Commentaires douteux sur la mort de Claude Béchard

12 09 2010

La mort de Claude Béchard a été ressentie avec beaucoup de tristesse d’un bout à l’autre du Québec. C’est la soudaineté de cette disparition et les circonstances tragiques qui l’ont entourée qui nous ont heurtés profondément. Claude Béchard n’avait que 41 ans.

Qu’un homme meurt, célèbre ou non, inconnu ou non, il laisse derrière lui des gens qui l’ont apprécié, aimé, côtoyé, parfois admiré. Qu’il ait été du domaine obscur, d’un métier discret ou de la flamboyance politique, l’homme reste ce qu’il était : un homme. Un homme qui mérite le respect et un accompagnement discret vers son dernier repos. Adversaire ou non, ami ou non, l’homme meurt toujours trop tôt pour les uns, parfois trop tard pour les autres.

Un chroniqueur polémiste a publié sur un blog de son cru une diatribe percutante sur le fait que le premier ministre, Jean Charest, ait décrété pour Claude Béchard des funérailles nationales. Cette critique est parue le jour même – ou le lendemain – de cette annonce. Et le ton et la nature du message ont fait en sorte, bien évidemment, que les commentaires ont dérivé vers des manifestations les plus basses et les plus indignes. L’orientation du message ne pouvait mener qu’à de malheureux dérapages. Et la frontière a été franchie. Dans la blogosphère, une expression caractérise cette recherche absolue d’audimat : faire du buzz. Ce chroniqueur a réussi.

Je ne publierai pas le lien de ce blog. Ce serait lui faire trop d’honneur. Toutefois, je me suis posé la question à savoir si le forum Centpapiers avait vu juste en relayant cet article. Jusqu’où va la liberté d’expression? Jusqu’à l’indignité? Et ma grande déception est venue du fait qu’un des rédacteurs qui habite la même circonscription de cet homme qui venait de mourir a laissé quelques commentaires, prudents certes, mais qui, par leur présence même, n’ont jamais exprimé une profonde désapprobation ou révulsion pour les propos qui y étaient exprimés.

Un forum public doit-il s’abaisser à ce point pour élever les scores d’audimat? J’en doute. Et Claude Béchard ne méritait pas ce terrible châtiment et cette méchanceté de la part de ses pairs. L’éditeur aurait dû savoir que les vivants peuvent se défendre contre les attaques perfides. Pour les morts, il est trop tard. Un coup bien bas de Centpapiers Claude Béchard laisse dans le deuil son épouse et quatre enfants.

Publicités

Actions

Information

2 responses

12 09 2010
rvjeanney

J’ai suivi, de France, ce douloureux décès d’un garçon plus jeune que moi. Que répondre d’autre à ceux qui se déversent sur son cadavre qu’ils n’auraient sans doute pas eu la même arrogance en face de lui vivant ?.. Personne ne devrait mourir à 41 ans, jamais. Cette saloperie de cancer nous prend trop, trop de nos proches et de nos moins proches.

14 09 2010
Pierre Chantelois

RV

Hélas, mon cher ami. La nature humaine est insondable. 😦

Pierre R.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :