L’Otan veut éradiquer l’opium et le pavot en Afghanistan. Est-ce le rôle des pays de la coalition ?

10 02 2009

D’un côté, il y a Richard Holbrooke, émissaire de Barack Obama en Afghanistan qui tient des propos très pessimistes sur la situation actuelle. De l’autre, le Vice-président Joe Biden qui demande des renforts pour mieux combattre le terrorisme dans ce lointain pays.

Richard Holbrooke ne se berce pas d’illusions. Dans un commentaire lapidaire, il a constaté le désordre dont ont hérité les Américains en Afghanistan. Le scénario est kafkaïen : d’un côté Harmid Karzaï tend la main aux taliban, de l’autre, Barack Obama entend les combattre sur leur terrain en autorisant un envoi, à court terme, de plus ou moins 17.000 hommes supplémentaires en Afghanistan.

« J’ai l’impression que cela va être bien plus pénible que l’Irak », ne pouvait que prédire l’émissaire américain. Selon le prix Nobel de l’économie Joseph Stiglitz, le coût total de la guerre en Irak devrait s’élever à 3 000 milliards de dollars. À Washington, le Sénat renâcle pour adopter le plan de relance de Barack Obama dont la facture serait ramenée de 937 milliards à 780 milliards de dollars. Quel sera le prix à payer pour enrayer le terrorisme en Afghanistan ? Et quel prix devront payer les alliés pour satisfaire les demandes américaines ?

Les yeux étaient tournés samedi dernier vers Munich. Beaucoup de bonnes paroles ont été dites à la 45ième Conférence de Munich sur la sécurité. Le vice-président américain Joe Biden s’y est rendu. Du miel. Que du miel, pour l’instant. « Je viens en Europe au nom d’une nouvelle administration déterminée à donner un nouveau ton à Washington et dans les relations de l’Amérique avec le monde », a déclaré Joe Biden. Il a poursuivi son discours en précisant : « Donc nous nous engagerons. Nous écouterons. Nous consulterons. L’Amérique a besoin du monde, tout comme, je crois, le monde a besoin de l’Amérique. Mais je dis à nos amis que les alliances, les traités et les organisations internationales que nous construisons doivent être crédibles et efficaces ».

Nicolas Sarkozy n’en demandait pas tant : « D’ici là, nous essaierons d’être au rendez-vous d’une grande ambition pour la famille qui est la nôtre ». Retour qui pourrait devenir effectif lors du 60ième anniversaire de l’Alliance atlantique, qui sera célébré, les 3 et 4 avril, à Strasbourg et Kehl. Entre temps, qu’en pense la population française ? Nicolas Sarkozy a une réponse bien ponctuée : « C’est un débat que je conduirai comme toujours avec l’esprit de franchise et de droiture vis-à-vis du peuple français ». Et pour ceux qui en doutent, Nicolas Sarkozy décuplera ses efforts pour faire en sorte de les ramener dans le giron : « L’alliance avec les États-Unis et l’alliance avec l’Europe ne mettent pas en cause l’indépendance de mon pays. Elles renforcent l’indépendance de mon pays. Voilà ce que j’expliquerai aux Français le moment venu ». La main sur le cœur, le président promet : « Moi, je ne ferai rien qui mette en cause l’indépendance de mon pays, jamais ». Sur le ton qu’on lui connaît, le président français a expliqué à Joe Biden qu’« une seule puissance ne peut pas régler les grands conflits du monde ». Avec la France, plus rien ne sera pareil ? Et pour passer de la parole aux actes, un bataillon allemand de la brigade franco-allemande sera basé en France. C’est un « acte historique », a déclaré Nicolas Sarkozy.

Joe Biden a déclaré que Barack Obama soutient pleinement la France dans sa volonté d’adhérer à nouveau dans les structures intégrées de l’OTAN. « Une plus grande responsabilité de la France dans l’OTAN refléterait une importance accrue de la politique de sécurité et de défense européenne », a dit Joe Biden. Tout en soulignant que c’est pour cela que « nous souhaitons ce rôle accru de la France ». Le ministre Hervé Morin – pour apaiser la polémique au sein du parlement et de la population qui attendent toujours un débat sur la question – se pourfend d’une déclaration plutôt ambigüe : il a tenté de relativiser une décision « purement symbolique » et rappeler que la France ne renoncerait en rien à son indépendance puisque « les décisions au sein de l’Alliance atlantique se prennent à l’unanimité ».

Après toutes ces bonnes paroles, Joe Biden avait, à Munich, des demandes précises. « L’Amérique fera plus, mais l’Amérique demandera plus à ses partenaires ». Dans le cas de l’Afghanistan, Washington et ses alliés doivent prendre en charge une stratégie globale pour empêcher le pays de devenir un repaire du terrorisme islamiste. « L’Amérique va en faire plus ; ça, c’est la bonne nouvelle. La mauvaise nouvelle, c’est que nous allons demander à nos partenaires d’en faire plus aussi », a prévenu Joe Biden.

« Nous fermerons le camp de Guantanamo », a rappelé le Vice-président, mais en même temps, il demande l’aide de l’Europe pour accueillir d’anciens prisonniers du camp. Le message est on ne peut plus clair. Washington réclamera davantage de ses partenaires. Oui pour une réconciliation avec la Russie mais l’Amérique continuera de développer sa défense antimissile.

Derrière ce discours qui invite au dialogue et au partenariat, il y a les intérêts des États-Unis qui occupent une place importante : l’objectif est ni plus ni moins d’inviter les alliés à envoyer davantage de troupes en Afghanistan pour mieux lutter contre la violence croissante des insurgés et du reste des talibans. Si les Américains, selon Hervé Morin, « sont conscients de l’effort qu’a déjà fait la France » en Afghanistan, qu’en est-il des Français ? La France n’enverra pas, pour l’heure, des troupes supplémentaires en Afghanistan, a annoncé le ministre français.

Jaap de Hoop Scheffer, le secrétaire général de l’Otan, a dit tout haut ce qu’a soufflé discrètement, dialogue oblige, le Vice-président Joe Biden : « les Européens, France et Allemagne en tête, n’ont d’autre défi que de donner un contenu concret au rééquilibrage qu’ils prônent avec les États-Unis en envoyant des renforts en Afghanistan ». Sur les relations actuelles entre l’Union européenne et l’Otan, Jaap de Hoop Scheffer ne fait pas de quartier : « la situation à laquelle nous sommes confrontés est une source de frustration ». Et il ajoute, impitoyablement, qu’en Afghanistan, « les murs entre les deux organisations sont un réel handicap. […] C’est du gâchis ».

À propos de gâchis, Angela Merckel et Nicolas Sarkozy ont appelé à une « véritable coopération » entre l’UE et l’Otan, déplorant un « partenariat stratégique » insuffisant entre les deux institutions. Ce à quoi a répondu Jaap de Hoop Scheffer : « Je suis inquiet quand les États-Unis veulent augmenter leur contribution en Afghanistan et d’autres partenaires l’exclure (…) Ça n’est pas bon ».

La France est-elle prête à mettre ses troupes en Afghanistan au service de l’éradication de l’opium et du pavot ? Les militaires n’ont pas mission, en vertu des traités internationaux, de poursuivre des criminels de droit commun. À mi-mots, Jaap de Hoop Scheffer ne cache pas son intention d’orienter la coalition Operation Enduring Freedom (OEF) vers cet objectif : « La connexion entre l’insurrection et le commerce de la drogue mène à la mort de nos soldats en Afghanistan. C’est un prix trop élevé à payer pour nos soldats ». Comme le rapporte Alec Castonguay, du quotidien Le Devoir : « Le ministre de la Défense, Peter MacKay, a confirmé que les soldats canadiens allaient participer à certaines opérations antidrogue, ce que le Canada avait toujours refusé de faire ». La raison en est simple. S’attaquer au pavot et à l’opium, c’est s’attaquer aux sources de revenus des populations qui tirent leurs seuls revenus de ce commerce. « Nous n’allons pas éradiquer spécifiquement les cultures de pavot, mais nous pourchasserons les trafiquants de drogue connus dont les opérations sont liées à celles des terroristes », a précisé le ministre Peter MacKay. Au Canada, tout est dans la nuance.

Anthony Salloum, de l’Institut Rideau, déclarait au quotidien Le Devoir : « La job des soldats canadiens en Afghanistan est de faire la guerre aux talibans, pas de remplacer la police locale ». Anthony Salloum adressait cette mise en garde au ministre MacKay : « Comment savoir si un trafiquant de drogue est lié aux talibans ou si c’est un trafiquant local ? On s’en va sur une pente dangereuse ». Qu’en sera-t-il des troupes françaises ? Quelle décision prendra la France une fois consacré son retour au sein de l’Otan ?

En terminant, le ministère de la Défense nationale avait commandé un grand sondage Au Québec à la veille du départ des premiers soldats de Valcartier. Comme le rapporte Violaine Ballivy, du quotidien La Presse, 3000 Québécois de 16 ans et plus ont été consultés en juin 2007, puis 1000 personnes en août 2007 (au moment du déploiement), 1000 personnes en février 2008 (au moment du retour) et 3000 en mai 2008. Le pourcentage de répondants opposés à la présence du Canada en Afghanistan est passé de 61% à 66% au fil des mois. En outre, l’appui aux troupes est resté inchangé entre le début et la fin de l’enquête : 78% des Québécois affirmaient en 2007 et en 2008 qu’ils appuyaient les troupes canadiennes, et 60% déclaraient avoir une opinion positive des Forces canadiennes en général. « Les gens marquent une différence très nette entre l’organisation militaire et les décisions politiques qui dictent ses actions », notait l’analyste militaire et lieutenant-colonel à la retraite, Rémi Landry. Ce dernier constate que « les positions restent très polarisées, et il est maintenant trop tard pour le gouvernement réussisse à convaincre les Québécois qu’il était de l’intérêt du Canada d’intervenir en Afghanistan ».

moton3073

Publicités

Actions

Information

6 responses

10 02 2009
Françoise

Pierre,

Cette guerre d’Afghanistan est sans issue. Ce ne sont pas les troupes des pays occidentaux qui régleront les problèmes dans ce pays? La « guerre contre le terrorisme » a encore bon dos, les vrais buts sont cachés comme à l’habitude.

Mr Sarkozy n’a pas demandé et ne demandera pas l’avis des Français pour ce retour dans l’OTAN. Ce n’est pas dans ses habitudes. Il « expliquera » tout ce qu’il voudra et autant qu’il voudra, mais cela restera un dialogue avec lui-même.

Quand il a décidé, quelle que soit la décision, qu’importe l’avis du peuple français.

10 02 2009
Pierre Chantelois

Françoise

À propos du président Sarkozy, il est aujourd’hui même en Irak. Premier chef d’État occidental qui n’a pas participé aux forces d’occupation à visiter le pays. Visite symbolique qui précède le retour de la France dans l’Otan.

Pierre R

10 02 2009
Françoise

Oui… Cette envie forcenée de jouer un rôle international à n(importe quel prix, où cela va-t-il nous mener ?

Qu’importe, si le roi paraît à lui-même plus grand qu’il n’est …

10 02 2009
clusiau

….« Nous fermerons le camp de Guantanamo », a rappelé le Vice-président, mais en même temps, il demande l’aide de l’Europe pour accueillir d’anciens prisonniers du camp. Le message est on ne peut plus clair…PC

Je ne perçois pas le même message que vous Pierre.

Fermer Guantanamo et ne pas libérer les prisonniers qui ne furent jamais condamnés et qui en majorité seraient relaxés par les tibunaux civils faute de preuves envoie le message suivant ; fuck la loi !

Nous on fait les lois et vous, les autres démocrassies, arrangez-vous avec les déchets, ceux que nous emprisonnons sans preuve. Devenez nos complices ou sinon nous vous accuserons de terroristes vous aussi.

Biden est un sioniste pur et dur. Cette politique (!) qu’il entreprend est une manoeuvre sioniste au profit du futur gouvernement mondial. Essayer de nous faire accroire que le monde a besoin des USA, quelle joke !

Et tous nos pleutres démocrates élus dans nos démocraties à gogo pour gagas d’applaudir.

Quand Sarkozy affirme : Je ne ferai rien qui mette en cause l’indépendance de mon pays, jamais….. il ment, il ment, il ment.

Tous les organismes internationaux qui gèrent le commerce, l’industrie, la justice etc… sont déjà tous au-dessus des lois des gouvernements nationaux qu’ils peuvent réduire au silence quand ils le décident.

Cette histoire de « guerre à la drogue » est une farce qui dure, qui dure, qui dure. La « guerre à la drogue » n’a jamais existé.

Mon Dieu qu’est-ce que j’ai à matin à répéter 3 fois ? Bonne journée tous.

10 02 2009
Pierre Chantelois

Clusiau

Je vous sens particulièrement en forme dans votre intervention. Vous avez raison. Nous n’avons pas le même point de vue, ce qui n’empêche en rien de nous exprimer librement. J’ai, par mon esprit sceptique, des difficultés à adhérer à des thèses complotistes. Mais cela ne veut pas dire que j’ai raison. Vous savez, le sceptique remet toujours tout en cause et parfois il se goure royalement.

À propos de Nicolas Sarkozy, j’ai appris dans une autre vie passée très près des coulisses de la politique, que l’art de gouverner, c’est de bien mentir. Il ne faut donc pas se surprendre du cynisme des populations à l’égard de leur gouvernement.

Pierre R.

10 02 2009
Olivier SC

Il faut bien que quelqu’un le fasse … Un gendarme du monde ne devenant pas un état policier …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :