Bouffer à mourir … !

1 10 2010

La crémation d’une personne décédée à Mérignac, dans la banlieue de Bordeaux, dont la corpulence était de 120 à 140 kgs aurait été refusée par des entreprises de pompe funèbre de la région. En mars dernier, une autre famille s’était vue appliquer par le crematorium de Montussan un surcoût de près de 300 euros en raison d’une sous-estimation du poids d’un défunt. Dans le Nord, depuis 2008, une jeune veuve a engagé un combat «pour faire bouger les choses» son mari de 270 kg n’ayant pas pu, comme à Mérignac, être incinéré.

(Cet article est publié en reprise. Il a fait l’objet d’une première publication le 13 février 2007)

Le correspondant du quotidien Le Journal de Montréal, à la Maison-Blanche, écrit ce lundi 12 février 2007 : « Les Américains ne manquent jamais de m’étonner. À peine ai-je le sentiment d’avoir tout vu, tout entendu qu’ils trouvent un autre moyen de me laisser stupéfait. Prenons la dernière stratégie mise de l’avant, la semaine dernière, par le président Bush. Pas pour gagner la guerre en Irak ni pour stopper le réchauffement climatique. Non. La menace qui pèse tellement sur les États-Unis qu’il faut développer une stratégie pour y faire face, c’est l’obésité chez les enfants ».

L’Organisation Mondiale de la Santé a défini l’obésité comme «  le principal problème de santé publique de l’Occident en l’an 2000 ». Les chiffres sont alarmants et croissants. Et on estime que 6% des budgets nationaux de santé publique sont dédiés aux maladies liées à l’obésité.

Le site Internet Obésité.com donne cette définition de l’obésité : « D’un point de vue médical, l’obésité est un excès de masse grasse entraînant des inconvénients pour la santé. La masse grasse s’évalue à partir du calcul de l’Indice de Masse Corporelle (ou IMC) qui tient compte du poids et de la taille. Il est évident qu’une personne pesant 100 kilos n’a pas la même corpulence si elle mesure 1,60m ou bien 1,80m !! ».

Plus de 200 millions de personnes souffrent de diabète de type 2 dans le monde. L’obésité qui touche aujourd’hui 1,1 milliard d’adultes et 150 millions d’enfants, en est un des facteurs important. Si l’épidémie d’obésité continue de progresser, elle pourrait amener les chiffres du diabète à doubler d’ici 2030. La France par exemple, compte à elle seule 5,3 millions d’obèses et 14,4 millions de sujets en surpoids. Des chiffres impressionnants pour un pays qui compte 60 millions d’habitants. Aux États-Unis, près de 130 millions d’Américains, soit tout de même 60% de la population, sont concernés par ce problème.

La Fondation Recherche médicale dresse ainsi l’état des lieux : « Aux États-Unis, le tout dernier rapport du CDC (Center for Desease Control and Prévention, 7 Mars 1997) fait état d’une augmentation du nombre des obèses de 3,3% pour les hommes et 3,6% pour les femmes. Désormais ce sont 33% des hommes, 36% des femmes, 12% des adolescents et 14% des enfants qui présentent un excès de poids. En France, on en compte un sur dix. Mais c’est probablement parmi les Mélanésiens et les Polynésiens que la fréquence est la plus élevée avec 70% des habitants en surpoids important ». D’ici à 2010, sur l’ensemble du continent américain, un enfant sur deux accusera une surcharge pondérale. En effet plus de 10 millions d’enfants – soit environ 18% de la population – sont considérés comme étant en situation de surpoids. Le pourcentage a triplé chez les adolescents au cours des 25 dernières années, et a presque doublé chez les enfants âgés de 6 à 12 ans.

Côté européen, un jeune sur quatre accuserait un poids excessif sur la balance et chaque année, 400 000 nouveaux cas d’obésité pourraient être détectés. L’excellent site Internet sur la santé, Doctissimo, nous prévient que « si les Américains sont les champions toutes catégories de l’obésité, plus aucune région du monde n’est épargnée. Du Canada à l’Europe en passant par la Chine, on parle aujourd’hui d’une véritable épidémie ». […] « En 1991, l’obésité, selon les derniers chiffres publiés par la prestigieuse revue médicale Journal of the American Medical Association (JAMA), était à l’origine d’au moins 300 000 décès chaque année outre-Atlantique et seul le tabac ferait plus de morts. Les pays émergents ne sont pas non plus épargnés : 60 % de la population mexicaine serait trop grosse. En Égypte, 35 % de la population est obèse, en Arabie Saoudite, 24 % des femmes sont obèses et 40 % des femmes au Koweit. ». Aujourd’hui en Inde, 26% des femmes entre 20 et 49 ans sont en excès de poids. Le chiffre pour la Chine c’est 20%. Au Zimbabwe, 36% des femmes sont concernées.

Enfin, les statistiques montrent que le quart des jeunes de 2 à 17 ans ont un surplus de poids au Québec. Bien que le tabagisme demeure la plus grande menace à la santé publique au Canada, de mauvaises habitudes alimentaires et l’inactivité physique contribuent à l’obésité et représentent aussi des défis de santé publique importants. Au Canada, selon Statistique Canada, deux adultes sur trois font de l’embonpoint ou sont obèses. La proportion des enfants obèses a presque triplé au cours des 25 dernières années, tant chez les garçons que chez les filles, et ce, dans tous les groupes d’âge, à l’exception des enfants d’âge préscolaire.

Selon un ancien conseiller en nutrition du gouvernement américain, cité par Destination Santé, « l’industrie agro-alimentaire emploie des méthodes de marketing extrêmement sophistiquées pour inciter les consommateurs à manger davantage. Il est ainsi devenu socialement acceptable », affirme-t-il « de manger n’importe où, toute la journée et en plus grandes quantités ».

Des sondages menés par le Bureau Européen des Unions de Consommateur (BEUC) indique que les consommateurs basent leur choix de produits d’abord sur les annonces des étiquettes (« sain », « pas de sucres », « oméga 3 » etc.) que sur les tables de nutrition au dos. Or, est-ce qu’un produit dit « léger » contient peu de graisses ou peu de sucres ? Et quelle est la différence entre sel et sodium ? Faire un choix avisé est souvent difficile parmi toutes ces allégations. Cependant, force est d’admettre que l’alimentation trop grasse et trop sucrée n’est pas le seul facteur. La prédisposition génétique joue aussi un grand rôle.

Pour la Fondation Recherche médicale : « Il est incontestable que de nombreuses obésités sont favorisées par une prise alimentaire excessive. Mais l’identification d’un tout nouveau gène, impliqué dans la dépense d’énergie, laisse penser que la prise alimentaire pourrait être normale, mais les dépenses énergétiques insuffisantes. Ainsi à prises égales, certains individus dissipant moins d’énergie pour fonctionner seront plus gros que d’autres brûlant davantage. De même, des travaux récents, laissent entendre que la répartition des prises alimentaires au cours de la journée aurait son importance, et qu’un décalage dans le temps pourrait donner lieu à une « chrono-obésité ». […] Philippe Froguel, chercheur CNRS de l’Institut Pasteur de Lilles et Rob Sladeck de l’Université McGill de Montréal (Canada) ont analysé l’ADN de 700 diabétiques français ayant des antécédents diabétiques dans leur famille et l’ont comparé à l’ADN de 700 personnes non-diabétiques. Les scientifiques ont découvert quatre gènes qui prédisposent une personne à souffrir du diabète.

La Fondation Recherche médicale prévient qu’il faut se garder de raisonner uniquement par le gène. « Les aborigènes australiens urbanisés deviennent obèses et guérissent lorsqu’ils reviennent dans leur milieu d’origine ». […] Selon l’OMS, la sédentarité fait deux millions de victimes, chaque année, dans le monde! Deux millions de morts par maladies cardio-vasculaires, diabète ou obésité. Par manque d’activité physique. La sédentarité est bel et bien devenue un fléau des temps modernes.

Le plus tragique est sans conteste l’obésité infantile. Selon la Fondation Recherche médicale, en France, une étude sur des enfants de 10 mois et 8 ans a montré que 10% d’entre eux étaient obèses au lieu des 3% prévisibles. Au Japon, l’obésité enfantine a augmenté de 53%, en Grande Bretagne de 65% pour certaines tranches d’âge, aux États-Unis de 60 %. Le seul pays à avoir stabilisé ses chiffres est la Finlande où un programme de prévention ciblé sur l’enfant a opéré des miracles.

Conscients du problème d’obésité qui sévit dans le monde, les députés européens ont adopté des recommandations pour prévenir ce véritable problème de santé publique. Le régime proposé prévoit la promotion de l’alimentation saine et de l’activité physique, en particulier dans les écoles. Les députés ont accueilli favorablement l’engagement de la Commission en la matière, et demandé que la lutte contre l’obésité soit une priorité européenne. En avril 2007, la Commission devrait également publier un Livre Blanc sur la nutrition et l’activité physique. Un élément très attendu par les associations de consommateurs pourrait être introduit : une signalisation plus simple du contenu nutritionnel des aliments devrait aider les consommateurs à s’y retrouver dans la jungle des étiquettes.

Santé Canada et l’Agence de santé publique du Canada sont déterminés d’aider les Canadiens à améliorer leur état de santé et leur bien-être en favorisant et en appuyant la pratique régulière d’activité physique et la saine alimentation. Ces deux agences viennent de publier un nouveau guide alimentaire canadien entièrement remis au goût du jour.

Estimant que l’obésité infantile notamment était un véritable problème de santé publique coûtant cher au pays, Georges W. Bush s’est également fait l’apôtre de la lutte contre l’obésité, en exhortant les parents américains à adopter des comportements destinés à réduire l’obésité, comme encourager leurs rejetons à la pratique d’un exercice physique régulier. Le président américain George W. Bush a estime que l’obésité infantile est un problème qui coûte cher aux États-Unis et il invite les parents à agir pour venir à bout de cette maladie, notamment en encourageant leurs enfants à faire de l’exercice. « Une manière pour ce pays de traiter la question de l’obésité est de faire en sorte que les gens sortent, que cela soit pour du sport, de la marche ou de l’entretien », a déclaré le chef de la Maison Blanche.

Il faut remarquer en terminant que le président américain aborde l’obésité sous l’angle des coûts, voire des pertes financières pour l’État, comme le montre bien sa déclaration. Comment accorder une importance quelconque aux pertes humaines lorsque le budget militaire dépasse largement celui des dépenses sociales.

La remarque du correspondant du quotidien Le Journal de Montréal à la Maison-Blanche était, en définitive, assez juste : « Les Américains ne manquent jamais de m’étonner. À peine ai-je le sentiment d’avoir tout vu, tout entendu qu’ils trouvent un autre moyen de me laisser stupéfait ».

Pour terminer sur une note humoristique, puisque la France traverse une campagne présidentielle, empruntons à Charles de Gaulle ces mots : « Les Français ne pensent qu’à bouffer et à augmenter leur niveau de vie. Le bifteck-pommes frites, c’est bon. La Quatre-chevaux, c’est utile. Mais tout cela ne constitue pas une ambition nationale ».

Questions

  • Sommes-nous devenus les esclaves de notre bouffe ?
  • L’État fait-il trop peu ou assez pour prévenir l’obésité ?
  • La prévention auprès des enfants devrait-elle une responsabilité partagée entre les parents et l’État ?
  • L’État doit-il intervenir radicalement dans les publicités de malbouffe ?

 

 

 

Advertisements

Actions

Information

3 responses

15 02 2007
artno

c’est en effet un … énorme problème, qu’on est loin de réduire !

18 04 2007
De ce côté-ci de l’Amérique » Blog Archive » Aux États-Unis, un bébé sur quatre mangerait des frites une fois par jour

[…] Voir également De ce côté-ci de l’Amérique : bouffer à mourir […]

2 06 2010
marie

un bebe sur quatre mangerai des frites une fois par jour voir egalement de la coté ci de l’amerique bouffer a mourrir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :