Le Prince dont le printemps est la demeure

5 02 2009

Que veux-tu ? Bel enfant, que te faut-il donner
Pour rattacher gaîment et gaîment ramener
En boucles sur ta blanche épaule
Ces cheveux, qui du fer n’ont pas subi l’affront,
Et qui pleurent épars autour de ton beau front,
Comme les feuilles sur le saule ?

Qui pourrait dissiper tes chagrins nébuleux ?
Est-ce d’avoir ce lys, bleu comme tes yeux bleus,
Qui d’Iran borde le puits sombre ?
Ou le fruit du tuba, de cet arbre si grand,
Qu’un cheval au galop met, toujours en courant,
Cent ans à sortir de son ombre ?

Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
Plus éclatant que les cymbales ?
Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l’oiseau merveilleux ?
– Ami, dit l’enfant grec, dit l’enfant aux yeux bleus,
Je veux de la poudre et des balles.

Victor Hugo, L’enfant (Les Orientales)

(Cliquez sur les images)

Vivement le retour du royaume du prince

Vivement le retour du royaume du prince

Vienne la pluie, vienne la neige, que revienne le printemps !

Vienne la pluie, vienne la neige, que revienne le printemps !

Le Royaume du soleil est proche. Le prince brille sous ses rayons.

Le Royaume du soleil est proche. Le prince brille sous ses rayons.

Le jeu est affaire de prince. La guerre est affaire d'hommes.

Le jeu est affaire de prince. La guerre est affaire d'hommes.

Le jeu c'est le dialogue. Dialogue de prince.

Le jeu c'est le dialogue. Dialogue de prince.

Gravir, toujours gravir. Vers des sommets. C'est la vie.

Gravir, toujours gravir. Vers des sommets. C'est la vie.

Grandir c'est vieillir. Vieillir c'est dominer. Dominer c'est mourir un peu chaque jour.

Grandir c'est vieillir. Vieillir c'est dominer. Dominer c'est mourir un peu chaque jour.

Vers le lac le prince s'en est allé, pour regarder l'oiseau à jamais s'envoler.

Vers le lac le prince s'en est allé, pour regarder l'oiseau à jamais s'envoler.

Publicités

Actions

Information

4 responses

5 02 2009
Françoise

Le Petit Prince disait Dessine-moi un mouton et soignait une rose. L’enfant demande de la poudre et des balles… La guerre est trop souvent l’affaire des princes-enfants.

Le printemps sera-t-il bouquet de roses roses ou bouquet rouge sang ? Pourrons-nous en paix regarder pousser la rose et s’envoler l’oiseau ?

Merci Pierre, encore une fois, pour vos belles photos.

5 02 2009
Pierre Chantelois

Françoise

Ce poème d’Hugo est terrible. La première fois que je l’avais lu, j’étais resté sans voix. La chute est dramatique. Merci pour votre appréciation.

Pierre R.

5 02 2009
gaetanpelletier

Merci pour les belles photos.

Hugo. Je ne connaissais pas ce poème. Et il m’en manque un bout sur Hugo : l’œuvre de la fin de sa vie. Il me faudrait encore une vie…

6 02 2009
Catherine

Moi non plus, je n’avais pas connu ce poème. Et pourtant j’avais (dans le temps, il ya bien longtemps) :)une belle collection de Victor Hugo.

Merci pour les photos… j’aime tellement les enfants!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :