Sarkozy : Israël est digne d’un État démocratique et l’Égypte, quoique critiqué, a bien travaillé

19 01 2009

« La place de Tsahal n’est pas à Gaza », a déclaré Nicolas Sarkozy. « La décision du gouvernement israélien, unanime, est une décision que nous soutenons, c’est une décision digne d’un État démocratique », a également lancé le président de la république. Ailleurs, un collectif d’avocats et de juristes internationaux, qui réunit quelque 300 associations de défense des droits de l’homme à travers le monde, déposera, à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, une demande d’ouverture d’enquête pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par Israël dans la bande de Gaza. Une délégation, comprenant notamment le Mrap, l’Union juive française pour la paix (UJFP), le collectif Résistance Palestine, demande à Nicolas Sarkozy de saisir d’une plainte d’une part le Conseil de sécurité des Nations unies, d’autre part le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) : « pour des faits de crimes de guerre commis sur la terre palestinienne, à compter du 27 décembre 2008 ». Eyal Megged, commentateur au journal Maariv, écrit : « Cette guerre était tout simplement une guerre. Il était tout bonnement question de se défendre. Mais ce ne fut pas une guerre menée avec habileté. Cette guerre était censée changer la donne. Cela avait été annoncé de manière explicite. Mais la situation – et cela est regrettable -, n’évoluera qu’en pire. Nous allons nous réveiller au lendemain de la guerre avec une situation de haine, une situation empoisonnée ».

Après que 1 300 Palestiniens aient été tués, dont 410 enfants et 108 femmes, après que plus de 5 300 personnes aient été blessées, après que l’armée israélienne eut évalué à plus de 500 le nombre de combattants du Hamas tués, mené 2.500 raids à Gaza, et que les combattants palestiniens aient tiré 700 roquettes et obus de mortier vers le territoire israélien, le représentant du quartette pour le Proche-Orient, Tony Blair, qui ne s’est jamais rendu dans la bande de Gaza, a estimé que l’initiative arabe pour établir la paix entre Israël et les Palestiniens n’était pas morte. Pour Tony Blair, qui parle déjà de reconstruction, il est évident que « cette fois-ci, la reconstruction de Gaza devra se fera dans un cadre tel que nous n’aurons pas à reconstruire une nouvelle fois dans quelques années ». Avec ou sans le Hamas  ? 

« Nous (les dirigeants européens) allons nous rendre en Israël pour dire à Israël que nous sommes à ses côtés pour assurer son droit à la sécurité mais qu’il faut maintenant qu’Israël indique clairement, que si les tirs de roquettes s’arrêtent, l’armée israélienne doit quitter Gaza ». De Charm el-Cheikh, c’est encore Nicolas Sarkozy qui parle. Le Hamas n’était pas invité à cette rencontre sur la paix au Moyen-Orient. Le président français, Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande, Angela Merkel, le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, et le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, se rendront plutôt en Israël.

Ban Ki-moon est au Liban. Il a rencontré le président Michel Sleiman, le chef du Législatif Nabib Berry, le Premier ministre Fouad Siniora. Pour le secrétaire général des Nations-Unies, le Liban représente « le symbole de l’espoir en un Moyen-Orient pacifié ». En retour de ce commentaire flatteur, le chef de l’État libanais, Michel Sleiman, s’est engagé à respecter les résolutions internationales, « dont celle portant sur le tribunal international, mais loin de toute politisation ». Le chef du Législatif, Nabib Berry, a profité de sa rencontre avec Ban Ki-moon pour évoquer la situation à Gaza. « Israël a réussi à transformer Gaza en une vaste prison et à convaincre l’opinion internationale que Gaza est devenue une base de terrorisme d’où sont acheminées des armes en contrebande par le biais d’un nombre incalculable de tunnels. Progressivement, en raison des élections législatives palestiniennes dont les résultats n’ont pas été acceptés par Washington et Tel-Aviv, l’aubaine que constitue la démocratie s’est transformée en une cabale contre le peuple palestinien ». Le Hamas était absent de cette rencontre sur la paix au Moyen-Orient au Liban.

Nabib Berry réclame la formation d’une commission d’enquête internationale afin de « juger les dirigeants d’Israël pour crimes de guerre ».

« La décision de cessez-le-feu laisse à Israël le droit de réagir et de reprendre ses actions militaires si les groupes terroristes continuent leurs attaques ». Ainsi en a décidé Ehud Olmert. Le Hamas, le Jihad islamique et d’autres groupes palestiniens ont annoncé dimanche qu’ils acceptent un cessez-le-feu d’une semaine avec Israël. Ce cessez-le-feu n’est prévu que pour une semaine, le temps d’ouvrir les points de passage et de laisser entrer l’aide humanitaire. Ainsi en a décidé le Hamas. Sans qu’aucun dialogue n’ait pu réunir les factions ennemies. Chacun pour soi.

Les rhétoriques des factions ne changent pas. Moussa Abou Marzouk, le numéro deux du bureau politique du Hamas, demande que « les forces de l’ennemi se retirent de Gaza d’ici une semaine ». Pour Ehud Olmert, il est clair toutefois que les troupes israéliennes resteront à Gaza et qu’Israël considérera un retrait si le Hamas arrête les attaques à la roquette. Israël ne s’impose aucune condition mais elle en impose de très lourdes au Hamas. Le cessez-le-feu unilatéral israélien est entré en vigueur dimanche à 00h00 GMT. Depuis, un retrait progressif de l’armée israélienne de la bande de Gaza a été noté après l’instauration du cessez-le-feu dans le territoire Palestine.

Benita Ferrero-Waldner, commissaire européenne aux Relations extérieures, souligne que la priorité maintenant est de s’assurer qu’il n’y ait pas davantage de civils qui meurent dans ce conflit. Elle appelle Israël à rouvrir complètement et immédiatement les points de passage vers Gaza et demande le retrait de toutes les troupes israéliennes de la bande de Gaza. Mais de son côté, la présidence tchèque de l’UE, par la voix du Premier ministre, Mirek Topolanek, presse le Hamas de se joindre immédiatement et sans condition au cessez-le-feu.

Hosni Moubarak a organisé ce dimanche, à Charm el Cheikh, un grand souper. Pour discuter de paix. Deux absents : Israël et le Hamas. Les invités honorables étaient : Angela Merkel, Gordon Brown, Nicolas Sarkozy, Silvio Berlusconi, Jose Luis Rodriguez Zapatero et Abdullah Gül, de la Turquie. Le roi Abdallah II de Jordanie, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, se sont également rendus à l’invitation d’Hosni Moubarak.

Hosni Moubarak a procédé à cette invitation de haut niveau parce que depuis samedi, des signes de déblocage de la crise sont apparus et que des questions importantes nécessitent la poursuite des efforts de l’Égypte. En clair, l’Égypte multiplie les efforts pour rester au premier plan des efforts de paix au Moyen-Orient et pour ne pas céder aux pressions de la rue arabe qui voit en Hosni Moubarak un agent d’Israël. La crédibilité de sa médiation est aussi fragile que le cessez-le-feu décrété de part et d’autre à Gaza et à Tel-Aviv. Et l’Égypte a reçu un satisfecit de Nicolas Sarkozy : « L’Égypte a été critiquée mais a bien travaillé ».

Et dans sa poursuite pour la paix au Moyen-Orient, le président a lancé au premier ministre, Ehud Olmert que, « une fois Tsahal retiré de Gaza, il faut proposer un sommet au président de l’Autorité palestinienne (Mahmoud Abbas) pour parler avec lui ». Étaient présents au dîner de dimanche soir, convié par Israël, la chancelière allemande, Angela Merkel, le Premier ministre britannique, Gordon Brown, le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, et le Premier ministre tchèque, Mirek Topolanek, qui préside l’Union européenne.

Comment peut-on parvenir à la paix au Moyen-Orient sans ouvrir des discussions avec le Hamas  ?  Nicolas Sarkozy répond : « Si on discute avec le Hamas maintenant, ça veut dire qu’on met le Hamas sur le même plan qu’Israël et alors le cessez-le-feu n’est plus possible ». Quadrature du cercle. Dans un même souffle, Nicolas Sarkozy n’hésite pas à affirmer que : « les pays européens sont prêts à aider Israël et l’Égypte à lutter contre la contrebande d’armes pour recréer de la confiance en mettant à leur disposition tous les moyens techniques, diplomatiques et militaires, notamment navals ». Et, aux yeux de Nicolas Sarkozy, tout dialogue avec le Hamas équivaudrait à « tuer politiquement » le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Nicolas Sarkozy ignore-t-il que Mahmoud Abbas n’a plus de crédibilité : si le Hamas a gagné en popularité dans le monde arabe et obtenu une certaine légitimité lors du mini-sommet de Doha, Abbas est contesté par plusieurs députés koweïtiens, notamment islamistes, qui l’ont déclaré « indésirable » au sommet de Koweït.

La logique européenne, menée par Nicolas Sarkozy, n’obéit pas aux mêmes impératifs que du côté arabe. Selon l’analyste libanais Abdelwahab Badrakhan, « les pays arabes ont donné à Israël le temps de finir le travail. Certains pays, notamment l’Égypte, n’ont pas voulu que le mouvement islamiste Hamas confirme son autorité sur Gaza ». Les 22 membres de la Ligue arabe se sont querellés sur l’opportunité de réunir ou pas un sommet extraordinaire consacré à Gaza. Selon qu’ils appuient le Hamas ou qu’ils le rejettent. Le Qatar avait réclamé par trois fois la tenue d’un tel sommet qui n’a pas avoir lieu en raison du manque de quorum. Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe, a qualifié la situation dans le monde arabe de « bien chaotique ». « C’est regrettable et nuisible ».

Advertisements

Actions

Information

7 responses

19 01 2009
Françoise

« Hosni Moubarak a organisé ce dimanche, à Charm el Cheikh, un grand souper. »

Le menu a-t-il convenu aux invités ? Ont-ils mangé de bon appétit pendant que tant de gens à Gaza n’ont pas le minimum, pendant qu’on dégage les morts de sous les décombres (95 hier) pensant que des blessés vont mourir et d’autres seront infirmes à vie ?

Vue la façon dont se passe les choses, on peut se demander : la prochaine « guerre » c’est pour quand ?

Pierre, je vous recommande cet article si vous ne l’avez pas lu :

Israel’s Next War: Today the Gaza Strip, Tomorrow Lebanon? 

19 01 2009
Pierre Chantelois

Françoise

Merci pour cette lecture passionnante de Darius Nazemroaya. Encore une fois, on retrouve certaines vieilles obsessions de l’Oncle Sam et de l’État hébreu : « The objective in Lebanon is « regime change » and to repress all forms of political opposition ». Ils ne parviendront tout de même pas à changer tous les régimes du monde qui ne leur plaisent pas.

Du Liban, elle m’a mené vers les États-Unis. Je vous propose un article de Philip Slater, écrit le 7 janvier dernier, qui m’avait échappé : A message to Israël : Time to stop playing the Victim Role. Je vous cite cet extrait de cet article où Slater s’adresse directement à Israël sur un ton qui ne fait aucun doute : « Remember that American support is based entirely on the notion that no politician can win without the Jewish vote. But not all American Jews think Israel is on a divine mission from God. A great many American Jews believe in international law and justice ».

Slater va même plus loin : « Yesterday you shelled three UN-run schools, killing several dozen children and adults, despite the fact that the UN had given you the precise coordinates of all its schools in Gaza. So much for ‘taking every care to avoid civilian casualties’. You seem to feel you can kill whomever you like, whenever you like, and wherever you like, just because you have a blank check from the United States. Every day this assault goes on you’re demonstrating contempt for the UN, the international community, and human life. Talk about a rogue state ».

En terminant, je vous en prie, allez voir cet article composé que de photos de Normand G. Finkelstein : « The grandchildren of holocaust survivors from World War II are doing to the palestinians exactly what was done to them by nazi germany ». C’est terrible.

À lire impérativement.

Pierre R.

19 01 2009
Françoise

Merci Pierre, un excellent article et qui dit sans fioritures ce qu’il y a à dire.

Ils ne parviendront tout de même pas à changer tous les régimes du monde qui ne leur plaisent pas.
Je ne sais pas, mais ce que je sais c’est qu’ils y mettent vraiment du leur pour y arriver..

Je vous livre les derniers mots du témoignage de Caoimhe Butterly qui travaille comme volontaire avec les ambulanciers à Gaza :

« And yet, in the face of so much desecration, this community has remained intact. The social solidarity and support between people is inspiring, and the steadfastness of Gaza continues to humble and inspire all those who witness it. Their level of sacrifice demands our collective response- and recognition that demonstrations are not enough. Gaza, Palestine and its people continue to live, breathe, resist and remain intact and this refusal to be broken is a call and challenge to us all. »

Un autre article qui vaut la lecture. Pour être « tranquilles » (et encore ce n’est pas sûr) comme dit Philip Slater « You’ll have to kill them all. » Il n’est pas le premier à faire la comparaison avec le régime nazi, même des Juifs l’ont faite. Il faut écouter, par exemple Sir Gerald Kaufman et il n’est pas le seul.

19 01 2009
Dominique Hasselmann

Il est pour le moins… étrange que le ministre des Affaires étrangères (en France), BK, soit aussi absent de la scène internationale.

Certes, il avait précédé son chef avec quelques collègues européens, lors d’un sommet qui accoucha d’un rat.

Mais, là, à Gaza, il n’y aurait pas comme un problème humanitaire ? Il est vrai que pour BHL (Le Journal du Dimanche du 18 janvier), il y a une « rumeur de blocus humanitaire », alors que tout va bien et que c’est l’abondance, les ripailles et la fête jour et nuit, illluminée par quelques bombes au phosphore qui viennent juste de laisser le terrain dans l’obscurité.

Les déclarations de Sarkozy cherchent sans cesse à ménager la chèvre et le chou : elles montrent le refus d’engagement dans une politique claire et nette.

Ce Président est une sorte de Coty numéro deux – hors la cote « consciencieuse de gauche » de sa femme, il rame aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.

On exige – vu la crise – une « prime à la casse » pour certains hommes politiques !

19 01 2009
marine

On voit bien ici que Sarkozy est un pro-américain (enfin, je dirais plus un pro-Bush, puisque ça risque de changer d’ici quelques heures …)
Et comme les américains se chargent d’armer l’armée Israëlienne … Enfin. Les Etats-Unis se font parfois l’allié du diable; ils conservent leurs alliés, en étant aveugles à leurs propres crimes de guerre.
Plus le temps passe, moins je crois à la coexistence pacifique de l’état d’Israël et de la Palestine …

20 01 2009
Grosse Fatigue

Arrêtez de pleurer. Le Canada et les USA ont bombardé l’Allemagne Nazie et rasé de nombreuses villes d’Europe sans le moindre état d’âme. La 2eme guerre mondiale n’aurait jamais été gagnée avec les principes d’aujourd’hui. On devrait traîner nos grands parents (ceux qui n’était pas pro allemands au Québec !!!) devant les tribunaux pour crime de guerre.
Maintenant on est devenu plus raisonnables et c’est pourquoi la guerre se passe comme elle se passe, au lieu de rayer Bagdad, Kaboul, ou Gaza tout simplement comme on l’aurait fait il y a 60 ans.
Le Hamas tire sur Israël depuis une région surpeuplée, Israël réplique en essayant tant bien que mal d’éviter les civils, mais c’est impossible.
Il y a des gens qui n’ont rien à voir là dedans (des enfants bien sûr) qui meurent et c’est atroce.
Maintenant que faut il faire:
– répliquer, maison par maison, on le voit impossible d’éviter les civils, toute intervention produit toujours autant de morts chez les civils que les combattants (600 membres du Hamas, sur 1200 tués environ).
– raser Gaza comme il y a 50 ans en Europe, certains aimeraient peut-être ?
– ne rien faire du tout, comme c’est le cas souvent pendant des mois, et continuer à recevoir des roquettes?
Vous croyez sincèrement que Israël et le Hamas peuvent discuter? Vous ne tiendrez pas 2mn à discuter raisonnablement avec un membre du Hamas.

L’Europe finance la Palestine à 50%, les USA a 22%, le « monde arabe » à 8% environ. Les arabes se foutent de la palestine, comme ils se foutent des arabes de Tchéchénie ou du Darfour, massacrés eux sans etat d’âme. Je crois surtout qu’ils sont anti-israel, anti-juif, manière pour les dictatures qui s’étendent du Maroc à la Syrie de renforcer le sentiment d’identité.
Tout cela est sans fin, et ne pensez pas qu’Obama va y faire quelque chose, à moins de tout accepter, même l’insupportable, comme on le fait au Québec (voir l’histoire de l’iman en décembre par vous-même si bien décrite).

L’occident essaye de se défaire de sa culpabilité sur 20 siècles d’anti-sémitisme en présentant Israël comme un monstre. C’est de l’antisémitisme à l’anvers!

20 01 2009
Dominic Tremblay

« Comment peut-on parvenir à la paix au Moyen-Orient sans ouvrir des discussions avec le Hamas ? Nicolas Sarkozy répond : « Si on discute avec le Hamas maintenant, ça veut dire qu’on met le Hamas sur le même plan qu’Israël et alors le cessez-le-feu n’est plus possible ». »

C’est exact. Le Hamas a été fait par Israël. Le Hamas n’est qu’un moyen d’avoir une excuse pour attaquer Gaza. Ils ne veulent surtout pas mettre le Hamas dans le même plan qu’Israël, si vous voyez ce que je veux dire.

Ça ne m’étonne pas de voir Nicolas Sarkozy être en faveur de ce qu’Israël fait. Je crois qu’on comprend pas mal tous le lien que les États-Unis ont avec Israël. Nicolas Sarkozy est un sioniste lui-même et prendre défense d’un État religieux qui l’aide beaucoup, c’est typique.

La seule solution politique à ce conflit Israélo-Palestinien, c’est d’abolir l’État juif qu’est Israël.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :