dirai aussi que les Québécois sont peut-être particulièrement mous (en tant que collectivité), on dirait qu’ils ont besoin de l’approbation des autres pour se sentir le droit d’exister. La cause ? Ils renient leurs racines françaises (et participent volontiers au France bashing, ce qui est un comble).
 

5 12 2008
Gilles

Pierre a écrit :
Harper a compris que le PLQ est le maillon faible de la coalition

Je ne te suis pas… Il est bien entendu qu’il existe des relations entre le PLQ et le PLC, comme entre le PQ et BQ, mais je pense que la coalition est une affaire spécifiquement fédérale.
 
J’ai entendu aux informations ce soir que trois ou quatre députés Libéraux (fédéraux) doutent déjà de la viabilité de la coalition, en partie à cause de S. Dion, en partie à cause du rôle du Bloc ; c’est mal parti.
 

5 12 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Relativement au France Bashing, je dirai qu’il vient notamment du comportement du président de la France qui, lors de sa dernière visite au Québec, a littéralement saboté auprès d’une couche particulièrement sympathique à son pays, tout le capital d’amitié qui existait depuis des lustres. Il préfère s’inspirer de Paul Desmarais que des longues traditions d’échanges culturels et d’amitié. C’était son choix. Ses commentaires à propos des aspirations du peuple québécois s’approchaient dangereusement du Québec Bashing. Notamment ses allusions perfides sur la séparation. Il faut relire ses propos.

Il est évident que je ne comparerais pas le Quebec Bashing au Kosovar Bashing. Loin de moi l’idée. Sauf que nous vivons au Canada. Le Québec est encore membre de la Confédération dont se réclame Stephen Harper. Le Quebec Bashing vient d’un premier ministre qui se dit responsable et qui veut gouverner le pays. Avant les dernières élections, le Québec était aux premiers rangs de ses priorités. Aujourd’hui, il s’improvise instigateur de ce Quebec Bashing. Il a suffi d’écouter ses propos, lors de la rencontre de presse, après sa rencontre avec la gouverneure générale. Cela me dérange.

Maillon faible : le parti libéral n’arrive pas à régler ses problèmes internes. Il fallait voir cette lamentable prestation technique de Stéphane Dion en réplique au premier ministre Harper, mercredi soir. Le parti libéral du Canada ne dispose même pas des technologies récentes pour présenter son chef avec les règles de l’art du ‘‘broadcasting ». Les trois candidats à la chefferie libérale, mesurant fort bien l’impopularité de leur chef à travers le Canada, n’ont pas su mettre au-dessus de leurs égos propres les intérêts de l’alliance circonstancielle. Et je comprends fort bien que les députés libéraux soient gênés de cette prestation plus que lamentable de leur chef mercredi soir.

En terminant, les trois chefs de l’alliance sont tous des québécois. Et pire. Les députés ministériels québécois participent à ce Québec Bashing. Plus couillons …

Pierre R.

5 12 2008
Gilles

Pierre,

Quand je parlais de France bashing je pensais à une attitude générale, diffuse (les remarques à propos de ma Renault, par exemple), et non aux événements récents. J’aurais dû être plus clair.

Pourquoi le drapeau du Canada flotte à l’envers ?
 

5 12 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Bonne observation 🙂 Mon petit geste de protestation.

Une réaction intéressante ici (proposée par Richard Hétu de La Presse) : Hot Air – Get your fill

Pierre R.

5 12 2008
Gilles

Love’s Labour’s Lost
 

Pierre a écrit :
[…] les trois chefs de l’alliance sont tous des québécois.

Que d’énergie perdue, depuis un siècle ! Pour un haut-fonctionnaire fédéral compétent (Jacques Parizeau) qui a compris la nécessité de l’indépendance, combien ont fait toute leur carrière contre les intérêts du Québec ? De même pour les politiques (Jacques Hébert, Jean Marchand) et les « personnalités » (Jean Béliveau, Michelle Tisseyre, Jean-Louis Roux, Marc Garneau). Tous ont construit un Canada qui les reconnaît à peine, à l’ouest de l’Outaouais…

6 12 2008
Pierre Chantelois

Gilles

Remarque très juste et pleine de bon sens. Le cas de Jacques Hébert est patent. Il faut se rappeler de la grève de la faim en 1986 pour sauver son projet Katimavik contre les compressions budgétaires de Brian Mulroney. Il aura jeuné 21 jours. Le gouvernement ne bougeant pas, ce sont finalement les libéraux eux-mêmes qui sauvent le programme en créant une fondation pour le soutenir financièrement. Katimavik restera cependant l’ombre de lui-même jusqu’à ce que Jean Chrétien le ressuscite en 1994.

Pierre R.

6 12 2008
décembre

Je suis d’avis que si Harper se sort de cette mauvaise passe il sera encore plus fort qu’avant.

Ce matin dans LaPresse en éditorial, Québec bashing ? Ou ça ? Des inventions à ce qui paraît.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :